Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2012 3 19 /12 /décembre /2012 18:36

Le Mercure (Thimérosal) des vaccins   

 Allocution de Gary Null, PhD (Extrait)  

 

Gary-Null-Anti-vaccine-Rally.JPG

 

« Comment peut-on injecter un produit chez une femme enceinte et ne pas avoir la moindre idée de ce qui va se passer ensuite ?

 

Si qui que ce soit en Amérique, que ce soit une infirmière ou un médecin se permettait d’injecter 23 microgrammes de plomb à une femme, il serait immédiatement mis en prison.

 

Pourquoi alors peut-on se permettre d’injecter à une femme 23 microgrammes de mercure (Thimérosal) encore plus toxique que le plomb ? Tout cela relève pleinement de la mauvaise science. »

 

http://www.youtube.com/watch?v=_GFGUNC3LH8

 

MERCURE 

 

Boyd-Haley-Thimerosal--1-.jpg

 

«Un simple vaccin administré à un enfant de trois kilos équivaut à injecter 30 vaccins le même jour à un adulte de 90 kilos.» Dr Boyd Haley, Professeur de chimie à l’Université du Kentucky

 

BH.jpg 

« Il est impossible de mettre sur pied une étude pour démontrer que le thimérosal est sans danger. Ce produit est affreusement toxique. Si vous injectez du thimérosal à un animal, son cerveau sera endommagé. Si vous mettez du tissu vivant en contact avec du thimérosal, le tissu mourra. Si vous le mettez dans une boîte de Pétri, la culture mourra. Sachant ces choses, il serait choquant que l’on puisse penser injecter ce produit à un nouveau-né sans causer de dommage.» Dr Boyd Haley, Professeur de chimie à l’Université du Kentucky

 

http://www.whale.to/v/haley.html

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 18:15

Vos enfants génétiquement modifiés au nom d’un prétendu progrès ?

 

Andrew Baker, 3 décembre 2012 (Extraits)

 

Seringue nerfs Gaia Photo GaiaHealth

 

 

Alors que les crimes corporatistes sont de plus en plus dénoncés, ceux qui se prétendent les « tenants du progrès » ont cru bon de faire une unique exception en matière de santé. Faisant confiance au discours des entreprises, ils n’hésitent pas à présenter leurs enfants à la seringue qui leur injectera des OGM brevetés de l’industrie.

 

Ces « tenants du progrès » considèrent que les entreprises mettent généreusement tout en œuvre pour trouver des remèdes aux maladies, en vue d’ assurer la santé du monde grâce à la médecine moderne, aux nouveaux médicaments, au génie génétique, aux cellules souches et aux vaccins.

 

Pour en arriver à croire que les entreprises sont, avec autant de compassion, dévouées à la santé, les « tenants du progrès » doivent avoir sérieusement dû mettre entre parenthèses leur pensée critique, la recherche elle-même, ainsi que le questionnement politique qu’ils appliquent à toutes les autres formes d’entreprises. En lieu et place, ils ont choisi de faire confiance aux agences gouvernementales gérées par les « autorités sanitaires » qui, elles-mêmes, sont financées par les entreprises…

 

Certains des nouveaux vaccins à ADN injectent des éléments génétiquement modifiés et brevetés dans le corps des gens. En injectant de l’ADN, ces vaccins visent à modifier l’ADN même de la personne qui subit le vaccin.

 

Comment ces « tenants du progrès » qui s’insurgent contre les manipulations génétiques des plantes et des animaux peuvent-ils perdre de vue que les nouvelles générations de vaccins qui sont injectés à leurs propres enfants, modifient elles aussi leur ADN, et souvent de la même manière que Monsanto modifie les semences (avec un canon à gènes) ? On injecte donc dans le corps de leurs enfants des éléments synthétiques brevetés qui sont supposés s’incruster dans l’ADN même de leurs enfants.

 

Les vaccins sont conçus pour modifier génétiquement ceux qui les reçoivent.

 

Comment ces « tenants du progrès » ont-ils pu perdre de vue que leurs enfants sont imprégnés d’OGM brevetés de l’industrie, qui contaminent l’ADN de leurs enfants et qui auront un impact non seulement sur leur vie mais aussi sur toute leur descendance ?

 

Comment ces « tenants du progrès » peuvent-ils avoir perdu de vue qu’après avoir reçu ces vaccins, leurs enfants auront, non pas deux, mais trois lignées parentales génétiques dans leur ADN, une de leur mère, une de leur père et une d’une industrie parmi les plus meurtrières au monde ?

 

Comment ces « tenants du progrès » n’ont-ils pas réalisé le viol inhérent que représentent ces vaccins injectés à leurs enfants parfois sans, ou même contre, le consentement de leurs parents, avec du matériel biologique synthétique. La chose n’est-elle pas pire qu’un viol du fait que les vaccins auront un impact non seulement sur l’ADN de l’enfant vacciné, mais sur celui de ses descendants, comme sur celui de tous les descendants de cet enfant.

 

Les êtres humains sont toujours issus de deux sources : leur père et leur mère. Sans qu’elle demande la permission de la personne, des parents, sans que ces derniers en aient même connaissance, l’industrie pharmaceutique à, pour la première fois dans l’histoire humaine, introduit une troisième source inhumaine, d’origine corporatiste au moyen de matériel synthétique.

 

Qui peut prétendre avoir des droits sur le sang, les tissus et les organes d’un adulte ou d’un enfant ? L’adulte ou l’enfant auraient-ils cessés d’être des enfants de la Grande Nature, de leurs propres parents pour devenir en partie des produits sur lesquels  Big Pharma  pourrait, dans le futur, faire valoir ses droits ?

 

S’il n’y a pas moyen d’arrêter cet « ensemencement » pharmaceutique d’un enfant ou d’un adulte avec du matériel de synthèse, comment la rupture de leur propre intégrité biologique pourrait-elle différer d’un viol pur et simple ? Celui qui violente une femme la force par le fait même à reproduire sa propre lignée ? Ou se trouve la différence ?...

 

Qui sait ce que ces sociétés commerciales seront capables de revendiquer dans l’avenir par rapport  à l’ADN, aux cellules souches, organes, sang et os de ceux qui auront reçu des injections de leur produits brevetés, de leur « propriété intellectuelle » ?

 

Une vidéo de 5 minutes http://www.youtube.com/watch?v=SXAeUrG_nrY

peut montrer à tous les « tenants du progrès » qui croient encore aux vaccins que notre propre gouvernement (US) sait depuis 40 ans que les vaccins représentent une menace pour la santé.

 

Extraits de la vidéo 

 genetiquement-2.JPG

  

« Le gouvernement a perdu toute autorité morale après des décennies de vaccinations obligatoires » Louise Kuo Habakus,

(mère d’enfants handicapés après vaccinations)

 

Genetiquement-3.JPG

  Jim TURNER, Juriste

 

« 2 milliards de dollars ont été payés par le gouvernement en dédommagement aux victimes des vaccinations (handicaps et décès) qui avaient été contraintes de se faire vacciner. Un gouvernement qui exige de tous ses enfants de consommer des produits, tout en sachant que certains seront handicapés ou mourront, a perdu toute autorité morale ; cela relève d’une immoralité fondamentale ! »

 

http://www.thenhf.com/article.php?id=3555

 

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 17:18

LES MYTHES VACCINAUX COMMENCENT A CEDER

 

600 % d’augmentation du nombre des parents qui

refusent la vaccination pour leurs enfants (Australie)

 

Jonathan Benson

demi-verite.JPG

 

½ vérité + ½  vérité = 1 Mensonge

 

(Natural News) Les parents à travers l’Australie se réveillent en masse par rapport aux dangers des vaccins, comme en témoignent les chiffres du gouvernement qui montrent une augmentation importante du nombre de parents qui ont choisi de ne pas vacciner leurs enfants. Selon les données, il y a eu, ces dernières années, une augmentation de 600 % dans le nombre des personnes bien informées et qui se sont opposées aux vaccinations parce que tout simplement elles refusaient de faire injecter des produits toxiques, insuffisamment testés ou des cocktails chimiques à leurs enfants.

 

De nombreux parents Australiens ont, en fait,  pris pleinement en charge la santé de leurs enfants et ont pris des décisions éclairées par rapport à la vaccination.. Mais le gouvernement Australien travaille maintenant fièvreusement à dissuader ces parents et à les ramener dans le « bercail » du vaccin.

 

Selon News Talk, l’Association Médicale Australienne et L’Académie des Sciences ont publié une brochure de 20 pages de propagande qui tente de jeter le discrédit et de qualifier de mythes toute la science qui est défavorable aux vaccins. Cette propagande veut convaincre tout un chacun que les vaccins sont parfaitement sans danger.

 

Mais les gens ne sont pas dupes et l’establishment bouleversé commence à paniquer. Au cours de différentes interventions, Neil Mitchel a été jusqu’à prendre la liberté de faire croire aux parents qui refusent les vaccinations qu’ils abusent de leurs enfants. Mais, Meryl Dorey, la Présidente de l’Australian Vaccination Network, a expliqué comment sa présentation de la science vaccinale (la plupart du temps ignorée des médias) a contribué à réveiller les consciences.

 

« Nous croyons que tout le monde a le droit de prendre des décisions éclairées à propos de la vaccination ; ce qui suppose qu’il y ait la possibilité d’avoir accès aux deux faces de l’information.- Nous nous opposons absolument à toute forme de vaccination obligatoire» , a-t-elle ajouté.

 

Mitchell, pas trop satisfait de l’approche raisonnée et logique de Dorey sur le problème des vaccinations, s’est empressé d’utiliser des techniques communes de harcèlement et de manipulation en tentant de lui mettre dans la bouche des mots destinés à la faire apparaître comme une espèce de dingue. Mais ses tentatives se sont avérées être un échec vu que Dorey avait, avec un réel succès, mis en valeur des faits importants et souvent camouflés par rapport aux vaccins, des faits qui ne pouvaient tout simplement pas être réfutés.

 

En Australie, nous avons, en fait, les plus hauts taux de vaccinations contre la coqueluche jamais atteints et simultanément le nombre le plus élevé de coqueluches, a expliqué Dorey, déboulonnant ainsi le mythe qui voudrait que la diminution du taux de vaccinations serait responsable du retour en force de la coqueluche dans certaines régions. « Nous avons actuellement plus de coqueluches que nous ayons jamais eues depuis que le vaccin a été ajouté au programme de vaccinations en 1953.  » 

 

http://www.3aw.com.au

 

Sources de cet article:

 

http://www.3aw.com.au

 

http://www.naturalnews.com

 

http://www.naturalnews.com/024218_flu_vaccine.html

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 21:59

Un ancien « Marine » Américain affirme que les

vaccins qu’il a reçus à l’armée lui ont provoqué des dommages cérébraux

Marine-Am-.JPG 

                     Marcy Martinez, 11.12.2012

 

             Justin Gerhardt avait toujours eu de grands espoirs par rapport à sa carrière. Il voulait devenir officier du Corps des Marines. Depuis tout petit il en rêvait. « Mon père, mon oncle et mon grand-père étaient militaires. Mais quand il devint aspirant officier toute sa vie bascula.

 

« On m’a administré 7 vaccins et j’en suis devenu malade ; j’avais de la fièvre et je pouvais à peine lacer mes souliers. J’ai fait une crise (d’épilepsie ?).

 

A 23 ans les rêves de Justin se sont envolés. Il fut précipitamment envoyé à l’hôpital de Bethesda pour les symptômes qu’il attribuait aux vaccinations.

« Je souffre de dommages cérébraux ».

 

5 ans plus tard, Justin se retrouve handicapé à 90% et ne peut plus travailler. Il vit seul à Brownsville, mais reçoit beaucoup d’aide de ses parents. Il doit prendre des médicaments contre l’anxiété comme pour dormir.

 

Il s’est décidé à intenter un procès contre le ministre de la Santé et des Services Sociaux pour les dommages que lui ont provoqués les vaccins.

 

Justin précise qu’on lui a offert un règlement à l’amiable, mais il a refusé. Il veut s’engager dans un procès car il pense que la diffusion de ce qui lui est arrivé pourra sauver d’autres Marines et les empêcher de vivre le même drame. « C’est pour mes frères Marines que j’ai entrepris cette action. »

 

http://www.valleycentral.com/news/story.aspx?id=836285#.UMmJaZPjlyd

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 21:48

Ce que tous les parents devraient

savoir sur les vaccins

 

Dr J.Mercola. 

 

Enfant-que-l-on-vaccine-mercola.jpg

 

Le bon sens devrait nous faire comprendre que si nous faisons administrer à nos enfants plusieurs dizaines de vaccins de la naissance jusqu’à l’âge de 18 ans, nous les sur-vaccinons. Pourtant les autorités de Santé continuent de nous faire croire qu’en ce qui concerne les vaccins «  plus c’est mieux » sans fournir de preuves scientifiques suffisantes pour justifier cette hypothèse.

 

Si vous suivez le calendrier vaccinal recommandé par le CDC, votre enfant recevra 49 doses de 14 vaccins quand il aura atteint l’âge de 6 ans. A l’âge de 18 ans il devrait avoir reçu 69 doses de 16 vaccins, comme recommandé par le CDC.(Centres Américains de contrôle des maladies)

 

La liste des problèmes liés aux vaccins  et à la politique vaccinale est longue et troublante.

 

1. Les enfants ne sont pas tous biologiquement identiques. La vaccination « passe-partout » ne prend pas en compte les différences existant entre les profiles génétiques et les réponses immunitaires possibles en fonction de paramètres comme l’âge, le poids et l’état de santé global.

 

2. Le taux de mortalité infantile des différents pays du globe semble être lié au nombre de vaccins administrés avant l’âge de 12 ans. Un nombre plus élevé de vaccins peut contribuer à une mortalité infantile plus élevée.

 

3. Les bébés peuvent recevoir plusieurs vaccins à la fois. Entre 12 et 15 mois, ils peuvent recevoir simultanément 8 vaccins ou plus au cours d’une même visite chez le médecin. Cette addition de vaccins peut contribuer  à augmenter le risque d’une réaction grave.

 

4. Les vaccins n’ont pas été suffisamment testés pour la sécurité, de sorte que leurs effets à long terme sur la santé sont inconnus. En outre, les effets des vaccins multi doses administrés simultanément n’ont pas été étudiés comme il le faudrait. Ce sont les compagnies pharmaceutiques qui ont financé la quasi-totalité de la recherche sur les vaccins ; ce fait produit un biais considérable.

 

5. Les vaccins n’offrent pas une protection complète et permanente contre les maladies infectieuses. Un exemple : 75% des enfants qui avaient contracté la varicelle au cours d’une épidémie dans le Maryland en 2001, avaient bel et bien été vaccinés contre la varicelle. Au cours d’épidémies de coqueluche et d’oreillons, de nombreuses personnes vaccinées ont fait la maladie.

 

6. Les vaccins ne sont pas toujours stériles ; ils peuvent être contaminés par des bactéries, des fragments viraux ou de l’ADN humain ou animal.

 

7. Les vaccins peuvent contenir des additifs toxiques comme l’aluminium et le mercure qui peuvent augmenter la charge toxique chez votre enfant.

 

8. Certains vaccins sont associés à un nombre important de graves problèmes de santé soit immédiats, soit différés, mais les professionnels de santé signalement rarement les effets secondaires des vaccins. Malgré cela, chaque année plus de 25.000 effets indésirables sont présentés au gouvernement, y compris des lésions irréversibles et des décès. Il est cependant officiellement reconnu  que ces chiffres ne représentent que 1 à 10 % du total des réactions aux vaccins. Ce qui signifie que des millions de personnes pourraient avoir souffert d’effets secondaires au cours des dernières années.

 

9. Selon certains chercheurs, les vaccins peuvent contenir des « excito toxines » qui peuvent , par stimulation excessive, perturber le système immunitaire des enfants, comme endommager des fonctions cérébrales, ouvrant ainsi la porte à toute une série de maladies comme l’autisme, les troubles d’apprentissage et autres troubles psychiatriques. Une nouvelle étude fournit les preuves de liens entre le nombre élevé des vaccins et l’actuelle épidémie d’autisme.

 

10. Beaucoup d’enfants reçoivent encore plus de vaccins que ceux qui sont recommandés dans le calendrier vaccinal… Une enquête nationale sur les vaccinations a montré que dix pour cent des enfants âgés de 19 à 35 mois ont reçu des vaccinations supplémentaires par rapport au calendrier vaccinal officiel.

 

11. Empêcher les réponses immunitaires naturelles aux pathogènes environnementaux pourrait ne pas être la meilleure des solutions pour la santé de votre enfant. Des enfants en bonne santé profitent pour toute leur vie des réponses immunitaires naturelles.

 

http://foodmatters.tv/articles-1/what-every-parent-should-know-about-vaccines  

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 15:20

L’autisme : une minute pour voir la réalité (Vidéo : 1minute)

 

Autisme This is autism

 

« Les mamans révoltées » savent de quoi elles parlent quand elles évoquent l’autisme. Une toute récente Audition au Congrès Américain au sujet de l’autisme a pu laisser l’impression que cette maladie n’était pas si terrible que ça. Cette impression est totalement fausse.

 

Voilà ce qu’est l’autisme : une minute pour voir la réalité

(Vidéo : 1,2 à 2,14)

 

http://www.youtube.com/watch?v=_lo3Zny7WGE

 

http://gaia-health.com/gaia-blog/2012-12-08/this-is-autism-video-of-the-reality/  

 

Au cours des 30 dernières années aux Etats-Unis, l’autisme a explosé, passant de 1 cas sur 10.000 à 1 cas sur 88. Cette année même, 46.000 enfants recevront le diagnostic d’autisme ; c’est plus que le sida, le diabète juvénile et les cancers infantiles réunis.

 

« UNE VIDEO QUI VOUS BRISE LE CŒUR …

 

ELLE MONTRE CE QUE PEUVENT COUTER EN SOUFFRANCES LES DEGATS QUE L’AUTISME PEUT PRODUIRE CHEZ LES ENFANTS »

   

                   Voir la courte vidéo (2’57):                        http://www.youtube.com/watch?v=PzYREX0jrY4    

 

Traduction du commentaire de la vidéo

 

Beeth, 9 ans à droite ne sait toujours pas parler. Elle est autiste et tourmentée par la douleur qu’elle ressent au niveau de ses intestins. Elle est tous les jours en souffrance, parfois pendant des périodes insupportables d’1h1/2. C’était cependant un enfant heureux comme bien d’autres. Le mouvement de la balançoire ne peut pas être assez rapide pour calmer sa douleur atroce. Comment pouvoir ignorer pareille souffrance ? Si le Dr Andrew Wakefield ne s’était pas occupé d’enfants comme Beeth, aurait-on pu continuer à l’accuser de « Mépris Total » (Titre du livre du Dr Wakefield) ? Le mépris total n’est-il pas d’ignorer les enfants qui souffrent ?

 

Les parents veulent savoir ce qui est arrivé à leurs enfants après qu’ils aient été vaccinés.

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 07:54

L'Information émane de Belgique. Un document confidentiel de l'entreprise GlaxoSmithKline vient d'y être révélé. On apprend que le vaccin hexavalent aurait fait pas moins de 36 décès d'enfants en 2 ans! Et combien d'autres victimes en tout depuis la mise sur le marché?

 

Plus d'infos ici ainsi que le document:

 

http://www.alterinfo.net/Infanrix-hexa-le-document-confidentiel-accablant_a84542.html

 

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/2012-2013/confid.pdf

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 11:22

Congrès Américain

Comité de Surveillance et des Réformes

Première Audition gouvernementale sur l’autisme depuis 10 ans

(29 novembre 2012)

   

L’autisme a-t-il existé avant les vaccins ?

 

Congres-americain.JPG

 

Les troubles du spectre autistique ont, aux Etats-Unis, pris la forme d’une crise sanitaire nationale aux proportions épidémiques. L’autisme aujourd’hui est devenu le problème de tous les Américains. Si votre famille n’est pas encore touchée, il n’est pas du tout impossible qu’un membre puisse le devenir tôt ou tard.

 

L’autisme est un trouble complexe du développement qui affecte le comportement d’une personne, ainsi que la façon dont elle communique avec les autres. Les symptômes ne sont pas clairement définis, la cause est inconnue et peu de traitements s’avèrent efficaces. Le diagnostic de l’autisme équivaut carrément à une condamnation à perpétuité et sans possibilité de libération tant pour la victime que pour la famille.

 

Les parents des enfants qui ont reçu le diagnostic d’autisme ont lutté pendant des décennies pour que l’on recherche les causes de la maladie et que l’on mette au point des traitements, alors que les autorités médicales et les instances de santé gouvernementales n’ont cessé de faire preuve d’un comportement étrange qui allait du manque d’intérêt  manifeste à un antagonisme envers les victimes et leurs familles. Que doit-on penser de pareilles attitudes ?

 

Aux Etats-Unis, au cours des 30 dernières années, la prévalence des troubles du spectre autistique a explosé, passant de 1 cas pour 10.000 à 1 cas sur 88,2. Les troubles du spectre autistique comprennent un large éventail de troubles du développement neurologique. Les troubles du spectre autistique peuvent se produire dans tous les groupes ethniques, socio-économiques et survenir à tous  âges.

 

Une étude publiée en 2006 par l’Ecole de Santé Publique de Harvard précise que le coût des soins pour une personne autiste tout au cours de sa vie s’élève à environ 3,2 millions de dollars.

 

« Cette année même, 46.000 enfants environ recevront le diagnostic  d’autisme, c’est plus que le sida, le diabète juvénile et les cancers infantiles réunis. »

 

http://oversight.house.gov/wp-content/uploads/2012/11/Wright-Testimony-and-TnT.pdf

 

Le 29 novembre 2012, le Comité de Surveillance et des Réformes a organisé une série d’auditions pour pouvoir se faire une idée plus précise de ce qu’il y aurait lieu de faire, des questions qu’il faudrait aborder pour ces enfants, ces adultes et ces familles qui vivent avec des personnes atteintes d’autisme.

 

Après le témoignage sous serment  des représentants de l’Institut National de Santé et du CDC, le Député Darrell Issa, Président de la Chambre Américaine de Surveillance et des Comités de Réforme du gouvernement a posé la question que des milliers de parents ont posée pendant des dizaines d’années : « Est-ce que les cas d’autisme sont antérieurs à tous les vaccins ? En d’autres mots, l’autisme a-t-il existé avant les vaccins ? »

 

La meilleure réponse qui a pu être obtenue des experts est que l’autisme a probablement existé avant, mais que personne ne l’avait remarqué. (It (autism) probably existed before, just no one noticed the pattern. »)

 

Les points suivants ont été abordés au cours de l’audience :

 

* Pourquoi les cas d’autisme ont-ils progressé si rapidement passant de 1 cas sur 10.000 à 1 cas sur 88 ?

 

* Pourquoi l’autisme n’a-t-il PAS été classé comme étant une véritable crise de santé publique ?

 

* Quelles sont les causes de l’autisme ?

 

* Pourquoi a-t-il fallu répéter la même question et attendre 2 minutes pour que le représentant du CDC admette qu’ils n’ont jamais réalisé une étude comparant des vaccinés à des non vaccinés ?

 

* Pourquoi l’autisme était-il inconnu chez les enfants africains avant l’introduction des vaccins ?

 

* Est-il juste de dire qu’aucune cause potentielle de l’autisme ne puisse être écartée ?

 

* Si les vaccins représentent un tel bénéfice pour la santé publique, pourquoi les Etats-Unis recommandent-ils plus de vaccins que n’importe quel autre pays au Monde, et qu’au point de vue mortalité infantile, les Etats-Unis occupent la 34 ème place ?

 

* Dans quelle mesure le CDC s’est-il appuyé sur les recherches du Dr Paul Thorsen pour montrer qu’il n’existait pas de lien entre les vaccins et l’autisme ?

 

* Pourquoi ni le NIH (National Institute of Health), ni le CDC (Centers for Disease Control) n’ont-ils pas daigné écouter les récits des parents concernant l’évolution de l’autisme chez leur enfant ?

 

* Pourquoi n’a-t-on pas étudié les vaccins comme facteur potentiel ayant contribué à l’élévation des taux d’autisme ?

 

* Quel est le montant des sommes d’argent du contribuable qui ont été gaspillées dans la recherche ?

 

Tous les consommateurs de soins de santé à travers les Etats-Unis méritent de recevoir des réponses à toutes ces questions.

 

Norma Erickson, Présidente de Sanevax, 03.12.2012.

(Communiqué de presse, Extraits)

 

Des questions à la porte-parole du CDC

(Ici Madame Maloney, députée)  

Mrs-Maloney--autisme-.JPG

 

Mrs. MALONEY (députée) : « J’ai eu des contacts avec 50 parents différents qui sont venus me trouver pour me dire qu’ils avaient des enfants en parfaite santé ; puis ces enfants ont reçu 6, 9,10 vaccins le même jour et ils ont changé du jour au lendemain, ils se frappaient la tête contre les murs, ils n’étaient plus les mêmes enfants…La santé de ces enfants était parfaite jusqu’à ce qu’ils soient vaccinés… »

 

VIDEO : 1 enfant sur 88 : la réponse fédérale à l’augmentation des taux d’autisme (en anglais)http://oversight.house.gov/hearing/1-in-88-children-a-look-into-the-federal-response-to-rising-rates-of-autism/

 

Autres questions importantes des membres du Congrès Américain

(reprises sur le site VacTruth)

 

Les membres du Congrès se sont bien préparés pour cette audition et ont clairement fait leur devoir. On a pu admirer la pertinence de leurs questions, leur degré de compassion, ainsi que leur volonté d’obtenir plus de clarté.

 

Ci-dessous quelques unes de leurs questions :

 

Le mercure est toxique. Pourquoi n’a-t-il jamais été véritablement testé ?

 

Si on recommande aux femmes enceintes de ne pas manger de poisson qui contiendrait du mercure, comment peut-on expliquer que l’injection de ce produit aux mamans et à leurs enfants puisse être considérée sans danger ?

 

Quel est l’effet cumulatif du mercure dans toutes ces doses de vaccins ?

 

La FDA a admis qu’il n’y avait pas de preuves concluantes que le mercure était susceptible de provoquer des dommages neurologiques. S’il existe bien un doute, pourquoi ne pas respecter le principe de précaution et retirer le mercure de tous les vaccins ?

 

Pourquoi y a-t-il encore du mercure dans les vaccins combinés ? Pourquoi ne peut-on pas utiliser des doses uniques ?

 

Si le mercure ne comporte aucun risque pourquoi a-t-il été retiré des vaccins à l’exception de quelques-uns ?

 

Pourquoi tant de vaccins en une seule journée, parfois 9 vaccins à la fois ? Précédemment les enfants ne recevaient que 3 vaccins. Pourquoi y en a-t-il 40 aujourd’hui ?

 

Pourquoi ne pas étaler les vaccinations, pourquoi ne pas administrer un seul vaccin à la fois ?

 

Pourquoi le fait d’administrer plusieurs vaccins à la fois n’a-t-il pas été testé ?

 

Pourquoi ne pas comparer les familles qui ont des enfants autistes avec des familles dont les enfants n’ont pas été touché par cette maladie ?

 

Où peut-on trouver l’étude qui compare les enfants vaccinés à des enfants non vaccinés ?

 

Que fait-on pour trouver des traitements efficaces ?

 

Qu’en est-il des responsabilités par rapport à cette épidémie d’autisme ?

 

Qu’en est-il de l’intégrité de Paul Thorsen qui a été impliqué dans 21 études du CDC sur les vaccins ?

 

Où se trouve l’origine de la loi qui protège les fabricants de vaccins contre toute poursuite judiciaire ?

 

Qu’attend on pour élaborer une stratégie nationale pour améliorer la situation ?

 

Pourquoi la situation n’arrête-t-elle pas d’empirer en dépit de tous les efforts entrepris ?

 

Pourquoi n’êtes-vous pas à l’écoute des familles et de leurs véritables besoins ? Il existe beaucoup trop de preuves et d’histoires qui ne cessent de se répéter encore et encore- mon enfant était parfaitement normal et en bonne santé ; il a été vacciné et tout a basculé du jour au lendemain !

 

L’autisme est un grave problème de santé publique. Pourquoi ne représente-t-il pas une priorité quotidienne pour le CDC ?

 

Il y a plus de dix ans que ce problème existe. Nous avons dépensé des sommes énormes. Qu’un enfant sur 88 soit atteint d’autisme est épouvantable, alors que dans les années 1960 on recensait 1 enfant sur 10.000 ! Il ne faut pas que l’on mette cette augmentation sur le compte d’un meilleur dépistage. Des progrès dans le dépistage ne peuvent absolument pas expliquer de telles différences. Le bon sens nous dit que nos enfants sont sur-vaccinés.

 

Sources : SaneVax & Vactruth

 

« Les grands programmes de vaccination ont été mis au point à la fin des années 1930. Le premier groupe de bébés autistes a été enregistré au début des années 1940. Quand les programmes de vaccinations ont pris de l'ampleur, le nombre des enfants autistes a considérablement augmenté. » Harris Coulter Ph.D. (Historien des Sciences et de la Médecine)

 

   

http://www.initiativecitoyenne.be/article-l-autisme-a-t-il-existe-avant-les-vaccins-113134177.html

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 22:18

...et ça a bouleversé toute sa vie.

 

Une vidéo interpellante du Dr Alain Scohy (merci à lui):

 

 

Le premier qui ose sortir du rang servira d'exemple: "fusillé"!

 

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
24 novembre 2012 6 24 /11 /novembre /2012 22:25

Nous sommes attaqués !

Le NVIC demande aux Américains de se lever et de parler

                  

Barbara Loe Fisher,

Présidente du NVIC (National Vaccine Information Center)

20.11.2012

Maman-enfant-NVIC.JPG

       

En 2013, le NVIC entrera dans sa quarantième année d’action dans la prévention des dommages et des décès liés aux vaccinations. Au cours de cette période le NVIC n’a cessé d’informer le public et de réclamer pour tout un chacun le droit de choisir librement en matière vaccinale.

 

Au cours des dernières décennies, le NVIC a connu de nombreux succès dans la réalisation de sa mission.

 

Ces succès ont suscité une opposition de plus en plus farouche de la part d’associations médicales politiquement puissantes, comme aussi de groupes d’intérêts liés aux compagnies pharmaceutiques. Ces groupes déploient d’énormes efforts pour censurer une information honnête sur les vaccins et éliminer des textes légaux la protection que donne le consentement éclairé.

 

Le NVIC est reconnu comme une source très fiable d’information

 

Les sondages d’opinion ont révélé que, pour les Américains, le NVIC représente l’une des plus importantes sources d’information fiable sur le problème des vaccins, tant pour les Américains qui choisissent de se faire vacciner que pour ceux qui préfèrent s’abstenir. Notre association bien référencée sur le Web contribue à éclairer des millions d’Américains dans les décisions importantes qu’ils ont à prendre en matière de santé.

 

Cette énorme réalisation n’aurait pas été possible sans le soutien loyal et financier de dizaines de milliers de parents, de grands-parents, de médecins, d’infirmières et d’étudiants de tous les états et de tous les horizons de vie.

 

Absence de responsabilité pour les sociétés pharmaceutiques et pour les médecins

 

Beaucoup de personnes ne réalisent toujours pas que le Congrès et la Cour Suprême des Etats-Unis ont complètement protégé et dégagé les compagnies pharmaceutiques et les médecins américains de toute responsabilité et de toute poursuite pour faute professionnelle quand la santé des citoyens était endommagée par les vaccins ou quand des décès se produisaient après des vaccinations. Mais les sociétés commerciales pharmaceutiques et les groupes médicaux ne se satisfont pas encore de cette protection et de ce dégagement de toute responsabilité. Ils veulent en plus contraindre légalement 310 millions d’Américains à acheter et à utiliser tout type de vaccin fabriqué par Big Pharma et encouragé par les services de santé publique et ce, sans exception.

 

Le NVIC fait l’objet d’attaques parce qu’il défend le droit au consentement éclairé

 

Depuis 30 ans, le NVIC défend de manière intransigeante le principe du consentement éclairé par rapport aux risques médicaux et aux risques que présentent les vaccinations. C’est la raison pour laquelle le NVIC, comme aussi  de courageux citoyens dans chaque état, font l’objet de violentes attaques pour vouloir protéger leur droit à l’information et à la liberté de choisir ce qui leur convient, comme ce qui convient à la santé de leurs enfants.

[…]

 

Des membres du personnel des soins de santé sont virés

 

Des enfants se voient refuser des soins de santé si les parents se permettent de poser des questions sur les vaccins aux pédiatres ou s’ils veulent s’opposer à ce qu’on administre à leur enfant huit ou dix vaccins différents le même jour.

 

Les membres du personnel des soins de santé sont menacés ou licenciés s’ils ne se soumettent pas au vaccin annuel contre la grippe.

 

Voici comment s’exprimait une infirmière sur le site du NVIC :

 

« Quand, dans le passé, je me faisais vacciner contre la grippe, je souffrais de courbatures dans les semaines qui suivaient. Après m’être suffisamment informée sur le problème des vaccins, j’ai décidé de ne plus me faire vacciner. Je suis infirmière et j’aime mon travail. Je prends toutes les précautions nécessaires dans l’intérêt des patients, je me lave régulièrement les mains etc.  Au cours de notre dernière réunion j’ai appris que la politique  de notre organisation avait été modifiée et que je me verrais obligée de me faire vacciner sous peine de perdre mon emploi. Je suis maintenant à la croisée des chemins et j’envisage de quitter mon emploi parce que je me sens tellement brimée dans ma liberté personnelle. »

 

Barbara-Loe-Fisher-novembre-2012.JPG

   Barbara Loe Fisher, Présidente du NVIC

 

 

Pas de vaccinations, pas d’ordonnance médicale !

 

Les Américains qui ont besoin de l’aide publique sont contraints, contre leur volonté, de subir de nombreux vaccins ou de se voir refuser une ordonnance médicale. Voici ce que disait un Américain qui était dans des difficultés financières :

 

« Au cours de la dernière récession, j’ai dû avoir recours à des soins médicaux. Je souffrais de pression artérielle élevée due au stress J’ai effectué ma toute dernière visite à cet endroit pour obtenir une prescription médicale pour mes problèmes de tension, alors même que ce document m’avait été refusé si je n’acceptais pas que l’on m’injecte trois vaccins : le vaccin antitétanique, le vaccin contre la grippe et le vaccin anti-pneumocoques. Au début, j’ai refusé, mais j’ai finalement dû accepter parce que j’avais peur pour ma santé si j’arrêtais de prendre ces médicaments. J’ai été malade pendant neuf jours après avoir reçu ces vaccins. Etre forcé sous la contrainte de se faire vacciner à l’âge adulte génère un sentiment horrible, celui de la perte de toute liberté. Utiliser la contrainte pour vous refuser des médicaments relève de la pure méchanceté. »

 

Pas de vaccinations ? Pas de remboursements !

 

Les personnes âgées sont, elles aussi, victimes d’intimidation. Un couple dépendant de l’assurance maladie a décrit sa terrible expérience :

 

« Mon épouse et moi-même sommes dans la soixantaine ; nous dépendons de l’assurance maladie. Aujourd’hui nous sommes allés trouver notre généraliste pour une visite de routine. Nous avons été choqués d’apprendre ce que notre médecin traitant a eu à nous dire après 26 ans de consultations. Ce médecin nous a parlé des nouvelles directives fédérales en matière de soins de santé. Il nous a précisé que si nous n’acceptions pas le vaccin anti- pneumocoques, il se voyait obligé de nous rayer de sa clientèle ! Mon épouse et moi-même nous sommes sentis comme violés. »

 

Des médecins veulent encore administrer plus de vaccins à des enfants qui ont déjà subi des dommages vaccinaux

 

Des médecins vont jusqu’à exercer des pressions sur des parents dont les enfants ont déjà été victimes de vaccinations pour que ces derniers reçoivent encore d’autres vaccinations. Ces médecins actuellement dégagés de toute responsabilité se sentent apparemment à l’aise de prendre des risques avec des vaccins passe-partout. Les mères de ces enfants n’arrêtent pas de se battre contre pareille situation et se chargent d’avertir d’autres parents du comportement inacceptable de certains médecins ; elles se battent également pour que les lois d’exemption soient respectées à tout prix. L’une de ces mamans disait :

 

« Ma fille est la preuve vivante des dégâts que peut provoquer le vaccin contre la coqueluche. Je voudrais supplier tout un chacun de faire l’impossible pour défendre la possibilité d’exemption. Mon enfant a failli mourir après avoir été vaccinée… et dire qu’il y a des médecins, comme par exemple ce neurologue auquel nous avons rendu visite en Californie, qui nous a conseillé de poursuivre le schéma du vaccin qui lui a presque coûté la vie ! Notre fille a souffert d’encéphalopathie, de convulsions rares, de retards globaux de développement, de retards de la parole. Elle a maintenant huit ans et ne sait toujours pas marcher seule ; elle ne sait que ramper. Elle est incapable de fréquenter l’école. Nous n’avons plus d’assurance santé ; nous avons perdu notre emploi ; tout cela à cause des dégâts que la vaccination a provoqués. Si vous pensez encore que des médecins accepteront de signer un document d’exemption (objection de conscience), je tiens à vous dire qu’ils ne le feront pas. »

 

Cette maman sait « de première main » que les risques vaccinaux sont plus importants pour certains, et que la vaccination est à nos risques et périls. Devrions-nous dès lors, en matière de vaccination, abandonner notre liberté de choisir ce qui nous convient à nous comme à nos enfants ?

 

Aidez le NVIC à informer les Américains pour qu’ils se lèvent et parlent

 

Il n’y a plus de temps à perdre. Maintenant plus que jamais, le NVIC doit pouvoir compter sur les ressources nécessaires pour informer encore plus largement les Américains, comme aussi pour protéger les droits à l’exemption.

 

N’hésitez pas à consulter le site NVIC.org, comme à offrir un don qui nous permettra de continuer à défendre les droits parentaux, civils et humains aux Etats-Unis.

 

C’est ce que vous choisirez de faire aujourd’hui qui déterminera votre avenir, celui de vos enfants, petits-enfants et de tous ceux que vous aimez. Merci d’avance.

 

[1]   NVIC.org. About National Vaccine Information Center.  

[2]  Omer S. Chart: Trust in Sources of Vaccine Information. Presentation to National Vaccine Advisory Committee (NVAC)

[3]  BusinessWire. NVIC Press Release: NVIC Cites “Betrayal” of Consumers by U.S. Supreme Court Giving Total Liability Shield to Big Pharma. Feb. 23, 2011.

[4]  Fisher BL. Doctors Denying Vaccine Risks: An American Tragedy. Apr. 12, 2011.

[5]  BusinessWire. NVIC Calls Out AAP for Using Public Intimidation to Censor NVIC Flu Prevention Video Offered to Delta Travelers. Nov. 15, 2011.

[6]  You Tube. NVIC Flu Prevention Video.  

[7]   NVIC Vaccine E-News. NVIC Educates One Million Plus in Times Square on New Year’s Eve. Dec. 26, 2011. 

[8]  Fisher BL. Philosophical Exemption to Vaccination Saved in Vermont. May 14, 2012.

[9] Business Wire. NVIC Says Governor Brown Fails to Veto Vaccine Bill But Affirms Personal and Religious Exemptions. Oct. 1, 2012.

[10]   NVIC.org. Cry for Vaccine Freedom Wall. 

 

 

http://www.nvic.org/NVIC-Vaccine-News/November-2012/Under-Attack,-NVIC-Helps-Americans-Stand-Up-Spea.aspx

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.