Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 21:48

Ce que tous les parents devraient

savoir sur les vaccins

 

Dr J.Mercola. 

 

Enfant-que-l-on-vaccine-mercola.jpg

 

Le bon sens devrait nous faire comprendre que si nous faisons administrer à nos enfants plusieurs dizaines de vaccins de la naissance jusqu’à l’âge de 18 ans, nous les sur-vaccinons. Pourtant les autorités de Santé continuent de nous faire croire qu’en ce qui concerne les vaccins «  plus c’est mieux » sans fournir de preuves scientifiques suffisantes pour justifier cette hypothèse.

 

Si vous suivez le calendrier vaccinal recommandé par le CDC, votre enfant recevra 49 doses de 14 vaccins quand il aura atteint l’âge de 6 ans. A l’âge de 18 ans il devrait avoir reçu 69 doses de 16 vaccins, comme recommandé par le CDC.(Centres Américains de contrôle des maladies)

 

La liste des problèmes liés aux vaccins  et à la politique vaccinale est longue et troublante.

 

1. Les enfants ne sont pas tous biologiquement identiques. La vaccination « passe-partout » ne prend pas en compte les différences existant entre les profiles génétiques et les réponses immunitaires possibles en fonction de paramètres comme l’âge, le poids et l’état de santé global.

 

2. Le taux de mortalité infantile des différents pays du globe semble être lié au nombre de vaccins administrés avant l’âge de 12 ans. Un nombre plus élevé de vaccins peut contribuer à une mortalité infantile plus élevée.

 

3. Les bébés peuvent recevoir plusieurs vaccins à la fois. Entre 12 et 15 mois, ils peuvent recevoir simultanément 8 vaccins ou plus au cours d’une même visite chez le médecin. Cette addition de vaccins peut contribuer  à augmenter le risque d’une réaction grave.

 

4. Les vaccins n’ont pas été suffisamment testés pour la sécurité, de sorte que leurs effets à long terme sur la santé sont inconnus. En outre, les effets des vaccins multi doses administrés simultanément n’ont pas été étudiés comme il le faudrait. Ce sont les compagnies pharmaceutiques qui ont financé la quasi-totalité de la recherche sur les vaccins ; ce fait produit un biais considérable.

 

5. Les vaccins n’offrent pas une protection complète et permanente contre les maladies infectieuses. Un exemple : 75% des enfants qui avaient contracté la varicelle au cours d’une épidémie dans le Maryland en 2001, avaient bel et bien été vaccinés contre la varicelle. Au cours d’épidémies de coqueluche et d’oreillons, de nombreuses personnes vaccinées ont fait la maladie.

 

6. Les vaccins ne sont pas toujours stériles ; ils peuvent être contaminés par des bactéries, des fragments viraux ou de l’ADN humain ou animal.

 

7. Les vaccins peuvent contenir des additifs toxiques comme l’aluminium et le mercure qui peuvent augmenter la charge toxique chez votre enfant.

 

8. Certains vaccins sont associés à un nombre important de graves problèmes de santé soit immédiats, soit différés, mais les professionnels de santé signalement rarement les effets secondaires des vaccins. Malgré cela, chaque année plus de 25.000 effets indésirables sont présentés au gouvernement, y compris des lésions irréversibles et des décès. Il est cependant officiellement reconnu  que ces chiffres ne représentent que 1 à 10 % du total des réactions aux vaccins. Ce qui signifie que des millions de personnes pourraient avoir souffert d’effets secondaires au cours des dernières années.

 

9. Selon certains chercheurs, les vaccins peuvent contenir des « excito toxines » qui peuvent , par stimulation excessive, perturber le système immunitaire des enfants, comme endommager des fonctions cérébrales, ouvrant ainsi la porte à toute une série de maladies comme l’autisme, les troubles d’apprentissage et autres troubles psychiatriques. Une nouvelle étude fournit les preuves de liens entre le nombre élevé des vaccins et l’actuelle épidémie d’autisme.

 

10. Beaucoup d’enfants reçoivent encore plus de vaccins que ceux qui sont recommandés dans le calendrier vaccinal… Une enquête nationale sur les vaccinations a montré que dix pour cent des enfants âgés de 19 à 35 mois ont reçu des vaccinations supplémentaires par rapport au calendrier vaccinal officiel.

 

11. Empêcher les réponses immunitaires naturelles aux pathogènes environnementaux pourrait ne pas être la meilleure des solutions pour la santé de votre enfant. Des enfants en bonne santé profitent pour toute leur vie des réponses immunitaires naturelles.

 

http://foodmatters.tv/articles-1/what-every-parent-should-know-about-vaccines  

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.