Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 19:03

Un vaccin dangereux et interdit est reconditionné et reçoit un nouveau nom !

 

Christina England, 24 septembre 2012 , VacTruth  

enfant-qui-dort-vactruth.jpg

   

Sans le savoir des parents ont soumis leurs enfants à un vaccin dangereux

 

Une fois encore, le gouvernement britannique a autorisé un vaccin préalablement interdit et dangereux, en le reconditionnant et en lui donnant un nouveau nom dans le but de tromper les parents.

 

C’est en 1988 que le gouvernement britannique a essayé cette tactique pour la première fois et a y réussi quand le JCVI (Comité mixte sur la vaccination) a approuvé le vaccin ROR Pluserix pour utilisation au Royaume-Uni.

 

Le Pluserix avait déjà été interdit au Canada parce qu’à la suite de ce vaccin, des milliers d’enfants avaient souffert d’effets secondaires irréversibles. C’est ce vaccin qui dans la suite a causé les mêmes dégâts au Royaume-Uni. [1]

 

UN VACCIN DANGEREUX

 

Le Dr Lucija Tomljenovic a donné une liste des effets secondaires dévastateurs de ce vaccin : encéphalite, méningite, surdité bilatérale.

(The vaccination policy and the Code of Practice of the Joint Committee on Vaccination and Immunisation (JCVI): Are They at Odds?)

 

Consternée par le comportement de la commission, elle a dévoilé ce qui s’est exactement dit à huis clos au sein du JCVI. Elle écrit :

 

“Ainsi, au lieu d’évaluer la politique de vaccination, au moins jusqu’à ce que les problèmes de sécurité aient été complètement évalués, le JCVI a choisi de maintenir la politique en cours et basée sur les preuves incomplètes qui étaient disponibles à cette époque.” [2]

 

Les parents de Katie Stephen qui est devenue complètement sourde d’une oreille après avoir reçu ce vaccin interdit, continuent de se battre aujourd’hui pour obtenir réparation. La maman de Katie est en colère et a précise dans un article récent au Telegraph:

 

“Elle n’est pas née dans cet état. C’est le Ministère de la Santé qui lui a infligé ce handicap. Ces gens ont distribué des tracts pour expliquer que c’était la meilleure chose à faire pour la santé des enfants, et non seulement cela, mais aussi que c’était la meilleure chose à faire pour l’immunité collective au Royaume- Uni contre ces trois maladies.[3]

 

UN AUTRE CAMOUFLAGE QUI NE TIENT PAS LA ROUTE

 

En ne tirant aucune conclusion de ses pratiques, le gouvernement britannique a une fois de plus mis potentiellement en danger des milliers de vies en réintroduisant sur le marché britannique un vaccin interdit et qui n’avait, cette fois, même pas obtenu de licence.

 

En juin 2012, il a été annoncé que le simple vaccin contre les oreillons “Médi-Mumps” cultivé sur des cellules rénales de chien serait disponible pour certaines cliniques privées en tant qu’option alternative du ROR (Rougeole,Rubéole,Oreillons). Depuis, on a découvert que le “Médi-Mumps” était en fait le vaccin Pavivac qui avait été interdit et ne possédait pas de licence. Pour camoufler la chose, comme ce fut le cas pour le vaccin Pluserix ROR, le vaccin a été reconditionné et a reçu un nouveau nom.

 

UNE DECOUVERTE CHOQUANTE

 

Grâce à des recherches intensives, nous avons appris que le 13 septembre 2012, la MHRA au Royaume-Uni (Agence de Règlementation des Médicaments et Produits de Santé) a publié un communiqué de presse intitulé: “Enquêtes sur la publicité”.

 

La MHRA écrit:

 

"La MHRA a été mise au courant des informations présentées sur le site CIC (Centre d’Immunisation des Enfants) au sujet de Médi-Oreillons et du communiqué de presse. La MHRA craint que l’information fournie ne présente une vision déséquilibrée au sujet de la sécurité et de l’efficacité du vaccin parce qu’il n’a pas été fait mention des préoccupations de la MHRA, ni de l’avis du CSM, ni du fait que le produit n’avait pas été autorisé. Nous avons réalisé que le vaccin Médi-Oreillons est fabriqué à partir du même stock, et fabriqué de la même manière que le vaccin Pavivac contre les oreillons. La MHRA agissant sur les conseils d’un comité consultatif indépendant, le Comité sur la Sécurité des Médicaments (CSM), s’est, pendant un certain nombre d’années, opposé à l’importation du Pavivac parce qu’il n’y avait pas suffisamment d’information disponible pour pouvoir assurer sa sécurité, sa qualité et son efficacité."

 

VOUS NE POURREZ PAS DIRE QUE VOUS N’AVEZ PAS ETE AVERTIS

 

Etonnamment, en mai de cette année, j’ai écrit un article intitulé Un nouveau vaccin fabriqué à partir de cellules de chiens susceptible de déclencher des allergies aux chiens. [5]

 

J’ai mis en évidence que le vaccin Médi-Oreillons avait été annoncé comme étant disponible à partir de juin 2012 dans deux cliniques privées (Centres d’Immunisation pour Enfants) qui ont maintenant retiré le vaccin en question de leurs annonces [6] alors que la Clinique “The Early Onset Clinic”, au moment où j’écris ces lignes, annonce que ce vaccin est encore disponible aujourd’hui. [7]

 

Je me suis renseignée pour savoir si oui ou non le nouveau vaccin pouvait être le vaccin Pavivac qui avait été interdit, reconditionné et représenté comme un nouveau produit:

 

“Il est intéressant de noter que le Médi-Oreillons est très semblable au vaccin Pavivac qui avait été interdit. Le vaccin Pavivac a également été fabriqué en République Tchèque; il a été cultivé sur des cellules de reins de chiens, mais ce vaccin a, en 2002, été rejeté par le CSM (Comité pour la Sécurité des Médicaments) en raison de problèmes de sécurité.” [8]

 

CONCLUSION

 

J’aimerais savoir comment ces cliniques privées s’y sont prises pour réaliser ce gâchis. N’auraient-elles pas pris conscience que dans certains cas elles font de la publicité pour des produits interdits et sans licence qu’elles injectent à de très jeunes enfants? Ces cliniques ne réaliseraient-elles pas que depuis 2010 c’est illégal de faire de la publicité pour des produits non homologués? [9]

 

Comment pourrions-nous, en tant que consommateurs de soins de santé, jamais faire confiance à nos gouvernements s’ils continuent d’approuver pour nos enfants des produits dangereux, interdits et non autorisés? Nous n’avons parlé que de deux produits que nous connaissons, mais on est en droit de se demander combien il pourrait y avoir d’autres médicaments, vaccins, produits de santé qui sont en fait interdits, non homologués mais qui seraient malgré tout recommandés alors qu’ils ont pu être reconditionnés et qu’ils ont changé de nom?

 

Références

 

1. Jenny Hope Daily Mail Secret British MMR Vaccine Files Forced Open By Legal Action http://www.theoneclickgroup.co.uk/news.php?id=3156#newspost

 

2. Lucija Tomljenovic, Ph.D. The Vaccination Policy and the Code of Practice of the Joint Committee on Vaccination and Immunisation (JCVI): Are They at Odds? http://www.ecomed.org.uk/wp-content/uploads/2011/09/3-tomljenovic.pdf

 

3. The Telegraph: Rogue Strain of MMR Vaccine ‘Caused Deafness.

http://www.telegraph.co.uk/health/healthnews/9521728/Rogue-strain-of-MMR-vaccine-caused-deafness.html

 

4. MHRA Advertising Investigations

 http://www.mhra.gov.uk/Howweregulate/Medicines/Advertisingofmedicines/Advertisinginvestigations/CON184749

 

5. New Vaccine Made From Dog Cells May Trigger Allergy to Dogs

http://vactruth.com/2012/05/25/vaccine-dog-cells-allergy/

 

6. Children’s Immunization Clinic

http://www.childrensimmunisation.com/mumps/

 

7. Early Onset Clinic

http://earlyonset.com/mumps-vaccine-to-be-made-available-in-uk-from-june-2012.html

 

8. CSM STATEMENT FROM THE COMMITTEE ON SAFETY OF MEDICINES ADVICE THAT UNLICENSED PAVIVAC SINGLE MUMPS VACCINE SHOULD NOT BE IMPORTED OR USED November 2002

http://www.mhra.gov.uk/home/groups/pl-p/documents/websiteresources/con2031109.pdf

 

9. MHRA Information for wholesale dealers and manufacturers: Advertising of unlicensed medicines

http://www.mhra.gov.uk/Howweregulate/Medicines/Medicinesregulatorynews/CON093892

 

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 22:27
atroces-vaccins.jpg
Des ingrédients stérilisants secrets dans de nombreux vaccins
 
Selon Information de santé pour la grossesse du California Teratogen Information Line Service (CITS), il existe de nombreux facteurs capables de rendre l’homme stérile et, près de la moitié de la totalité des cas d'infertilité étant dus à l'homme, il est important de bien en étudier les causes.
 
Des études antérieures ont montré que les radiations et les rayonnements électromagnétiques des téléphones cellulaires et des ordinateurs sont reliées à l'infertilité ou à la sous-fertilité, aussi bien que des produits chimiques, les métaux lourds et les solvants, la chaleur et la pression (comme avec les bains chauds et des sous-vêtements serrés), la pollution environnementale, le tabagisme et les maladies sexuellement transmissibles.
 
Mais, dans leur récapitulatif des différentes causes de l'infertilité, ils en ont oublié une : les vaccins.
 
La fécondité a rapidement chuté depuis les années 1950 dans tous les pays du monde, et le début du changement a coïncidé avec l’introduction des premiers programmes de vaccination de masse. Par exemple, au Royaume-Uni, en 1947, une campagne de vaccination DTC (diphtérie, tétanos, coqueluche) de masse a été introduite, et, en 1958, les premiers vaccins contre la polio et la diphtérie ont été lancés à grande échelle pour toute personne de moins de 15 ans.
 
Spermicide dans les vaccins 
 
Les vaccins contiennent de nombreux ingrédients potentiellement nuisibles pour la fertilité. Ce sont les détergents, comme le Triton X-100, aussi connu sous le nom d’octoxynol 10, un spermicide connu utilisé dans des expériences visant à « dépouiller » le sperme [de ses spermatozoïdes], de sorte qu'il ne soit plus capable de féconder l’ovule. En 1977, dans une étude du Journal of Reproduction and Fertility, le triton X-100 a été cité dans le tableau des « spermicides les plus puissants », produisant 100% de dégradation du sperme humain, avec les dosages nécessaires à cet effet.
 
L’octoxynol 10 (triton X-100) est inclus dans des vaccins. La fiche d’information du vaccin Fluarix indique :
      
 « Le Fluarix (vaccin contre le virus de la grippe) ne contient pas de thimérosal. Chaque dose de 0,5 mL contient aussi de l’octoxynol-10 (triton X-100) et du polysorbate 80 (tween 80). »
 
L’octoxynol 9 (ou 10) contient en général des traces toxiques d'oxyde d'éthylène, de dioxane, de phénols C9 ou d’éther de glycol.
 
Les détergents et les émulsifiants favorisent les tumeurs et amènent les cellules à fuir ou exploser en diluant leur membrane, aucun mécanisme ne contrôlant cette activité destructive. Du fait précisément de leur capacité à briser les cellules, les détergents sont largement utilisés dans la recherche sur les cellules, afin de les ouvrir pour favoriser l’analyse. Cela imite de façon catastrophique le complexe d’attaque membranaire.
 
On les trouve aussi dans d'autres vaccins contre la grippe, tels que les vaccins Pandemrix et Vaxigrip.
 
Le polysorbate 80 provoque l’infertilité
 
Un autre ingrédient problématique, le polysorbate 80 (aussi connu sous le nom de tween 80), se trouve dans de nombreux vaccins, notamment le Pediacel, un vaccin cinq-en-un administré aux nourrissons, et dans le vaccin Gardasil contre le HPV. Le polysorbate 80 est un agent connu pour provoquer la stérilité chez le rat. Il crée des altérations du vagin et de l'utérus, des déformations des ovaires et des follicules ovariens dégénératifs, et cela nuit à la capacité de reproduction du rat.
 
Chose intéressante, c’est aussi un émulsifiant utilisé dans des marques populaires de crèmes glacées.
 
Certains professionnels de la santé affirment qu'il est constaté provoquer l'infertilité uniquement chez le rat, pas chez l’Homme, mais la piqûre contraceptive Depo-Provera contient aussi du polysorbate 80, et il a été ajouté aux injections contraceptives expérimentales pour animaux, car c’est l’un des ingrédients de stérilisation parfaits.
 
Les ratons femelles qui, 4 à 7 jours après la naissance, ont reçu une injection de polysorbate 80, avaient des altérations du vagin et de la muqueuse de l'utérus, des changements hormonaux, des difformités ovariennes et des follicules ovariens dégénératifs [qui se dégradent].
 
Selon l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, qui fait partie de l'Organisation des Nations Unies, des scientifiques de l'organisation développent, précisément en tant que méthode de contraception, des vaccins pour nuire à la fertilité. Un ingrédient suggéré pour le vaccin est le polysorbate 80 (également connu sous le nom de tween 80). Comme il s'agit d'un ingrédient privilégié, les scientifiques sont manifestement conscients de sa capacité à provoquer l'infertilité.
 
Syndrome de la guerre du Golfe, victimes d’infertilité
 
Le squalène (huile de foie de requin) est utilisé dans les vaccins contre la grippe H1N1 et le bacille du charbon, ainsi que dans d'autres, comme adjuvant pour faire que le vacciné produise plus d'anticorps et aussi pour disperser le vaccin, de sorte de faire plus pour moins d'argent.
 
Il a été impliqué dans des dysfonctionnements immunitaires dévastateurs chez les soldats qui souffraient du syndrome de la guerre du Golfe, beaucoup d'entre eux étant revenus du Golfe avec des problèmes d'infertilité. Noreen Maconochie, Rebecca Simmons et ses collègues de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, ont fait un sondage par la poste et ont découvert que 2,5% des hommes qui avaient été dans le Golfe ne parvenaient pas à faire tomber leur femme enceinte, contre 1,7% des hommes qui n'avaient pas été dans le Golfe. En outre, chez 3,4% des autres, la femme avait fait une fausse couche. Les soldats en Zunie étaient si préoccupés par le programme de vaccination militaire qui les rend stériles qu'ils congelaient leur sperme avant d'avoir eu tous les vaccins.

 

 

Ensemble, le polysorbate 80 et le squalène sont des agents stérilisants parfaits.

 

Loin d'être de simples rapports anecdotiques, les scientifiques sont conscients que la recette idéale pour stériliser est le polysorbate 80 et l'huile de squalène ensemble, comme ils l’ont démontré dans ce brevet de vaccin contraceptif pour animaux :

 

« Dans son expression privilégiée, le vaccin comprend de l'huile, de préférence une huile biodégradable telle que l'huile de squalène. Généralement, le vaccin est préparé à partir d'un adjuvant concentré contenant de la lécithine dans de l'huile de squalène. La solution aqueuse de glycoprotéine est typiquement une solution saline tamponnée au phosphate (PBS), et contient en outre de préférence du tween 80. »

 
C'est exactement ce que certains vaccins contiennent (comme le Pandemrix par exemple). En fait, le Vaccine Adverse Events Reporting System [réseau de signalement des effets indésirables des vaccins] liste sur 25 pages des adolescentes et des femmes ayant eu une fausse couche après l'injection de Gardasil pendant la grossesse, et ce n'est que pour un seul type de vaccin.
 
Dans ces conditions, si vous envisagez un vaccin pour vous ou votre enfant, ne le faites pas en cas de grossesse dans les trois mois qui suivent la vaccination et évitez tout vaccin contenant du polysorbate 80, de l’octoxynol 10 (Triton X-100) ou du squalène (connu sous le nom d’adjuvant AS03 ou MF59).
Sources
 
Original : 

 

 
Traduction copyleft de Pétrus Lombard
Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 22:17

 Megan Pond VaxTruth

formaldéhyde vaccins

C’est un entrepreneur de pompes funèbres qui pour la première fois m’a appris ce qu’était le formaldéhyde. Quand mon fils mourut, mon beau-père se proposa pour fabriquer lui-même le cercueil. Nous prîmes donc l’avis de l’entrepreneur de pompes funèbres étant donné que la fabrication du cercueil devait prendre une semaine.

 

Ce dernier nous rassura tout de suite en nous précisant qu’il n’y avait pas de problème parce que le formol utilisé pour embaumer les corps pourrait garder intact le petit corps de mon fils une semaine de plus. J’ai alors demandé : « Mais qu’est-ce que ce Formol ? » - « du Formaldéhyde » fut la réponse.

 

Quand j’ai appris que le Formaldéhyde était un ingrédient des vaccins, j’en ai eu l’estomac retourné.

 

Le Formol est une forme aqueuse du Formaldéhyde

 

Le Formaldéhyde est toxique. On sait qu’il peut provoquer le cancer. L’Agence de Recherche Internationale sur le Cancer (IARC) a classé le Formaldéhyde dans la liste des produits cancérogènes pour les humains (Juin 2004)

 

IARC Monographs on the Evaluation of Carcinogenic Risks to Humans Volume 88 (2006): Formaldehyde, 2-Butoxyethanol and 1-tert-Butoxypropan-2-ol. Retrieved June 10, 2011, from: http://monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol88/index.php].

 

En 2011, le Programme de Toxicologie du Département de la Santé Américain a classé le Formaldéhyde comme cancérigène pour l’homme dans son 12ème Rapport sur les Cancérogènes  [National Toxicology Program (June 2011). Report on Carcinogens, Twelfth Edition. Department of Health and Human   Services, Public Health Service, National Toxicology Program. Retrieved June 10, 2011, from: http://ntp.niehs.nih.gov/go/roc12]. 

 

Selon le National Research Council, il est probable que moins de 20%, et en tout cas plus de 10% de la population générale soit sensible aux allergies dues au Formaldéhyde et est susceptible d’y réagir fortement à n’importe quel niveau d’exposition.

 

Effets secondaires connus de l’exposition au Formaldéhyde:

 

* modifie les protéines tissulaires
• anémie
formation d‘anticorps
• apathie
sang dans l'urine
*courbatures
• Insuffisance cardiaque
• palpitations et arythmies
• dépression du système nerveux central
• modifications des fonctions cognitives supérieures
douleurs à la poitrine
rhumes
• coma
constipation
• convulsions
décès
destruction des globules rouges
dépression
• diarrhée
difficultés de concentration
désorientation
étourdissements
* maux d'oreille
eczéma
• troubles émotionnels
• fatigue
asphyxie fœtale [peut-être mort subite du nourrisson ?]
maladie grippale
gastrite
inflammation gastro-intestinale
• maux de tête
hyperactivité
• syndrome hypomenstruel
• brefs troubles de l'attention
incapacité de se souvenir de mots et de noms
asthme
• irritabilité
• jaunisse
symptômes de type schizophrène
sensibilité aux sons

 

http://vaxtruth.org/2011/08/vaccine-ingredients/

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 21:32

D’après Megan Pond 

aluminium expo

 

L’aluminium est ajouté à certains vaccins pour permettre de les rendre plus «performants ». Mais que représente l’injection d’aluminium dans le flux sanguin ?

  

Selon la FDA (USA - Food & Drug Administration), l’aluminium peut atteindre des seuils toxiques suite à l’administration parentérale (injection dans le corps) prolongée si la fonction rénale est perturbée…

 

La Recherche montre que les patients souffrant de problèmes rénaux, y compris les nouveaux nés auxquels on injecte des taux d’aluminium supérieurs à 4 ou 5 microgrammes par jour et par kilo de poids corporel, accumulent l’aluminium à des taux présentant une toxicité pour le système nerveux central et les os [pour un nouveau né, cette dose toxique serait de 10 à 20 microgrammes, alors que pour un adulte elle serait de 350 microgrammes]…

 

[Department of Health and Human Services, Food and Drug Administration, Document NDA 19-626/S-019, Federal Food,Drug and Cosmetic Act for Dextrose Injections.]

  

Selon les exigences de la FDA, une injection (IV) d’aluminium ne pourrait dépasser un maximum de 25 microgrammes par jour

 

La dose maximale d’aluminium par kilo de poids corporel étant de 5 mcg, il est facile de comprendre qu’un bébé de 2,2 kilos ne devrait pas recevoir plus de 11 mcg d’aluminium. En outre toute dose de plus de 25 mcg est censée porter une étiquette qui précise :

 

AVERTISSEMENT : Ce produit contient de l’aluminium qui peut s’avérer toxique. L’aluminium peut atteindre des niveaux toxiques suite à une administration parentérale prolongée si la fonction rénale est affaiblie. Les bébés prématurés sont particulièrement à risque du fait que leur fonction rénale est encore immature et du fait qu’il est nécessaire de leur administrer d’importantes solutions de calcium et de phosphate qui contiennent déjà l’aluminium.

 

alu-bickel.jpg

 www.bickel.fr

 

Pour certaines raisons, cette étiquette d’avertissement n’est pas exigée pour les vaccins et la dose maximum de 25 mcg ne leur est pas non plus appliquée.

 

Un petit calcul en fonction des taux maximum d’aluminium PAR JOUR édictés par la FDA:

 

Un bébé en bonne santé de 3,6 kg : 18.16 mcg d’aluminium

 

Un bébé en bonne santé de 6,8 kg : 34.05 mcg d’aluminium

 

Un tout petit en bonne santé de 13,6 kg : 68.1 mcg d’aluminium

 

Un enfant en bonne santé de 22,6 kg : 113mcg d’aluminium

 

Un adulte de 68 kg : 340.5 mcg d’aluminium

 

Un adulte de 158 kg : 794.5 mcg d’aluminium

 

Et voyons maintenant quels sont les taux d’aluminium qui se trouvent dans les vaccins administrés de façon routinière aux enfants.

 

Hib (PedVaxHib)  - 225 mcg par vaccin

 

Hépatite B   - 250 mcg

 

DTaP (= DTC)  - selon les fabricants de 170 à 625 mcg

 

Pneumocoque  - 125 mcg

 

Hépatite A  -  225 mcg

 

Pentacel ( DTaP, HIB et Polio combinés)  - 330 mcg

 

Pediarix (DTaP, Hep B et Polio combinés)  -  850 mcg

 

A la naissance, la plupart des enfants reçoivent le vaccin contre l’hépatite B. Le taux d’aluminium dans le vaccin hépatite B représente presque 14 fois le taux d’aluminium maximum autorisé par la FDA pour les nourrissons !

 

A l’âge de 2 mois, 4 mois, 6 mois etc, un enfant bien portant reçoit jusqu’à 8 vaccins qui représentent plus de 1.000 mcg d’aluminium.

 

En prenant en compte les chiffres du tableau qui précèdent, on peut se rendre compte que ce taux d’aluminium n’est même pas sans danger pour un adulte de 158 kg. On sait que des enfants reçoivent jusqu’à 8 vaccins plusieurs fois par an.

 

Si l’on prend en compte les documents de la FDA et de l’AAP (Académie Américaine de Pédiatrie) que se passera-t-il si un enfant reçoit une dose d’aluminium supérieure aux maxima recommandés ?

 

*  L’aluminium s’accumule dans les os et le cerveau et peut être toxique

 

*  L’aluminium peut provoquer des dégâts neurologiques

 

*  Une overdose d’aluminium peut s’avérer fatale chez des patients présentant une faiblesse au niveau des reins ou des troubles rénaux. Cette overdose peut aussi être fatale pour des bébés prématurés. (Combien de bébés sont-ils testés avant d’être vaccinés pour vérifier si leurs reins fonctionnent normalement ? Serait-ce aussi la raison pour laquelle le vaccin Hépatite B administré à la naissance ait été mis en relation avec le Syndrome de Mort Subite du Nourrisson (SIDS) ?

 

[Aluminum Toxicity in Infants and Children, Committee on Nutrition,American Academy of Pediatrics, Pediatrics Volume 97, Number 3 March, 1996, pp. 413-416]

 

http://vaxtruth.org/2011/08/vaccine-ingredients/

 

Dr J.Pilette, MD : ALUMINIUM ET VACCINS

 

http://www.bio-info.be/pages/pdf_telechargeable/ALUetVACCINS.pdf 

http://www.bio-info.be/pages/pdf_telechargeable/ALUetVACCINS.pdf

 

vax-truth.JPG

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 15:38

D’après Ji Sayer, 6 septembre 2012

dalai lama vaccin polio photo 1

  

Le Dalaï-Lama administre un vaccin polio à un nourrisson

 

Sur la photo ci-dessus on peut voir le Dalaï-Lama administrer le vaccin polio oral bivalent (bOPV) à un nourrisson dans le complexe du temple  Mahabodhi (Etat Indien du Bihar) – le site sacré où l’on pense que le Bouddha a reçu l’illumination il y a environ 2500 ans.

 

Au cours de cet événement télévisé et hautement symbolique, le Dalaï-Lama a, dans un geste de compassion, vacciné deux enfants, comme aussi manifesté son soutien à la Journée Nationale Indienne d’Immunisation et à l’Initiative Mondiale d’Eradication de la Polio dont les échecs et les duplicités ont été exposées dans d’autres articles.

 

Le 14ème Dalaï-Lama n’est pas seulement le dirigeant politique exilé du Tibet, mais comme le pensent ses disciples, la manifestation vivante du Bodhisattva de la compassion, et en tant que telle une expression de l’illumination. Il n’est dès lors pas banal pour lui d’administrer personnellement des vaccins à des nourrissons à l’endroit même où l’on pense que le Bouddha a atteint l’illumination.

 

En vaccinant des nourrissons, le Dalaï-Lama aurait-il abandonné les Principes Ethiques du Bouddhisme ?

 

Le concept ne pas faire le moindre mal est fondamental dans les enseignements Bouddhistes comme dans ceux d’autres religions de l’Inde (Hindouisme, Jaïnisme) .Ce principe est connu sous le nom d’Ahimsa (littéralement : éviter toute violence).On ne pourrait par exemple justifier la mise à mort d’un animal pour sauver sa propre vie. C’est une des raisons  pour lesquelles beaucoup de Bouddhistes sont végétariens. 

 

On ne pourrait non plus justifier de tuer un enfant pour en sauver 1 million d’autres comme le font souvent ceux qui évaluent le rapport bénéfices/risques des vaccins (qui dans de rares cas peuvent handicaper ou tuer) par rapport à l’ensemble de la société. Il s’agit uniquement et simplement de ne pas faire le moindre mal. Dans le Bouddhisme, ce principe n’est pas davantage ouvert à la négociation que la filiation divine de Jésus pour les chrétiens.

 

Le Dalaï- Lama a, un jour, lui-même déclaré :

 

« Si vous le pouvez, aidez les autres ; si vous ne le pouvez pas, au moins ne leur faites pas le moindre mal ».

 

Quand le principe de la non violence ou Ahimsa s’applique à des interventions médicales ou à l’exposition à des produits chimiques, il se traduit par le « principe de précaution » qui exige que si une action est suspectée de comporter le risque de causer des dégâts au public ou à l’environnement, la charge de la preuve que le dit produit est sans danger incombe aux auteurs de l’action en question.

 

[…]  La plupart des études sur la sécurité des vaccins ont non seulement été financées par les fabricants de vaccins eux-mêmes, mais une grande partie des connaissances sur la sécurité des vaccins n’est acquise que bien longtemps après que les vaccins ont été mis sur le marché et que la population  a déjà été exposée aux risques. Ce qui veut dire que l’information la plus complète sur la sécurité des vaccins n’est acquise qu’au travers d’études de surveillance post marketing et des déclarations d’effets secondaires rapportés par le public.

 

En d’autres mots, le principe de précaution est ignoré en faveur de « poids de la preuve » qui met sur les épaules de ceux qui ont déjà été exposés à un risque potentiel, de prouver qu’une intervention médicale comporte bel et bien des risques (alors que ces derniers n’en ont pas été complètement et préalablement informés). Ce point est essentiel par rapport au principe du consentement libre et éclairé.

 

[…]  Dans le cas du vaccin contre la polio le risque connu d’une paralysie induite par le vaccin est évalué par rapport aux bénéfices théoriques de la vaccination. Contrairement au principe de précaution, la norme constitue à déterminer  «  un niveau acceptable de dommages ».Si en fait il n’y a qu’un ‘ faible pourcentage » d’enfants vaccinés qui deviennent paralysés ou qui décèdent après la vaccination, le vaccin sera néanmoins justifié et approuvé. Ceci viole clairement le principe Bouddhiste de l’Ahimsa évoqué plus haut

 

Le Dalaï-Lama a contribué à « lancer » en Inde le nouveau vaccin polio bivalent qui comporte des risques plus élevés.

 

Il est triste de constater que le Dalaï-Lama n’a pas fait que vacciner deux enfants indiens le 10 janvier 2010, il a aussi officiellement lancé le nouveau vaccin polio oral bivalent (bOPV) qui selon un article de 2011 publié dans l’American Journal of Epidemiology aurait, dans une population Hongroise, présenté un risque de paralysie 4 fois plus élevé que le vaccin monovalent 3, et un risque 70 fois plus élevé de paralysie que le vaccin polio monovalent 1 auquel il était comparé.

 

dalai-lama---polio-paralysis.jpg

  

Plus troublant encore est le fait que 47.500 cas de paralysies associées au vaccin polio (paralysies flasques aiguës) auraient été découverts chez des nourrissons et enfants indiens rien qu’en 2011 à la suite du lancement du « nouveau vaccin amélioré ».

 

Ajoutant l’insulte aux dommages, l’Initiative pour l’Eradication Mondiale de la Polio a déclaré que cette année la polio avait été complètement éradiquée et que les cas de paralysies associés au vaccin étaient extrêmement rares.

 

Le vaccin oral n’a plus été utilisé dans les pays développés suite à son manque de sûreté. En fait le vaccin polio oral a été la cause n°1 des cas de paralysies dans les pays développés comme les Etats-Unis et ce, depuis 1973 [1].

 

C’est la raison pour laquelle un vaccin inactivé et plus cher est maintenant utilisé dans les pays développés qui peuvent se le permettre et aussi la raison pour laquelle la forme la plus dangereuse continue à être donnée aux pays plus pauvres qui ne peuvent se permettre d’acheter le vaccin inactivé.(non infectieux)

 

[…]  Si la compassion vis-à-vis des pauvres et des malades est la véritable motivation des campagnes mondiales de vaccinations, pourquoi dès lors ne met-on pas autant l’accent et n’accorde-t-on pas autant de moyens pour l’alimentation et l’amélioration de l’hygiène ?

 

On a dépensé des milliards de dollars pour fournir des milliards de doses de vaccins aux enfants indiens et pas un penny n’a été accordé pour améliorer et renforcer le système immunitaire de tous ces enfants.

 

Nous pouvons supposer que le Dalaï-Lama n’est pas bien au fait de ces divers éléments et fait confiance aux positions officielles concernant la sécurité des vaccins.

 

Mais si c’est le cas, le Bouddha lui-même avait déjà pris position par rapport à une foi aveugle. Il disait :

 

Ne croyez rien juste parce qu’un certain sage l’a dit. Ne croyez rien juste parce que c’est une croyance répandue et générale. Ne croyez rien juste parce que c’est écrit dans des livres anciens. Ne croyez rien juste parce que quelqu’un d’autre le croit… Quand après observation et analyse vous trouvez que la raison est respectée et que ce qui est proposé pourra contribuer au plus grand bien de tous, alors acceptez la chose et tentez d’y conformer votre vie.

 

Ce qui est difficile à réaliser c’est qu’un leader politique et spirituel de son envergure ne puisse pas comprendre et suivre les principes Bouddhistes médico-éthiques, tout spécialement  quand il y va de la santé et du bien-être des plus vulnérables : les enfants pauvres et souvent malades.

 

[…]  Il existe un nombre croissant de preuves qui montrent que les vaccinations de routine peuvent provoquer plus de 200 effets secondaires différents, y compris la mort. Cela c’est la science qui le dit ; il ne s’agit nullement d’opinions ou de croyances.

 

Votre corps est précieux. Il est votre véhicule pour atteindre l’Eveil.

Prenez-en grand soin. ~Bouddha

 

[1] Strebel PM, Sutter RW, Cochi SL, et al. Epidemiology of poliomyelitis in the United States one decade after the last reported case of indigenous wild virus-associated disease. Clin Infect Dis 1992;14:568-79.

 

http://www.greenmedinfo.com/blog/questioning-dalai-lama-who-would-buddha-vaccinate1

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 08:00

Internet regorge de documents sur les raisons pour lesquelles un scandale aussi gigantesque que celui des vaccins continue comme si de rien n'était depuis si longtemps et en dépit de tant d'évidences scientifiques éloquentes du drame sanitaire que cela représente...

 

Voici justement l'un de ces documents, en vidéo. Certains seront sans doute choqués voire très choqués parce que c'est "lourd à porter" de se dire qu'on a peut-être pu se laisser berner à ce point et puis surtout, c'est plutôt dur à avaler. Mais il n'empêche: que ceux-là se donnent au moins la peine de chercher, de creuser et de recouper ces informations. Ce présentateur serait parano, il aurait tout inventé? Alors qu'on le prouve et puis c'est tout.

 

Deux choses nous ont donné envie de publier ici cette vidéo et de susciter ainsi le débat et la réflexion. La première, c'est que la plupart des gens connaissent mal, très mal même, leurs classiques. Dans "Le crime était presque parfait" d'Hitchcock, le coupable n'arrive à éviter temporairement sa mise à nu et son arrestation que grâce à la seule croyance que son alibi est parfait et donc inattaquable. Personne n'aurait pu le soupçonner car il avait tenté de se rendre au-dessus de tout soupçon. Avec les vaccins, il en va exactement de même puisque l'alibi de choix qui est constamment utilisé est celui de "la protection du public", "la protection collective". Or dans l'esprit du public, "protéger les gens" fait partie des missions des gouvernements et autres autorités publiques qui se croient par conséquent au-dessus de tout soupçon et s'en donnent à coeur joie quand il s'agit de dénoncer les "fous dangereux paranos qui mettent la santé publique en danger en dénonçant les vaccins." C'est donc peut-être bien notre naïveté à l'égard du rôle supposé des autorités qui nous aveugle sur l'analyse des buts prioritaires des programmes vaccinaux de masse.

 

La seconde chose -qui est aussi à apprécier en fonction de ce qui vient d'être dit-, ce sont les propos plus que troublants du Prix Nobel de Médecine belge Christian de Duve qui avait déclaré relativement récemment dans un journal médical que:

 

"Si nous continuons à nous multiplier au rythme actuel, nous courrons à la catastrophe. Durant ma vie, la population du monde aura quadruplé. C'est un train fou qui est lancé et cela ne peut que continuer de manière exponentielle si nous ne prenons pas de mesures adéquates. Il vaut mieux limiter les naissances plutôt que d'éliminer les gens par des guerres. Mais je sais que le contrôle démographique pose des questions éthiques. Je laisse ce type de discussions aux spécialistes, mais je leur dis quand même: faites-le comme vous voulez, pourvu que vous le fassiez. C'est le résultat qui compte."

 

 

Une bonne question aussi à se poser, même si nous sommes déjà nombreux sur terre (7 milliards): ne serions-nous pas à l'heure actuelle, avec les moyens techniques dont dispose la médecine, encore infiniment plus nombreux si les vaccins n'avaient jamais été utilisés au cours de l'Histoire?  Et si oui, n'est-ce pas alors un moyen inavoué auquel ces "spécialistes du contrôle démographique" ne seraient pas du tout prêts à renoncer, fournissant là potentiellement une explication autrement plus consistante et plus convaincante que le seul appât du gain à l'obsession vaccinale actuelle? Bien sûr dans cette optique, cela n'impliquerait pas que tous ceux qui vaccinent le fassent forcément avec cette intention mais simplement qu' "en haut lieu", ça soit une solution indiscutable et incontournable qu'il convient de maintenir à tout prix comme "indispensable" dans le chef du public et des professions de santé, au besoin par des dissimulations volontaires des gouvernements d'éléments de preuve accablants sur la toxicité et les risques de ces méthodes.

 

Bill Gates fait partie de ceux qui estiment justement que nous sommes trop nombreux sur terre et, comme par hasard, il investit massivement dans les OGM ET... les vaccins. Sa "politique de santé" se limite exclusivement au financement de programmes vaccinaux de masse. Pourquoi investirait-il alors autant d'argent si les vaccins réduisaient à ce point la mortalité infantile dans ces pays où les femmes ont en moyenne beaucoup plus d'enfants qu'ici?? Dans une vidéo publique d'une conférence donnée en Californie, il avait d'ailleurs déclaré : ""Si nous faisons un réel bon boulot avec les nouveaux vaccins, les services de santé, la santé reproductive, on pourrait réduire ça (entendez: la population mondiale donc) de 10 ou 15%.

 

Le débat reste ouvert, espérons que cela fera en tout cas réfléchir ceux qui ont parfois tendance à dénigrer les questionneurs sans jamais avoir rien lu eux-mêmes.
Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 00:06

Enfin révélés ! Des documents gouvernementaux

gardés secrets pendant 30 ans prouvent que ce vaccin n’est pas sans danger !

 

Christina England, 30 août 2012

document-secret-2.jpg

 

A la suite des inquiétudes qui ont porté sur le vaccin combiné ROR, beaucoup de parents choisissent de procéder par vaccinations séparées pour la rougeole, la rubéole et les oreillons, mais ces parents ne tombent-ils pas de Charybde en Scylla ?

 

Des documents du gouvernement gardés secrets ont révélé que le simple vaccin contre la rougeole a, pendant des années, été l’objet de graves préoccupations de la part de professionnels de premier plan.

 

Des documents secrets du gouvernement qui ont été sous les verrous pendant trente ans ont révélé que le gouvernement Britannique savait depuis des années que le simple vaccin contre la rougeole était susceptible de provoquer une maladie neurologique grave notamment la Panencéphalite Sclérosante Subaiguë (PESS).

 

La PESS est une maladie neurologique dégénérative qui affecte le comportement, la mémoire, la coordination et conduit à des crises, à la cécité et finalement à la mort.

 

[…]

 

En 1972, de graves inquiétudes s’étaient manifestées par rapport à la possibilité que le vaccin contre la rougeole puisse éventuellement provoquer la Panencéphalite Sclérosante Subaiguë. Il fut à l’époque décidé de mettre sur pied un groupe d’experts (Expert Group on the Surveillance of SSPE) pour étudier le problème en détails. Le 9 février, le docteur F.C. Stallybrass s’adressa aux professionnels de premier plan pour les inviter à une réunion qui devait avoir lieu le lundi 13 mars dans la salle D1001 de l’Alexander Fleming House. Sa lettre contenait un choix de documents qui, d’après lui, pouvaient former la base d’une discussion. [2]

 

Les membres de ce groupe :

 

  • Professor G. Dick (chairman)                                                                                                             
  • Dr. E.N. Brutt, The Hospital for Sick Children
  • Dr. J.A. Dudgeon, The Hospital for Sick Children
  • Dr. C.J. Earl, National Hospital
  • Dr. T.T.S. Ingram, Department of Child Life and Health, Edinburough
  • Dr. Christine Miller, PHLS, Collingdale
  • Professor T.E. Oppe, St. Mary’s Hospital, Paddington
  • Dr. G. Pampiglione, The Hospital for Sick Children
  • Dr. J. Wilson, The Hospital for Sick Children

 

Si l’information qui précède n’est pas suffisamment inquiétante, il convient de signaler qu’à peu près à la même époque, un document intitulé: Copy Of Notice To Be Circulated To ABE – Measles Vaccine And Subacute Sclerosing Panencephalitis’ [4] avait été publié. Ce document stipulait :

 

Une certaine inquiétude s’est récemment manifestée quant à la suggestion que les vaccins contre la coqueluche pourraient occasionnellement provoquer la Panencéphalite Sclérosante Subaiguë. Le Professeur Charles-Stuart-Harris, Président du “ Joint Committee on Vaccination and Immunisation” a demandé si les membres de l’Association seraient prêts à notifier les cas qui se présenteraient.

 

A mon humble avis, les mots “pourraient occasionnellement” ont été spécifiquement choisis pour camoufler le fait qu’il s’agissait d’un problème d’importance croissante.

 

Ce document, de même que plusieurs autres qui ont été découverts, montrent que la vaccination contre la rougeole s’avérait problématique par rapport à la santé neurologique de jeunes enfants, et cela depuis 1972. Si au moins ça avait été le mot de la fin, on aurait pu comprendre que le problème avait été réglé. Cependant ce problème de la relation avec la PESS a subsisté même quand le vaccin contre la rougeole a été combiné avec les vaccins contre la rubéole et celui des oreillons sous la forme du vaccin triple ROR.

 

Ce qui veut dire que les cas de PESS provoqués par les vaccins ne se sont pas uniquement produits quand les enfants ont reçu le simple vaccin contre la rougeole mais également quand ils ont reçu le ROR.

 

PESS après vaccin ROR

 

[…] La maladie qui ressemble à la Panencéphalite Sclérosante Subaiguë et qui a fait l’objet de discussions au colloque d’ARVI (Adverse Reaction to Vaccination and Immunization) du 6 juillet 1987 pourrait-elle avoir été une forme non mortelle d’autisme? Le Dr Rebecca Carley pense vraiment que oui, et elle a d’ailleurs été très claire à ce sujet. Au cours d’une émission radio avec David Kirby, elle a expliqué aux auditeurs qu’elle pensait que l’autisme était une forme non mortelle de Panencéphalite Sclérosante Subaiguë provoquée par une démyélinisation faisant suite à une encéphalite provoquée par un vaccin.

 

Le Dr Carley pense qu’on a changé le nom de la maladie et qu’on a parlé d’autisme pour camoufler ce fait évident. [6] Elle ajoute que si on lit la description que fait Harrison dans son article sur la PESS (document  qui est utilisé dans le monde entier dans la formation des étudiants en médicine), il est clair que ce qui est décrit est bel et bien l’autisme. Mais si vous lisez la 10ème édition de Harrison publiée en 1983, quatre ans avant le colloque d’ARVI, vous verrez que la PESS peut être provoquée par le vaccin contre la rougeole…

 

DOCUMENT SECRET 1

 

Un document gouvernemental portant l’avertissement: A NE PAS PUBLIER

 

Les problèmes ayant trait à la PESS existaient déjà en 1988. Le lundi 14 novembre 1988, le Medical Research Council organisa un colloque intitulé Committee On The Development Of Vaccines And Immunization Procedures Sub Committee Of Measles Vaccines.’ [8]

 

Au cours de ce colloque, le Pr David Salisbury fit un rapport sur l’épidémie de rougeole en Angleterre et au Pays de Galles en 1988. Il signala qu’il y avait eu cinq décès dus à des complications de la rougeole et un décès dû à la panencéphalite Sclérosante Subaiguë. Aucune indication n’est donnée qui aurait pu préciser si l’enfant qui est mort de PSS et les cinq autres décédés de complications de la rougeole avaient été vaccinés. Alors qu’il s’agissait d’un colloque sur le vaccin contre la rougeole, il est très vraisemblable que ces enfants avaient été vaccinés.

 

De ces documents, il ressort que la simple vaccination contre la rougeole serait susceptible de provoquer une Panencéphalite Sclérosante Subaiguë, alors que le ROR pourrait provoquer une maladie qui ressemble à la PESS et à l’autisme.

 

A ce stade on aurait pu penser que ces vaccins auraient dû être immédiatement  retirés du marché, mais il semble que le problème ait encore été soulevé au cours d’une réunion gouvernementale en 1997.

 

Au cours de ma recherché, j’ai découvert un document gouvernemental intitulé “The JCVI  Minutes 7 novembre 1997 A NE PAS PUBLIER” [9]

 

(Document manifestement écrit pour cacher la vérité au public)

 

Un extrait de ce document stipule:

 

Discussion

 

ROR et PESS   (Rougeole, Rubéole, Oreillons & Panencéphalite Sclérosante Subaiguë) ****** a fait entendre au cours d’une conférence aux Etats-Unis que le vaccin contre la rougeole pouvait provoquer la Panencéphalite Sclérosante Subaiguë. Le Comité a été informé par ******** que selon les études réalisées, le virus vaccinal de la rougeole n’avait été identifié qu’une seule fois dans la PESS et que la chose avait été rendue possible grâce à des techniques qui ne sont plus utilisées. Au cours des dix dernières années, on a prétendu que chaque cas de Panencéphalite Sclérosante Subaiguë avait été provoqué par le virus vaccinal de la rougeole du fait que tous les  cas comprenaient des enfants vaccinés. Il y a eu 23 cas de PESS: tous ces cas ont été étudiés et aucun n’était dû au vaccin, tous étaient dus au virus sauvage de la rougeole. Les seuls cas où le virus vaccinal fut retrouvé étaient des personnes souffrant de graves déficits immunitaires. Selon *******, les personnes qui avaient fait une infection avec le virus sauvage et qui avaient été vaccinées contre la rougeole étaient à plus haut risque de faire une Panencéphalite Sclérosante Subaiguë. Si cette manière de voir les choses était correcte, la vaccination devrait pouvoir éliminer les cas de PESS. La surveillance des cas de PESS est limitée; les témoignages montrent que la maladie est sur son déclin. Il serait intéressant et utile de pouvoir disposer des données sur la PESS de pays qui n’avaient pas de programmes de vaccinations contre la rougeole et qui ont relativement récemment introduit un programme de vaccination contre la rougeole. (p.ex. le Danemark)

 

(Il est regrettable que les noms aient été effacés)

 

Ce que tout ceci veut dire c’est que dans certains cas le vaccin ROR est soit susceptible de provoquer une Panencéphalite Sclérosante Subaiguë qui, comme nous le savons peut conduire à la mort ou provoquer une PPS-like qui pourrait s’avérer être de l’autisme ou un trouble  du spectre autistique.

 

On voit qu’il n’est pas étonnant que ces documents portent la mention: A NE PAS PUBLIER.

 

Le JCVI est l’organisation qui a été désignée par le gouvernement Britannique pour homologuer les vaccins destinés à la population Britannique. Pourtant les procès verbaux de leurs réunions sont truffés de mensonges et de dissimulations.

 

Les documents que j’ai pu obtenir des Archives Kew évoquent différents problèmes dus à la vaccination contre la rougeole. L'un  de ces documents porte comme titre DOMMAGE CEREBRAL  PERMANENT A LA SUITE DU VACCIN CONTRE LA ROUGEOLE – CAS RAPPORTES A L’APUDC [10]. Ce document date du 8 septembre 1982 et énumère les complications suivantes:

 

Convulsions

Encéphalites

Surdité

Paralysie Ataxie

Leucémie

Epilepsie

Décès dans les 48 heures

Crises

Strabisme

 

Pour pouvoir prendre connaissance de ce document consulter les Kew Archives Website et commander les fichiers cités dans les références. Poursuivre la recherche dans la section “Health” et ensuite rechercher “ Measles Vaccine and SSPE”.

 

CONCLUSION

 

Ces documents prouvent une fois de plus que les vaccinations de routine recommandées par nos gouvernements font courir des risques à nos enfants.

 

A mon avis les gouvernements ne précisent jamais “A NE PAS PUBLIER” à moins que les dits documents ne contiennent des informations que les gouvernements veulent garder secrètes. Ces documents sont restés “sous les verrous” pendant trente ans. Ceci m’a amenée à m’interroger sur ce que pourraient cacher les documents actuels qui auraient été mis “sous les verrous”. Cacher pareille information au public relève du crime contre l’humanité.

 

Foi 2005 Minutes Nov 97

   

Christina-England-document-secret-3.JPG 

"C’est une honte que personne n’ait pris un peu plus au sérieux ce que le Dr Rebecca Carley a dit sur le sujet il y a déjà 15 ans. Si on l’avait prise au sérieux, des milliers d’enfants auraient pu être sauvés. Au lieu de cela, ils ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour détruire le messager, comme c’est toujours le cas. Elle a perdu tout ce qui lui était cher, y compris son propre fils. Elle m’a souvent dit: Je voudrais clairement dire que si les gens veulent des médecins qui agissent correctement, il leur appartient de soutenir la personne qui a agi de la sorte et qui a tout perdu pour maintenir son engagement." Christina England.

   

 

Références:

 

1.      Citation: Disabled World News (2010-03-11) – Symptoms of Subacute Sclerosing Panencephalitis SSPE include changes in behavior and mild mental deterioration such as memory loss: http://www.disabled-world.com/disability/types/sspe.php#ixzz24ResE82p

2.      Letter Referenced Surveillance on SSPE Retrieved from file FD7/3111 Kew Gardens Archives http://www.nationalarchives.gov.uk/visit/

3.      ‘Proposed Membership of Expert Group on Surveillance of SSPE’ Retrieved from file FD7/3111 Kew Gardens Archives http://www.nationalarchives.gov.uk/visit/

4.      Copy Of Notice To Be Circulated To ABE – Measles Vaccine And Subacute Sclerosing Panencephalitis’ Retrieved from file FD7/3111 Kew Gardens Archives http://www.nationalarchives.gov.uk/visit/

5.      ARVI (Adverse Reaction to Vaccination and Immunization) meeting 6th July 1987 Retrieved from Profitable Harm website http://www.profitableharm.com/pdf/JOINT%20CSM-JCVI%20AND%20ARVI%206-7-87.pdf

6.      RECENT FED CT DECISION IN AUTISM CASE PROVES DR. CARLEY RIGHT http://www.drcarley.com/dr_carley_critique_fed_autism_decision.htm

7.      Dr Carley 10th edition Harrison paper http://www.reversingvaccineinduceddiseases.com/files/3638448/uploaded/SSPE_from_Harrisons%20optimized.pdf

8.      Committee On The Development Of Vaccines And Immunisation Procedures Sub Committee Of Measles Vaccines’ Retrieved from Kew Archives File FD23/5120 http://www.nationalarchives.gov.uk/visit/

9.      The JCVI Minutes Friday 7th November 1997 http://www.advisorybodies.doh.gov.uk/jcvi/foi-2005-minutesNov97.pdf 

10. JCVI Minutes PERMANENT BRAIN DAMAGE AFTER THE MEASLES VACCINE – CASES REPORTED TO APUDC from 9.1.82 Kew Archives File FD23/5120 http://www.nationalarchives

 

http://vactruth.com/2012/08/30/government-document-vaccine-unsafe/

 

 

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 22:55

SH.JPG

 Dr Suzanne Humphries MD & Hillary Butler,

28 Mai 2012

(Extraits)

  

[…] L’Australie qui depuis l’année 2000 possède un taux de couverture vaccinale  de plus de 95% contre la coqueluche est en train de connaître la plus vaste épidémie de coqueluche depuis que cette vaccination a été mise sur le marché. Le même phénomène se passe aux Etats-Unis alors que leur taux de couverture vaccinale est plus élevé qu’en Australie.

 

Avez-vous peur que votre enfant n’attrape la coqueluche ? Si vous connaissez les bons moyens de soigner votre enfant, vous ne devriez avoir aucune crainte. La raison pour laquelle il y a tant d’angoisse et de campagnes de peur suscitées par la communauté médicale, c’est parce qu’ils n’ont aucune idée de la manière dont il faut traiter la coqueluche. La raison pour laquelle on ne nous a jamais parlé des doses thérapeutiques de vitamine C au cours de nos études de médecine, c’est que si nous en avions été informés, non seulement toute une série d’autres médicaments seraient devenus inutiles mais les complications méningées et les décès utilisés comme chantage affectif pour pousser les gens à se faire vacciner auraient perdu tout impact sur les populations parce que celles-ci n’auraient plus été menées par la peur. Les cas graves de coqueluche et même les décès auraient disparu. L’utilisation des vitamines A et C auraient, entre autres, permis de traiter facilement la rougeole, la coqueluche et les complications méningées…

 

Si vous pensez qu’une personne vaccinée ne peut pas faire une coqueluche, réfléchissez à deux fois. La plupart des bébés âgés de 6 mois et qui font une coqueluche sont complètement et adéquatement vaccinés. En 2012, un document du professeur de maladies infectieuses, le Dr Maxwell Witt de l’Institut Keyser Permanente en Californie, a montré que la coqueluche continue à sévir dans des populations enfantines complètement vaccinées. Nos données montrent que les programmes habituels de vaccinations anticoquelucheuses acellulaires sont insuffisants pour empêcher les épidémies de coqueluche. Nous avons observé une augmentation marquée des taux de la maladie chez des enfants de 8 à 12 ans… En Amérique du Nord, l’efficacité clinique des vaccins acellulaires n’a pas été étudiée et aucune étude d’immunogénicité n’existe… Nos populations non vaccinées ou sous-vaccinées ne semblent pas contribuer significativement à l’augmentation des taux de coqueluche. Il est surprenant de constater que les taux les plus élevés de la maladie ont été observés parmi les enfants qui avaient été vaccinés dans le groupe d’âge de huit à douze ans.

 

Avant que n’apparaisse la vaccination, les nourrissons étaient moins susceptibles de faire une coqueluche parce qu’à cette époque la véritable «  immunité de groupe » les protégeait. Les mères transmettaient l’immunité à leurs enfants pendant les périodes critiques. Depuis la vaccination, cette immunité de groupe a été supprimée. Aujourd’hui, les nourrissons sont davantage susceptibles de contracter la maladie étant donné que leurs mères vaccinées et non naturellement immunisées manquent d’anticorps spécifiques contre la coqueluche.

 

SH2.JPG

 

[…] Une étude contrôlée met en valeur le fait que plus de 86% des cas de coqueluche des enfants en âge d’école se produisent chez des enfants complètement vaccinés. (1)

 

[…] La coqueluche est partout ; le vaccin a été un échec lamentable par rapport à l’éradication et à la prévention. De l’aveu même des partisans enthousiastes de la vaccination, la coqueluche est répandue par les enfants vaccinés, les adolescents et les adultes qui n’ont pas d’immunité adéquate. La raison pour laquelle les vaccinés peuvent répandre la maladie c’est qu’il leur faut plus de temps pour éliminer les bactéries ; cette situation est due au fait que le système immunitaire a été mal programmé par le vaccin.

 

Les bébés vaccinés, les enfants et les adultes ne sont pas capables de développer une immunité cellulaire ou bronchique complète (4) – alors qu’une personne non vaccinée développe naturellement cette immunité au cours de la maladie.

 

[…]  Si votre enfant souffre d’une coqueluche, le médecin lui prescrira sûrement des antibiotiques. Même un médecin naturopathe en a prescrit pour nos enfants. Les médecins agissent de la sorte parce que c’est là ce qu’ils ont appris et non parce que ces médicaments s’avèrent particulièrement efficaces… Les antibiotiques  ne réduisent pas le cours de la maladie et n’en diminuent pas les effets (10). Les antibiotiques peuvent en fait aggraver celle-ci.

[…] 

 

La vitamine C neutralise les toxines dans le sang et devrait pouvoir stabiliser l’état de l’enfant. L’utilisation de la vitamine C permet d’éliminer la « barrière » que forment les toxines et de permettre au système immunitaire de s’occuper des bactéries.

 

La toxine de la coqueluche peut être neutralisée en l’espace de 12 heures si les doses correctes de vitamine C sont administrées. Il faut cependant continuer le traitement à la vitamine C pendant trois mois. Ce traitement n’arrête pas la maladie ; il élimine les toxines, adoucit considérablement la toux et permet au système immunitaire de lutter efficacement contre les bactéries.  

 

*** Voir dans l’article en anglais les détails et les conseils pour le traitement à la vitamine C

 

1.  Witt et.al, 2012. “Unexpectedly Limited Durability of Immunity Following Acellular Pertussis Vaccination in Pre-Adolescents in a North American Outbreak.” Clin Infect Dis. 2012 Jun;54(12):17305. Epub 2012 Mar 15.

 

4. Harnden, Anthony.2006. Whooping cough in school age children with persistent cough: prospective cohort study in primary care.”BMJ; 333, PMID 16829538.

 

10. Cherry JD et. al., 2010. “Antibody response patterns to Bordetella pertussis antigens in vaccinated and unvaccinated young children with pertussis.”Clin. Vac. Immun. May 17(5): 741747. PMID 20335431 

 

http://www.vaccinationcouncil.org/2011/12/20/special-report-the-vitamin-c-treatment-of-whooping-cough-suzanne-humphries-md/

 

http://www.whale.to/vaccines/whooping.htm

 

ICMV.JPG

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 22:29

Sandy Lunoe commente l’article de Leslie Carol Botha : Démasquer le coupable –La contamination par de l’ADN étranger trahirait-elle le silence sur les dégâts attribués aux produits biologiques vaccinaux ? (*)

 

Sandy-Lunoe--b-.jpg

 

Pour Sandy Lunoe, la thèse révolutionnaire du Dr Polansky est particulièrement convaincante : les fragments d’ADN étranger présents dans les vaccins, même s’ils sont inactifs peuvent être réellement très dangereux et provoquer des maladies. Les types de maladies peuvent varier en fonction de la concentration de l’ADN, des organes du receveur, comme de l’état de son système immunitaire.

 

Il est particulièrement troublant de constater que les promoteurs de vaccins ne possèdent pas de motivation pour détecter les substances susceptibles de nuire à la santé.

 

Il est tout aussi troublant que la FDA n’impose pas de recommandations contraignantes pour l’élimination des fragments d’ADN étranger (1)

 

Il est aussi troublant que les exigences officielles concernant les tests soient aussi vagues. (2)

 

Il est troublant que la FDA n’insiste pas sur l’absence d’ADN étranger, mais se contente de déclarer : « s’assurer que les vaccins qui sont administrés au public ne contiennent pas d’agents adventices est l’objectif de la réglementation. »

 

Il est troublant de constater que les conséquences de la présence d’ADN étranger ne soient pas connues ; néanmoins la FDA précise : « évidemment, en ce qui concerne la présence d’agents adventices dans n’importe quel vaccin, leur potentiel doit être évalué en fonction des bénéfices du produit. »

 

Le Dr Rebecca Sheets des laboratoires du CBER et responsable de la surveillance et de la sécurité des vaccins a déclaré que les organisations nationales de la Santé n’ont aucun contrôle sur la manière dont sont fabriqués les vaccins. En bref, ces organisations peuvent faire des recommandations, mais le complexe industriel vaccinal reste libre d’agir à sa guise :

 

«  IL EST IMPOSSIBLE D’ELIMINER LES CONTAMINANTS ADN DES VACCINS »

 

« Bien que les limites de poids pour les contaminants ADN aient été fixées par la FDA depuis 1986, les fabricants de vaccins n’ont jamais pu atteindre l’objectif fixé. Le CDC a décidé de limiter ses recommandations de poids aux lignées cellulaires cancéreuses (utilisées pour produire et fabriquer les vaccins) et d’augmenter de cent fois la tolérance de la contamination par d’autres ADN. Il convient cependant de noter que ces limites ne représentent que des « recommandations » et que de ce fait, la FDA n’est pas en mesure de les rendre contraignantes. Les fabricants de vaccins sont toujours libres de prendre les mesures scientifiques pour réduire les contaminants, mais seulement s’ils le veulent bien

 

Il faut bien se rappeler que le niveau de contamination (10 nanogrammes) ne s’applique qu’à un seul vaccin. Aujourd’hui, les enfants reçoivent plusieurs vaccins avant de rentrer à l’école et chaque vaccin possède ses contaminants ADN et viraux provenant des substrats cellulaires utilisés dans leur fabrication. C’est cette soupe génétique toxique qui coule dans le flux sanguin d’une personne vaccinée. »

 

Le livre du Dr Polansky intitulé «  Microcompétition entre l’ADN Etranger et l’Origine des Maladies Chroniques » présente une théorie scientifique hautement appréciée sur la relation entre l’ADN de virus latents et le début des maladies chroniques. Cet ouvrage est devenu très populaire ; il est étudié avec grand intérêt dans le monde entier par des milliers de scientifiques.

 

Il est troublant de constater qu’il n’est plus possible de télécharger gratuitement cet important ouvrage et que le CBCD a été dissous, que leur téléphone ne fonctionne plus et qu’il n’est plus possible de contacter le Dr Polansky.

 

1.http://www.fda.gov/downloads/biologicsbloodvaccines/guidancecomplianceregulatoryinformation/guidances/vaccines/ucm202439.pdf 2.http://www.fda.gov/ohrms/dockets/ac/01/briefing/3750b1_01.htm

 

(*) http://holyhormones.com/womens-health/cancer-womens-health/cervical-cancer/unveiling-the-culprit-is-foreign-dna-contamination-the-autistic-villain-behind-biologic-vaccine-injuries/

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 09:36

Dr Suzanne HUMPHRIES, MD, (néphrologue)

Réflexions sur les vaccinations

 

Après avoir étudié les deux faces du débat sur les vaccinations, le Dr Humphries a, sans la moindre équivoque, acquis la conviction que les vaccins constituent une insulte à la vie comme à la santé.

 

enfant qui se cache le visage 

L’histoire de la vaccination est beaucoup plus compliquée que ce que peuvent penser la plupart des gens. Le mouvement d’opposition aux vaccinations existe depuis plusieurs centaines d’années. Il a connu son apogée dans les années 1800 quand, en Grande Bretagne, les parents en ont eu marre de voir leurs nourrissons et leurs enfants en parfaite santé mourir peu de temps après avoir reçu la vaccination anti variolique. Les parents et les médecins ont dû risquer de perdre leurs maisons, leurs meubles et leurs avoirs pour repousser ces vaccins meurtriers qui en outre provoquaient la variole. Les vaccins étaient fabriqués à partir du pus récolté sur les plaies de vaches malades et étaient contaminés par toutes sortes d’éléments pathogènes…

 

Les médecins, ainsi que les personnes qui administrent les vaccins son supposés obtenir le « consentement éclairé » avant de procéder à la vaccination. Mais la chose n’est pas possible parce que la recherche n’a pas pu démontrer la sécurité des vaccins au-delà de quelques jours ou quelques semaines. La plupart des études sur les vaccins n’ont pas recours non plus à d’authentiques placebos. Ce sont de faux placebos qui sont généralement utilisés. Il est inutile de préciser que le fait d’administrer des vaccins insuffisamment testés (aucun vaccin n’a, par exemple, été testé quant à son potentiel cancérogène), souvent contaminés et dont l’efficacité n’a pas été clairement démontrée, relève de « l’expérimentation médicale » et viole les principes essentiels du Code de Nuremberg. Forcer des personnes à se faire vacciner, que ce soit en situation « d’urgence » décrétée, en fonction d’une ordonnance de l’OMS, ou sous la menace d’être privé des droits parentaux, sous la menace d’emprisonnement, celle de se voir refuser des soins médicaux, enlève toute validité au consentement comme le ferait le fait d’administrer des vaccins à des personnes dont l’âge ou l’état mental ne permettrait pas un réel consentement légal.

 

Le consentement « éclairé » perd également tout son sens quand les personnes sont dupées par une « information » biaisée ou sous-tendue par la peur. Ma carrière, ma pratique médicale m’ont montré que plus on étudie en profondeur la vaccination, au moins on est tenté de vacciner et au plus on se sent bien de ne pas vacciner.

 

Les facultés de médecine n’informent pas les médecins sur le contenu, les dangers, l’efficacité ou la nécessité des vaccins.

 

Le business de la vaccination est hautement profitable et l’a toujours été. En plus des milliards de dollars que les compagnies pharmaceutiques font sur la vente des vaccins, les hôpitaux, les médecins et les compagnies pharmaceutiques prospèrent sur les dommages collatéraux de cette pratique barbare et non scientifique que représente la vaccination.

 

Le public a accepté un système médical biaisé et retardataire pensant qu’il s’agit de l’option la plus sûre et la plus judicieuse. Rien ne peut être plus éloigné de la vérité. Les nourrissons, les enfants, les adultes et les personnes âgées qui se portent le mieux sont les non vaccinés.

 

La crainte non fondée des maladies qui peuvent être prévenues par la vaccination est basée sur une théorie non scientifique, ainsi que sur une politique poussée par le profit et non par la santé. Il nous faut apprendre à gérer les maladies communes qui permettent au système immunitaire de se construire, et à ne pas être la proie de cette farce datant de plus de 200 ans qui prétend promouvoir la santé en injectant des matières morbides, des produits chimiques, animaux, des métaux et quantité d’autres éléments toxiques. L’Histoire nous démontre que cette pratique est un échec total…

 

La morbidité de la plupart des maladies de l’enfance est à mettre en relation avec les préparations pour nourrissons, le lait de vache, les médicaments, une mauvaise alimentation et les vaccins. Toutes ces choses peuvent facilement être évitées aux Etats-Unis, ainsi que dans bien d’autres pays et c’est là la raison pour laquelle nous voyons beaucoup d’enfants en parfaite santé si nous nous donnons la peine de bien regarder. (Extraits)

 

http://drsuzanne.net/dr-suzanne-humphries-vaccines-vaccination/

 

« Ce qui importe pour l’histoire ce ne sont pas les « découvertes » de Pasteur, dont on sait qu’elles avaient pour la plupart été dérobées à des confrères, c’est la découverte de Pasteur par des financiers très avisés qui ont compris qu’ils pouvaient engranger des sommes gargantuesques en misant sur l’ignorance, la lâcheté, la peur du public et même l’amour des parents pour leurs enfants. La découverte de cette corne d’abondance, de cette mine inépuisable, alimentée par le marketing, la corruption, la sottise et la complicité forcée de corporations sous la tutelle des Ordres et des assurances…. Le paquet est si bien ficelé que seuls quelques pharmaciens, médecins, au risque de leur vie, de leur carrière, ont osé dénoncer le péché originel, l’erreur fondamentale et impardonnable de la médecine institutionnelle, le tout microbe, le tout virus, le tout vaccin. »

Dr Gilbert CRUSSOL, Institut Antoine Béchamp

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.