Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 21:24
Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 19:40

RENe-bickel-1.jpg

 

Vaccinations :   

Nous n’en sortirons pas indemnes

 

rene-bickel-2.jpg

 

Les parents et futurs parents  doivent être informés à quoi ils exposent leurs enfants avant de les faire vacciner. Quand un vaccin est capable de tuer ou rendre infirme à vie, comment peut-il, par ailleurs, donner la santé ? Une vaccination constitue toujours une agression qui laisse des séquelles même si elles ne sont pas visibles dans l’immédiat. Toutes les découvertes de l’immunologie moderne démontrent la supercherie vaccinale. Les anticorps magiques engendrés par les vaccins ne sont pas synonymes de protection. Par contre, l'empoisonnement du corps par le vaccin est certain.

 

rene-bickel-3.jpg

 

La plupart des accidents post-vaccinaux ne sont pas reconnus. La majorité des médecins ne fait pas (ou plutôt évite) de faire le lien  avec le  vaccin. Souvent, après avoir  admis le lien avec le vaccin, ils se rebiffent par la suite comme s’ils subissaient des pressions. La pharmacovigilance ne prend pas en considération les effets indésirables survenant dans les trois mois suivant la vaccination alors que les symptômes visibles peuvent apparaître à plus long terme. Depuis plus d’un siècle, le dogme vaccinal se maintient par le mensonge et la corruption.

 

rene-bickel-4.jpg

 

Les laboratoires pharmaceutiques financent les principaux partis politiques. Les médias se contentent de faire scandale sur le dérisoire financement d’un parti politique avec l’affaire Bettencourt.

 

rene-bickel-5.jpg

 

Voici un témoignage  reçu récemment.  


Hélas, un cas parmi tant d'autres. Bonjour  Nous  voudrions vous parler d’un enfant qui nous est cher, Adrien, 11 mois, qui était un bébé tonique, sautant sans arrêt sur ses jambes, allant d’un bout à l’autre de la maison dans son youpala.  Il y a 8 semaines, Adrien a eu son vaccin ROR (rougeole, oreillons, rubéole)  Une dizaine de jours après, il a commencé à être fiévreux, très abattu. Le premier diagnostic a été : état grippal traité par doliprane (nous étions en pleine épidémie de grippe !) Deux jours après, il a commencé à présenter   une incontinence en continu visible quand on le changeait. L’urine coulait en goutte à goutte, ce qui a été pris pour  une cystite et traité aux antibiotiques pendant 5 jours qui n’ont pas réussi à endiguer cette soi-disant cystite. Le plus inquiétant était cet état de fatigue extrême. Adrien ne tenait plus sur ses jambes, ne tenait plus assis, n’avait même plus la force de se retourner dans son lit. Deux consultations au service pédiatrique hospitalier ont été nécessaires pour arriver, après IRM et ponction lombaire, au diagnostic de MYÉLITE CERVICALE rarissime chez des nourrissons (aux dires du service de neuropédiatrie de l’hôpital de la Timone à Marseille dirigé par le Professeur CHABROL, neuropédiatre)  En fait, ce qui a été pris à l’origine pour une grippe et une cystite, 10 jours après la vaccination ROR, étaient déjà les symptômes de cette myélite  infectieuse.   De là, hospitalisation pendant 7 jours  en service neuropédiatrique de l’Hôpital de la Timone à Marseille avec corticothérapie à fortes doses  par voie intraveineuse. Un électromyogramme au niveau des membres inférieurs  n’a pas révélé de maladie sous-jacente.  Adrien est donc sorti pour un retour à domicile avec corticothérapie par voie buccale et 30 séances de kinésithérapie.  Aujourd’hui, malgré ce traitement, aucune évolution ; nous en sommes à près de 5 semaines de paralysie.  Une visite de contrôle a été effectuée le lundi 12 mars 2012 à l’hôpital de la Timone qui a confirmé la "non évolution".  L’enfant a été à nouveau hospitalisé pour 48 heures pour transfusion d’immunoglobulines. Deux jours après une nouvelle IRM a été pratiquée : les résultats aujourd'hui montrent qu'il n'y a plus d'inflammation au niveau de la moelle épinière et la pédiatre nous a répété que suite à cet épisode il ne devrait pas avoir de séquelles (la grande question est maintenant de savoir s’il continue ou non à fabriquer des anticorps qui s'attaquent à sa moelle épinière...ce qui serait considéré comme un nouvel épisode...)    Nous avons évoqué clairement la relation de cause à effet avec le vaccin ROR mais il nous a été dit que « rien n’était prouvé scientifiquement ! »  Il est vrai aussi que lorsqu’ont été soulevés les effets indésirables des hormones de croissance, du Médiator et j’en passe…. les personnes ont dû avoir la même réponse avec les conséquences que nous connaissons tous maintenant !!  Adrien, à l'âge de 2 mois, a été vacciné le même jour contre : les PNEUMOCOQUES, l’HÉPATITE B, le TÉTANOS, la POLIO, la COQUELUCHE, l’HAEMOPHILIUS INFLUENZA B, soit 7 maladies ! Nous avons informé la pédiatre de l'hôpital qui nous a reçus le 12 mars dernier que nous allions faire un « signalement patient » à l’AFSSAPS dans le cadre de la pharmacovigilance, en mettant en cause le vaccin ROR. Nous les avons sollicités pour que le service pédiatrie  fasse de même afin que les informations soient remontées mais avons senti une nette réticence.  A ce jour, ADRIEN 11 mois est paralysé.  Ses jambes ne le supportent plus, Il ne peut plus se relever, il ne tient plus assis  ne peut plus se retourner dans son lit. Seuls ses bras et sa tête sont mobiles. Ses intestins fonctionnent mal, stimulés par  des laxatifs et suppositoires glycérinés.  Nous vous remercions du temps pris à la lecture de ce mail et vous prions de croire, Messieurs, à l’assurance de notre considération distinguée.   Cordialement Yolande Guéganton   355 chemin des Vannières 83740 – LA CADIERE D’AZUR Tél. 04 94 98 21 76          Mail : yvillemin@yahoo.fr  Ce courrier a été envoyé à :  

 

• Mesdames Messieurs les députés du groupe d’étude sur la vaccination

Assemblée Nationale.

• Docteur Anne CASTOT Responsable du service des risques du médicament à l’AFSSAPS.

•  Mr le Professeur GHERARDI chef du service d'histologie de l'hôpital Henri-Mondor à Créteil.

• Mr le Docteur LE HOUEZEC Pédiatre à CAEN Calvados et médecin référent de l’association REVAHB des victimes du vaccin de l’hépatite B. 

rene-bickel-6.JPG

 

bickel-7.jpg

 

Commander ce livre? www.bickel.fr

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 19:01

Dr Tim O’Shea :

Dr-Tim-O-Shea-gros-plan.JPG

à l’attention des parents :

   

Ce qui suit concerne la décision la plus importante que vous pourrez jamais prendre au sujet de vos enfants

 

Informez-vous sérieusement avant de vacciner !  

 

Une grande partie des résultats de la recherche sur les vaccinations est exclue des médias, et aujourd’hui l’industrie du vaccin est en état de panique ; elle ne parvient plus à cacher ses secrets. De plus en plus de gens s’informent sur les dégâts que les vaccins peuvent provoquer chez leurs enfants ; ces parents ont recours aux formules d’exemption ou décident de ne pas vacciner.

 

Même si vous connaissez un peu la littérature vaccinale, n’auriez-vous pas envie de connaître ce que les scientifiques qui ont mis les vaccins au point depuis des décennies, ont dit à leur sujet ? Ou allez-vous vous fier à ceux qui gagnent leur vie en vendant des vaccins ? Allez-vous tacitement leur faire confiance pour la décision la plus importante que vous ayez à prendre pour la vie de votre enfant ?

 

C’est exactement ce que font la plupart des gens. On pourrait comparer cette situation à une personne qui voudrait acheter une voiture Ford et qui se contenterait de la seule information d’un revendeur de la marque, sans chercher une information ailleurs. Sauf que dans le cas qui nous occupe les choses sont bien plus graves : il s’agit de la formation même du système immunitaire de votre enfant et qui déterminera son état de santé futur.

 

Nous sommes choqués que de nombreux médecins connaissent l’information que nous détaillons dans notre livre Vaccination Is Not Immunization et qu’ils ne vaccinent pas leurs propres enfants.

 

En tant que parents, croyez-vous vraiment que les vaccins peuvent réellement protéger votre enfant de la maladie ? Avez-vous des inquiétudes par rapport au fait que votre enfant pourrait devenir autiste, faire de l’asthme, des allergies  ou même mourir comme c’est le cas dans la mort subite du nourrisson ? Il ne s’agit nullement de théories. Ce sont des choses qui arrivent à des millions de bébés Américains. La plupart des autres pays du monde recommandent moins de la moitié des vaccins que nous donnons aujourd’hui à nos enfants.

 

Ce que vous lirez dans mon livre pourrait beaucoup vous choquer. C’est là ce qui m’est arrivé quand j’ai commencé mes recherches sur les vaccins et leurs suites. Ce sont les centaines d’heures que j’ai passées à creuser le sujet dans la littérature médicale et à en vérifier tous les aspects qui m’ont poussé à parler.

 

La plupart des choses que j’ai découvertes sont en contradiction avec les conseils de santé que l’on nous donne pour nos enfants. La plupart des parents acceptent de faire vacciner leurs enfants en croyant qu’ils font pour eux la meilleure des choses au monde. C’est ce que leurs propres parents ont fait ; c’est ce que leur médecin leur a recommandé de faire. Une fois qu’ils se sont engagés dans cette voie, leurs enfants continuent année après année, à recevoir toute une série de vaccins et les parents  continuent de croire qu’ils font bien.

 

Et bien… il s’avère que c’est souvent une erreur.

 

Ce que vous découvrirez quand vous jetterez un coup d’œil derrière le décor des cartels multimilliardaires des vaccins  devrait vous faire froid dans le dos, parce que ces vaccins font courir à votre enfant beaucoup plus de risques que l’on ne vous ait jamais dit.

 

La Dure Vérité

 

Que vous vacciniez ou non, vous êtes les seuls à pouvoir prendre une décision. Il est triste que vous ne puissiez demander l’aide de votre pédiatre pour prendre pareille décision. La plupart des médecins ont fondé leur réputation et leur bien-être financier sur la sécurité et l’efficacité supposées des vaccins. Ils sont liés de par leur profession à promouvoir les vaccinations.

 

Mais il existe un autre point de vue tout aussi valable

 

Vous ne manquerez pas de découvrir que :

 

- La vaccination est un énorme business ; elle représente beaucoup d’argent pour les médecins, pour les compagnies pharmaceutiques et pour les gouvernements.

 

- On n’a jamais pu prouver que les vaccins étaient sans danger comme on vous a fait croire.

 

Vous avez droit à connaître les faits

 

Vous avez droit à avoir accès à l’information diffusée par des médecins, des scientifiques, des chercheurs du monde entier – Il n’est plus possible de nier les faits.

 

Certains scientifiques de haut niveau dans le domaine de la génétique vont jusqu’à dire qu’il s’agit d’une agression pure et simple qui s’opère sur des enfants et sur l’avenir de la race humaine !

 

Une doctoresse canadienne, le Dr Ghislaine Lanctôt écrit :

 

« Les autorités médicales continuent de mentir. La vaccination agresse le système immunitaire. Elle provoque toute une série de maladies. La vaccination est en train de modifier notre code génétique. »

 

Le Dr Mendelsohn, célèbre pédiatre, écrivait :

 

« La plus grande menace pour les enfants consiste dans les efforts dangereux et inutiles qui sont faits pour éviter leurs maladies. Beaucoup de choses que l’on vous a fait croire sur les vaccins ne sont tout simplement pas vraies. Si je pouvais suivre mes convictions les plus profondes, je vous presserais de rejeter tous les vaccins pour vos enfants. »

   

Aucune preuve de sécurité

 

L’une des découvertes les plus choquantes qu’il m’est arrivé de faire est de découvrir qu’on n’a jamais pu prouver cliniquement que les vaccinations étaient efficaces pour la prévention des maladies.

 

Les tests cliniques en double aveugle avec placebo, - règle d’or de la médecine - n’ont jamais été utilisés pour comparer des enfants vaccinés à des enfants non vaccinés. Les études pour évaluer  la relation bénéfices/risques n’ont jamais été réalisées. La science est absente quand les autorités de santé attribuent aux vaccins la diminution des maladies et quand, sans arrêt, elles affirment que les vaccins sont sûrs et efficaces.

 

Les compagnies pharmaceutiques financent les journaux médicaux au travers de leurs annonces. Des membres de la FDA reconnaissent ouvertement qu’ils ont des liens financiers avec les fabricants de vaccins. Ce n’est même plus un secret.

 

Il y a pire : le Congrès Américain a fait passer une loi qui dédouane ces compagnies de toute responsabilité. En d’autres termes, si votre enfant décède ou est handicapé après une vaccination, il ne vous est plus possible d’intenter un procès au fabricant de vaccins.

 

Réfléchissez un moment à la gravité de la situation pour les enfants aux Etats-Unis… et demandez-vous si vous pourriez accepter que votre enfant ou un enfant que vous connaissez  figure dans l’une de ces statistiques :

 

· Aux Etats-Unis, 1 enfant sur 6 souffre de troubles neuro-développementaux.

· 14% des enfants Américains suivent des programmes destinés aux enfants qui éprouvent des difficultés d’apprentissage.

·  Il y a aujourd’hui aux Etats-Unis entre 2 et 4 millions d’enfants autistes, alors qu’en 1900 il n’y en avait pratiquement aucun.

·  Au cours des 11 dernières années, le nombre d’enfants souffrant d’allergies a doublé.

·  Les taux de cancers infantiles progressent d’une manière exponentielle et atteignent des niveaux jamais connus auparavant.

· Au cours des 4 dernières années, plus de 100 jeunes filles sont décédées après avoir reçu le vaccin HPV.

·  Les maladies auto-immunes, le diabète, l’asthme, la sclérose en plaques, les tumeurs du cerveau montent en flèche chez les jeunes.

 

Tout ceci n’est au plus que la pointe émergée de l’iceberg. Avec des douzaines de vaccins en préparation et des autorités sanitaires qui poussent à faire de plus en plus de vaccins, les risques ne pourront qu’augmenter chaque année.

 

 http://www.immunitionltd.com/book/vaccination-is-not-immunization.htm 

 

« L’acte même de la vaccination ou de l’inoculation avec une aiguille court-circuite d’une manière arrogante ces trois mécanismes de défense de l’organisme (***) que la nature a mis des milliers d’années à élaborer. »  Dr Tim O’Shea

 

(***) Au cours des derniers milliers d’années la nature a mis au point trois mécanismes de défense pour protéger le sang de l’espèce humaine. Il s’agit de la peau, des différentes muqueuses digestives, respiratoires, génitales et de la barrière hémato-encéphalique.

 

En d’autres mots, si quoi que ce soit veut avoir accès au sang humain par exemple, Il faut que cette « chose » soit mangée, respirée ou qu’elle passe au travers de votre peau.

 

L’acte même de la vaccination ou de l’inoculation avec une aiguille court-circuite d’une manière arrogante  ces trois mécanismes de défense de l’organisme que la nature a mis des milliers d’années à élaborer.

 

Quant à la barrière hémato-encéphalique, la plupart des gens savent qu’il s’agit d’un processus sélectif qui s’est développé au cours de milliers d’années d’évolution et qui interdit l’accès au cerveau de certains éléments qui sont autorisés dans le reste du corps. C’est grâce à ce mécanisme que notre espèce a survécu.

 

Malheureusement, la barrière hémato-encéphalique n’est complètement formée qu’à la maturité (du système immunitaire) quand nos enfants ont déjà reçu quelques 68 vaccins si le programme officiel recommandé est suivi.

 

Ainsi le problème essentiel par rapport à cette barrière hémato encéphalique n’est pas tellement le fait que les microorganismes des vaccins soient ou non atténués, mais  la présence même de conservateurs comme les métaux lourds, le mercure, l’aluminium, le formaldéhyde – tout spécialement le mercure vu son affinité particulière pour les tissus du cerveau.

 

Ainsi quand le tout premier jour de la vie d’un enfant vous lui injectez le vaccin anti hépatite B avec 30 fois la dose de sécurité de mercure prévue pour un adulte (selon les normes de l’EPA), le mercure atteint directement le système neurologique de l’enfant et a, comme vous le savez un effet de bio-accumulation. 

 

http://vactruth.com/2011/09/05/interview-dr-tim-oshea/

 

 

Pour acheter le livre de Tim O' Shea, voir ces deux sites:

 

http://www.thedoctorwithin.com/intro/

http://www.immunitionltd.com/books-and-cds.html

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 14:54

Y a-t-il une alternative aux vaccins toxiques ?

 

Catherine J. Frompovich, 31 décembre 2012

 

Alternative-vaccins-toxiques.jpg

 Baltimore Sun – Healthy Protocols

    

Je pense que tout un chacun se doit de s’informer sur les vaccins et les vaccinations.

 

Il convient de savoir que tous les vaccins contiennent des produits chimiques et des neurotoxines qui ne doivent pas être injectés ni chez les enfants, ni chez les adultes comme par exemple le formaldéhyde, cancérogène reconnu, le mercure sous la forme du thimerosal, un des produits les plus toxiques au monde, l’aluminium, un neurotoxique ; le polysorbate 80 –un agent démontré anti-fertilité dans les études animales ; de l’ADN étranger provenant de vaches, de porcs, de chiens, de poulets, de singes, d’insectes et de fœtus humains avortés (cellules diploïdes), plus une liste de produits chimiques industriels toxiques.

 

Si le premier principe de la médecine est d’abord ne pas nuire, alors il paraît tout à fait évident  que la profession médicale n’est apparemment pas au courant, ou qu’elle ne lit pas l’information qui accompagne les vaccins, autrement dit les notices propres à chaque vaccin.

 

Si les médecins lisaient les notices des vaccins et qu’ils se donnaient la peine de comparer les vaccins qu’ils administrent aux enfants avec les centaines de milliers de rapports du VAERS (Système officiel Américain qui recueille les rapports de complications vaccinales), ils ne pourraient s’empêcher de constater le mal qu’ils contribuent à faire en acceptant de vacciner aveuglément, et en croyant que les vaccins sont sûrs et ne provoquent pas de dommages.

 

L’acceptation par la profession médicale que des produits chimiques industriels toxiques sont susceptibles d’améliorer le système immunitaire de nouveau-nés (dont le système immunitaire n’atteint sa maturité que beaucoup plus tard) relève tout simplement d’une science à la Frankenstein.

 

Apparemment, la médecine et Big Pharma qui fabrique les vaccins ne croient pas à l’immunité naturellement acquise que ce soit à partir de l’allaitement ou des maladies d’enfance comme la rougeole ou la varicelle etc. OU ils tentent désespérément de réécrire la science, la biochimie pour que l’on puisse accepter les produits chimiques qu’ils fabriquent et qu’ils puissent vendre leurs vaccins. Toutefois, les toxines présentes dans les vaccins ne peuvent faire autre chose que perturber la biochimie humaine à court ou à long terme. Rien ne démontre mieux la triste réalité que les statistiques officielles concernant les enfants américains.

 

L’autisme est passé d’un cas sur 10.000 dans les années 1940 à un cas sur 88 en 2008, alors qu’un enfant sur 6 souffre de déficience intellectuelle, comme par exemple de problèmes de langage,  de paralysies cérébrales ou d’autisme.[1]

 

Ne serait-on pas en droit de se demander si ces terribles statistiques, faisant état de dommages très précoces, ne font pas partie de l’abêtissement des Américains ?

Pareilles anomalies de santé ne se sont jamais produites en aussi grand nombre dans l’histoire humaine et n’ont pas été enregistrées dans les annales médicales jusqu’à ce que le CDC et la FDA rendent obligatoires les calendriers vaccinaux pour les nourrissons et les enfants.

 

Les médecins qui ont pris conscience du problème et ont fait volte-face par rapport à l’injection de ces toxines contenues dans les vaccins sont non seulement rejetés par la profession médicale, mais hélas aussi persécutés. Les parents ou les tuteurs qui s’interrogent sur les vaccins subissent eux aussi le même sort.

 

On peut évidemment se demander pourquoi ceux qui devraient savoir mieux que n’importe qui qu’il n’est pas possible de donner la santé en empoisonnant les corps, continuent d’être les serviteurs de l’approche dogmatique officielle. Il s’agit pratiquement d’un système de croyance religieuse que l’on impose à tous, faisant fi de la conscience et du libre choix.

 

Il semble que depuis la naissance, tout le monde soit obligé d’adopter les dogmes de l’église de vaccinologie, indépendamment de l’inexactitude de ses thèses et de ses recherches.

 

Un des exemples les plus convaincants qui montrent que les vaccinations relèvent de la propagande et du battage médiatique est le fait que des enfants complètement vaccinés contractent les maladies mêmes pour lesquelles ils ont été vaccinés comme la rougeole et la coqueluche. La seule réponse de la médecine à ce problème est l’administration d’injections de rappel supplémentaires qui ne semblent même pas fonctionner.

 

Il existe cependant une alternative à ces vaccins toxiques que certains n’hésitent pas à appeler « vaccins-poisons ».

 

Il s’agit en fait de l’homéoprophylaxie (HP) basée sur les principes de l’homéopathie classique pour la prévention des maladies infectieuses et contagieuses [2] Elle utilise des nosodes énergétiques basés sur les travaux  d’un homéopathe australien : Issac Golden, PhD.

 

Que représentent les nosodes ? Ce sont des médicaments homéopathiques fabriqués à partir de tissus malades (sang, pus ,salive, etc .) qui sont ensuite dilués et dynamisés selon les principes homéopathiques. Les nosodes sont des immuno-stimulants dépourvus des neurotoxines et des produits chimiques industriels couramment utilisés dans les vaccins ; ce qui représente une ENORME différence parce que ces produits n’engendreront pas de réponses neurologiques toxiques susceptibles de détruire des vies et des familles.

 

L’homéopathie est souvent appelée une « médecine énergétique ». On peut comparer son action à celle de l’acupuncture ; elle ouvre des voies énergétiques plutôt que d’inonder le corps avec des produits pharmaceutiques toxiques susceptibles de perturber les systèmes enzymatiques indispensables au bon fonctionnement des mécanismes de guérison.

 

Etant donné que l’homéopathie utilise des remèdes naturels, ceux-ci ne peuvent être brevetés. Ceci explique les limites de son extension vu que Big Pharma ne peut faire des recettes de milliards de dollars à partir d’un nosode spécifique ou d’un remède homéopathique.

 

Les vaccins brevetés permettent des bénéfices de milliards de dollars chaque année. Les prévisions pour 2012 du chiffre d’affaires sur un plan mondial sont de 34 milliards de dollars [3]

 

Etes-vous au courant qu’il n’y a pratiquement pas eu d’autisme en Afrique avant  les récentes campagnes de vaccination ? [4]

 

Deux femmes se consacrent à apporter leur aide dans les problèmes qui ont trait à la controverse vaccinale. Elles axent leur action sur la sécurité, la responsabilité et l’efficacité. Il s’agit de Kate Birch et de Cilla Whatcott. Elles ont adopté le programme d’homéoprophylaxie du Dr Issac Golden qui tient grand compte des besoins des familles. Ensemble elles ont publié : The Solution – Homeoprophylaxis – The Vaccine Alternative – A Parent’s Guide to Educating Your Child’s Immune System 

  

Extrait de «Soins familiaux homéopathiques » :

 

La Solution qui s’appelle à juste titre Homéoprophylaxie, offre une alternative intéressante à la vaccination pour la prévention des maladies infectieuses. La conception de base des auteurs est le fait que les maladies infectieuses peuvent être d’une réelle utilité pour le développement du système immunitaire.

 

Comme expliqué dans le livre, l’homéoprophylaxie est destinée à stimuler en toute sécurité une excellente réponse immunitaire, sans les effets secondaires que peuvent entraîner les vaccins.

 

La méthode actuelle de vaccination peut réduire les risques de certaines maladies, mais avec une augmentation des allergies, de l’asthme, des infections de l’oreille, des retards de développement … nous sommes obligés de constater que cette méthode comporte une foule d’effets secondaires.

 

Le livre explique clairement comment fonctionne le système immunitaire  et comment pouvoir tirer avantage de la maladie sans qu’il y ait d’effets secondaires …

 

En tant que chercheur qui a étudié le problème des vaccins depuis les années ’80, je pense que tout le monde devrait pouvoir considérer l’Homéoprophylaxie comme un moyen sérieux pour obtenir une immunisation efficace. L’Homéoprophylaxie propose des moyens efficaces pour lutter en toute sécurité contre les maladies infectieuses, un peu à l’image des vaccinations obligatoires, mais sans les toxines ou produits chimiques dangereux que comportent les vaccins traditionnels. Je pense personnellement que l’Homéoprophylaxie rencontre tout à fait les souhaits des parents : une technique simple qui n’injectera aucun produit chimique toxique dans le corps de leur enfant, qui risquerait par le fait même de provoquer des problèmes de santé.

 

Références:

 

[1] http://www.cdc.gov/ncbddd/autism/data.html  

[2] http://freeandhealthychildren.com/  

[3]http://centerforvaccineethicsandpolicy.wordpress.com/2011/01/09/global-vaccine-market-34-billion-in-sales-by-2012/  

[4] http://www.ageofautism.com/2008/11/out-of-africa-a.html

 

http://www.activistpost.com/2012/12/is-there-alternative-to-toxic-jab.htm

 

 

NB: Le naturopathe Michel Dogna rappelle de façon pertinente qu'en France, les produits homéopathiques sont obligatoirement chauffés à 120°C, ce qui peut donc en toute logique jouer sur leur efficacité. Cela nous semblait intéressant de le mentionner car certaines personnes pourraient du coup, déduire (à tort) à l'inefficacité d'une telle prophylaxie.

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 13:36

Pour les parents, la décision la plus importante à prendre : faire vacciner ou ne pas faire vacciner les enfants ?

                                      

Le Dr Tim O’Shea donne les éléments déterminants de réponse à cette question dans la nouvelle édition de son livre :

                   

VACCINATION N'EQUIVAUT PAS A IMMUNISATION

 

Dr-Tim-O-Shea-Vaccination-is-not-Immunization.JPG

 

 

Nous nous orientons pour l’année 2013 vers de nouvelles tactiques dans le monde des vaccinations. Etant donné qu’elle en train de perdre le débat scientifique sur la sécurité des vaccins, la médecine monolithique a recours aujourd’hui aux armes législatives. Une attaque tous azimuts est maintenant en cours contre les exemptions légales aux vaccinations. Introduite dans 4 états, victorieuse dans 2, la campagne destinée à mettre fin aux exemptions pour convictions personnelles, risque de se répandre dans tous les états au cours des deux prochaines années.

 

- Le mois dernier, nous avons pu voir que les fabricants de vaccins ont purement et simplement ignoré une pétition de 40.000 pédiatres qui demandaient l’élimination du thimérosal des vaccins.

 

-  Nous avons aussi appris qu’une compagnie d’assurances  avait viré 150 de ses  employés qui ne voulaient pas se faire vacciner.

 

 -  Les premières audiences du Congrès sur l’autisme depuis 2003 viennent d’avoir lieu à Washington.

 

Les révélations au sujet de la contamination, de la toxicité des vaccins, comme de l’absence de véritable science dans ce domaine vont de pair avec une législation de plus en plus draconienne pour imposer les vaccinations aux gens les moins informés.

 

2013 risque de ne pas être très glorieux !

 

Plus que jamais, les parents ont besoin de toute la véritable Science pour prendre la décision la plus importante qu’ils auront à prendre dans toute leur vie : faire vacciner ou ne pas faire vacciner leurs enfants.

 

Tout ce travail de recherche et d’information a déjà été réalisé pour eux dans la nouvelle version 2013 de « Vaccination Is Not Immunization » Cette nouvelle édition traitera également des récentes attaques dont on fait l’objet les non vaccinés, comme de toutes les tentatives visant à mettre fin aux exemptions sur l’ensemble du territoire américain. L’ouvrage évoque également les épidémies provoquées par les vaccinations de routine : polio, DTC, HPV, vaccins contre la grippe et autres vaccins, bref tout ce dont les médias ne sont pas autorisés à évoquer.

 

Rappelons-nous bien : les nouveau-nés n’ont pas la possibilité de se protéger.

 

Il arrive que des parents me remercient, car grâce au livre, ils ont compris ce qui était nécessaire pour prendre une des décisions les plus importantes de leur vie : vacciner ou ne pas vaccine leurs enfants. (300 références bibliographiques)

 

Newsletter, janvier 2013

 

Pour acheter le livre de Tim O' shea, voir ces deux sites:

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 11:46

Etude PLoS :

  

Les Vaccins rendent la Malaria plus Virulente

 

malaria-moustique.png

 

Comme nous l’avons vu dans tant d’autres domaines de la médecine moderne, l’application des traitements standards, c’est un peu comme jouer avec le feu parce qu’ils entraînent parfois des maladies plus virulentes que l’on finit par ne plus savoir guérir. Les vaccins contre la malaria rendent effectivement la maladie plus virulente.

 

Heidi Stevenson

 

Quel est le sens de vacciner des gens contre une maladie que la vaccination rendra encore plus virulente ? C’est là exactement ce qui se passe avec les vaccins contre la malaria, comme l’a démontré une étude de PLoS.

 

Ce n’est guère une surprise que le parasite de la malaria Plasmodium Chabaudi devienne plus virulent à la suite de la vaccination. Les tentatives d’éradication et de traitement ont permis au parasite d’évoluer rapidement en réponse à toutes ces pressions.

 

Une étude sur les vaccins contre la malaria chez les souris a fait ressortir la probabilité que les infections deviennent plus virulentes en réponse aux tentatives d’immunisation contre la maladie.

 

[…]  Bien qu’il soit possible que le paludisme puisse malgré tout être temporairement amélioré par la vaccination, il n’est cependant pas impossible qu’en fin de compte la situation puisse effectivement s’aggraver. Les seules choses qu’il soit important de connaître sont : le degré de gravité et la durée de la maladie.

 

La malaria n’est pas une bagatelle. Avant de poursuivre cette recherche d’un vaccin fou dans une vaine tentative d’éradiquer  le parasite, il serait peut-être temps de prendre du recul et de réfléchir à la folie que représente ce paradigme  de la médecine moderne.

 

La bonne nouvelle est qu’aucun vaccin contre la malaria n’a été autorisé. La mauvaise nouvelle est que Bill Gates et la Fondation Bill et Melinda Gates sont décidés et déterminés à créer un vaccin. Etant donné le peu d’efficacité que Gates semble exiger du vaccin contre le choléra qu’il est en train de promouvoir – seulement 65% dans les études réalisées par le fabricant et financées par la Fondation Gates, -  il ne devrait pas s’écouler beaucoup de temps avant qu’un vaccin ne soit commercialisé. Avant que ne paraisse l’étude The Evolutionary Consequences of Blood-Stage Vaccination on the rodent Malaria Plasmodium Chabaudi, on savait déjà qu’un vaccin qui utilisait le parasite entier pouvait aggraver la virulence de la maladie. Cette dernière étude montre maintenant que la même chose se passe quand on n’utilise  qu’une simple protéine du parasite.

 

Après être passé chez 20 souris, le parasite s’est développé plus rapidement et sa virulence a augmenté, entraînant la destruction de 20% des globules rouges. Les souris-contrôle quant à elles, n’ont pas développé une forme plus virulente de la maladie.

 

Comme l’a souligné le chercheur Andrew F.Read,  le concept n’a pas été documenté chez des humains atteints de paludisme. Toutefois, fonder un programme de vaccinations  sur l’hypothèse que cela n’arrivera pas, serait stupide à l’extrême. Le fait est que nous savons que la coqueluche est devenue plus virulente après la vaccination, comme elle a aussi infecté des personnes vaccinées. Avec les informations dont nous disposons actuellement, le principe de précaution devrait prévaloir, même s’il n’y a pas d’indications que cette situation puisse se produire.

 

Des vaccins qui permettront d’être déjoués

 

Avec ces types de vaccins, tous les agents pathogènes ne seront pas tués. Les vaccins contre le paludisme font partie de ceux-là. Dans ces vaccins, les agents pathogènes qui survivent deviennent généralement plus virulents

 

Jouer avec le feu

 

Il n’est pas question de nier la gravité du paludisme. Mais cela ne signifie pas pour autant que la solution vaccinale soit la plus rationnelle. Il existe d’autres approches qui peuvent être fort utiles. Il existe des moyens pour réduire les populations de moustiques ; les médecines alternatives ont connu d’importants succès dans le traitement du paludisme, l’utilisation des moustiquaires peut être grandement développée…

 

Il est bon aussi de rappeler que les microorganismes ne sont pas nécessairement nos ennemis. Il est bien sûr possible de coexister avec ceux que nous considérons comme dangereux si nous nous maintenons en bonne santé. Ce qui ne sous-entend pas nécessairement de recourir à des médicaments pour nous protéger de la maladie. Cela sous-entend principalement le renforcement de nos défenses, de notre système immunitaire.

 

Jouer avec le feu – tenter d’anéantir tout ce qui nous parait susceptible d’induire une maladie est en fait un jeu dangereux.  A la suite des vaccinations, les êtres vivants ont développé une flore intestinale déséquilibrée et nous voyons de plus en plus apparaître des maladies chroniques inconnues auparavant.

 

Il est bien certain que la malaria n’est pas une mince affaire, mais avant de poursuivre dans la recherche d’un vaccin fou, il serait peut-être temps de prendre quelque recul par rapport aux dangers du paradigme médical moderne. Nous ne sommes certainement pas en meilleure santé aujourd’hui. Nous sommes en fait devenus beaucoup plus malades. Au bord du gouffre, il nous faut absolument prendre le recul salutaire !

 

Sources :

 

  1. The Evolutionary Consequences of Blood-Stage Vaccination on the Rodent Malaria Plasmodium chabaudi,  PLoS Biology, Victoria C. Barclay, Derek Sim, Brian H. K. Chan, Lucas A. Nell, Maia A. Rabaa, Andrew S. Bell, Robin F. Anders, Andrew F. Read. doi:10.1371/journal.pbio.1001368
  2. Malaria parasites evolve in vaccinated mice to cause more severe disease
  3. Dangerous Malaria Gives Researchers Concern
  4. Vaccine Research Shows Vigilance Needed Against Evolution of More-Virulent Malaria

http://gaia-health.com/gaia-blog/2012-12-29/vaccines-make-malaria-more-virulent-plos-study/

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
27 décembre 2012 4 27 /12 /décembre /2012 14:52
« Ce n’est pas sur l’immunologie que sont basées les vaccinations, mais sur des légendes, sur des contes que l’on se transmet. » Dr Jacques KALMAR
    
KALMAR.jpg
   
     
Le Dr KALMAR :
     
Il est des choses qui sont tellement loin des frontières de la raison qu’il n’est pas possible de s’y accoutumer. Je reste stupéfait et bouleversé, accablé aussi. Accablé par l’indifférence des foules, par leur acceptation passive de n’importe quelle aberration, dès l’instant que cela les tranquillise. Elles se sont, en réalité, complaisamment laissées conditionner par un faux savoir : idées simples à formuler et à saisir ; idées sécurisantes par leur contenu magique ; idées-refuges, inertes et glauques, dans lesquelles les responsabilités se dissolvent et disparaissent.

Au nom du droit à la santé; c ’est en se fondant sur un Droit qui n’existe pas que l’on a parqué les foules dans le corral vaccinaliste. On peut parler du droit aux soins ouvert à tous. Mais la santé n’est en aucune façon un droit. Chacun a le devoir d’assurer la sienne propre ; C’est  une responsabilité de la personne, et un élément essentiel de sa maturité, qu’elle sache définir les facteurs qui doivent être respectés pour établir et conserver la santé.
     
Or les problèmes qui concernent l’immunité sont étroitement tributaires de l’équilibre biologique général. La prétention de les résoudre par les vaccinations est absolument contraire à la réalité. Et c’est tromper délibérément le public de lui faire croire que la santé peut être inoculée à tous indistinctement, alors qu’elle doit être construite à chaque instant par le style d’existence de la personne concernée.
     
La santé ne résulte pas d’un acte standardisé. Elle est l’aboutissement, à tout moment, d’un faisceau convergent de respects multiples : respect des règles de l’hygiène, respect des principes fondamentaux de la diététique, respect des lois qui président à l’équilibre mental, respect de l’appel venu de la transcendance de l’être.
     
Et c’est réellement la pire des insanités imaginables de prétendre contribuer à la perpétuation de la santé en faisant de l’organisme, par des inoculations subintrantes, un réceptacle de miasmes innombrables.

Mais comme cela est présenté de façon aimable pour que les âmes sensibles et pusillanimes ne soient pas traumatisées ! On parle de « timbre », de « sucre », de « scarification », de « piqûre ». Quoi de plus anodin ? Les vaccinations sont habillées dans un voile de bénignité.
     
-   30 unités internationales d’anatoxine diphtérique ;
-   5 milliards de bacilles de Bordetella pertussis en phase I, formolé (Perhydral) ;
-   Types I, II, III du virus de la poliomyélite ;
-   Le bacille tétanique de Nicolaïer ;
-   Le bacille tuberculeux de Calmette et Guérin ;
-   Le virus vivant du cow-pox.

 

Tel est l’accueil chaleureux réservé par cette société aimante aux petits d’hommes. Cela revient à placer leurs berceaux dans une chambre remplie de pestilences. Mais on fait bouillir les tétines…

     
Ce n’est pas sur l’immunologie que sont fondées les vaccinations, mais sur des légendes, sur des contes que l’on se transmet, non plus à la veillée des chaumières, mais à la veillée télévisée des grands ensembles.
     
Il n’est pas possible de tenir éternellement debout une civilisation avec les seules forces du mensonge et de la soumission. »
     
           
L'AVIS D'UN PEDIATRE (Profeseur de pédiatrie):

 

 

" Je reconnais avoir commencé ma carrière médicale en croyant tout ce qu'on m'avait enseigné; mes patients en ont payé le prix pendant de nombreuses années. Une grande partie de ce qu'on vous a dit sur les vaccinations n'est simplement pas vrai. Je n'ai pas seulement de graves accusations à leur sujet; si je voulais obéir à mes convictions profondes, je vous recommanderais de rejeter toutes les vaccinations pour votre enfant. Je ne le ferai pas, car les parents ont perdu ce droit de refus dans environ la moitié des Etats-Unis. La plus grande menace pour les enfants consiste dans les efforts dangereux et inutiles qui sont faits pour éviter leurs maladies.

Dr R.S. MENSELSOHN, Pédiatre

 

 

Voir aussi :
     
« L’immunisation par vaccins : une bombe à retardement » Dr R.S. Mendelsohn

 

 
Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 22:40

Maladies auto-immunes causées par les vaccinations ? 

 

Maladies-auto-immunes-Gaia-Health.jpg

 Photo Phil Dragash

 

Par Heidi STEVENSON, 23 décembre 2012

 

Les troubles auto-immuns – maladies chroniques – touchent beaucoup de jeunes adultes et d’enfants, bien que leurs véritables causes ne soient  généralement pas prises en compte. Ci-dessous une preuve claire et nette qu’une des causes de ces troubles est le trop grand nombre de vaccinations.

 

Une étude de PLoS a montré qu’à partir d’un certain nombre de vaccinations, n’importe qui pourrait développer une maladie auto-immune. Cette étude a été réalisée sur des souris sélectionnées pour leur capacité à résister à pareilles maladies chroniques. L’étude a montré que le système immunitaire de ces souris résistantes aux maladies auto-immunes est perturbé à partir du moment où elles reçoivent une huitième injection d’antigènes seuls. Autrement dit, l’injection d’adjuvants n’a pas été nécessaire pour provoquer l’auto-immunité. L’antigène seul a suffi pour provoquer des maladies auto-immunes.

 

Si on met en parallèle cette information avec l’augmentation massive des maladies auto-immunes chez l’homme au cours des deux dernières décennies, nous avons un signe très clair qui semble bien mettre en cause le grand nombre de vaccins administrés systématiquement aux enfants.

 

En faut-il davantage pour démontrer que les vaccins de routine ne constituent pas une manière acceptable d’engendrer des troubles de l’immunité ? Il y a d’ailleurs longtemps que l’on sait que pareille immunité est loin de pouvoir rivaliser avec la protection conférée par l’immunité naturelle. Contrairement à l’immunité naturelle, l’immunité acquise par la vaccination est beaucoup moins efficace et est susceptible de provoquer des maladies chroniques chez beaucoup de vaccinés ; elle n’est non plus pas acquise pour la vie entière, alors que les maladies de l’enfance donnent généralement une immunité à vie.

 

Pour pareille protection limitée, nous nous rendons compte aujourd’hui qu’il y a une probabilité de quasi 100% que presque tout le monde risque un jour de souffrir de maladie chronique comme le diabète, la sclérose en plaques, le lupus, des maladies inflammatoires des intestins, des allergies, l’autisme et même de nouvelles maladies comme la myofasciite à macrophages.

 

Quel est le sens de tout cela ? Même si les vaccins étaient tout à fait efficaces, comment pourrait-on justifier le fait qu’ils soient susceptibles d’induire des maladies auto-immunes chez quantité de personnes ?

 

LA SCIENCE

 

L’étude en question qui s’intitule «  Self-Organized Criticality Theory of Autommunity » a constaté que la sur-stimulation d’un type particulier de cellules T se traduit par l’apparition d’auto-anticorps. Ce sont des anticorps qui se retournent contre la personne et non contre les envahisseurs ; le système immunitaire est retourné vers l’intérieur.

 

Les auteurs de l’étude ont conclu :

 

"L‘auto-immunité systémique semble être la conséquence inévitable de la sur-stimulation immunitaire du système de l’hôte à la suite d’une immunisation répétée avec un antigène et à des niveaux qui dépassent les possibilités du système auto-organisé."

 

Les auteurs ont cherché à déterminer si l’intégrité du système immunitaire est compromise par des injections répétées d’antigènes, substances étrangères qui induisent une réponse immunitaire particulière et surtout la création d’anticorps.

 

La forte stimulation par un antigène qui est l’objectif de chaque vaccination a comme première conséquence « l’incapacitation » des cellules T (T-cells). Les cellules T finissent cependant par récupérer, puis elles se divisent et créent des anticorps. Mais elles commencent aussi à créer des interleukines-2(IL-2) qui sont associées à des maladies auto-immunes.

 

A la huitième injection d’antigènes, chaque souris (résistante à des maladies auto-immunes) a développé :

 

Des auto-anticorps

Des immunoglobulines G et immunoglobulines M (IgG et IgM) et facteur rhumatoïde (RF)

Des anticorps SM (anti-smooth muscle)

Des RF réactifs à l’encontre des IgG (galactose deficient)

Ces RF se retrouvent tout particulièrement dans les problèmes d’auto immunité humaine, et tous sont associés à des troubles auto-immuns.

 

Il est à noter que la recherche a utilisé  et régulièrement réutilisé le même antigène. Ce fait pourrait bien être lié à la propension actuelle d’administrer les mêmes vaccins à plusieurs reprises en raison de l’insuffisante  production d’anticorps adéquats pour prévenir la transmission de maladies. Le vaccin DTaP (diphtérie, tétanos, coqueluche) doit être administré 5 fois avant l’âge de six ans ! Ceci représente trois antigènes différents administrés cinq fois. Rien que cela pourrait facilement expliquer l’énorme augmentation des maladies auto-immunes.

 

A tout cela, il convient d’ajouter l’Haemophilus influenza, le pneumocoque et le vaccin antipoliomyélitique, chacun administré 4 fois. Le Rotavirus  et l’hépatite B administrés trois fois ; le méningocoque, le vaccin ROR (Rougeole, Rubéole, Oreillons) ; la varicelle, l’hépatite A administrés 2 fois, et le tout administré avant l’âge de 6 ans ! Tout cela représente un énorme fardeau pour un système immunitaire en voie de développement.

 

Tout ceci ne prend bien entendu pas en compte les dommages causés par les adjuvants ou les conséquences du vaccin annuel contre la grippe ! Si les parents se rallient aux recommandations du CDC, leur enfant recevra 6 vaccins contre la grippe – chacun d’eux comportant au moins trois antigènes différents – avant leur septième anniversaire !

 

LA QUESTION

 

Cette étude représente une preuve irréfutable que les vaccins sont liés à la recrudescence massive des maladies auto-immunes qui détruisent à petit feu la vie des hommes. Finalement il n’y a qu’une seule question à poser (avec quelques corolaires) :

 

Pourquoi les autorités sanitaires insistent-elles tant pour pousser au maximum toutes ces vaccinations ?

 

Pourquoi des études n’ont-elles pas été réalisées pour déterminer clairement les effets du programme complet des vaccinations ?

 

Pourquoi des études n’ont-elles pas été réalisées sur les effets des différents antigènes  qui se trouvent dans les vaccins ?

 

Pourquoi sommes-nous en train de perdre notre droit de refus ?

 

Il parait de plus en plus clair que les autorités de santé sont concernées par tout autre chose que notre santé. Il parait également évident, dans la perspective d’un donné pour un rendu, que beaucoup trop d’employés de haut niveau sont redevables aux sociétés de Big Pharma et de l’Agrobusiness alors qu’ils  sont censés les réguler et les contrôler. Des Agences comme la FDA, le CDC, le NIH, l’EPA et l’USDA  ne sont pas là pour protéger le public. Ne seraient-elles pas plutôt les façades marketing de Big Pharma et de l’Agrobusiness ?

 

Un examen plus approfondi de cette étude peut être trouvé dans : Vaccinations Inevitably Cause Autoimmune Disease : PLoS Study

 

Conclusions/Significance

Systemic autoimmunity appears to be the inevitable consequence of over-stimulating the host's immune ‘system’ by repeated immunization with antigen, to the levels that surpass system's self-organized criticality. 

 

Sources :

 

1. Self-Organized Criticality Theory of Autoimmunity, by Ken Tsumiyama, Yumi Miyazaki, Shunichi Shiozawa.

2. The role of interleukin 2 in autoimmunity.

3.  Recommended Immunization Schedules for Persons Aged 0 Through 18 Years UNITED STATES, 2012

  

http://gaia-health.com/gaia-blog/2012-12-23/autoimmune-disorders-caused-by-vaccines/

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 22:31

Les risques neurologiques de la double vaccination des bébés

 

Rédaction en ligne Samedi 22 Décembre 2012, 10h15

 

La double vaccination Prevenar 13 - Infanrix, recommandée par la Fédération Wallonie-Bruxelles, n’est pas sans danger, révèle un rapport confidentiel dont Le Soir a pris connaissance.

 

La double vaccination des nourrissons avec le vaccin anti-pneumocoque Prevenar 13 et le vaccin pédiatrique hexavalent Infanrix, contre notamment le tétanos, la diphtérie, la coqueluche et la polio, n’est pas sans risque. Un rapport confidentiel, révélé par l’association Initiative Citoyenne, rédigé par la firme Pfizer qui fabrique le Prevenar 13, relève en effet un taux accru d’effets neurologiques sur les enfants doublement vaccinés, double vaccination recommandée par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Le rapport précise qu’entre juillet 2009 et juillet 2011, sur 99,5 millions de doses administrées, la société a enregistré 1.691 rapports d’effets secondaires, dont 312 cas (18 pc) d’effets neurologiques. Le rapport pointe d’énormes écarts chez les enfants manifestant des effets secondaires selon que le Prevenar 13 est administré seul ou non. Ainsi, chez les nourrissons ayant reçu aussi le vaccin hexavalent, le taux d’effets neurologiques atteint les 34 pc, contre 9 pc chez ceuix qui n’ont reçu que le Prevenar 13.

 

Dans les conclusions de son rapport, demandé par l’Agence européenne des médicaments à la suite d’une alerte émanant de l’Italie, Pfizer avance en revanche qu’il est difficile de tirer des conclusions de l’enregistrement des effets combinés du Prevenar 13 et du vaccin hexavalent, mais la société admet toutefois « qu’il apparaît qu’il y a un plus grand nombre absolu de rapports d’effets secondaires neurologiques dans les pays où le vaccin hexavalent est concomitamment administré avec le Prevenar 13 ». Selon Pfizer, des biais géographiques pourraient expliquer « qu’il n’est pas possible d’attribuer avec certitude une contribution du Prevenar 13 à ces effets secondaires ».

 

http://www.lesoir.be/142831/article/actualite/sciences-et-sante/2012-12-22/risques-neurologiques-double-vaccination-des-b%C3%A9b%C3%A9s

 

http://www.initiativecitoyenne.be/article-prevenar-13-documents-confidentiels-accablants-113700156.html

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 22:07

Protégez Vos Enfants

 L’Académie Américaine de Pédiatrie et l’Organisation Mondiale de la Santé Veulent Maintenir le Mercure Toxique dans les Vaccins

 

Jennifer Hutchinson, 23 décembre 2012 (Vactruth)

   Thiomersal seringue Vactruth

 

Nous savons que le mercure est toxique. Nous savons qu’il a été retiré de la plupart des vaccins il y a plus de dix ans. Tout a donc été réglé ? Non pas du tout ! Le débat a refait surface. L’Académie Américaine de Pédiatrie et l’OMS auraient-elles été à ce point influentes pour avoir un impact sur le Programme Environnemental des Nations Unies (UNEP) et faire en sorte que certains vaccins contiennent encore du thimerosal (Mercure) ?

 

L’UNEP , dans le cadre d’un effort visant à réduire l’exposition au mercure envisage d’interdire le thimerosal dans le monde entier. L’Académie Américaine de Pédiatrie (AAP), ainsi qu’un groupe d’experts (SAGE) de  l’OMS demandent aux Nations Unies de reconsidérer leur position.

 

Selon l’AAP les fioles multidoses qui contiennent du thimerosal sont utilisées pour les vaccinations dans les pays en voie de développement. Le thimerosal empêcherait la contamination. D’après Louis Z. Cooper,MD, seul le vaccin contre la grippe pour enfants contiendrait du thimerosal ; plusieurs autres n’en contiendraient que des  « traces ».

 

Cependant, selon le CDC plusieurs autres vaccins en contiendraient.

 

L’OMS a essayé de faire comprendre aux autres pays que la quantité de mercure était « extrêmement faible » et que si ce dernier était correctement éliminé du corps, les résidus de mercure restaient très faibles. L’OMS évoque de nombreux problèmes possibles en cas d’élimination du thimerosal des vaccins. Cette décision pourrait affecter la qualité, la sécurité et l’efficacité des vaccins et il faudrait de toute évidence pouvoir trouver une alternative. Il pourrait également y avoir des problèmes de fabrication, de stockage, d’interruption des fournitures, un risque grave de manque de certains vaccins pour les campagnes massives de vaccinations, ce qui ne manquerait pas de provoquer une augmentation de la mortalité…

 

La Coalition pour des Médicaments Sans Mercure conteste le fait que le thimerosal soit sans danger et estime qu’il est « injuste » d’utiliser ce produit dans les pays du Tiers Monde, alors qu’il n’est plus utilisé dans les pays développés.

 

Eric Uram, directeur de « Safe Minds » estime que cette pratique  est « inacceptable et offensante » Il précise cependant que les autorités de santé de certains pays hésitent à prendre position parce que l’OMS a déclaré que le thimerosal était sans danger.

 

Barbara Loe Fisher, Présidente du NVIC (Centre National Américain d’Information sur les Vaccins) précise : «  Si les flacons de vaccins inutilisés contenant du thimerosal  doivent obligatoirement être éliminés comme déchets dangereux en raison de leur teneur en mercure, alors pourquoi l’Académie Américaine de Pédiatrie continue-t-elle fortement de recommander l’injection chez les enfants de vaccins contenant du thimerosal ?

 

A part une série d’études qui tendent à montrer que le thimerosal ne pose pas de problèmes, la preuve la plus solide provient de la transcription de la réunion secrète qui s’est tenue à Simpsonwood en juin 2000. La réunion qui n’a pas été annoncée publiquement se composait de 52 participants. Il s’agissait de représentants du CDC, de la FDA et de l’OMS, ainsi que des principaux fabricants de vaccins. Les participants reçurent la directive de ne rien  copier, comme de ne laisser traîner aucun document. Tom Verstraeten, épidémiologiste du CDC avait analysé plus de 100.000 dossiers médicaux d’enfants ; il croyait que c’était le thimerosal qu’il fallait mettre en cause pour expliquer l’augmentation « dramatique » de l’autisme ; ces données qui parlaient d’elles-mêmes ont entraîné des commentaires comme : «  Vous pouvez faire ce que vous voulez », mais les résultats « sont statistiquement significatifs » et « Je ne veux absolument pas que mon petit fils reçoive un vaccin qui contient du thimerosal avant que nous ayons une meilleure connaissance de ce qui se passe. »

 

LA DISSIMULATION

 

C’est l’inquiétude sur la manière dont la vérité risquerait d’avoir une « incidence sur la rentabilité de l’industrie du vaccin » qui semble avoir été à l’origine de la dissimulation.

 

Le Dr Bob Chen du CDC, chef du département sur la sécurité des vaccins a dit : « compte tenu de la sensibilité de cette information, nous avons été en mesure de la tenir à l’écart, disons des personnes les moins responsables. »

 

Le Dr John Clements, conseiller à l’OMS en matière de vaccins a déclaré que cette étude « n’aurait jamais dû être réalisée », car ses résultats «  seront repris par d’autres et utilisés de manière indépendante de la volonté de ce groupe. Les résultats de la recherche doivent être remaniés. »…

 

Verstraeten  est ensuite allé travailler pour GlaxoSmithKline et a, en 2003 publié une étude avec des données «  retravaillées » ne montrant plus de lien entre l’autisme et le thimerosal. Il s’avérerait également que le CDC avait « perdu » les données concernant les 100.000 enfants !

 

L’institut de Médecine (IOM) a ensuite été chargé par le CDC  de réaliser une étude qui ne montrerait pas de relation entre le thimerosal et les troubles cérébraux. Cette étude devait préciser qu’il « était inexact d’accepter ou de rejeter une relation causale ». Il fut considéré  que des recherches complémentaires n’étaient pas nécessaires.

 

Les fabricants de vaccins ont reçu l’aide du CDC ; ce qui leur a permis de continuer à utiliser le thimerosal dans certains vaccins et de les envoyer dans les pays en voie de développement.

 

Le législateur a, lui aussi, reçu des sommes très importantes des sociétés pharmaceutiques. Un exemple : Le leader de la majorité au Sénat Bill Frist, après avoir reçu la somme de 873.000 dollars, s’est employé à protéger les fabricants de toute responsabilité. Son adjoint aurait déclaré : «  Les procès sont d’une telle ampleur qu’ils pourraient ruiner les fabricants de vaccins… »

 

LES CONFLITS D’INTERETS

 

Nous avons maintenant bien la preuve que le thimerosal n’est pas sans danger. Cette preuve a été ignorée et camouflée pendant des années. Un camouflage lucratif. L’Académie Américaine de Pédiatrie a trouvé des dizaines de raisons pour lesquelles le thimerosal devait être maintenu dans les vaccins parce qu’il était sans danger et nécessaire.

Nous savons malheureusement que des enfants mourront inutilement si les choses n’évoluent pas.

 

Le dernier rapport du Comité de Réforme de la Chambre se terminait par cette déclaration : « Le thimerosal comme agent de conservation dans les vaccins est probablement lié à l’épidémie d’autisme. Cette épidémie, selon toute probabilité aurait pu être évitée ou réduite si la FDA  n’avait pas dormi au moment où manquaient encore des données de sécurité sur l’injection du thiomersal, une neurotoxine connue. La FDA  et autres agences de santé publique ont failli à leur devoir suite à un protectionnisme mal placé de l’industrie pharmaceutique.

 

Orenstein a effectivement posé les bonnes questions quand il a demandé : « que serait-il arrivé si nous avions fait les études et que trois années plus tard nous ayons découvert qu’il y avait effectivement des dégâts ? » -  Que serait-il également arrivé s’ils avaient fait les études sur tous les autres ingrédients des vaccins et trois ans plus tard avaient découvert qu’il y avait des dégâts ? - Ou s’ils avaient fait des études sur la combinaison de certains ingrédients – même deux – et que trois ans plus tard ils avaient découvert qu’il y avait des dégâts ? -  Que serait-il également arrivé s’ils avaient fait des études sur l’administration simultanée de plusieurs vaccins et que trois ans plus tard ils avaient découvert qu’il y avait des dégâts ? C’est bien là la raison pour laquelle ils n’ont pas fait ces études et ne les feront pas. Et s’ils les faisaient, ils ne se gêneraient sûrement pas pour mentir par rapport aux résultats ; tout simplement parce qu’ils SAVENT ce qu’ils vont trouver : des dégâts.

                    

Mercury-Toxicity-Dan-Burton.jpg

 

 

 

Question du Député Américain Dan BURTON au représentant de la FDA au cours d’une audience du Congrès Américain :

 

«  Vous voulez me dire que nous avons utilisé le thimerosal depuis 1929 et que le seul test dont vous avez connaissance est celui qui a été réalisé en 1929, que toutes les personnes qui faisaient l’objet du test étaient atteintes de méningite et qu’elles sont toutes mortes ?

Député Dan BURTON

 

 

1. www.who.int/wer/2012/wer8721.pdf

2. http://aapnews.aappublications.org/content/early/2012/12/17/aapnews.20121217-1

3. www.cdc.gov/vaccines/pubs/pinkbook/downloads/appendices/B/excipient-table-2.pdf

4. www.who.int/wer/2012/wer8721.pdf

5. http://mercury-freedrugs.org/docs/120720_CoMeD…

6. www.medpagetoday.com/InfectiousDisease/Vaccines/36480

7. www.redorbit.com/news/health/1112750163/thimerosal-vaccine-preservative-safety-ban-121812/

8. www.nytimes.com/2012/12/17/health/experts-say-thimerosal-ban…

9. www.redorbit.com/news/health/1112750163/thimerosal-vaccine-preservative-safety-ban-121812/

10. http://health.usnews.com/health-news/news/articles/2012/12/17/banning-vaccine-preservative-would-hurt-kids-in-poor-nations-experts

11. www.nytimes.com/2012/12/17/health/experts-say-thimerosal-ban-would…

12. www.redorbit.com/news/health/1112750163/thimerosal-vaccine-preservative-safety-ban-121812/

13. http://health.usnews.com/health-news/news/articles/2012/12/17/banning-vaccine-preservative-would-hurt-kids-in-poor-nations-experts

14. www.urmc.rochester.edu/news/story/index.cfm?id=160

15. www.healingpediatrics.com/articles/James_neurotoxicity.pdf

16. http://abcmt.org/A%20Novel%20Form%20of%20Mecury%20Poisoning.pdf

17. http://vaccines.procon.org/sourcefiles/Burton_Report.pdf

18. http://vaccines.procon.org/sourcefiles/Burton_Report.pdf

19. www.commondreams.org/views05/0616-31.htm

20. www.commondreams.org/views05/0616-31.htm

21. www.rollingstone.com/politics/news/deadly-immunity-20110209

22. www.safeminds.org/government-affairs/foia/Simpsonwood_Transcript.pdf

23. http://pediatrics.aappublications.org/content/early/2012/12/12/peds.2012-2262.full.pdf+html

24. www.immunizationinfo.org/about-nnii/steering-committee/louis-z-cooper-md

25. www.sabin.org

26. http://dartmed.dartmouth.edu/summer09/html/alumni_album.php

27. www.sabin.org/updates/pressreleases/samuel-l-katz-md-receive-2003-sabin-gold-medal

28. www.primr.org/Conferences.aspx?id=15814

29. www.vaccines.emory.edu/scientists/orenstein_bio.shtml

30. http://vaccines.procon.org/sourcefiles/Burton_Report.pdf

31. www.redorbit.com/news/health/1112750163/thimerosal-vaccine-preservative-safety-ban-121812/

32. www.change.org/organizations/safeminds

 

 

http://vactruth.com/2012/12/23/mercury-in-vaccines/?utm_source=The+Vaccine+Truth+Newsletter&utm_campaign=fa68cc59e4-12_22_2012_mercury&utm_medium=email

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.