Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 09:08

Inde-alterinfo.jpg

 

Il n'y a pas si longtemps, en Inde, les nouveau-nés étaient accueillis au son des conques, avec des chants et de l'amour. De nos jours, ils sont accueillis avec deux vaccins par injections et un par gouttes.

 

Gaia Health Blog, Jagannath Chatterjee, 25 août 2012

 

À une époque pas si lointaine, quand les familles indiennes avaient un bébé, il était accueilli au son des conques, avec des chants folkloriques féminins et l’amour sans mélange de sa mère. Aujourd'hui, le malheureux nouveau-né est accueilli par deux injections de vaccins, BCG et contre l'hépatite B, et deux gouttes de vaccin antipoliomyélitique oral, à ingurgiter à la naissance. D’autres injections toxiques de ce genre s’enchaînent tout au long de l'enfance et de la jeunesse. Les parents s’y plient de bonne foi, sans mettre en question les avantages et les inconvénients de ce genre de démarche. Les vaccins sont perçus comme étayés par de la science juste. Ils sont perçus sûrs et protecteurs des maladies. Que le processus vaccinal entier n'ait jamais passé le test décisif de la science produirait comme un choc. Le corps médical a toujours su que les vaccins ne sont pas sûrs ; leurs ingrédients toxiques font en sorte qu'ils peuvent entraîner la mort, des maladies chroniques et de graves handicaps. Les statistiques médicales montrent que des maladies soi-disant réduites par les vaccins avaient baissé de 90% du fait de mesures de santé publique, avant que leurs vaccins spécifiques n’aient été introduits.


Nous avons été amenés à croire que la variole a été éradiquée par la vaccination. Or, comme le signala le Dr R.P. Garrow dans le British Medical Journal du 14 janvier 1928, c’est la vaccination qui fut à l'origine d’une grande poussée de variole dans les régions où elle fut largement pratiquée. Et quand le taux de vaccination baissa, l'incidence de la maladie chuta proportionnellement. Il constata aussi que la personne vaccinée est cinq fois plus susceptible de mourir de la maladie que la non vaccinée. Ce nouveau phénomène fut aussi remarqué dans les villes indiennes appelées à l’époque Bombay et Calcutta, et le Mahatma Gandhi critiqua publiquement le vaccin. À Manille, les médecins constatèrent une augmentation alarmante des cas de cette maladie et de la mortalité après l’administration en masse du vaccin. Il apparut graduellement que c'était ainsi dans toutes les régions du monde où la vaccination avait été mise en œuvre, sur préconisation de l'OMS, laquelle gonfla le chiffre de 131.000 cas de maladie déclarés à 15 millions pour justifier le fait qu’elle se propageât.


En 1987, comme le signalèrent le Times de Londres et The Telegraph en Inde, un conseiller de l'OMS laissa sa conclusion s’ébruiter dans la presse. Selon lui, le vaccin, préparé sur des cellules de rein de singes, avait déclenché l'épidémie de SIDA en Afrique. L'émergence de la variole du singe en Afrique a conduit des scientifiques à affirmer que la variole est de retour. La famille Orthopox, à laquelle appartient la variole, intègre de nombreux autres virus capables de provoquer des symptômes similaires. En outre, il reste toujours des stocks de virus varioliques en Zunie et en Russie, et des expériences de laboratoire ont fait des morts. La variole est susceptible de revenir sous la forme d’une arme de bioterrorisme. Qu’a-t-on donc éradiqué ?


Cette année, l'Inde a célébré sa délivrance de la poliomyélite, malgré de sérieuses questions posées. Les médecins de l'IMA ont depuis 2006 prévenu le public que le vaccin antipoliomyélitique oral est lui-même à l'origine de la poliomyélite, et le Dr S.K. Mittal de l'IMA a avancé le chiffre de 500 à 600 cas par an. On a rapidement signalé que l'un des virus vaccinaux en circulation était devenu virulent et provoquait la paralysie. Testée illégalement en Inde, une version du vaccin antipoliomyélitique oral a entraîné une nouvelle multiplication du nombre de cas. On a aussi rapporté que les cas de paralysie flasque aiguë sont montés en flèche après l'introduction du vaccin. Le Dr Omesh Bharati de la JSA a signalé 128.375 cas jusqu'en 2006. Depuis lors, plus de 40.000 cas ont été recensés chaque année, le bilan de 2011 étant 47.500, cela donne environ 200.000 cas supplémentaires ! Le Dr. Jacob Puliyel et le Dr C. Sathyamala ont obtenu, grâce à la loi sur la liberté de l’information, des données qui ont révélé qu'une partie importante de ces enfants sont devenus paralysés définitivement.


Le Gouvernement indien reste inébranlable sur la question et dit que ce ne sont pas des cas de polio puisque l'entérovirus n'a pas été découvert chez eux, mais il n'a pas d'explication rationnelle en ce qui concerne pourquoi ces cas se multiplient après l'introduction du vaccin. De nouveau, ce phénomène ne se limite pas à l'Inde, mais a aussi été signalé en Ouganda et au Pakistan. Entre parenthèses, ce vaccin a été interdit dans les pays développés à cause de sa propension à provoquer la polio, un fait reconnu par Sabin, son fabricant. Il a aussi été lié à la leucémie, à des cancers et des tumeurs chez les enfants. Une fois de plus, les médecins ont reporté la responsabilité sur l'OMS, car elle a gonflé les 32.419 cas de poliomyélite au niveau mondial à 350.000 pour déchaîner ce monstrueux vaccin sur les enfants innocents. Des experts en santé publique ont émis l'avis que, puisque la poliomyélite est due à l'absence de ces facteurs, l'eau potable, les installations sanitaires et la nutrition, auraient pu freiner efficacement sa propagation chez les enfants, au lieu de gaspiller criminellement des milliards de dollars de l'argent du contribuable pour un vaccin qui propage la paralysie chez les enfants.


Passons à présent au vaccin DTC (diphtérie, tétanos et coqueluche) qui fait partie du calendrier vaccinal du gouvernement de l'Inde. Cette vaccination a été largement condamnée pour sa propension à occasionner des décès et des incapacités chez les enfants. Dès 1933, ce vaccin fut lié par le Dr Madsen à des morts d’enfants. En 1947, le Dr Brody l’associa à des lésions cérébrales. Une étude de 1948, du Dr Byers et autres, le lia à la mort, à la cécité, à la surdité, à la spasticité, à des convulsions et d'autres troubles neurologiques graves. En 1943, peu de temps après l’introduction de ce vaccin, le psychiatre Leo Kanner détecta de l’autisme chez des enfants. Étude après étude, le vaccin fut aussi lié à l'asthme, à la poliomyélite, à l'hyperactivité et à des troubles d'apprentissage chez les enfants. Enfin, la reconnaissance publique de culpabilité par d’éminents immunologistes, lors d’une émission de télévision zunienne diffusée en 1982, où ils disaient que les enfants se transformaient en légumes après avoir été vaccinés, a finalement conduit à l’abandon de ce vaccin dans les pays développés. Mais la vaccination DTC se poursuit en Inde et la fréquence inexplicable des décès et le nombre sans cesse croissant de tous les troubles mentionnés ci-dessus chez les petits indiens indique le pire.


La vaccination BCG, contestée par C. Rajagopalachari, fut testée à grande échelle en Inde de 1969 à 1984. Avec les études ultérieures, il fut prouvé au-delà du doute que ce vaccin était efficace à zéro pour cent et que la tuberculose dans la population vaccinée était un peu plus fréquente que dans la population non vaccinée. Même les scientifiques médicaux se demandent pourquoi on maintient cette vaccination ! Le vaccin ROR (rougeole, oreillons et rubéole) a fait partout l’objet de controverses acharnées pour son manque d'efficacité et ses effets indésirables graves. Le vaccin contre l'hépatite B est en fait destiné aux personnes aux mœurs légères et aux toxicomanes ; son administration à des enfants défie toute logique. Le vaccin Hib s’oppose à une maladie qui a été produite en réalité par le vaccin associé, qui a fait baisser l'immunité chez les enfants en rendant virulente une bactérie inoffensive. Le vaccin contre le rotavirus a été associé à l’obstruction intestinale. Le vaccin pentavalent a fait des morts partout où il a été introduit ; il a déjà été associé à six morts en Inde, dans les États du Kerala et de l'Andhra Pradesh.


Alors pourquoi continuer à vacciner ? L'industrie du vaccin, les institutions « philanthropiques », les organismes médicaux et les simples médecins en profitent. Les représentants du gouvernement et les hommes politiques qui en font la réclame, arbitrairement et vigoureusement, en tirent des avantages. Les vaccins favorisent les maladies chroniques et les handicaps, et cela aide l'industrie médicale à pérenniser son emprise sur la société qui ne se doute de rien.


La présence de produits chimiques dans les vaccins, comme le mercure, l’antigel, le polysorbate 80, le borax et le squalène, qui ont des effets défavorables sur la reproduction, a fait se demander à des chercheurs s’ils sont devenus une méthode secrète de contrôle de la population. Des médecins et des experts en santé publique ont averti que la montée des investissements dans les vaccins écarte des fonds précieux des mesures saines, comme l'eau potable, les réseaux d'assainissement (égouts), l'hygiène et la nutrition. L'humeur générale est aujourd'hui nettement opposée aux vaccins et en faveur de la salubrité ; un mouvement qui alarme ceux qui encouragent pour leur profit personnel et d'autres ordres du jour ce moyen fort controversé. Il est temps de protéger les enfants innocents de ceux qui ont laissé tomber le professionnalisme et l'éthique médicale.

 

Source :gaia-health.com/gaia-blog/2012-08-25/vaccinations-facts-of-the-matter/

 

Traduction copyleft de Pétrus Lombard/Alter Info 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 08:51

 

Barbara Loe Fisher, NVIC 28 août 2012 

barbara-loe-fisher-find-a-compassionate-doctor.JPG

 

Depuis les premiers vaccins – variole et rage – l’une des complications les plus graves de la vaccination a été l’inflammation du cerveau [1][2][3][4][5][6][7]. L’inflammation du cerveau peut provoquer des convulsions, des crises [8]. Des crises continues peuvent après un certain temps endommager le cerveau pour toujours.[9]

 

Au cours des 40 premières années de l’administration du vaccin DTC (diphtérie, tétanos, coqueluche) aux enfants, il était recommandé aux pédiatres de ne plus administrer le vaccin contre la coqueluche aux enfants qui avaient fait des convulsions dans les 72 heures qui suivaient la vaccination [10][11][12][13] . A cette époque, les convulsions constituaient une contre-indication absolue à d’autres vaccinations DTC, surtout si ces convulsions n’étaient pas accompagnées de fièvre.

 

Protéger les enfants vulnérables

 

Mais cette situation changea après que le Congrès eut voté la loi de 1986 protégeant les médecins et les fabricants de vaccins de toute poursuite judiciaire pour dommages provoqués par les vaccins. [14] Une fois que les pédiatres furent protégés de poursuites [15], les officiels de santé publique ainsi que les associations médicales comme l’Académie Américaine de Pédiatrie déclarèrent que les réactions graves faisant suite aux vaccinations – comme les convulsions ( 1 enfant sur 14.000) [16], le syndrome des cris persistants, collapsus/choc – n’étaient plus du tout importantes. [17][18][19].

 

En conséquence, il appartient aujourd’hui aux parents de trouver un médecin en qui ils pourront avoir pleine confiance et qui prendra toutes les précautions nécessaires avant d’administrer de nouveaux vaccins, surtout s’il y a eu des réactions aux premiers vaccins administrés comme des convulsions et particulièrement si l’enfant présente des symptômes de dommages cérébraux.

 

Des mamans nous ont fait savoir au NVIC comment elles ont été menacées et punies en étant exclues des soins pédiatriques parce qu’elles essayaient de protéger leurs enfants des effets secondaires des vaccinations.

 

L’histoire d’une de ces mamans

 

« Après avoir reçu ses premiers vaccins, y compris le DTC, ma fille a commencé à faire de violentes convulsions pratiquement sans arrêt. Ses crises se sont atténuées l’année qui a suivi. A plusieurs occasions les pédiatres ont tenté de m’intimider pour pouvoir lui administrer de nouveaux vaccins. J’ai bien évidemment évoqué ses crises de convulsions et refusé leurs propositions en leur disant : « Je m’y oppose, à moins que vous me garantissiez personnellement par écrit qu’il n’y aura aucun effet secondaire, pour que je puisse vous poursuivre en justice si jamais il s’en produisait.

 

On a maintenant diagnostiqué que ma fille était autiste. Après avoir déménagé, nous avons dû chercher un autre médecin. Etant donné qu’après un an je n’ai toujours pas voulu changer de position en ce qui concerne les vaccins, ce médecin m’a fait savoir qu’il ne serait dorénavant plus notre médecin. J’ai alors cherché un autre médecin qui lui non plus n’a pas voulu nous accepter comme patients. En fin de compte nous avons heureusement pu trouver une merveilleuse pédiatre qui a pu comprendre notre situation. »

 

L’approche prudente : les enfants ne sont pas tous les mêmes

 

Il existe bel et bien des pédiatres éclairés qui veulent avoir une approche prudente par rapport aux vaccinations parce qu’ils veulent éviter les effets secondaires des vaccins, les dommages à la santé et les décès. Ces pédiatres se veulent partenaires des parents pour prendre, avec eux, des décisions personnalisées parce qu’ils savent que les enfants ne sont pas tous les mêmes [20]  et que la santé de certains enfants ne leur permet pas de gérer le processus de vaccination. [21]

 

N’ayez de grâce pas peur de vous positionner clairement pour vos droits les plus élémentaires de protéger votre enfant de tout mal. Et ce, tout spécialement si votre enfant a déjà eu à souffrir d’effets secondaires des vaccins. Mettez-vous alors à la recherche d’un pédiatre compatissant ou d’un médecin de famille qui pourra collaborer avec vous pour prendre les meilleures décisions en ce qui concerne la santé de vos enfants.

 

Il y va de votre santé, de votre famille, de votre liberté de choix.

 

Références :

[1]   CDC. Smallpox Vaccinations and Adverse Reactions: Guidance for Clinicians.Postvaccinal Central Nervous System Disease. MMWR Feb. 21, 2003; 52(RR04): 1-28.

[2]   Fisher BL. Smallpox and Forced Vaccination: What Every American Needs to Know.  NVIC 2002.

[3]   Hemachudha T. Griffin DE et al. Myelin basic protein as an encephalitogen in encephalomyelitis and polyneuritis following rabies vaccination. N Engl J Med 1987; 316(7): 369-374.

[4]   Miller DL, Ross EM et al.Pertussis Immunization and Serious Acute Neurological Illness in Children. BMJ 1981; 282: 1595-1599.

[5]   Vaccine Safety Committee, Institute of Medicine. Adverse Events Association with Childhood Vaccines: Evidence Bearing on Causality. Neurologic Disorders. Washington, D.C. The National Academies Press 1994.

[6]   Institute of Medicine. DPT Vaccine and Chronic Nervous System Dysfunction: A New Analysis. Washington, D.C.The National Academies Press 1994.

[7]   Tunkel AR, Glaser CA et al. The Management of Encephalitis: Clinical Practice Guidelines by the Infectious Diseases Society of AmericaClin Infect Dis 2008; 47(3): 303-327.

[8]   Vezzani A. Inflammation and EpilepsyEpilepsy Curr 2005; 5(1): 1-6.

[9]   National Institute of Neurological Disorders and Stroke. Curing Epilepsy: The Promise of Research. National Institutes of Health Dec. 21, 2011.

[10]   Berg JM. Neurological Complications of Pertussis Immunization. BMJ 1958; 2:24-27.

[11]  Kulenkampff M, Schwartzman JS, Wilson J. Neurological complications of Pertussis Vaccination. Arch Dis Child1974; 46-49.

[12] CDC. Recommendations of the Immunization Practices Advisory Committee (ACIP) Diptheria,Tetanus and Pertussis: Guidelines for Vaccine Prophylaxis and Other Protective Measures. Precautions and Contraindications. MMWRJuly 12, 1985; 34(27): 405-414; 419-426.

[13] Stetler HC, Orenstein WA. History of Convulsions and Use of Pertussis Vaccine. J Pediatr 1985; 107(2): 175-179.

[14] Evans G. National Childhood Vaccine Injury Act: Revision of the Vaccine Injury Table.Pediatrics 1995; 98(6): 1179-1181.

[15]  Zimmerman B, Gold R, Lavi S. Adverse effects of immunization: Is prevention possible? Postgrad Med 1987 82(5): 225-229; 232.

[16] National Vaccine Program Office, U.S. Dept. of Health & Human Services. Safety: Potential Side Effects (DTaP).Vaccines.gov. Aug. 20, 2012.

[17] CDC. Diphtheria, Tetanus, and Pertussis: Recommendations for Vaccine Use and Other Preventive Measures Recommendations of the Immunization Practices Advisory Committee (ACIP).

 Precautions (Warnings). MMWR Aug. 8, 1991; 40(RR10): 1-28.

[18]  CDC. Conditions Commonly Misperceived as Contraindications to Vaccination. July 17, 2012.

[19] CDC. Chart of Contraindications and Precautions to Commonly Used Vaccines. July 17, 2012.

[20] Stratton K, Ford A, Rusch E, Clayton EW, editors. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality.(Evaluating Biological Mechanisms of Adverse Events: Increased Susceptibility)Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Washington, D.C.: National Academies Press 2011.  

[21]  Fisher BL.  The Need for a Study Comparing Health Outcomes of Vaccinated and Unvaccinated Children. Institute of Medicine Committee on the Assessment of Studies of Health Outcomes Related to the Recommended Childhood Vaccination Schedule. Feb. 9, 2012 Meeting.

 NVIC symb.

 

NVIC Newsletter, 28 août 2012 + Video

 

http://www.nvic.org/NVIC-Vaccine-News/August-2012/Find-A-Compassionate-Doctor-To-Help-You--Prevent-V.aspx

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 22:15

Christina England, 20 août 2012.

 

Beaucoup d’enfants de familles aimantes leur sont enlevés par l’Etat parce que leurs parents ont souvent été accusés à tort du Syndrome de Munchhausen par procuration ou de Syndrome du bébé secoué.

 

Ella

 

fausses-accusations--1-.JPG

 

Ella s’est retrouvée paralysée après les vaccinations de routine. Les rapports de quatre experts stipulent qu’à leur avis les dommages causés à Ella ont été provoqués par les vaccinations de routine.

 

En dépit du fait que ces rapports aient été présentés au tribunal en tant que preuves, la maman d’Ella a été faussement accusée du Syndrome de Munchausen par procuration. De ce fait Ella a immédiatement été placée dans un établissement pour handicapés.

 

Dans la suite, elle a été rendue à ses parents, mais l’affaire est loin d’être close. La seule chose dont la maman d’Ella s’estime coupable, c’est d’avoir trop aimé son enfant.

 

Cameron

 

fausses-accusations-3.JPG

 

Cameron est né prématurément. A huit semaines il a reçu ses vaccins de routine. Il est mort  quelques semaines plus tard. Ses parents ont été accusés de l‘avoir secoué au point d’avoir provoqué des hémorragies cérébrales. Suite à cela, Dalton, le petit frère de Cameron a été placé en institution.

 

Quatre ans plus tard il a finalement été rendu à ses parents parce que les experts en sont finalement arrivés à la conclusion que Cameron étai mort à la suite des effets secondaires des vaccins.

 

Mike, le papa du petit Cameron écrit : « C’est horrible de voir mourir son enfant ! On n’est jamais préparé à affronter pareil désastre. »

 

 

Amanda  

 

fausses accusations 4

 

Amanda avait toujours été en parfaite santé et s’était développée tout à fait normalement. Après ses vaccinations de routine, elle a fait des complications cérébrales et est décédée 10 jours plus tard. Son père fut arrêté et accusé de meurtre. Il fut condamné à la prison à vie.

 

Pourtant plusieurs rapports disent que le père d’Amanda est innocent, que la cause du décès est accidentelle ou a été la conséquence des vaccinations.

 

Tampa, la maman d’Amanda déploie un maximum d’efforts pour faire appel de la décision.

 

Ashleigh  fausses-accusations--5-.JPG

 

Ashleigh s’est retrouvée paralysée dans les heures qui ont suivi l’administration du vaccin Cervarix (contre le cancer du col de l’utérus). Elle a été hospitalisée pendant 2 ans. 

 

La maman d’Ashleigh a été accusée du Syndrome de Munchhausen par procuration. Ashleigh a dû être renseignée dans le registre des enfants à risques.

 

A la suite de différents rapports médicaux, la culpabilité de la maman a été remise en question. Ces rapports stipulent que les problèmes de santé ont été provoqués par la vaccination.

 

Aaron & Kirsty 

 

fausses accusations 6 

Aaron et Kirsty souffrent de désordres du spectre autistique et de déficit d’attention avec hyperactivité (TDA/H). Leurs parents qui attribuent leurs troubles à la vaccination ont été accusés du Syndrome de Munchhausen par procuration. De ce fait les deux enfants ont été placés en institution depuis déjà six ans et à des centaines de kilomètres de leurs parents. L’affaire suit son cours.

 

Andrew, le papa des enfants explique :

 

« Si les vaccins ne contenaient pas autant de produits chimiques, comme par exemple le mercure et si nous n’avions pas  été conditionnés par les autorités pour faire vacciner nos enfants, ceux-ci n’auraient pas eu à subir ces handicaps et nous les aurions toujours avec nous. Pour moi, les vaccins ont détruit nos enfants et notre famille. »

 

Tristan 

 fausses-accusations-7.JPG

 

Tristan est tombé malade après ses vaccinations de routine. Les médecins ont cru qu’il avait été violemment secoué.

 

Les parents de Tristan ont été accusés du Syndrome du bébé secoué. De ce fait Tristan, ainsi que ses frères ont été placés en institution.

 

L’affaire est toujours en cours.

 

Emily, leur maman écrit : « Personne ne pourra jamais nous rendre la famille que nous avons connue avant ce mauvais diagnostic. Tous nos enfants nous ont été enlevés sans que l’Etat ait pu prouver que nous étions à l’origine des dommages qui ont été causés à nos enfants. »

 

http://vactruth.com/2012/08/20/vaccine-injuries-destroys-families/

 

 

En ce qui concerne la sécurité des vaccins, la réponse adéquate à apporter  à  la mauvaise science, c’est  la bonne science et non la censure. Pour un esprit libre, le champ de la véritable recherche ne peut être contraint par certaines limites, par les  idées reçues qu’elles soient positives ou négatives. Ces dernières ne peuvent constituer un quelconque substitut  à la véritable recherche. Tom Sandborn, 30 janvier 2012

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 21:35

great-HPV-hoax-exposed.jpg

 

 Natural News, Ethan A. Huff, 20 août 2012

 

Comme nous le savons, l'industrie du vaccin entière a été échafaudée sur une base de mensonges, de corruption et de tromperie. Lors d’une nouvelle interview percutante avec le « Ranger de la Santé » Mike Adams, rédacteur en chef de NaturalNews.com, le Dr Russell Blaylock, neurochirurgien à la retraite et défenseur de la liberté en matière de santé, explique en détail et sans détour que quantité de vaccins, dont la piqûre mal famée de Gardasil pour le papillomavirus humain (VPH), n'ont jamais été prouvés agir, et sont infligés abusivement à des millions de gens sans leur consentement éclairé.

 

Vous pouvez accéder à l’interview complète de 22 minutes avec le Dr Blaylock sur TV.NaturalNews.com : Cliquez ici pour la vidéo (en anglais).
 

Le Gardasil ne prévient ni le cancer du col de l'utérus, ni le VPH

 

Si vous êtes un lecteur régulier de Natural News, ou connaissez bien toutes les campagnes publicitaires envahissantes de ces dernières années pour le Gardasil, alors vous n’êtes probablement pas étranger aux efforts sans précédent actuels poussant à vacciner la population de jeunes avec le Gardasil pour le VPH de Merck & Co. Merck et ses larbins ont fait toutes sortes d’annonces délirantes sur la façon dont le Gardasil endigue le VPH, aussi bien que le cancer du col utérin, bien que la véracité de toutes ces allégations n'ait jamais été démontrée.

 

« Il n'a jamais été démontré que le Gardasil prévient le cancer du col », explique le Dr Blaylock à Adams, notant que la campagne largement diffusée de Merck, « Un soucis de moins », à la télévision et sur Internet, qui insinue que le Gardasil écarte le cancer du col de l'utérus chez les jeunes filles, est une pure tromperie. « Ils ne disposent même d’aucune sorte de preuve scientifique permettant d’affirmer que ce vaccin conjure le cancer du col de l'utérus. »

Le Gardasil a fait beaucoup plus de torts aux enfants que ne l’aurait jamais fait le cancer du col de l'utérus sans le vaccin

Et pourtant, on raconte aux jeunes filles, aux jeunes garçons et aux jeunes enfants, et même d'ailleurs à ceux qui ne se livrent à aucune sorte d’activité sexuelle, qu'ils ont besoin du Gardasil pour se protéger contre un cancer qui tue moins de gens chaque année que le vaccin lui-même. Selon les données disponibles, qui ne représentent que 2 pour cent de la réalité, le Gardasil a abîmé à jamais ou tué beaucoup plus de jeunes filles que ne l’aurait jamais fait le cancer du col de l'utérus indépendamment de la vaccination.

Du fait que tous les effets secondaires ne sont quasiment jamais divulgués, le Gardasil et beaucoup d'autres vaccins sont injectés à des millions de gens abusivement, sans leur consentement éclairé

Le plus inquiétant peut-être, avec le Gardasil, c’est le fait que la mise au point et l’homologation de ce vaccin ont été accélérées, et qu’il est actuellement injecté à des millions de gens sans leur consentement éclairé. Sans parler de l’absence de données scientifiques prouvant l'efficacité du Gardasil, du fait que la liste complète de ses effets indésirables ne sont pas divulgués, les parents, médecins, pharmaciens, et dispensateurs de vaccins dans des stands d'épicerie, enfreignent la loi en omettant de proposer un choix par assentiment éclairé.

 

On ne dit pas non plus aux jeunes enfants et à leurs parents que les frottis annuels peuvent à eux seuls prévenir 80 pour cent ou plus de tous les cancers du col utérin, ou que le risque qu’a une jeune fille de développer ces cancers, indépendamment du vaccin Gardasil, est inférieur à 0,00002 pour cent, c’est-à-dire, moins de deux chances sur dix mille, si elle pratique le frottis.

 

En substance, on raconte aux parents que le Gardasil fait toutes sortes de choses qu'il n'a jamais été démontré faire, alors qu'en réalité, à part une profusion de graves risques, il ne présente aucun intérêt médical quel qu’il soit. En attendant, le grand public est terriblement ignorant du fait que la vitamine B12, l’acide folique, la vitamine C, le curcuma, la quercétine, et de nombreux autres nutriments et vitamines écartent naturellement le VPH et le cancer du col de l'utérus, sans vaccin.

 

Vous ne voudrez pas passer à côté de la profusion de connaissances du Dr Blaylock au sujet du Gardasil et des vaccins, aussi n'oubliez pas de regarder son interview complète ici :
tv.naturalnews.com/v.asp?v=4D703FEAA094BED0DB02BEDC4507765C

 

Vous pouvez également consulter le site du Dr Blaylock, ainsi que son dernier livre, Health and Nutrition Secrets That Can Save Your Life, en visitant son site : www.russellblaylockmd.com/



Sources de cet article

Articles apparentés

Original :

 

www.naturalnews.com/036874_Dr_Russell_Blaylock_Gardasil_HPV_vaccines.html 

 

Traduction copyleft de Pétrus Lombard/ Alter Info

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
20 août 2012 1 20 /08 /août /2012 12:06

Voici quelques citations particulièrement éclairantes tirées de l'excellent ouvrage du Dr Tal Schaller "Vaccins: un génocide planétaire?"

  

cover-schaller-copie-2.jpg

 

 

« Le dogme vaccinal représente la plus grande tromperie de l’histoire de la médecine. » Sylvie SIMON

 

«  La grande difficulté pour le public est de réaliser que ce qui est présenté par « La Science » n’est pas « La Vérité » mais le fruit de concepts qui vont forcément changer dans les mois ou les années à venir. La science avance et les vérités d’aujourd’hui seront vite reléguées au musée. Les dogmes sur lesquels les experts fondent leurs convictions sont des hypothèses dont il est certain que le temps montrera les limites et les erreurs. L’information au sujet des vaccins s’est muée en propagande commerciale. Le public n’a pas pu se faire une idée objective des problèmes soulevés. Les énormes intérêts économiques ont faussé le débat. Les multinationales ont multiplié les pressions sur le corps médical et sur les médias pour étouffer tout ce qui aurait pu faire baisser les ventes. Grâce à leur puissance financière croissante, elles ont pu contrôler les autorités et les médias pour que le public reste dans l’ignorance des échecs et des dangers des vaccinations. De plus, le prix des vaccins a connu une croissance extraordinaire : terminées les injections faites à moins de dix euros sous prétexte de santé publique ! En 2000, le laboratoire Wyeth a lancé le Prevnar, vaccin contre la méningite à méningocoques, vendu plus de 60 euros la dose. Merck, en 2006, a mis en vente un vaccin contre la diarrhée du nourrisson à 158 euros la dose et un vaccin contre le cancer du col de l’utérus dans la même gamme de prix. Les marges sur ces produits sont colossales puisque les frais de promotion sont quasi nuls (les Etats s’en chargent) et qu’il n’y a aucun risque de voir apparaître des génériques sur ce marché. Face à ce rouleau compresseur, ceux qui préconisent des thérapeutiques naturelles pour lutter contre les maladies font figure de moustiques. Goliath écrase encore David. »

Dr Christian Tal Schaller

 

« La vaccinologie a cessé d’être une science pour devenir une église qui excommunie et pourchasse tous ceux qui osent remettre en question ses dogmes. Il est totalement injustifié aujourd’hui de faire des vaccins une obligation légale. Chacun devrait pouvoir choisir de protéger sa santé comme il l’entend après avoir entendu tous les points de vue, ceux des partisans comme ceux des opposants. » Dr Tal Schaller

 

bickel-fac-medecine.jpg

 

« Personnellement, je suis sûr que les vaccins ne sont pas un bienfait pour notre santé mais au contraire une véritable catastrophe pour notre immunité, une pollution biologique d’autant plus grave qu’elle est méconnue. L’étude approfondie de ce sujet, pendant quarante ans, m’a montré que l’injection de substances artificielles dans les délicats systèmes de régulation de notre corps a des effets nocifs variés, à court, moyen et long terme sur la santé des populations. Avec le recul des ans, nous allons voir de plus en plus que nombre des maladies qui nous frappent, et nous frapperont sans cesse davantage, sont dues à la folie vaccinale qui s’est emparée des êtres humains depuis le triomphe des idées pasteuriennes. Nous ne commençons qu’à peine à entrevoir le prix que l’humanité paie et va payer dans les prochaines générations à cause des concepts erronés de l’industrie vaccinale. Les savants qui ont cru en l’efficacité des vaccins étaient des apprentis sorciers qui ignoraient presque tout des subtils mécanismes du corps humain. » Dr Schaller

 

Le docteur Jean Elmiger affirme dans son livre La médecine retrouvée :

« Le geste médical le plus adulé et vanté, la vaccination, qui s’est mué de nos jours en survaccination, est de tous les actes médicaux celui qui mène le plus sûrement à l’enfer de la santé perdue. Depuis plus de trente ans, je passe le plus clair de mon temps à rétablir l’équilibre énergétique gravement compromis de malades de tous âges atteints de pathologies chroniques les plus diverses, et je puis assurer qu’aucun traitement ne rétablit la santé, tant que le carcan vaccinal n’a pas été pulvérisé. La vaccination est la plus grande imposture de toute l’histoire de la médecine, et, j’en suis convaincu, la plus nocive. Elle a méchamment saboté, à l’échelle planétaire, l’écologie ténue de l’infiniment petit qui établit l’harmonie à tous les âges de la vie

bickel-dogme.jpg

    Cfr aussi site de René Bickel: http://www.bickel.fr/nouveausite/index.php

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 13:46

 

vaccine epidemic livre

          L’EPIDEMIE VACCINALE 

Mary-Holland.JPG

 

MARY HOLLAND, Juriste, chercheur, New York University of Law, Co-auteur de l’ouvrage : « l’épidémie vaccinale : comment la cupidité des firmes, la science biaisée et le gouvernement coercitif menacent nos droits humains, notre santé et celle de nos enfants »

 

« La question de la sécurité vaccinale n’a vraiment pas été étudiée de manière adéquate…

 

Comme nous n’avons pas étudié la relation entre vaccins et  maladies chroniques ; comme nous n’avons pas comparé les vaccinés à des non vaccinés, il nous est impossible d’évaluer la relation bénéfices risques. »Le choix en matière de vaccinations est un droit humain fondamental.

 

S’il n’est plus possible à quiconque de prendre une décision  personnelle sur les substances qui seront injectées dans  son flux sanguin, alors nous pouvons affirmer que nous ne vivons plus dans une société libre. »

 

BOYD HALEY, ancien professeur de chimie à l’Université du Kentucky

Boyd-Haley-2012.JPG 

« Les fabricants de vaccins font beaucoup d’argent avec la vente de leurs vaccins et ce sont ces mêmes compagnies qui  fournissent les études ayant trait à la sécurité de ces vaccins. »

  

MICHAEL BELKIN, père d’une petite fille décédée 15 heures après son vaccin contre l’hépatite B  

 

Michael-Belkin-2012.JPG

 

« Tout le système est à ce point corrompu par l’influence qu’exercent les compagnies pharmaceutiques que la science en est fondamentalement sacrifiée. »

   

LOUISE KUO HABAKUS M.A., maman d’un enfant autiste et co-auteur du livre : « l’épidémie vaccinale : comment la cupidité des firmes, la science biaisée et le gouvernement coercitif menacent nos droits humains, notre santé et celle de nos enfants »  

 

Louise-Kuo-Habakus-2012-B.JPG

   

« Plus de 50% des parents américains sont préoccupés par les risques d’effets secondaires associés aux vaccins. »

   

Me JAMES TURNER, JD, Juriste, Avocat

   James-Turner-2012.JPG 

« Le gouvernement a perdu son autorité morale. Depuis 1998 nous avons dépensé 2,5 milliards de dollars pour indemniser les familles dont les enfants ont été tués ou rendus handicapés à la suite des vaccinations. »

 

Voir la vidéo 

 

Vaccine-Epidemic--3-.jpg

 

  26 auteurs différents ont contribué au contenu

de ce livre édifiant....

 

- 1  docteur en biochimie

- 1 docteur en chimie

- 1 épidémiologiste

-1 historien

-1 nutrionniste

- 5 avocats

- Plusieurs détenteurs de Masters dont en santé publique

- 3 militaires de la Navy et l'US Air Force

- Deux médecins

- Un analyste des stratégies marketing

- Des parents, des enseignants et beaucoup d'autres encore

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 15:57

ghis-lanctot

Dr Ghislaine Lanctôt in La Mafia Médicale (un livre véritablement IN-CON-TOU-RNA-BLE pour ceux qui n'ont pas encore compris comment tourne le système de santé, pardon... de maladie!):

 

"J'ai été témoin de la vaccination contre la méningite en 1993. Elle m'a particulièrement troublée parce qu'elle visait toute une génération (0 à 20 ans), tout le Québec et seulement le Québec. Depuis quand les bactéries et les virus connaissent-ils les frontières, provinciales de surcroît? Voici les faits:

 

- Il n'y avait pas d'épidémie ni de risque d'épidémie. Les épidémiologues étaient formels.

 

- Non pas un, mais trois vaccins différents furent administrés, chacun dans un territoire ciblé.

 

- Certaines infirmières furent sélectionnées pour suivre une formation spéciale qui les rendait aptes à administrer un vaccin spécial.

 

- Tous les enfants étaient fichés sur ordinateur.

 

- La pression était énorme pour vacciner tous les enfants. Les écoles furent transformées en cliniques. Les enfants qui refusaient d'être vaccinés étaient montrés du doigt et traités d'antisociaux.

 

- Les infirmières allaient à domicile pour chasser les mères d'enfants préscolaires refusant de faire vacciner leurs petits.

 

J'ai vu, de mes yeux vu, un de ces petits. La mère ne voulait pas le faire vacciner. L'infirmière est venue à la maison et lui a fait croire que la vaccination était obligatoire. La mère a cédé...L'enfant est maintenant infirme: complètement déficient physiquement (paralysé, spastique) et mentalement.

 

- La vaccination coûta 30 millions de dollars aux contribuables québécois, en période de grande récession de surcoît."

 

"La vaccination sert d'expérimentation pour tester de nouveaux produits sur un grand échantillonnage de population. Sous le couvert de la santé, on vaccine les gens contre une pseudo-épidémie avec les produits que l'on veut étudier."   Dr Ghislaine Lanctôt.

 

 

la mafia médicale 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 14:46

vaccin-Merck.jpg

vendredi 29 juin 2012

 

Supercherie vaccinale de Merck exposée par deux de ses virologistes ; selon le procès, la compagnie falsifie les résultats d’efficacité du vaccin des oreillons depuis plus de dix ans.

 

Nouvelle choc : Selon deux chercheurs de Merck qui ont déposé en 2010 une plainte en vertu du False Claims Act [loi sur les fausses déclarations] – plainte qui vient d’être décachetée juste maintenant –, le fabricant de vaccin Merck a sciemment falsifié les données de ses essais sur le vaccin des oreillons, trafiqué les échantillons sanguins avec des anticorps d’origine animale, vendu un vaccin qui, en réalité, favorise les épidémies d’oreillons et de rougeole, et arnaqué les gouvernements et les consommateurs qui achètent le vaccin en pensant qu’il est

 « efficace à 95% ».

 

La plainte contre Merck est ici :

 

www.naturalnews.com/gallery/documents/Merck-False-Claims-Act.pdf

 

Selon Stephen Krahling et Joan Wlochowski, deux anciens virologistes de Merck, la compagnie Merck s’est adonnée intégralement aux agissements suivants :

 

Merck a sciemment falsifié les résultats de ses essais du vaccin des oreillons afin de fabriquer un « taux d’efficacité de 95% ».

 

Pour ce faire, Merck a trafiqué les échantillons sanguins avec des anticorps d’animaux afin de gonfler artificiellement l’apparition d’anticorps dans le système immunitaire. Comme l’a rapporté CourthouseNews.com :

 

Merck a aussi ajouté des anticorps d’origine animale à des échantillons de sang pour obtenir des résultats de tests plus favorables, bien qu’il sût que le système immunitaire humain ne produirait jamais ce genre d’anticorps, et que les anticorps créaient un scénario de test de laboratoire qui, selon la plainte, « ne correspond en aucune manière à la vie réelle, n’est pas en corrélation avec elle, ou ne représente pas… la neutralisation des virus chez les personnes vaccinées ».

 

Merck a ensuite utilisé les résultats falsifiés du test pour escroquer le gouvernement de Zunie de « centaines de millions de dollars pour un vaccin ne conférant aucune immunisation adéquate. »

 

Faisant que plus d’enfants ont été infectés par les oreillons, le vaccin frauduleux de Merck a en réalité contribué à pérenniser les oreillons en Amérique. (Ça alors! Vraiment ? C’est ce que Natural News rapporte depuis des années… les vaccins sont en réalité élaborés pour maintenir le cours des épidémies, car c’est vachement chouette pour perpétuer le business !)

 

Merck a utilisé sa fausse allégation du « 95 pour cent d’efficacité » pour monopoliser le marché des vaccins et éliminer tout concurrent possible.

 

Selon les virologistes de Merck, la supercherie vaccinale de Merck a cours depuis la fin des années 1990.

 

Le vaccin de Merck n’a jamais été testé contre le virus des oreillons dans le « monde réel », en pleine nature. Au lieu de cela, les résultats des tests ont tout simplement été falsifiés afin d’obtenir le résultat souhaité.

 

Cette tromperie a été entièrement mise en place « en toute connaissance de l’autorité et avec l’approbation de la haute direction de Merck. »

 

Selon les documents du tribunal (voir ci-dessous), les scientifiques de Merck «étaient témoins de la falsification abusive des tests et des données dans laquelle s’est engagé Merck pour gonfler artificiellement les conclusions sur l’efficacité du vaccin. »

 

Le gouvernement zunien a choisi d’ignorer la plainte de 2010 en vertu du False Claims Act !

 

Plutôt que prendre des mesures concernant cette plainte, le gouvernement de Zunie l’a tout simplement ignorée, protégeant ainsi le monopole de marché de Merck, au lieu de servir correctement la justice. Cela démontre l’existence du complot de l’association de malfaiteurs entre gouvernement de Zunie, régulateurs de la FDA et industrie du vaccin.

 

Les services de santé de Chatom poursuivent Merck en vertu du Sherman Antitrust Act, pour violation de garantie et violation des lois sur la protection du consommateur

 

Suite à l’ouverture de la plainte de 2010 en vertu du False Claims Act, les services de santé de Chatom, en Alabama, ont senti que quelque chose puait. Il y a trois jours, Chatom a déposé une plainte contre Merck. Le dossier de cette action judiciaire est ici :

 

www.naturalnews.com/gallery/documents/Chatom-Lawsuit-Merck-Mumps.pdf

 

Entre autres choses choquantes, le dossier allègue :

 

…durant une dizaine d’années, [Merck s’est adonné à] falsifier et contrefaire la véritable efficacité de son vaccin.

 

Merck a signalé frauduleusement et continue déloyalement de faire remarquer dans ses étiquetages et ailleurs que son vaccin contre les oreillons a un taux d’efficacité au plus haut de 95 pour cent.

 

En réalité, Merck sait, et a pris des mesures positives pour dissimuler – à l’aide de techniques de test abusives et de falsification de données de test – que l’efficacité de son vaccin contre les oreillons est, et ce depuis au moins 1999, de très loin inférieure à 95 pour cent.

 

Merck avait conçu une méthodologie de test qui évaluait son vaccin contre une souche moins virulente du virus des oreillons. Après que les résultats n’aient pas donné l’efficacité souhaitée par Merck, il a abandonné cette méthodologie et dissimulé les conclusions de l’étude.

 

…incorporant l’usage d’anticorps d’origine animale pour gonfler artificiellement les résultats…

 

…détruisant les preuves de falsification des données et mentant ensuite à un enquêteur de la FDA…

 

…menaçant de prison un virologiste de la division vaccin de Merck, s’il signalait la supercherie à la FDA…

 

…il y a les victimes ultimes, les millions d’enfants qui chaque année reçoivent un vaccin contre les oreillons qui ne leur donne pas un niveau de protection adéquat. Et, bien qu’il s’agît d’une maladie qui, selon les Centers for Disease Control (CDC), était censée être éradiquée à ce jour, le vaccin raté de Merck a permis à cette maladie de perdurer, avec d’importantes épidémies continuant de se produire.

 

Les services de santé de Chatom allèguent également que le vaccin frauduleux de Merck a contribué à l’épidémie d’oreillons de 2006 dans le Midwest, et à l’épidémie de 2009 ailleurs. Ils disent, « Il en est resté un risque important de résurgence des épidémies d’oreillons… »

 

L’enquête ne fait que commencer

 

Natural News a seulement commencé à enquêter sur cette nouvelle-choc incroyable concernant Merck et l’industrie du vaccin. Nous sommes plongés dans les documents du tribunal pour identifier les informations supplémentaires pouvant être pertinentes dans cette affaire, et nous prévoyons de vous rapporter ces informations prochainement.

 

Pour la petite histoire, Merck nie toutes les allégations. Ça surprend quelqu’un ?

 

Sources de cet article

 

Natural News tient à remercier CourthouseNews.com pour sa couverture sur cette affaire. L’article original est ici : 

www.courthousenews.com/2012/06/27/47851.htm

 

Action judiciaire de Chatom contre Merck :

www.naturalnews.com/gallery/documents/Chatom-Lawsuit-Merck-Mumps.pdf

 

Plainte de 2010 en vertu du False Claims Act contre Merck, par deux de ses anciens virologistes :

www.naturalnews.com/gallery/documents/Merck-False-Claims-Act.pdf

 

Annonce de l’action en justice dans les médias :

www.nasdaq.com/article/lawsuit-claims-merck-overstated-mumps-vaccine-effectiveness-20120622-00532

 

Original: 

www.naturalnews.com/036328_Merck_mumps_vaccine_False_Claims_Act.html

 

Traduction copyleft de Pétrus Lombard

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 14:04

Des textes officiels gardés secrets pendant 30 ans prouvent que les programmes de vaccinations aux Etats-Unis et en Grande Bretagne sont basés sur des mensonges du gouvernement.  

  Ethan A.Huff, 1er août 2012, Natural News  

 

3-singes.png

 

Une enquête approfondie sur le fonctionnement interne du système officiel des soins de santé au Royaume Uni a révélé un héritage scandaleux de corruption et de mensonges en ce qui concerne la politique vaccinale.

 

Selon le Dr Lucija Tomlijenovic, PhD, de l’Université de British Columbia au Canada, les organes consultatifs qui mettent au point la politique vaccinale au Royaume Uni ont, depuis des décennies, caché la vérité sur les dangers de vaccins et délibérément imposé au public des vaccins dangereux pour pouvoir maintenir le programme officiel de vaccinations.

 

Des documents officiels provenant des réunions secrètes du JCVI britannique (Joint Committee on Vaccination and Immunisation), un organisme indépendant qui  collabore à la mise en place du programme vaccinal au Royaume Uni, révèlent que le JCVI ignore les données qui montrent que des vaccins peuvent être dangereux et renforcent les données des compagnies productrices de vaccins qui prétendent que ces vaccins sont sans risques. Ce groupe décourage également toute recherche qui pourrait mettre en question la sécurité des vaccins, et ment sciemment aux parents en vue d’augmenter les taux de vaccinations.

 

« Le JCVI n’a cessé de s’efforcer de cacher tant aux parents qu’aux professionnels de santé les données critiques sur les réactions graves, ainsi que les contre indications aux vaccins en vue d’atteindre des taux de couverture vaccinale qu’ils estimaient nécessaires pour « l’immunisation de groupe », un concept  qui, par rapport à la vaccination, et contrairement à une croyance généralisée, ne repose pas sur des bases scientifiques solides », écrit le Dr Tomlijenovic.

 

« Les documents officiels provenant du Département Britannique de la Santé (DH) et du JCVI révèlent que les autorités britanniques ont été engagés dans pareilles pratiques au cours des 30 dernières années, apparemment dans le seul but de protéger le programme national de vaccinations

 

Le document de 45 pages fait sauter le mythe qui prétendait que la politique vaccinale était fondée sur une base scientifique solide. En lieu et place, le document montre que les organes consultatifs qui collaborent à la mise au point de la politique vaccinale sont généralement appuyés par leurs compères de l’industrie du vaccin qui n’hésitent pas à spécifiquement promouvoir des vaccins en dépit des preuves de leurs dangers. Tout ceci s’est avéré exact au Royaume Uni depuis au moins le début des années 1980, et est  certainement  aussi vrai aux Etats-Unis.

http://www.naturalnews.com/033455_Institute_of_Medicine_vaccines.html

 

Le Dr Tomlijenovic explique, par exemple, comment le JCVI avait appris depuis 1981 que le vaccin contre la rougeole qui fait partie du schéma vaccinal officiel était lié à des dommages neurologiques et  à des décès. Elle passe également en revue, avec nombre de citations, les preuves qui montrent que le JCVI savait depuis longtemps que plusieurs vaccins faisant partie du schéma vaccinal officiel pouvaient provoquer des dommages cérébraux irréversibles, mais le JCVI avait , envers et contre tout, continué à promouvoir ces vaccins.

 

Le JCVI savait que le vaccin ROR était susceptible de provoquer des dommages cérébraux

 

Une autre découverte stupéfiante  que l’on retrouve dans le document du Dr Tomlijenovic, a trait au vaccin ROR et au fait que le JCVI était au courant que ce vaccin controversé pouvait provoquer des dommages cérébraux. Le rapport d’un colloque de 1990 du sous comité du JCVI CSM/DH signale que le JCVI était au courant que le ROR avait sans aucun doute provoqué au moins 10 cas de méningites et d’encéphalites.

 

Le JCVI a de nouveau abordé la question de la sécurité du ROR en 1991, précisant dans un examen de suivi des premiers cas de méningites et d’encéphalites qui étaient sans aucun doute liés au vaccin, que deux des enfants avaient eu des dommages neurologiques irréversibles. Un autre enfant avait développé des problèmes comportementaux qui sont liés à l’autisme, et un autre avait fait un astrocytome cérébral, une espèce de tumeur du cerveau. Aucune des ces informations critiques n’avait été rendue publique.

 

Il est possible de lire l’entièreté du document de 45 pages du Dr Tomlijenovic sur la corruption en matière vaccinale au lien suivant :

 

http://www.ecomed.org.uk/wp-content/uploads/2011/09/3-tomljenovic.pdf

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 18:43

MICHAEL BELKIN TEMOIGNE DEVANT LE  CONGRES AMERICAIN  

Belkin

 

« Notre petite fille Lyla de 5 semaines est morte 15 heures après son vaccin Hépatite B… »

 

Lyla était un merveilleux bébé heureux et bien vivant. Tout s’est bien passé à la naissance ; elle était en parfait état de santé et n’avait jamais été malade jusqu’à son vaccin contre l’hépatiteB. Quand je l’ai prise pour la dernière fois dans mes bras après la vaccination elle est devenue très agitée puis elle s’est endormie et a cessé de respirer !

 

Bien que l’officiel chargé de déterminer les causes du décès avait initialement déclaré que le cerveau de Lyla était oedémateux (encéphalite), le cas de Lyla  fut finalement classé comme un cas de mort subite du nourrisson (SIDS). Le cerveau gonflé et le vaccin hépatite B n’ont pas été mentionnés dans le rapport final d’autopsie.

 

Michael savait que la mort subite du nourrisson était un diagnostic d’exclusion et que l’inflammation du cerveau ne correspondait pas à ce diagnostic. Ces éléments ont engagé le papa dans une recherche effrénée. Il lisait, se documentait, assistait à tous les colloques et congrès possibles. C’est en mai 1999, soit sept mois après la perte tragique de sa petite fille que Michael présenta son témoignage devant le Congrès Américain.

 

Depuis plusieurs années, il travaille dur pour promouvoir la sûreté vaccinale et préserver le droit des parents au libre choix. Il a ainsi connu quelques petits succès, mais petit à petit, il a fini par se rendre compte qu’il se tapait la tête contre un mur : les officiels chargés de tout ce qui avait trait aux vaccinations semblaient ne pas être intéressés du tout par ses démarches. Fatigué, Michael décida de retrouver une vie normale.

 

Mais  au cours de ce répit, il ne put s’empêcher d’être témoin  du développement et de la commercialisation de plusieurs nouveaux vaccins. Il observa les taux d’autisme atteindre des sommets jamais vus, comme une augmentation des maladies chroniques et débilitantes chez des jeunes partout aux Etats-Unis. Il fut le témoin de l’espèce d’apartheid et des politiques d’exclusion dirigées contre des parents qui avaient choisi de préserver la santé et le bien-être de leurs enfants. Témoin également des personnes qui perdaient leur emploi parce qu’elles avaient décidé que tel ou tel vaccin ne leur convenait pas. Témoin également  de ces écoles et de ces médecins qui excluaient des enfants ou des personnes en fonction de leur statut vaccinal.

 

Alors que le reste du monde continue à être témoin de la corruption sans lever le petit doigt, Michael Belkin décida que trop c’était trop. Il lui fallait maintenant utiliser le dernier moyen qui lui restait : mettre sur pied avec le groupe des « Refusers » une vidéo pour pouvoir, par la chanson, transmettre son message à l’Américain moyen. Cette stratégie porta ses fruits : cette première vidéo a déjà été vue 280.000 fois. Le CD porte le titre du premier principe hippocratique que tous les médecins ont juré de respecter : primum non nocere (d’abord ne pas nuire).

 

Avec la collaboration de plus de vingt experts dans les domaines de la médecine, de la science, de l’éthique, de l’histoire et du droit, Michael participa à la rédaction de l’ouvrage VACCINE EPIDEMIC qui en appelle à une réforme urgente dans le domaine.

 

Belkin-2.jpg

 

http://sanevax.org/the-refusers-vaccine-protest-music-gone-viral/

 

http://www.thetruthdenied.com/news/2012/07/03/michael-belkin-of-the-refusers-speaks-out-on-the-vaccine-epidemic-corruption/

 

Témoignage de Michael Belkin devant le Congrès Américain

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=sgtXNnevorg

 

VIDEO : First do no harm by the Refusers

http://www.youtube.com/watch?v=Y9y4Pq7lXAw

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.