Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2013 5 08 /03 /mars /2013 11:30

Des Milliers de Cas de Narcolepsie après le vaccin H1N1- Une étude du BMJ       

 

Le vaccin Pandemrix a condamné des milliers d’enfants à une vie d’ handicapés suite à une narcolepsie, maladie auto-immune entièrement prévisible à cause de l’adjuvant squalène utilisé – mais les avertissements ont été ignorés. Aujourd’hui le British Medical Journal (BMJ) vient de publier une étude qui prouve que l’adjuvant ASO4 du Pandemrix provoque la narcolepsie

 

Narcolepsie-enfant-copie-4.JPG               Photo Gianfranco Reppucci

 

Par Heidi Stevenson, 6 mars 2013

 

Le nombre des cas de narcolepsie provoqués par le vaccin Pandemrix de GlaxoSmithKline est beaucoup plus généralisé que l’on a initialement pensé quand les articles de presse ont évoqué.

 

quelque 800 cas de vies dévastées en Europe. Le British Medical Journal (BMJ) a révélé que sur un plan mondial les cas devaient se compter par milliers. Il s’est avéré inexact que ce problème ait été uniquement observé en Scandinavie.

 

La narcolepsie est un trouble neurologique dévastateur qui plonge la personne dans le sommeil suite à une émotion, n’importe quelle émotion. Les personnes atteintes peuvent soudainement s’effondrer et tomber dans le sommeil après un simple et bon éclat de rire. Peut-on imaginer pareille vie où le fait de rire devient dangereux ? Ce n’est malheureusement pas là le seul symptôme de la narcolepsie. Cette maladie peut également provoquer des hallucinations, des paralysies, des difficultés de concentration, de l’agitation, des difficultés à s’endormir normalement, de terribles cauchemars, de la catalepsie…

 

Il n’existe aucun remède connu. On administre généralement aux victimes de puissants médicaments pour contrôler les symptômes. Il s’agit notamment d’amphétamines ou de médicaments apparentés comme l’Adderall. Tous ces médicaments peuvent provoquer de graves effets secondaires comme la tachycardie, de la diarrhée, de la nervosité, de la fatigue, des vomissements, de l’anxiété, des palpitations, des tremblements et des épisodes maniaques.

 

L’étude

 

Les chercheurs ont examiné les dossiers des enfants dont le diagnostic de narcolepsie avait été établi au cours de la période où le vaccin fut administré. Ils se procurèrent les listes des 23 Centres spécialisés en narcolepsie auprès de la British Sleep Society  et de la British Paediatric Neurology Association. Ils ont fixé des normes strictes pour exclure de l’étude tout enfant dont le diagnostic de narcolepsie n’avait pas été parfaitement et clairement établi.

 

Des questionnaires furent envoyés aux différents médecins traitants pour s’assurer que ces enfants avaient bien reçu le vaccin Pandemrix  et à quelle date. Ces informations furent comparées aux dates d’apparition des narcolepsies. Ce que ces chercheurs ont trouvé était clair et déterminant. :

 

Cette étude montre une augmentation significative du risque de narcolepsie chez les enfants ayant, en Angleterre, reçu la souche du vaccin pandémique adjuvantée au ASO3. Notre étude a donné un quotient de probabilité de 14.4 (4.3 à 48.5) pour l’analyse primaire. Ces chiffres sont compatibles avec le risque relatif de 13  trouvé en Finlande dans une étude rétrospective (de cohorte).

 

Leurs résultats indiquent que le Pandemrix a provoqué 14,4 fois plus de cas de narcolepsie que ce à quoi on aurait normalement dû s’attendre!

 

Une des raisons qui pourrait expliquer que l’augmentation de la narcolepsie n’a pas été notée en Angleterre est le fait que la vaccination Pandemrix chez les enfants n’avait pas vraiment été généralisée. Alors qu’en Finlande où la tragédie a été rapidement signalée, la couverture vaccinale était carrément généralisée. En Angleterre, la couverture vaccinale générale était de 27,3% ; de 43,9% dans les groupes à risques (les personnes infectées par le H1N1 étaient considérées à haut risque) et de 26,2% pour les enfants qui n’étaient pas à risque.

 

Ce qui est maintenant tout à fait clair c’est que partout dans le monde le Pandemrix a provoqué des milliers de cas de narcolepsie chez les enfants en l’espace de quelques années.

 

Il n’y a aujourd’hui plus moyen de nier la réalité de ces drames provoqués par un vaccin qui a été fourgué par une campagne alarmiste pour une maladie bénigne.

 

Les chercheurs ont déclaré encore plus explicitement :

 

Le risque accru de narcolepsie après une vaccination avec l’adjuvant ASO3 du vaccin pandémique A/H1N1 indique une association causale, conformément aux conclusions de la Finlande.

 

Il n’y a donc plus moyen d’échapper à la réalité : l’adjuvant ASO3 du Pandemrix provoque la narcolepsie. La question est maintenant de savoir quelles autres maladies auto-immunes risquent d’apparaître au cours des prochaines années à la suite de ce vaccin ?

 

Squalène : l’adjuvant qui détruit des vies

 

Les chercheurs ont également clarifié le fait que c’était l’adjuvant ASO4 utilisé dans le Pandemrix qui a provoqué la narcolepsie. Nombreuses sont les voix qui ont voulu mettre en garde contre les risques du fait que l’ingrédient actif du ASO4 est le squalène.

 

Même si le squalène était interdit, le problème des adjuvants dangereux reste entier. Les chercheurs démontrent que l’aluminium est à l’origine d’une vaste gamme d’effets indésirables comme le lupus érythémateux, la myofasciite à macrophages, l’arthrite rhumatoïde, le syndrome des antiphospholipides, ainsi que d’autres troubles gravement débilitants.

 

Et puis, il y a la nouvelle génération d’adjuvants transgéniques réalisée avec des bactéries qui fabriquent des particules de type antigène. Ces dernières jouant le rôle d’antigènes et d’adjuvants, comportent des risques similaires à ceux du squalène. Ce sont tous des lipides. Depuis des décennies, on sait que l’injection d’un lipide est susceptible de provoquer des maladies auto-immunes. Au cours des premières années d’expérimentation de ces types d’adjuvants, on avait pu déterminer qu’ils étaient trop dangereux pour être utilisés dans les vaccins. En fait, ces adjuvants sont utilisés dans des expérimentations animales pour provoquer des troubles auto-immuns afin de permettre la mise au point de traitements pour les maladies humaines qu’ils répliquent.

 

Comment est-il possible de prétendre que pareils adjuvants sont sans danger ?

 

Il est un fait, c’est que la tragédie ici évoquée était tout à fait évitable. Les dangers de l’injection de squalène sont connus depuis des dizaines d’années. Aucune excuse n’existe pour leur utilisation dans les vaccins.

 

Le prix payé

 

Ces enfants atteints de narcolepsie sont condamnés à une vie de handicap suite aux effets de la narcolepsie comme à ceux des médicaments qu’ils seront amenés à prendre. Quand, en outre, on réalise que la maladie contre laquelle ils étaient censés être protégés s’est avérée bénigne, on peut réaliser que la tragédie est totalement inexcusable. Il devient également très clair que ces enfants auront à souffrir pour le restant de leur vie, sans avoir jamais la chance de jouir pleinement de la vie et cela pour une seule et unique raison : la cupidité.

 

Les personnes souffrant de narcolepsie suite à l’utilisation du Pandemrix payent en fait le prix fort pour la cupidité de GSK, celle des agences gouvernementales et des médecins.

 

Sources :

 

Risk of narcolepsy in children and young people receiving AS03 adjuvanted pandemic A/H1N1 2009 influenza vaccine: retrospective analysis, BMJ; Elizabeth Miller, Nick Andrews, Lesley Stellitano, Julia Stowe, Anne Marie Winstone, John Shneerson, Christopher Verity; doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.f794

http://gaia-health.com/gaia-blog/2013-03-06/swine-flu-vaccine-caused-narcolepsy-in-thousands-bmj-claim/

 

" Des scientifiques émettent l’hypothèse que les adjuvants huileux ont la capacité d’hyper-activer le système immunitaire. Cette hyperactivité est susceptible de créer le chaos en induisant une réponse tellement puissante que le système immunitaire se détraque et commence à attaquer des éléments du corps qu’il devrait ignorer."

 

Gary Matsumoto, Vaccine A-The Covert Government Experiment That's Killing our Soldiers and Why GI's are Only the First Victims.

 

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

sanali 05/06/2015 21:25

mon fils a le meme probleme depuis qu il est vaccine au vaccin HN1
c est terrible qui peut nous aider merci

phone system 08/07/2014 14:57

It is very shocking to know that the British Medical Journal (BMJ) has published a study showing that adjuvant ASO4 Pandemrix causes narcolepsy. We have been avoiding all the warnings that shown by some organizations regarding this. Thank you for the share.

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.