Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:06

  Etats-Unis

 

Débat vaccinal et suppression de la liberté d’expression

 

liberty-not-tyranny.jpg

 

D’après Brian Shilhavy, Health Impact News, 25.04.2014

 

Le débat sur les vaccins fait rage dans l’Amérique d’aujourd’hui. La plupart de ceux qui se situent d’un côté du débat voudraient vous faire croire qu’il n’y a pas de débat. Ils veulent désespérément que tout le monde puisse croire que la question des vaccins est une question réglée et qu’il n’y a de place que pour un seul camp, le leur. Malheureusement, ceux qui ont ces croyances voudraient supprimer la liberté d’expression et ne pas permettre à l’autre camp d’être entendu. C’est ce qu’on appelle la tyrannie. Et c’est pour empêcher que pareille chose n’arrive que les pères fondateurs des Etats-Unis se sont âprement battus.

 

Le débat sur les vaccins n’est pas nouveau. Il existe depuis le début de l’histoire des vaccins, depuis que le premier vaccin a été mis sur le marché. C’est parce qu’il y a toujours eu des enfants dont la santé a été endommagée ou sont décédés, que des personnes se sont, depuis toujours opposées aux vaccins.

 

Ceux qui veulent promouvoir les vaccins souhaiteraient que vous ne sachiez rien à ce sujet, parce que les problèmes n’ont pratiquement pas changé au fil des années. Ils s’efforcent donc de faire passer les partisans du choix vaccinal comme peu intelligents et désinformés.

 

La restriction de la liberté d’expression et l’adoption de lois vaccinales tyranniques contre les opposants  ont déjà existé dans le passé en Grande-Bretagne. Cette forme de tyrannie médicale n’a donc rien de nouveau, même si les principes qui ont fondé les Etats-Unis s’y opposent.

 

Vaccination forcée

 

Compulsory-vaccination-laws.jpg

Croydon (Angleterre) 1907. Rassemblement des membres de la Ligue Antivaccinaliste pour protester contre les milliers de convocations pour vaccination et les centaines d’amendes infligées aux familles qui ne voulaient pas faire vacciner leurs enfants. – Rien qu’à Croydon, environ 50 pères de famille ont été envoyés en prison et ont été punis d’amendes parce qu’ils refusaient de faire vacciner leurs enfants.

 

Si ces gens sont si sûrs de leurs croyances dans les vaccins et de la prétendue science qui les justifie, pourquoi donc s’acharnent-ils pour supprimer l’autre face du débat ? La motivation de censurer le point de vue opposé à la version officielle est à ce point catégorique que ceux qui travaillent dans les principaux médias et qui se risqueraient à publier les deux aspects du débat mettraient tout simplement leur carrière en jeu.

 

[…] Ici à « Health Impact News », nous ne sommes pas anti-vaccins par principe, mais nous voulons parler des problèmes de santé qui sont censurés dans les médias traditionnels. Il est donc normal que nous donnions de l’information sur les vaccins  que vous aurez peu de chances de découvrir dans d’autres médias. Du fait que nous réalisions des articles sur « l’autre face de la médaille » par rapport à de nombreuses questions qui vont à l’encontre de ce que les médias grand public veulent présenter, nous ne pouvons que nous attirer les commentaires agressifs et haineux de ceux qui soutiennent l’opinion dominante que ce soit le végétalisme, le Darwinisme, les graisses saturées et bien d’autres sujets.

 

Rien n’est en effet comparable aux arguments émotionnels et militants que nous recevons des pro-vaccins et dont la plupart sont des « trolls ». Nous avons rapporté ailleurs qu’il s’agit souvent de « trolls » formés pour la cause, qui ont des liens étroits avec l’industrie pharmaceutique et qui s’efforcent par toutes sortes de moyens d’étouffer la liberté d’expression sur les vaccins. (Voir : les « trolls » d’internet pourraient être des agents formés par le gouvernement :

 

http://healthimpactnews.com/2014/internet-trolls-may-be-trained-government-agents-according-to-leaked-document/

 

[…] La semaine dernière, je suis tombé sur un article qui s’intitulait : « Chers parents, on vous ment »

 

http://violentmetaphors.com/2014/03/25/parents-you-are-being-lied-to/

 

L’auteur de cet article a tenté de faire comprendre que les parents qui choisissaient de ne pas faire vacciner leurs enfants avaient tort, qu’ils étaient victimes de propagande mensongère, et les « réceptacles » de maladies qui pouvaient être évitées par les vaccinations. J’ai beaucoup espéré que cet article ne se répande pas .Mais l’article en question fut diffusé posé sur d’autres « murs »  et les gens ont commencé à se demander : « Est-ce que vraiment on leur ment ? » Et bien, oui… tout au moins si vous croyez ce que vous lirez dans cet article.

Mais, voici plutôt comment vous devriez lire cet article :

 

Chers parents,

 

On vous ment. Il y a des compagnies pharmaceutiques qui prétendent agir dans le meilleur intérêt  de vos enfants, mais en fait, elles mettent votre santé et peut-être votre vie même en danger pour des raisons de profit. Il y a des médecins qui, bien que n’étant pas formés  par rapport à l’histoire des vaccins, au manque de science en ce domaine, aux effets secondaires, aux additifs que l’on retrouve dans les vaccins, refusent de lire les notices, ne tiennent pas compte des preuves scientifiques et ne vous informent pas des véritables risques que comportent les vaccins, de sorte qu’il ne vous est pas possible de faire un véritable choix informé. On vous ment… parce que l’on vous dit que vous n’êtes que des parents et que vous n’avez rien à dire.

 

Ils disent que la rougeole est une maladie mortelle. Mais ce n’est pas le cas… à moins que vous ne vous en référiez à la fiche d’information de l’OMS (citée dans l’article critiqué) et qui envisage la rougeole sur un plan mondial. Savez-vous comment une rougeole se présente la plupart du temps ? Une simple éruption cutanée.

 

Ils disent que la varicelle est une fameuse affaire. Mais ce n’est pas le cas. Avant l’homologation du vaccin, on comptait seulement 4 millions de cas de varicelle chaque année et le taux de mortalité était de 0, 4 décès par million de personnes. Au cours des 25 années qui ont précédé l’homologation du vaccin, on a enregistré 2.262 décès (environ 90 personnes par an). Mettons tout ceci en perspective… plus de 1000 personnes meurent chaque année en tombant dans les escaliers et 200 personnes meurent chaque année de noyade accidentelle. Je pense que la véritable épidémie a sûrement quelque chose à voir avec vos escaliers.

 

Ils disent que la grippe est dangereuse, mais ce n’est pas le cas.

 

Les données statistiques sur la grippe relèvent d’un véritable gâchis. Actuellement, la grippe/pneumonie est la  9ème cause de décès. Selon le Centre National des Statistiques de Santé du CDC, « la grippe et la pneumonie ont causé la mort de 62.034 personnes en 2001. La plupart des gens qui ont entendu pareils chiffres ont pris leurs jambes à leur cou et sont partis se faire vacciner.  Bizarre comment ils parviennent à « lier » ces deux « maladies ». Ce qu’ils auraient dû dire c’était que 61.777 personnes sont mortes de pneumonie et 257 de la grippe et que c’est seulement dans 18 cas que le virus de la grippe a été positivement identifié. »

 

Comme le vaccin contre la grippe est inefficace et que souvent il prédispose à faire une grippe, je préfère m’abstenir et courir ma chance.

 

Ils disent que le vaccin prévient la coqueluche. Mais ce n’est pas le cas.

 

Selon les données de prévalence de la coqueluche, l’incidence de cette maladie a diminué avant l’homologation du vaccin en 1949. Après l’homologation, les cas de coqueluche ont augmenté, ensuite ils se sont stabilisés avant d'atteindre un sommet en 2013.

 

Maintenant le CDC admet qu’ils ont découvert  des coqueluches résistantes au vaccin et que les enfants qui reçoivent le vaccin  peuvent être des porteurs asymptomatiques et qu’ils sont susceptibles de répandre les bactéries.  Quoi ?

 

Ainsi, le vaccin serait à mettre en cause pour les flambées qui sont survenues dans des populations presque totalement vaccinées ? La chose me choque (mais en fait pas tout à fait)

 

Voici maintenant les options que vous avez : augmenter le risque que votre enfant attrape et diffuse la coqueluche  en se faisant injecter un vaccin dangereux, et inefficace qui peut provoquer des dommages cérébraux (DTC), un vaccin qui pourrait provoquer l’autisme et permettre la croissance des bactéries parapertussis pouvant   favoriser une souche moins agressive de coqueluche (DTCa) ou faire de vous ou de votre enfant un porteur asymptomatique (DTCa). Non merci. Je ne veux pas que mon enfant attrape la coqueluche (ou la communique à un autre enfant) Donc j’ai pris la décision de m’écarter le plus possible de ce vaccin.

 

Ils attribuent aux vaccins le mérite d’avoir éradiqué des maladies, mais ce n’est pas le cas.

 

La polio qui a reçu son homologation en 1955, l’hépatite A en 1995, l’hépatite B en 1991, les oreillons en 1967, la rougeole en 1963, la coqueluche en 1949, toutes ces maladies  étaient toutes sur leur déclin avant que les vaccins ne soient introduits. La prévalence de la variole et de la coqueluche a augmenté après la vaccination. La rubéole et le tétanos étaient à peine existants avant le vaccin.

 

George-Bernard-Shaw-Herode.JPG

C’est le célèbre écrivain britannique George Bernard Shaw qui écrivait que si l’on pouvait mettre à jour tous les cas de décès par vaccination, ces chiffres auraient de quoi faire frémir Hérode lui-même.

 

La mortalité dans toutes les régions pour toutes les maladies avait significativement diminué avant que les vaccins n’entrent en scène…

 

Qu’est-ce alors qui a fait diminuer le nombre des maladies ou qui les a pratiquement éradiquées ? Considérant le fait que les germes ne se développent que dans un environnement qui est favorable à leur croissance, on peut sans se tromper attribuer le fort déclin des maladies à de meilleures conditions de vie, à des quarantaines, à l’hygiène, à l’eau potable, à la plomberie, au meilleur accès aux soins…

 

Ils disent que la vaccination est préférable à « l’infection naturelle » Mais ce n’est pas exact. Il est tout à fait logique que nous sommes tous nés avec des systèmes immunitaires dont le fonctionnement est en grande partie inconnu des médecins. Au lieu d’être exposés à des virus dans la nature qui contribuent à former notre système immunitaire en nous donnant une immunité à vie, on nous expose avec les vaccins à des virus mutés, vivants et atténués, ainsi qu’à de dangereux additifs qui peuvent ou pas fonctionner. Et quand ces vaccins fonctionnent, ils ne confèrent qu’une immunité temporaire.

 

Ils disent que les vaccins ont été rigoureusement testés quant à leur sécurité, qu’ils sont soumis à des examens plus minutieux que pour n’importe quel autre médicament.  Mais ils ont tort.

 

L’approbation des médicaments est rigoureuse et nécessite des tests précliniques chez les animaux, trois phases d’essais, ainsi qu’un autre examen avant d’être approuvés. Pour déterminer les effets secondaires, les études sont généralement faites avec des placébos inactifs (pilule de sucre ou solution saline) etc.

 

L’approbation des vaccins ne souffre pas la comparaison. Habituellement deux petites études sont effectuées au cours desquelles les sujets sont suivis pendant quelques jours ou quelques semaines seulement… La plupart des études ne sont même pas effectuées dans ce pays – elles sont réalisées dans d’autres pays sur des enfants dont il est facile de disposer comme par exemple en Afrique…


La FDA n’a jamais précisé les critères sur lesquels elle se base pour décider si un vaccin est sans danger et efficace – Bruesewitz v. Wyeth LLC

 

Ils disent que les médecins reconnaissent volontiers les effets secondaires de la vaccination, que ceux-ci sont parfaitement connus, et sauf quelques cas très rares, ces effets secondaires sont tout à fait bénins.

 

En fait, la plupart des médecins ne lisent même pas les notices et, à part une rougeur, petite douleur ou gonflement au point d’injection, des étourdissements ou des évanouissements, ils n’informent pas les patients de tous les effets secondaires possibles. En fait, ils ne doivent même pas le faire du fait que la Cour Suprême des Etats-Unis a exempté les médecins et les compagnies pharmaceutiques de toute responsabilité et déclaré que les vaccins étaient « inévitablement dangereux »…

 

Ils disent que les vaccins sont sûrs. Mais ils ne le sont pas.

 

Le vaccin Diphtérie-Tétanos-Coqueluche (DTC) a provoqué des inflammations du cerveau et des décès d’enfants. Le vaccin oral vivant contre la polio a paralysé des enfants et des adultes et provoqué des cancers. Le vaccin contre la coqueluche provoque la coqueluche. Le vaccin ROR (Rougeole-Rubéole-Oreillons) a provoqué la maladie de l’intestin irritable et des troubles neurologiques. Le vaccin contre la grippe provoque des paralysies. Ces vaccins sont associés à quantité d’effets secondaires si l’on s’en réfère aux affaires judiciaires et aux études réalisées sur la question.

 

Jusqu’à ce que les vaccins soient soumis à des études en double aveugle contrôlées versus placebo avec solution saline inerte (norme de la médecine basée sur les preuves), et jusqu’à ce qu’il soit prouvé que les avantages l’emportent sur les risques, personne ne  pourra affirmer que ces vaccins sont sûrs.

 

Ils disent que le vaccin ROR ne provoque pas l’autisme. Mais la chose serait possible.

 

Même le tribunal des vaccins a reconnu qu’il existe une relation causale entre l’autisme et le vaccin ROR, que ce vaccin peut provoquer des encéphalopathies pouvant  entraîner des lésions cérébrales permanentes ou la mort. Etude après étude, étude après étude, les notices du vaccin et d’innombrables affaires judiciaires ont confirmé ce lien. Je ne sais pas ce que vous pensez, mais personnellement je ne suis guère partisan de la mentalité : « faites l’injection maintenant ; vous vous inquiéterez plus tard »… Il est grand temps d’arrêter de dénigrer Wakefield et de commencer à traiter l’autisme.

 

Ils disent que le thiomersal des vaccins ne provoque pas l’autisme, mais la chose serait possible

 

Il existe 15.000 articles dans la littérature médicale qui décrivent  les effets nocifs de l’exposition au mercure pour le corps humain. Il semble donc logique que l’on ait des raisons de s’inquiéter. Bien que les doses de thiomersal ont été réduites ou supprimées de la plupart des vaccins, ce thiomersal est toujours présent dans trois vaccins (DTCa, Hep B, et Hib) . Parmi les effets secondaires de ces trois vaccins on relève l’autisme, l’encéphalite et des troubles neurologiques….

 

Ils disent que les plaintes adressées au VAERS et au Programme National  d’Indemnisation pour Dommages vaccinaux (NVICP) ne prouvent pas que les vaccins soient dangereux. Bien qu’ils le soient.

 

Le VAERS est une base de données à laquelle on peut signaler les réactions indésirables aux vaccins. On estime que seul 1% de la population rapporte en fait ces effets secondaires. Et il est vrai que la « relation de cause à effet » n’a jamais été établie pour les millions d’effets secondaires et de décès rapportés à la suite des vaccinations. Comme c’est tellement pratique qu’aucune « relation de cause à effet » n’ait pas non plus été établie dans les essais cliniques ou études financées par le gouvernement. Procéder autrement risquerait de déréguler toute l’industrie du vaccin qui compte pour des milliards de dollars. Il est plus facile de « blâmer » le cerveau de votre enfant pour l’encéphalite dont il a souffert ou les conditions atmosphériques pour des convulsions après vaccin….

 

Ils disent que les enfants non vaccinés font courir des risques aux enfants vaccinés

 

Soyons sérieux, si vous êtes vacciné et que vous croyez être protégé, pour quelle raison auriez-vous à vous inquiéter ?

 

[…] Ils disent que l’immunité de groupe existe grâce aux vaccins, mais ce n’est pas le cas.

 

L’immunité de groupe est la croyance qui veut que si un certain pourcentage de la population est immunisé contre une maladie, le reste de la population sera protégé contre l’infection. Cela semble merveilleux, sauf que l’immunité de groupe ne s’applique qu’aux maladies d’origine naturelle qui donnent une immunité à vie. Un vaccin, lui, est jugé efficace quand il introduit un antigène. Mais il arrive que cet antigène ne produise pas les anticorps souhaités et même s’il produit ces anticorps, ceux-ci ne conféreront pas nécessairement l’immunité. Et même quand ces anticorps provoquent l’immunité, celle-ci n’est souvent que temporaire. En d’autres mots « efficacité » n’est pas nécessairement égal à « protection »

 

A.W. Hedrich, qui a créé le concept de l’immunité de groupe a précisé que le taux d’exposition de 68% était tout ce qu’il fallait (et non les 95% que l’on a, par erreur fait croire au public). Par définition, , même si l’immunité de groupe était applicable aux vaccinations, nous ne devrions jamais voir d’épidémies de maladies évitables grâce à la vaccination et surtout pas dans des zones particulièrement vaccinées…

 

[…] Pourquoi continue-t-on à nous mentir ?  Les compagnies pharmaceutiques le font dans un but lucratif. Elles sont terrifiées à l’idée que la responsabilité leur incombe  si l’on reconnaissait  que les vaccins pouvaient être la cause de quantité de complications. (il suffit de penser aux affaires de l’amiante et du tabac). Le gouvernement ne se posera pas non plus de question sur les conflits d’intérêts et sur les marges bénéficiaires des fabricants.

 

Certains médecins ne veulent pas admettre qu’ils ont tort. Il y a toujours des gens qui sont à la recherche d’une personne à blâmer. Certains pensent vraiment que les vaccins sont efficaces et ont fait leur choix mais pensent que vous n’avez pas le droit de faire vos propres choix. D’autres personnes détestent davantage ceux qui ne veulent pas vacciner qu’ils ne détestent la mauvaise science.

 

Je vous encourage aussi à vous informer sérieusement et à voir clair dans les prétentions suivantes :

 

En premier lieu qu’il n’y a pas de division dans la communauté scientifique sur cette question. Ensuite que des centaines de brillants médecins et chercheurs qui se sont prononcés contre les vaccins sont tous des charlatans. Ensuite que les vaccins sont les seuls médicaments au monde qui n’ont pratiquement pas d’effets secondaires dangereux. Et si vous ne savez pas par où commencer, jetez un coup d’œil aux articles des médias dont les auteurs n’ont pas effectué leurs propres recherches et sur internet qui, souvent ne répandent que la haine à l’égard des parents qui ne font pas vacciner leurs propres enfants.

 

Un astrophysicien a un jour dit : « Ce qui est bien à propos de la science c’est qu’elle est vraie que vous y croyiez ou pas.» Merveilleuse citation. Mais pourrais-je souligner que parfois les gens refusent de reconnaître la véritable science en raison de leurs propres croyances.

 

Tremante-Alberto.jpg

 

Les vaccins ne renforcent pas l'immunité mais au contraire, l'affaiblissent. Les vaccins ne sont pas un moyen de prévenir les maladies mais d'en créer de nouvelles. Les vaccins ne sauvent pas des vies, ils en détruisent.

 

Giorgio Tremante, père de deux enfants qui sont décédés après avoir été vaccinés contre la polio. Le troisième, Alberto que l’on voit ci-dessus reste handicapé à vie après avoir reçu le même vaccin polio oral.

 

http://healthimpactnews.com/2014/the-vaccine-debate-and-suppression-of-free-speech-in-america/

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 09:20

New York City

L’effrayante vérité sur l’obligation vaccinale contre la grippe

Enfant Vactruth vaccination grippe

 

Cette année, 150.000 enfants vont être ajoutés à la liste des vaccinations obligatoires (forcées). L’es dirigeants de New York City ont exigé que tous les enfants de moins de six ans  qui fréquentent une garderie ou une école gardienne reçoivent le vaccin contre la grippe.

 

L’exigence officielle impose que tous les enfants âgés de six mois à cinq ans qui fréquentent une garderie ou qui jouissent d’une éducation préscolaire à New York soient vaccinés entre le 1er juillet et le 31 décembre de chaque année. Un fonctionnaire de la Santé affirme que la règle ne sera pas officiellement exécutoire avant la fin de 2014. Un communiqué de presse du conseil de la Santé de New York affirme qu’ils vont commencer à faire connaître les violations à la règle à partir  du 1er janvier 2016. [1], [2]

 

New York City impose déjà que les enfants soient vaccinés contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la coqueluche, la varicelle, et le tétanos. On prévoir que la nouvelle obligation concernera quelque 150.000 enfants de moins de 6 ans. Les garderies et les écoles gardiennes seront tenues d’appliquer ces obligations sous peine de faire face à des amendes. [43]

 

# 1 Cette décision interfère avec le droit parental

 

Indépendamment de l’opinion qu’ont les gens sur la sécurité et l’efficacité des vaccins, beaucoup de personnes pensent que c’est le droit de tout un chacun de pouvoir choisir – ou, s’il s’agit du cas d’un mineur, du droit des parents de pouvoir choisir les substances qui seront injectées dans le corps de leur enfant..

 

Des groupes bien connus comprenant un grand nombre d’employés de New York sont déjà opposés à ces obligations vaccinales, y compris la Fédération de la fonction publique et de l’état de New York (Union Américaine de Défense des Libertés Civiles (ACLU). [4]

 

Dans sa propre déclaration en ce qui concerne la vaccination, même l’Association Médicale américaine (AMA) accepte que le personnel médical puisse se réclamer d’exemptions en matière vaccinale pour « des raisons médicales, religieuses ou philosophiques reconnues». Ces exemptions sont apparemment plus laxistes que celle qui sont accordées aux bébé et enfants d’âge préscolaire et qui sont visés par le règlement New Yorkais.

 

Il est aussi question de savoir si le gouvernement de la ville a le pouvoir d’imposer ces vaccins. Les fonctionnaires municipaux  prétendent que leur ministère de la Santé a selon la Charte de la ville « autorité sur toutes les questions relatives à la santé à New York.

 

Récemment, de nombreux américains ont été scandalisés par la décision des responsables des Emirats Arabes Unis d’imposer l’allaitement (forcé) pour les deux première années de la vie d’un enfant. Nous savions que contraindre une personne à allaiter, quels que soient les avantages de l’allaitement, portait atteinte aux droits de ces personnes sur leur propre corps. Certains cependant ne parviennent pas à reconnaître que la vaccination, l’injection de substances étrangères dans le corps doit aussi faire l’objet d’un choix. [5]

 

# 2  Le vaccin contre la grippe est inefficace

 

Les statistiques les plus récentes basées sur des études scientifiques publiées dans des médias bien connus tels que « USA Today » et « the Huffington Post » ont montré que le vaccin antigrippe était incapable de protéger de la grippe. Contrairement à ce que les fabricants de vaccins voudraient nous faire croire, le vaccin contre la grippe n’améliore pas notre santé.

 

Un article publié dans USA Today, précise : « le vaccin contre la grippe saisonnière a été presque totalement inefficace pour les personnes de 65 ans et plus. »

 

D’une source de la Faculté de médecine de l’université Vanderbilt on apprend que « tous les membres du comité consultatif du CDC sur les pratiques vaccinales se sont gratté la tête sur cette question. » [6] Un article similaire publié dans le Huffington Post signalait un taux global d’efficacité de 59% seulement.  [7]

 

Les personnes âgées ne sont pas le seul groupe  qui ne retire que peu de bénéfices du vaccin. Le CDC lui-même quand il a été invité de répondre à la question  sur l’efficacité du vaccin contre la grippe chez les enfants a admis sur son propre site que « des études effectuées sur de jeunes enfants montrent que les bénéfices du vaccin contre la grippe s’avèrent réduits » tout spécialement chez les enfants de moins de deux ans, le groupe d’âge qui est visé par l’obligation vaccinale.[8]

 

La grippe et les maladies similaires  peuvent être causées par plus de 200 à 300 virus et certaines recherches  montrent que les vaccins qui peuvent être les plus efficaces sont les vaccins contre les grippes A et B, qui comprennent à peine 10% des virus en circulation. Il arrive souvent que des personnes confondent certains symptômes de la grippe avec la grippe elle-même, alors qu’en fait ils n’ont pas la grippe. […]

 

# Le vaccin contre la grippe est dangereux

 

Selon le CDC , le vaccin contre la grippe contient du Timérosal, de l’aluminium, des a,ntibiotiques, des protéines de l’œuf, des cellules de fœtus humains avortés, du glutamate monosodique (MSG) . Nos systèmes immunitaires peuvent s’avérer incapables  de lutter contre ces substances étrangères, toxiques, en particulier quand il y a une impiortante consommation de sucre, des taux peu élevés de vitamine D3, et un intestin endommagé.

 

Selon une recherche effectuée sur le site du VAERS (Adverse Event Reporting System) au cours des cinq dernières années (de janvier 2009 à Février 2014) , 55.578 événements indésirables ont été signalés au VAERS en relation avec le vaccin contre la grippe. Parmi ces effets indésirables, 7.904 avaient affecté des enfants de moins de six ans. [11]

 

Plus inquiétant encore : parmi ces chiffres rapportés on relève le décès de 47 enfants de cinq ans ou moins qui sont morts après avoir reçu le vaccin contre la grippe et ce, au cours des seules cinq dernières années.

 

Il s’agit aussi de garder à l’esprit  que les dommages et les décès dus aux vaccins  sont largement sous-rapportés. Moins de 10% des dommages sont effectivement rapportés, ce qui porterait le nombre probable de décès à la suite du vaccin contre la grippe à plus d’une centaine d’enfants par an. [12] [...]

 

Conclusion

 

On ne devrait évidemment pas obliger les familles à injecter des substances toxiques à leurs enfants. Ils ne devraient pas non plus être obligés de faire injecter à leurs enfants des vaccins inefficaces et dangereux. Ils ne devraient pas être forcés de renoncer à leur choix préféré en ce qui concerne la qualité de l’éducation de la petite enfance afin d’éviter la vaccination forcée. Il faudrait que l’on autorise les familles à faire les meilleurs choix qu’ils pensent .pour leur santé et leur bien-être. […]

 

Publié sur Vactruth


 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 19:17

Un jeune garçon récupère de l’autisme en supprimant les produits laitiers et le gluten

 

Forte présomption de lien entre les vaccins et l’autisme

 

Joe Martino, 4 juillet 2013, Waking Times

 

Enfant avec nounours

 

Les taux mondiaux d’autisme sont à la hausse et beaucoup de personnes commencent à se poser des questions sur la manière dont elles peuvent traiter la maladie et les symptômes en vue de pouvoir améliorer la qualité de vie de ces  malades.

 

Dans le cas particulier d’Ethan Fox, il a été constaté que l’enfant a manifesté des signes d’amélioration quand le gluten et les produits laitiers ont été éliminés de son alimentation. Les parents d’Ethan ont suivi les conseils du Dr Kenneth Bock, spécialiste de l’autisme et auteur de l’ouvrage « Healing the New Childhood Epidemics. Autisme, ADHD, Asthma ans Allergies. On pense que l’élimination du gluten et des produits laitiers de l’alimentation d’un enfant peut contribuer à réduire de 60% les cas d’autisme.

 

La vidéo ci-dessous (en anglais) explique avec plus de détails l’histoire de ce petit garçon : http://www.youtube.com/watch?v=3qR6aDkVjYY

 

On s’inquiète beaucoup que la hausse de l’autisme puisse être directement liée au nombre croissant de vaccins depuis les années 1990.

 

Bien que cette théorie ait été discréditée à plusieurs reprises par les services de santé publique, de nombreuses études indépendantes n’en confirment pas moins le lien et suggèrent que la Santé publique a intérêt à ce que ces pratiques se poursuivent. De nombreux chercheurs dans ce domaine croient fermement que le calendrier vaccinal actuel est dangereux et que les professionnels de la Santé ferment les yeux sur la réalité des faits. De nombreux arguments montrent que la recherche d’un lien possible entre les vaccins et l’autisme n’a pas été correctement effectuée ni suffisamment étudiée, et que les conclusions qui ont été tirées relèvent de l’irresponsabilité.

 

Dans les seuls Etats-Unis, l’autisme a augmenté de plus de 2700% depuis 1991. C’est à cette époque que le nombre des vaccins pour les enfants a doublé et continue d’augmenter. Avant 1991, 1 enfant sur 2.500 était diagnostiqué autiste, alors qu’aujourd’hui il s’agit de 1 sur 91[3] (Avril 2014 : 1 sur 50, NDLT)

 

Bien que les recherches de l’épidémiologiste Tom Verstraeten et de Richard Johnston , immunologiste et pédiatre à l’université du Colorado aient  déterminé que le Thiomersal était responsable de l’augmentation soudaine des cas d’autisme, leurs conclusions ont été rapidement rejetées par le CDC. [4]

 

Graphique MMR Californie

 Vaccinations ROR en Californie et au Royaume –Uni

 

Le graphique illustre le lien entre le vaccin ROR (Rougeole-Rubéole-Oreillons) et la montée de l’autisme. D’autres recherches sur le lien entre un régime alimentaire sans gluten ont montré que le régime alimentaire à lui seul pouvait avoir des résultats positifs sur des enfants autistes. [5]

 

« Nous avons rapporté le cas d’un enfant atteint d’autisme et d’épilepsie qui après avoir obtenu des résultats limités avec d’autres traitements, a été mis sous un régime alimentaire sans gluten et sans caséine. Cette modification alimentaire a permis une amélioration marquée des symptômes autistiques et médicaux. Dans la suite, des crises sont apparues après le début de la puberté, et après avoir échoué à obtenir le plein contrôle pharmacologique de ces crises, l’enfant a été soumis à un régime  personnalisé pour pouvoir poursuivre un régime sans caséine et sans gluten. [5]

 

Références:


[1]http://www.drjeffhealthcenter.com/ihpages/pages/autism%20in%20denmark.pdf

[2]http://www.drjeffhealthcenter.com/ihpages/pages/autism.html

[3]http://health.usnews.com/health-news/family-health/brain-and-behavior/articles/2009/10/05/autism-may-be-more-common-than-thought             

[4]http://www.commondreams.org/views05/0616-31.htm [5]http://www.greenmedinfo.com/article/autism-and-dietary-therapy-case-report-and-review-literature

 

http://www.collective-evolution.com/2013/06/30/boy-recovers-from-autism-by-removing-dairy-gluten-strong-evidence-links-vaccines-to-autism/comment-page-2/  

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 20:25

Les échecs vaccinaux se succèdent dans le monde –

L’Australie rejoint le Royaume-Uni et les Etats-Unis dans le club des échecs du vaccin contre la coqueluche

  

ChildHealthSafety, 15 avril 2014

 

Seringue--Palevsky-.jpg 

En très bref, le vaccin contre la coqueluche ne fonctionne pas en Australie s’il faut en croire  le rapport publié dans The Sidney Morning Herald du 14 avril 2014 « Le vaccin contre la coqueluche perd de son efficacité », par Lucy Carroll , spécialiste des questions de santé. - http://www.smh.com.au/national/health/whooping-cough-vaccine-loses-its-effectiveness-20140414-36np3.html

 

1) Une remarque semblable peut aussi s’appliquer au Royaume-Uni et aux Etats-Unis [où, en Californie, 80% des cas s’étaient produits chez des vaccinés] :

 

« Le vaccin contre la coqueluche ne fonctionne pas – GSK dit : « Nous n’avons jamais pris la peine de vérifier. »

http://childhealthsafety.wordpress.com/2012/04/08/whooping-cough-vaccine-doesnt-work-gsk-says-we-never-bothered-to-check/

 

2)  Rapport du CHS de 2012 – 5 années record d’épidémies de coqueluche en Australie. - «Grandes épidémies de coqueluche – le vaccin ne fonctionne pas. »

http://childhealthsafety.wordpress.com/2012/05/18/whooping-cough-vaccine-still-doesnt-work-news-from-australia/

 

3) Les propres résultats de recherche de la FDA américaine montrent que le vaccin n’arrête pas la propagation de la maladie - l’immunité de groupe ne semble pas fonctionner http://childhealthsafety.wordpress.com/2013/11/28/whooping-cough-vaccine-does-not-work-says-us-fdas-research/

 

4) On pourrait aussi ajouter la rougeole avec les défaillances du vaccin ROR aux Etats-Unis. C’est ce même vaccin qui a été utilisé pendant des années au Royaume-Uni, en fait depuis 1994 : Merck’s MMR II (ROR).

 

« Echec du vaccin ROR contre la rougeole – « Un habitant de New-York provoque une épidémie de rougeole chez d’autres habitants de la ville qui étaient vaccinés – le problème n’a pas été causé par des enfants non vaccinés » http://childhealthsafety.wordpress.com/2014/04/12/us-mmr-measles-vaccine-failing-vaccinated-new-yorker-causes-measles-outbreak-in-other-vaccinated-new-yorkers-not-an-unvaccinated-child/

 

5) On pourrait également ajouter l’échec de la vaccination contre les oreillons aux Pays-Bas : «Epidémie d’oreillons chez des personnes vaccinées aux Pays-Bas, 2009-2012» http://childhealthsafety.wordpress.com/2014/03/28/epidemic-of-mumps-among-vaccinated-persons-the-netherlands-2009-2012/

 

6) Cette situation s’était déjà produite en 2005/6 au Royaume-Uni :

 

« Risques de stérilité chez les hommes  suite à l’échec du vaccin contre les oreillons » http://childhealthsafety.wordpress.com/2009/04/11/mumps-vaccine-fails/

 

7) Il y a ensuite le vaccin contre la variole qui n’a de toute manière jamais marché : « Eradication de la variole – un des plus grands mensonges de l’histoire - Ce n’est pas la vaccination qui a éradiqué la variole » (***)

http://childhealthsafety.wordpress.com/2013/12/23/smallpox-eradication-one-of-historys-biggest-lies-how-vaccination-did-not-eradicate-smallpox/

 

8) Il y a aussi l’histoire de l’éradication de la polio qui a coûté 8 milliards de dollars à l’Inde. En une année seulement on a vu apparaître 47.500 cas de ce qui aurait probablement été baptisé polio dans les années 1940 et 1950 et qui, aujourd’hui porte le nom de paralysie flasque aiguë. Cette maladie est deux fois plus mortelle que la polio et bizarrement cliniquement  non distinguable de la polio. Cette maladie est apparue en Inde en proportion du nombre de vaccins administrés contre la polio.

 

« Vaccin contre la polio – une maladie provoquée par le vaccin et deux fois plus meurtrière – Le Tiers monde a été dupé – le peu d’argent a été dilapidé – Eradication de la polio impossible. »

 

http://childhealthsafety.wordpress.com/2012/04/07/third-world-duped-on-polio-eradication/

 

http://childhealthsafety.wordpress.com/2014/04/15/ever-continuing-worldwide-vaccine-failures-australia-joins-uk-usa-in-the-whooping-cough-vaccine-fail-club-again/

 

 

(***) 

ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE

Genève 1980

 

L’ERADICATION MONDIALE DE LA VARIOLE

 

Rapport final de la Commission Mondiale pour la Certification de

l’Eradication de la Variole, Genève décembre 1979

 

  Page 32

 

8.2.4 Succès et échecs

     

 Les campagnes d’éradication reposant entièrement ou essentiellement sur la vaccination de masse furent couronnées de succès dans quelques pays mais échouèrent dans la plupart des cas. 

 

(…) Toutefois, dans certains pays, même lorsque la couverture de vaccination atteignait 80 ou même 90%, les sujets sensibles non vaccinés, regroupés en certains secteurs particuliers du pays ou dans les zones de faible niveau socio-économique des villes, constituaient une population suffisamment importante pour que la transmission de la variole se perpétue. Il eût été extrêmement coûteux et logistiquement difficile sinon impossible d’atteindre des niveaux beaucoup plus élevés de couverture. Pour extirper la variole de ces pays avec les moyens disponibles, il fallait changer de stratégie.

                              

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 22:45

Epidémie d’oreillons en Ohio (116 cas), 97% étaient vaccinés

(3 cas n’étaient pas vaccinés)

 

http://vaccineliberationarmy.com/2014/04/03/mumps-outbreak-ohio-116-cases-97-vaccinated-3-cases-unvaccinated/

 

Commentaire du site Vaccineliberation : le commentaire paru dans la presse ne serait-il pas absurde : « Il a été confirmé qu’au moins trois des personnes infectées n’ont pas été vaccinées contre les oreillons, a déclaré José Rodriguez, un porte-parole du département de la santé Columbus. « Si une personne n’est pas vaccinée, nous sommes tous à risque », a-t-il précisé.

 

Commentaire du  site : Si l’on fait le calcul, 113 personnes infectées ont été vaccinées ( ce qui veut dire « prétendument » protégées contre les oreillons.) Et ces personnes ont quand même contracté les oreillons. Le comble de l’absurdité est que ce sont les 3 personnes non vaccinées que l’on blâme pour avoir provoqué l’épidémie !

 

petite-fille-de-1-an-morte-apres-le-vaccin-ROR.jpg

Madyson Williams, morte à l'âge de 1 an après le vaccin ROR

 

Il s’agit de nous demander si cela vaut la peine d’attraper l’autisme, un déficit de l’attention, un diabète juvénile, de l‘obésité et des allergies à la suite de vaccinations avec des sérums qui non seulement ne sont pas efficaces, mais qui sont dangereux… Combien de personnes risqueraient-elles aussi de mourir ?

 

Eileen Dannemann

 

Newsletter, 04.04.2014.

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
7 avril 2014 1 07 /04 /avril /2014 12:00

  L’ « information » vaccinale !

 

D’après  Catherine Frompovich, 29 Mars 2014.


Seringue-rouge.jpg 

 Dès le début de cet article, je veux prévenir qu’il sera de nature à provoquer pas mal de remous  chez beaucoup, sinon chez tous, et tout spécialement chez ceux qui promeuvent la vaccination par rapport au problème de la sécurité des vaccins. La raison pour laquelle je veux apporter cette précision c’est parce que dans cet article il s’agit exclusivement de ma propre évaluation de la carte interactive de données sur les maladies infectieuses transmissibles à l’échelle mondiale  et établie par le CFR (Council for Foreign Relations) et qui, selon moi, fait apparaître certains problèmes graves ayant trait à la sécurité des vaccins.

 

Carte du CFR : http://www.cfr.org/interactives/GH_Vaccine_Map/#map


Puis-je vous prier d’étudier cette carte avant de continuer la lecture.

 

La seule demande que j’adresse au lecteur est d’examiner les informations présentées avec un esprit ouvert, sans préjugés ou influence d’une quelconque pseudo science. Les données statistiques font apparaître une chose : ce sont les pays les plus vaccinés qui enregistrent le plus de foyers des maladies contre lesquelles on pousse à la vaccination, dans le but de soi-disant créer une « immunité collective ».

 

Voyons tout d’abord combien de vaccinations sont recommandées ou ont été rendues obligatoires dans plusieurs pays occidentaux selon les données disponibles de 2009.

 

Suède et Japon : 11 vaccins

Finlande :12 vaccins

Norvège : 13 vaccins

Suisse : 16 vaccins

Australie : 27 vaccins

Canada : 28 vaccins

USA : 36 vaccins

 

On ne risque pas de se tromper en disant que, depuis 2009, plus de vaccins encore ont été ajoutés aux programmes. Il suffit de penser aux vaccins contre le HPV pour les jeunes-filles et les garçons.

 

Pour illustrer mon propos par rapport à la carte du CFR, je m’en référerai au graphique ci-dessous :

 

Graph-Under-Age-5-mortality-statistics-from-WHO.JPG 

TAUX DE MORTALITE CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS

Différents pays – et nombre de vaccins obligatoires

D’après les statistiques de l’OMS (Rapport de 2009)

Graphique : Raymond Obomsawin, 2009

 

Il est facile de voir que ce sont les Etats-Unis qui ont le plus grand nombre de vaccins obligatoires, et dont le nombre a augmenté considérablement depuis 2009 de la naissance à 18 ans. http://www.cdc.gov/vaccines/schedules/hcp/imz/child-adolescent.html

 

Avant d’aller plus loin dans mon interprétation de la carte et des données, examinons ce que propose cette carte :

 

1. Les points coloriés ont trait aux maladies suivantes : rougeole, oreillons, rubéole, polio, coqueluche et autres.

 

2. Les pays qui comportent le nombre le plus élevé de points sont : les Etats-Unis, l’Union européenne, l’Australie, la Nouvelle Zélande, le Japon, le Canada (dans une certaine mesure), plus l’Afrique Equatoriale et l’Inde où le GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunisation) a mis en œuvre des campagnes de vaccination.

 

3. Le continent sud américain ne comporte presque pas de points ayant trait aux maladies transmissibles. Intéressant ? Mais attendons que les campagnes de vaccination démarrent là aussi. J’aurais envie de dire que ce n’est plus qu’une question de temps.

 

4. Plusieurs pays n’ont pas de points représentant les maladies transmissibles.

 

5. Pour la Chine qui est souvent présentée comme un véritable foyer de maladies transmissibles on a des points pour la rougeole et autres maladies (si j’ai interprété correctement les couleurs car les points ayant trait à la polio et autres maladies se ressemblent très fort). Ces points de couleur pour la Chine sont-ils le résultat de coïncidences favorables ?

 

6. Selon les points de la carte, les maladies prédominantes au niveau mondial sont la rougeole et la coqueluche, maladies contre lesquelles les enfants sont vaccinés partout dans le monde.

 

Je souhaiterais maintenant parler de mon interprétation de ce que représente la carte :

 

Ce sont les pays où les vaccins sont administrés de manière routinière ou rendus obligatoires pour les enfants et leurs parents,(souvent sous la contrainte de la loi), ce sont ces pays qui représentent la part du lion des maladies transmissibles. Pourquoi ? Qu’est-ce qui s’est passé avec « l’immunité de groupe » ? Elle ne fonctionne tout simplement pas étant donné qu’aux Etats-Unis, plus de 90% des enfants sont vaccinés !

 

Selon le Rapport du CDC (Mortality and Morbidity Weekly Report, MMWR) http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm6230a3.htm qui reprend la couverture vaccinale de 48 états, ainsi que les taux d’exemption de 49 états pour les enfants qui entrent à l’école maternelle pour l’année scolaire 2012-2013, quarante-huit états ont signalé une couverture vaccinale moyenne de 94,5% pour les deux doses de la rougeole, oreillons et rubéole (ROR) ; 95,1 pour les couvertures locales de la diphtérie, du tétanos et du vaccin acellulaire de la coqueluche (DTCa) et 93,8% pour les deux doses du vaccins contre la varicelle. Quarante-neuf états ont déclaré une moyenne de taux d’exemption de 1,8%.  

 

[…] Quand on jette un coup d’œil aux différents taux de couverture vaccinale : 94,5% pour le ROR, 95,1% pour le DTCa et 93,8% pour la varicelle, on est en droit de s’étonner qu’il y ait encore des épidémies de rougeole et de coqueluche.

 

Je soutiens qu’il y a des choses qui ne vont pas du tout par rapport à l’efficacité des vaccins si ces taux de vaccination aux Etats-Unis peuvent être interpolés pour établir des comparaisons entre vaccinés et non vaccinés. Il s’agit aussi de bien garder à l’esprit que la moyenne des exemptions n’est que de 1,8%. […]

 

Je crois vraiment que le CDC, la FDA, la pharmacologie et la vaccinologie ont tout à fait tort en ce qui concerne les vaccins. Au plus les enfants reçoivent de vaccins et de rappels, au plus les maladies infectieuses transmissibles refont surface. Que révèle en fait la carte du CFR ?

 

Selon moi, l’une des situations suivantes (ou même toutes) peuvent se produire :

 

A.1. Les vaccins ne fonctionnent pas et provoquent un dysfonctionnement immunitaire

 

A.2. Les vaccins endommagent le système immunitaire. De ce fait, il ne peut plus fonctionner comme l’avait prévu la Nature suite aux réponses de l’antigène vaccinal qui sans aucun doute reprogramment le système immunitaire.

 

A.3. Les micro-ogranismes ayant trait aux maladies deviennent de plus en plus sophistiqués – comme ce fut le cas pour les bactéries suite au trop grand nombre d’ antibiotiques prescrits pour presque toutes les maladies (comme aussi ceux qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire). Ces micro-organismes se transforment en de nouvelles souches. La vaccinologie ne s’est soit pas rendu compte de ce qui se passait ou n’a pas pu parer à la situation.

 

[…] Rien qu’aux Etats-Unis, les flambées de rougeole et de coqueluche surviennent chez 90% ou plus de ceux qui sont complètement vaccinés et qui font quand même la maladie. - Voir : flambées d’oreillons en Ohio :http://www.activistpost.com/2014/03/mumps-outbreak-in-ohio-may-prove.html

 

Même si les enfants vaccinés étaient responsables de la propagation de ces maladies, comment se fait-il que des enfants et autres personnes complètement vaccinées contractent les maladies pour lesquelles elles ont été vaccinées SI les vaccins étaient efficaces ? Les statistiques actuelles des maladies prouvent à quel point le paradigme vaccinal est vraiment faux ! C’est à des tactiques de peur que l’on a recours pour vacciner alors que les vaccins ne protègent même pas ceux qui sont vaccinés ! Comble de non sens !

 

A titre d’exemple, les tableaux ci-dessous illustrent  la réalité factuelle de l’état de santé des enfants non vaccinés  comparativement à celui des enfants vaccinés au cours des cinq premières années de vie - Pays-Bas, 2004, - un des pays qui fait partie de l’Union Européenne. Sur la carte du CFR  on peut voir que la rougeole est bien représentée par un point dans cette région de l’Europe.

 

Dans ces tableaux, nous pouvons vérifier des contrastes spectaculaires pour les infections de l’oreille, les inflammations de la gorge,  le comportement agressif, les convulsions/effondrement, antibiotiques administrés, eczéma, asthme/ maladie pulmonaire chronique, réactions allergiques,  sommeil perturbé. Les tableaux montrent que les enfants vaccinés  sont susceptibles de faire deux fois ou plus de problèmes de santé que les non  vaccinés.

TABLEAU-Enfants-non-vaccines-vs-enfants-vaccines--Pays-Ba.JPG

 L’information présentée sur la carte du CFR est assez significative et je pense qu’elle parle d’elle-même, c'est-à-dire que plus la population est vaccinée, plus elle est susceptible de contracter les maladies pour lesquelles elle a été vaccinée.

 

Comment, au nom d’une science soi-disant désintéressée, continuent-ils à s’en tirer avec pareils tours de passe-passe au nom d’une pseudo science, tout en continuant à ruiner le système immunitaire humain ?

 

Leurs déclarations dogmatiques ne correspondent pas nécessairement à la vérité scientifique ! S’il vous plaît, effectuez vos propres recherches en vous basant sur la véritable science vaccinale et ce, en vue de pouvoir mieux informer tout un chacun : pédiatres, infirmières, écoles, personnel sanitaire à tous les niveaux du gouvernement et même le Congrès qui nous a donné ce gâchis vaccinal en passant le texte de loi « The National Childhood Vaccine Injury Act (NCVIA) en 1986. (42 U.S.C. && 300aa-1 to 300aa-34)

 

Selon moi, il est absolument nécessaire que le NCVIA soit révisé, voire abrogé. Le NCVIA donne aux fabricants de vaccins ce que certains appellent « une carte gratuite de sortie de prison » qui les exonère de toute responsabilité. Pareille situation ne se voit dans aucune autre branche de l’industrie.

 

De plus, avec tous les dommages et  problèmes de santé que les vaccins ont causés sur deux ou trois générations – les rapports du VAERS se comptent par centaines de milliers – il est nécessaire que le Congrès mène une enquête sérieuse sur le problème de l’autisme, les ingrédients toxiques et neurotoxiques des vaccins, et arrête d’accepter ces beaux cadeaux de la part des lobbyistes de Big Pharma qui semblent avoir un impact sur leur vigilance. En 2013, les compagnies pharmaceutiques ont payé 227,5 millions de dollars en lobbying [4] Ceci ne vous fait-il pas réfléchir ?  […]

 

Personnellement, je voudrais voir de véritables bouleversements  dans toutes les agences fédérales et nationales de santé par rapport au problème des vaccinations, à leur « science » et par-dessus tout par rapport à tous leurs ingrédients toxiques. Il y a bien longtemps que cette réforme aurait dû être faite !  -

 

Notes:

[1] CDC Report 65. Changes in Prevalence of Parent-reported Autism Spectrum Disorder in School-aged U.S. Children: 2007 to 2011–2012. Adobe PDF file [PDF - 163 KB] March 2013.


[2]http://bioweb.uwlax.edu/bio203/s2007/wolf_bri2/
[3]http://usatoday30.usatoday.com/news/health/2010-02-17-chronic17_st_N.htm
[4] http://www.opensecrets.org/industries/indus.php?ind=H04

  

http://www.activistpost.com/2014/03/the-hornets-nest-of-vaccine-information.html 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
6 avril 2014 7 06 /04 /avril /2014 11:20

Syndrome de Guillain-Barré : effet secondaire le plus indemnisé

du vaccin contre la grippe

 

Fauteuil-roulant-Guillain-Barre.jpg

 

 Syndrome de Guillain-Barré : victimes handicapées par le vaccin contre la grippe

 

 

Health Impact News, 5 avril 2014

 

Les statistiques  publiées en mars 2014 par le Ministère de la Santé et des Services Sociaux des Etats-Unis ont révélé que le vaccin contre la grippe demeure le tout premier vaccin qui, ayant causé des dommages de santé a été indemnisé par les tribunaux du vaccin, et que le syndrome de Guillain-Barré, maladie invalidante, représente le dommage principal dû au vaccin contre la grippe saisonnière pour lequel un dédommagement a été accordé.

 

Le rapport officiel montre que depuis le 16/11/2013 jusqu’au 15/02/2014, il y a eu 128 plaintes déposées devant les tribunaux du vaccin, dont 52 pour lesquelles un dédommagement a été accordé. 40 autres jugements ont été prononcés  et ont été répertoriés dans la rubrique : vaccins et dommages.

 

Grippe-Tableau-1-jpg

 Grippe-tableau-2.jpg

 Grippe-tableau-3.jpg

 Grippe-tableau-4.jpg

 

Parmi ces 40 plaintes qui représentent moins d’un tiers des cas qui ont fait l’objet de plaintes, 27 concernaient des plaintes suite au vaccin contre la grippe et dont la grande majorité était des cas de Guillain-Barré (SGB).

 

Ces statistiques n’ont jamais été signalées dans les grands médias pro-pharma. Voir les rapports qui ont précédé :

 

http://healthimpactnews.com/2014/flu-vaccine-is-the-most-dangerous-vaccine-in-the-united-states-based-on-settled-cases-for-injuries/    et

 

http://healthimpactnews.com/2013/flu-shot-causes-polio-like-guillain-barre-syndrome-are-rates-higher-than-the-government-admits/

 

Les effets débilitants du Syndrome de Guillain-Barré sont très semblables à ceux de la poliomyélite, y compris les paralysies.

 

La plupart des gens ne réalisent pas que les notices du vaccin contre la grippe mentionnent le Syndrome de Guillain-Barré comme effet secondaire connu. Malheureusement, par rapport à ce Syndrome, les chiffres donnés par la communauté médicale et les grands médias seraient de « 1 cas par million », une évaluation qui ne repose sur aucune recherche ou donnée solide.

 

Dans un récent rapport publié dans le « Nebraska Journal Star », le Dr Ana Delgado, http://journalstar.com/lifestyles/family/taking-back-their-lives-guillain-barre-patients-share-hope-awareness/article_62cce47c-2b62-51fe-82c7-3d8691977a3b.html

 

http://journalstar.com/lifestyles/family/taking-back-their-lives-guillain-barre-patients-share-hope-awareness/article_62cce47c-2b62-51fe-82c7-3d8691977a3b.html

 

neurologue, a déclaré que les cas de Guillain-Barré étaient en augmentation et que L’Institut national de Santé (NIH) envisageait de réviser le nombre de personnes souffrant chaque année de cette maladie :

 

Le Syndrome de Guillain-Barré se produit lorsque le système immunitaire de l’organisme attaque le système nerveux périphérique – court-circuitant littéralement les nerfs qui commandent aux jambes de se déplacer, aux yeux de se fermer et aux poumons de respirer. « C’est censé être une maladie rare », a déclaré le Dr Ana Delgado. Mais étant donné le nombre de cas que la neurologue a vus depuis son arrivée à l’hôpital de réhabilitation « Madonna » au mois d’août, elle est convaincue que quelque chose déclenche une augmentation du nombre de cas, de même que la gravité de ce syndrome dévastateur et parfois mortel.

 

L’Institut National de Santé (NIH) estime qu’une personne sur 100.000 fera un Guillain-Barré. Mais, Scott Culbine qui se remet encore de son attaque du mois d’août, signale qu’il est question de réviser ce chiffre et de parler d’un cas sur 50.000 – une statistique qui correspondrait mieux  aux nombre de patients traités à « Madonna ».

 

Actuellement, il y a cinq cas de Guillain-Barré à « Madona » dont Scipion et un patient externe. Jadis, il était rare de voir même un seul patient atteint de Guillain-Barré à « Madona ». De nos jours, il n’est pas  rare qu’il y en ait un ou plus, explique Dan Kasparek, pathologiste et responsable du programme des maladies neurologiques. http://journalstar.com/lifestyles/family/taking-back-their-lives-guillain-barre-patients-share-hope-awareness/article_62cce47c-2b62-51fe-82c7-3d8691977a3b.html

 

Il est intéressant de voir comment le CDC n’a pas hésité à lancer le terme « épidémie » pour justifier la vaccination de masse dans un campus universitaire

 

http://healthimpactnews.com/2013/princeton-university-seeks-to-use-students-in-unapproved-vaccine-trial/  où 7 étudiants avaient fait une méningite au cours d’une période de neuf mois, pour les inciter à recevoir un vaccin non approuvé contre la méningite. Malheureusement, cette même logique n’est pas utilisée pour les effets indésirables des vaccins où des centaines sinon des milliers de personnes voient leur santé endommagée ou en ressortent handicapées. Comme vous avez pu vous en rendre compte par le rapport du HHS ci-dessus, il est très difficile d’obtenir du gouvernement qu’il indemnise les victimes de dommages vaccinaux. Les affaires prennent souvent des années devant les tribunaux et coûtent souvent une fortune. Ces cas ne représentent bien évidemment que la pointe émergée de l’iceberg par rapport aux dommages qui sont dus au vaccin contre la grippe.

 

La  manière dont le CDC gonfle chaque année les chiffres ayant trait aux nombre de décès par la grippe en vue de pouvoir vendre plus de vaccins encore a été documentée.

http://healthimpactnews.com/2014/cdc-inflates-flu-death-stats-to-sell-more-flu-vaccines/

 

Nous avons également signalé qu’il est fortement probable que le vaccin  contre la grippe soit non seulement inefficace, mais pourrait être la cause que des cas de grippe présentent une plus grande gravité. Voir :

 

http://healthimpactnews.com/2014/is-flu-vaccine-causing-increase-in-h1n1-outbreaks-5-year-old-boy-dies-from-h1n1-virus-even-though-he-was-vaccinated-month-before/

 

[…]

 

http://healthimpactnews.com/2014/guillain-barre-syndrome-is-1-side-effect-of-vaccine-injury-compensations-due-to-flu-shots/

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
28 mars 2014 5 28 /03 /mars /2014 11:41

L’Eglise Catholique s’interroge sur la vaccination antitétanique en cours et qui vise les femmes âgées de 14 à 49 ans

Femmes-africaines.jpeg

 

 Par Joylene Sing’oei, 27 mars 2014

 

Nairobi, Kenya : l’Eglise Catholique du Kenya a soulevé des questions sur la campagne nationale de vaccination contre le tétanos et qui vise les femmes de 14 à 49 ans.

 

L’Eglise  affirme que pour cette initiative qui couvre 60 districts, l’information du public a été particulièrement limitée contrairement à d’autres initiatives nationales de santé, et qui ont été précédées d’annonces publiques permettant les questions.

 

Dans un communiqué envoyé mercredi soir aux différentes rédactions, la Commission Catholique de la Santé du Kenya affirme en outre qu’il n’y a pas eu d’engagement adéquat par rapport à la  consultation des parties prenantes tant pour la préparation que pour la mise en œuvre de la campagne.

 

Les questions de l’Eglise :

 

1. Existe-t-il une crise par rapport au tétanos chez les femmes en âge de procréer au Kenya ? Si tel est le cas, pourquoi cette situation n’a-elle pas été déclarée ?

 

2. Pourquoi la campagne cible-t-elle les femmes de 14 à 49 ans ?

 

3. Pourquoi la campagne ne vise-t-elle pas les  petites filles, les garçons et les hommes  même si ces personnes sont susceptibles de faire un tétanos ?

 

4. Pourquoi le tétanos a-t-il été l’objet d’une priorité alors que bien d’autres maladies meurtrières frappent le Kenya ?

 

« Les informations accessibles au domaine public indiquent que le vaccin antitétanique (TT) additionné de  Beta gonadotropine chorionique humaine (b- HCG) aurait été utilisé aux Philippines, Nicaragua et Mexique pour vacciner les femmes contre une éventuelle grossesse. La Beta HCG (sous unité) est une hormone nécessaire à la grossesse. »

 

Ils ont ajouté que lorsque cette hormone est injectée au moyen d’un vaccin à une femme non enceinte, le Beta HCG (sous unité) combiné avec l’anatoxine tétanique provoque le développement d’anticorps contre le tétanos et le HCG, de sorte que si l’ovule d’une femme est fécondé, son HCG naturel sera détruit la rendant définitivement stérile.

 

Dans cette situation, disent-ils, la vaccination antitétanique aurait été utilisée comme une méthode de contrôle des naissances.

 

« La campagne de vaccination contre le tétanos en cours porte la marque des programmes menés aux Philippines, au Mexique et au Nicaragua. Nous ne sommes pas certains que les vaccins administrés au Kenya sont exempts de cette hormone. »

 

Cette déclaration a été signée par le président de la Commission catholique de la Santé du Kenya, Paul Kariuki.

 

L’Eglise a déclaré qu’elle reconnaissait que les soins maternels et néonataux étaient absolument nécessaires pour prévenir des décès, mais a voulu maintenir qu’une information claire et précise devait être fournie au grand public afin d’éviter la désinformation  et la propagande en ce qui concerne le vaccin.

 

«  Le caractère sacré de la vie et de la dignité de la personne humaine doit toujours être une priorité en matière de soins de santé. En l’absence d’information appropriée et adéquate, l’Eglise Catholique n’hésitera pas à soulever les questions morales nécessaires sur les questions qui touchent à la vie humaine. »

 

Standardmedia, Vaccineliberationarmy

 

 

LA VACCINATION PAR GARDASIL A RENDU DES FILLES STERILES:

 

http://www.initiativecitoyenne.be/article-devenues-steriles-apres-le-gardasil-deux-soeurs-deposent-plainte-123111010.html

 

Ce qui se passe en Afrique avec la vaccination et ce que Bill Gates explique de son projet:

 

 

 

http://www.jambonews.net/actualites/20110509-les-etudes-cliniques-a-grande-echelle-seraient-elles-d%E2%80%99actualite-au-rwanda/

 

http://www.jambonews.net/actualites/20110723-gardasil-le-danger-se-precise-pour-les-fillettes-rwandaises-et-africaines/

 

http://www.afrohistorama.info/article-vaccination-en-afrique-la-population-est-elle-en-danger-76889318.html

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 20:17

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 21:15

Le Projet « Penta »

 

Penta-Project.jpg

 Penta :

Un vaccin pédiatrique canadien retiré du marché

 

 

Le Projet Penta


Le Projet Penta est une initiative qui vise à rassembler des informations sur les effets à long terme du vaccin Penta, un vaccin sans licence qui a endommagé la santé de nombreux enfants au Canada entre 1993 et 1997.


De janvier 1994 jusqu’à 1997, un vaccin combiné de 5 valences et non autorisé a été administré à des centaines de milliers d’enfants canadiens.


Des milliers d’enfants ont présenté des réactions indésirables dont certaines très graves et permanentes.


Le vaccin combiné de 5 valences en un seul vaccin a été produit et commercialisé sous le nom de Penta par Connaught et repris maintenant par Sanofi. En une seule année (1994-95) 1.200 effets secondaires ont été rapportés à la suite des injections de Penta avec deux décès. Nous pensons que les suites à long terme pour beaucoup de ces enfants comprennent des cas d’allergies graves et d’autisme. Mais il n’y a pas eu de suivi des enfants dont la santé avait été endommagée pour confirmer ce que nous pensons. Ni les médecins, ni le gouvernement, ni les firmes n’ont assuré un suivi parce qu’il ne semblait pas y avoir d’intérêt à la faire. Au Canada, il n’existe aucun recours juridique pour les dommages attribués au vaccin (limité au Québec). En acceptant les risques inévitables de la vaccination, les parents acceptent aussi de facto les dommages qui peuvent s’ensuivre.


Mais aujourd’hui, 20 ans plus tard, quel sens peut encore avoir l’épisode Penta en dehors de ceux qui ont été directement touchés ? Etant donné que la prévalence des allergies et de l’autisme n’a cessé de grimper (4% des garçons souffrent d’autisme ; 8% des enfants souffrent d’allergies alimentaires  et 3% dont la vie peut être mise en danger), et qu’il n’y a toujours pas de recours juridique pour les dommages provoqués par les vaccins, n’est-il pas raisonnable de penser que les conditions qui ont donné lieu aux problèmes du Penta n’ont pas changé ? Les consommateurs canadiens de vaccins sont mal protégés.


http://www.pentaproject.net/



Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.