Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 10:54

Il est plus que temps que la population réagisse face à la véritable dictature vaccinale qui se prépare en matière de grippe A/H1N1. La plupart des gens soit, ne font aucun cas de ce qui se trame et ne mènent aucune recherche personnelle sur ce qui va leur tomber dessus soit s'en remettent docilement à la télévision-débilvision qui ne relaie que le discours officiel, omettant honteusement de relayer toutes les autres positions bien plus rationnelles et raisonnables.

bickel-2005-06-adm.jpg



Les grands médias papier sont hélas eux aussi à la solde des officiels et de l'industrie pharmaceutique qui contribue à leur financement. C'est ainsi que d'innombrables journaux du monde entier ont repris en choeur les propos lénifiants du Pr Sylvie Van der Werf, virologue à l'Institut Pasteur...

Voyons ensemble ce que cette "experte" a déclaré dans le Figaro du 4 juin 2009:

1°) Concernant le caractère inédit d'un tel virus recombiné, Sylvie Van der Werf déclare:

"Nous sommes face à un virus nouveau, qui circule dans la «communauté» (c'est-à-dire à partir de foyers autonomes et non plus importés de l'étranger, NDLR), sur plusieurs continents. Nous sommes au bord de la phase 6 d'alerte pandémique de l'Organisation mondiale de la santé. En réalité, la phase 6 se caractérise par la transmission «communautaire» du virus sur au moins deux continents. Nous y sommes. Sauf que ces niveaux d'alerte ont été définis dans l'optique d'une pandémie liée au virus H5N1 de la grippe aviaire, bien plus virulent. Alors que la pathogénicité de ce nouveau virus est pour l'instant modérée. Cela explique la temporisation de l'OMS sur ce sujet."


Commentaires: Il est pour le moins étrange que cette "experte" ne parle pas du caractère bricolé d'un tel virus car, en effet, la Nature étant bien faite, un tel franchissement de la barrière d'espèce ne peut s'opérer naturellement. Il y a donc forcément eu des bricolages volontaires.


Baxter.jpg
Pour rappel, c'était en février dernier que l'on apprenait que la firme Baxter avait distribué des vaccins contaminés au H5N1 dans différents pays. Etrangement aussi, un communiqué de presse de Sanofi Aventis daté du 9 mars 2009 faisait état d'un investissement de 100 millions d'euros de la firme pour créer une usine de production de vaccins à Mexico qui "sera construite selon les standards permettant à Sanofi Pasteur de basculer aisément de la production de vaccin contre la grippe saisonnière à celle de vaccin contre la grippe pandémique, dans l'éventualité où une pandémie de grippe vienne à être déclarée et une fois la souche de virus grippal pandémique identifiée par l'organisation mondiale de la santé (OMS)."



 

 

 


 




On le voit bien: avant même que le virus ne soit identifié et la souche envoyée par l'OMS aux fabricants, ceux-ci se vantaient déjà dans leurs communiqués officiels de contribuer à la santé publique et à lutter contre des pandémies encore inexistantes! Et de la même façon, les gouvernements de nombreux pays avaient déjà passé commande pour des vaccins pandémiques encore non fabriqués concernant des virus inconnus et aux effets secondaires encore non étudiés!


Tout cela démontre donc bien, si besoin était, que TOUT, DEPUIS LE DEBUT, A ETE ORGANISE: l'industrie s'est allié les gouvernements (mondiaux et nationaux) et verrouille définitivement la prise de conscience populaire par le biais des grands médias qu'elle contrôle. Si tel n'était pas le cas, il est bien évident que tout journaliste libre et indépendant pourrait exercer son bon sens et n'omettrait pas de signaler au lectorat que cette Pr Sylvie Van der Werf travaille dans un Institut dont le financement est loin d'être sans lien avec les dits industriels et que son discours n'est donc ni indépendant ni objectif.

2°) Quand on lui demande si l'arrivée de l'été va arrêter la circulation du virus en Europe, Mme Van der Werf nous répond en tentant de nous effrayer:

"C'est vrai, il y a des facteurs climatiques plus ou moins favorables à la transmission de la grippe. La forme saisonnière se transmet plutôt l'hiver, mais ce n'est pas un critère absolu. En zone tropicale, les virus grippaux circulent toute l'année, avec deux pics, notamment pendant la saison humide. En Europe, l'épidémie démarre plutôt en décembre. Mais nous sommes actuellement dans une situation particulière puisque ce nouveau H1N1 diffuse actuellement aux États-Unis et au Canada, alors que c'est l'été, et donc hors des périodes classiques de circulation. Sans doute, le fait que la population est vierge de toute immunité, la rend plus susceptible. Mais nous ne sommes pas dans des conditions normales de transmission actuellement."

Commentaires: Le plus anormal de tout pour une virologue qui plus est de l'Institut Pasteur est d'ignorer cruellement l'aveu, certes tardif du savant plagiaire qui a donné son nom au dit Institut mais non moins réel: "LE MICROBE N'EST RIEN, C'EST LE TERRAIN QUI EST TOUT".Sachant cela, il n'y a pas à craindre que la population soit vierge d'une immunité contre ce virus bricolé. Rien de plus normal vu que ce virus a été bricolé de toutes pièces. L'anormalité n'est donc pas toujours là où on veut la faire croire mais bien dans le chef d'une chercheuse en qui trop de gens continuent d'avoir aveuglément confiance!

3°) Quand on lui demande comment elle voit la situation, la virologue sera forcément catastrophiste:

"Je n'imagine pas une seconde que la diffusion s'arrête et que ce nouveau virus disparaisse comme par enchantement. Il circule activement notamment dans l'hémisphère sud, avec une situation complexe puisqu'il y a une co-diffusion avec celui de la grippe saisonnière. Jusqu'à présent, chaque fois qu'un nouveau virus apparaissait, il se substituait au saisonnier. Ce n'est pas le cas actuellement. Nous sommes dans une situation nouvelle. Nous ne savons pas s'il y aura une circulation des deux virus ou d'un seul, à l'automne dans l'hémisphère nord. Cela va dépendre de ce qui se passera dans le Sud. En Australie, comme en Amérique du Sud, la transmission communautaire est active. L'Afrique est surveillée de près. Tout laisse à penser que ce virus touchera l'ensemble de l'hémisphère Nord, avec une transmission communautaire. Fin juin? Fin août? Fin septembre? On ne peut pas exclure que le virus se mette à circuler à une période inhabituelle."

Commentaires: Comme toujours, les gens apparentés de près ou de loin à l'industrie procèdent de la même façon. Ils préparent le terrain en semant la peur et en se voulant catastrophiques en espérant de la sorte que la vaccination apparaîtra comme le plus grand salut que tout le monde acceptera le plus spontanément du monde. C'est bien cela le mythe des "vaccins sauveurs", c'est ainsi qu'il se perpétue, avec cette même stratégie de communication/marketing. Sachez le, décodez-la et ne vous faites plus avoir!

4°) Concernant la virulence du dit virus, voici ce que notre grande "experte" avance sans hésitation:

"Pour l'instant, le taux de décès est de l'ordre de un pour 1000 malades. Cela reste proche du taux de décès de la grippe saisonnière. Sauf, que habituellement, ce sont des personnes âgées qui sont concernées et que la population est largement immunisée, soit naturellement, soit par le vaccin. Le nombre de malades potentiel pourra donc être très élevé. Pour l'instant nous n'avons pas mis en évidence de marqueurs de virulence. On sait que les virus grippaux mutent en permanence. Et nous ne sommes pas à l'abri d'un changement qui augmenterait sa virulence et sa transmissibilité. Nous sommes en train de répertorier toutes les mutations «dangereuses» possibles. Par ailleurs, notre laboratoire examine la structure génétique chaque virus de cette grippe pour chaque cas français, afin d'en surveiller au plus près l'évolution, comme d'autres labos dans le monde. Nous redoutons aussi des réassortiments génétiques entre ce virus et ceux de la grippe saisonnière, et notamment avec un autre H1N1 majoritairement résistant au Tamiflu."


Commentaires: Il est étrange de redouter des recombinaisons et des réassortiments viraux d'un virus qui a déjà été bricolé volontairement. Que de théâtre! Qui y croit encore? Outre cela, il y a des éléments consistants à opposer au Pr Van der Werf. En effet, que chacun sache que si son confrère, le Dr Jean-Marie Cohen, médecin coordinateur du réseau Grog (Groupes régionaux d'observation de la grippe) dit "être d'accord" avec sa consoeur, il recadre tout de même largement les choses en précisant:
"Pour l'instant, la pandémie attendue n'est pas partie pour provoquer une grosse mortalité - c'est-à-dire beaucoup de décès - mais une grosse morbidité - beaucoup de gens touchés", explique le docteur Cohen. Selon lui, c'est avant tout un problème d'organisation sociale qui risque de se poser : "Comment éviter que tout le monde soit malade en même temps ?"

Et visiblement, pour éviter que tout le monde tombe malade en même temps, mieux vaut EVITER à tout prix de se faire vacciner ou de prendre des produits allopathiques agressifs en "prévention" style Tamiflu ou Relenza! C'est en tout cas ce qui se dégage plus que clairement des récentes déclarations du pharmacologue Dr Marc Girard, voir ici.


5°) On lui demande ensuite si on se dirige vers une vaccination systématique contre ce nouveau virus... Et là, elle répond ceci:

 

"Nous allons être conduits à vacciner tout le monde, au Nord, comme au Sud, dans les pays riches comme dans ceux en voie de développement. Et mon avis est que le plus vite sera le mieux, compte tenu de l'évolution actuelle. Mais il y a des délais incompressibles. L'OMS a donné à tous les laboratoires investis dans les vaccins la souche de virus de base. Si tout va bien, si les rendements sont bons, si cette souche se comporte sans imprévu, il faudra compter quatre à six mois, avant de disposer de vaccins. Par ailleurs, c'est un vaccin nouveau, avec une population naïve, nous ne sommes pas dans des conditions classiques. Il va falloir faire des essais cliniques pour vérifier l'efficacité et l'absence d'effets secondaires. Il faudra sans doute deux doses contre ce nouveau virus. Tout cela prolonge les délais d'obtention. Les travaux de préparation d'un vaccin contre une pandémie liée au H5N1 représentent une aide notable."


Commentaires:  Il faudra vacciner tout le monde, rien que ça? On ne voit pas pourquoi de tels tyrans pourraient imposer leurs vues aussi facilement, tout ça parce qu'on les prendrait comme "bien intentionnés" à priori vu leur titre d'"expert". D'abord, c'est contraire à tous les principes de droits relatifs à la liberté de disposer de son corps, à la liberté thérapeutique et au consentement éclairé du patient. Ensuite, les faits parlent d'eux-mêmes puisque pour diverses maladies, que ce soit la rougeole, la variole etc, des pourcentages écrasants de couverture vaccinale n'ont pas empêché l'éclosion et la propagation d'épidémies. En matière de grippe espagnole, on peut même dire que ce sont les vaccinations qui ont causé cette épidémie, précisément parce que, dans la même optique bornée, on a vacciné et plutôt que d'admettre l'échec, on a revacciné et re-revacciné avec des doses vaccinales sans cesse plus fortes, faisant des vaccinés de véritables réservoirs à virus où la recombinaison peut donner lieu à de redoutables mutants qui ont justement donné lieu à un phénomène d'une telle ampleur.

Il convient aussi de noter que l'allusion aux délais incompressibles et aux essais qui seront à faire concernant l'efficacité et la tolérance de ce type de vaccins est plus que grotesque.
Pourquoi? Parce que le vaccin Engerix B (= vaccin contre l'hépatite B) qui a été avalisé par les autorités françaises et a servi dans la campagne de masse dans les années 90', qui était loin de constituer une situation d'urgence- n'a été évalué quant à sa tolérance que sur un délai de seulement 4 jours. Oui, vous avez bien lu: les vaccinés des essais cliniques ont été suivis sur seulement 4 jours et c'est ainsi que les fabricants ont pu dire que sa tolérance était correcte et leurrer le monde! Ce fait a été mis en lumière par l'expert pharmacologue Marc Girard, justement étrangement récusé dans son rôle d'expert suite à sa demande aux fabricants, jugée indécente, d'obtenir les rapports de tolérance périodique de ces vaccins...
On peut prendre aussi le cas d'un vaccin aussi absurde que le Gardasil dont l'efficacité est grotesque mais qui a tout de même été avalisé et "officiellement recommandé" par les autorités médicales et politiques. On le voit donc bien: la tolérance et l'efficacité de ces vaccins, même médiocre n'est nullement un obstacle à leur diffusion, à leur vente et à leur recommandation puisqu'avant même d'avoir ces données, ils sont déjà achetés! Vous pensez bien qu'alors, une fois les données (biaisées comme d'habitude mais il faut bien continuer de faire croire à la population que l'état veille n'est-ce pas...) récoltées, ils ne vont pas dire aux gens "eh bien à présent, mesdames et messieurs, veuillez encore patienter 4 autres mois, on va remettre ça car cette version-ci est tro dangereuse". NON! Comme d'habitude on présentera le produit comme ayant de toute façon et envers et contre tout toujours un rapport bénéfices/risques positif et cela même si ça doit vous coûter à vous ou à un de vos enfants la santé ou même la vie.

C'est tellement évident que cette histoire est cousue de fils blancs que ça vaut vraiment le coup de vous reparler d'un X°ième indice: Le Pr Van der Werf parle elle-même un peu plus haut dans son interview du fait que, pour l'heure, aucun marqueur de virulence n'a été retrouvé. Pourtant, elle n'hésite pas à affirmer "Nous allons être conduits à vacciner tout le monde et le plus vite sera le mieux [...] compte tenu de l'évolution actuelle." C'est totalement contradictoire, rendez-vous compte!


La vérité c'est que tout a déjà été décidé d'avance et ce n'est pas Mme Van der Werf avec ses propos pitoyables qui nous fera gober l'inverse. Vous voulez des preuves? Vous avez raison, les voici:

Le gouvernement français prépare la vaccination obligatoire, voir ICI.

Le Comité Consultatif National d'Ethique pour les Sciences de la Vie et de la Santé stipule ceci dans son avis n°106 sur les questions éthiques soulevées par une pandémie grippale:

Section 4 , Solidarité et autonomie:

"Le questionnement éthique amène souvent à confronter principe d’autonomie et exigence de solidarité. Les deux concepts ne sont pas exclusifs l’un de l’autre sauf à réduire l’idée d’autonomie à un bon vouloir égoïste. Etre autonome, c’est être libre avec les autres et non pas contre eux. Inversement, la solidarité consiste à permettre au plus grand nombre de personnes d’exercer leur autonomie.

 

Mais si en théorie c’est seulement à une vision appauvrie de l’autonomie que s’oppose la solidarité, force est de constater qu’en pratique l’exigence de solidarité est parfois perçue comme une limitation coercitive de la liberté individuelle. Par exemple, il existe des cas d’hostilité au principe même d’une vaccination, pour conviction personnelle ou raison idéologique, qui se prévalent du respect de l’autonomie. En tout état de cause, l’autonomie implique nécessairement la connaissance. Un consentement n’est libre que s’il est informé. S’agissant de la pandémie grippale, le respect de l’autonomie inclut, pour chacun, le droit à une information précise sur les risques, les mesures de protection (traitement antiviral, vaccin) qui pourraient lui être proposées et la possibilité de les refuser. Un éventuel refus revêtirait une signification particulière. Une

personne qui effectuerait un tel choix, bénéficierait directement de la protection que lui apportent toutes celles qui acceptent ce qu’elle-même refuse. Certes, beaucoup de refus de vaccination peuvent être analysés de la même façon. Mais une autonomie mal comprise qui se traduirait par un refus de soin, dont l’effet serait de favoriser la propagation de la maladie, serait difficilement acceptable par l’ensemble du corps social. Elle devrait s’effacer au nom de l’exigence de solidarité. Cela ne pourrait cependant dispenser les acteurs de santé de leur devoir d’écoute et de dialogue avec les sujets récalcitrants, pour essayer de les convaincre d’accepter un traitement préventif ou curatif, conformément au code de déontologie."

BRAVO POUR L'ETHIQUE, EN EFFET! Non seulement, on affirme implicitement et de façon complètement péremptoire que ce sont les non vaccinés qui seraient un danger pour les vaccinés (alors que l'expérience démontre le contraire et d'ailleurs, si la vaccination était si efficace, les vaccinés ne devraient rien avoir à craindre des non vaccinés) mais en plus cet avis est purement et simplement empreint d'une schizophrénie qui pose question car, comment affirmer que chacun doit avoir une information complète et être autonome en vue d'un consentement éclairé si c'est pour au final quand même forcer la main aux "récalcitrants" comme ils le disent et mieux les embobiner par dieu sait quelle écoute à deux sous??

En Belgique, Le Soir Mag nous informait le 2 mai dernier que:

"Alors qu’il n’y a toujours pas de cas déclaré de grippe porcine en Belgique, le virologue Marc Van Ranst indique ce matin dans les colonnes du quotidien “De Morgen” que notre pays est sur le point de conclure un contrat avec une entreprise pharmaceutique – l’accord ne serait finalisé que la semaine prochaine – afin de commander des vaccins contre la maladie pour toute la population. L’opération est estimée à 150 millions d’euros. Les entreprises pharmaceutiques, on l’imagine, veulent toutes être les premières à être capable de développer un tel vaccin. En vertu de ce contrat, la Belgique prendrait une option pour 20 millions de doses, soit deux par habitant. « C’est nécessaire pour un nouveau vaccin », explique M. Van Ranst qui ajoute que l’opération devrait prendre de trois à six mois."


C'est surréaliste! On prend déjà des options sur des vaccins plus que probablement hasardeux et qui feront assurément plus de dégâts que ne pourra jamais le faire cette pandémie, même si le virus à son origine n'est en rien naturel et bricolé de toutes pièces! Et, dites-vous bien que si on en commande 20 millions de doses pour une population de 10 millions d'habitants, ce n'est évidemment pas pour laisser le choix à chacun de venir se faire vacciner après discussion quand bon lui semblera voire de ne pas se faire vacciner, non!
Ces faits comme se qui se prépare en France démontre bien le fait que tout a été calculé et prévu à un échelon supra national. Les faits parlent d'eux-mêmes!

2 doses par personne, hop, en avant! Tout le monde à l'abattoir, que la première dose vous ait déjà paralysé ou pas, cela ne changera rien, tout doit partir!
Solder donc votre santé en somme! Il ne doit rien rester!

 

 

Bickel-abattoir-2-copie-1.jpg
"Qui préfère la sécurité à la liberté aura vite fait de perdre les deux."
                                                Benjamin Franklin



Et pour finir, le Pr Van der Werf conclut qu'il faudra sans doute vacciner avec deux vaccins: un pour la grippe saisonnière et un autre anti-pandémique. Deux valent mieux qu'un dans l'esprit de ceux qui financent l'Institut où elle travaille, c'est certain!


Etrangement là encore, personne ne s'est étendu sur le sujet de l'efficacité et de l'approvisionnement en masques. A part la revue Science et Vie de juin 2009 qui a eu la bonne idée de fouiller le sujet et, chose intéressante, on peut y lire qu'il existe deux types de masques: le masque anti-projection qui est en papier simple et qui est le moins cher mais aussi le moins efficace des deux et qui sera celui que les autorités daigneront tout au plus mettre à disposition du public et l'autre, le masque dit "respiratoire", le plus cher des deux mais le plus efficace contre les aérosols, les plus fines goutelettes de projection du virus mais que le gouvernement réservera aux seuls soignants alors même que les industriels du secteur affirment pouvoir accroître leur production de ce type de masques. C'est étrange de ne pas avoir commencé par s'approvisionner bien plus massivement en masques et en particulier en masques les plus efficaces car il est évident que les masques ont un rapport bénéfices/risques plus favorable que ne pourra jamais en avoir un quelconque vaccin! Si ces masques se changent après quelques heures, il en faudrait plusieurs centaines de millions mais, même dans ces quantités, on en arriverait à des budgets bien plus raisonnables puisque c'est 30 centimes par masque (si on prend le masque respiratoire, le plus efficace) et sans doute 20 euros par dose de vaccin si on compte bien (1 milliard d'euros pour la France et 50 millions de doses prévues...) Manifestement, les autorités ont décidé de se foutre une fois de plus de nous nous sachant maladivement dociles.




La bonne nouvelle au final, pour les citoyens français c'est le Dr Jean-Marie Cohen qui l'a dit à LCI: "il n'y aura pas assez de vaccins pour tout le monde jusqu'en avril 2010"!

Ouf, profitez-en pour vous réveiller A TEMPS et éviter que, parce qu'il y en aurait pour tout le monde, tout soit donc à écouler et la vaccination, devenue obligatoire!
Mais évidemment cela peut aussi être une de leurs ficelles, usées et bien usées pour que chacun se jette dessus de son plein gré et redemande de lui-même à s'empoisonner joyeusement! A ce qui a été dit, ils prévoient de s'en prendre aux jeunes et aux adultes en laissant peut-être, dans un premier temps, les sujets âgés un peu plus tranquilles. Ils faut dire que les pauvres sont déjà bien assez servis avec leur vaccin annuel!


co-nard_copie.jpg



 


Autre bonne nouvelle, les réactions vigoureuses de rejet de cette perspective de vaccination forcée qui ont fleuri sur le site du Figaro après la publication des propos scandaleux du Pr Van der Werf. Visiblement, les gens semblent retenir les leçons des scandales vaccinaux précédents: hépatite B, cancer du col de l'utérus etc!

Pour vous donner un aperçu des réponses publiées sur le site du Figaro, nous en avons choisi quelques unes:

" Ce qui devait arriver arriva. Croyez vous que nous allons nous laisser injecter un vaccin (virus) pour lequel nous n'avons aucun recul ? La réponse est non, bien souvent le remède est pire que le mal, et puis avec tous ces philantropes (Bill Gates, Rockefeller, etc..) qui oeuvrent pour la réduction de la population, je ne vais certainement pas jouer leur jeu.
N'acceptons pas de vaccin, l'origine de cette grippe n'est pas naturelle comme nous sommes nombreux à le penser."
Alt 3040

" On voit bien comment les laboratoires se frottent les mi mines. Ils sont forts ces scientifiques, à peine découvert, ils sont prêt à vacciner toute la population mondiale !!! sans connaitre les effets indésirables sur le long terme ! Faut arrêter de faire du business sur le dos de la santé, ça reste une grippe, il serait plus judicieux de donner aux populations fragilisés et pauvre, des moyens pour se nourrir correctement, au lieu de chercher à combattre des maux que nous créons nous même! " marc_berger

" J'en veux pas de votre vaccin.

c'est quoi ces docteurs de pacotille ?
on se rappel des effets du vaccin contre l'hépatite B des cas de sclérose en plaque en pagaille.
je préfère mieux avoir la grippe A avec les risques que ça comporte plutôt que de me faire injecter une de ces saloperie qui vont foutre ma vie en l'air." 
deagle11


"Je veux un vaccin contre la connerie humaine. C'est pour quand? " diogène

" Ce n'est bon que pour Pasteur. Il y a toujours la gueguerre entre pro et anti-vaccin. Il est évident que ce prof ne peut dire autre chose. Avant de prévenir un éventuelle maladie il serait préférable de nourrir correctement nos concitoyens, les plus pauvres ne réclament jamais et ne ramènent pas de virus non plus." toine56

" Compte dessus et bois de l'eau!

Hors de question de me faire vacciner, hors de question de me faire injecter une saloperie!
Un pour mille, le risque, et bien je le prends, quitte à me mettre en quarantaine, de mon propre gré, si je tombe malade! Il y a deux ans, en hiver, je tombe malade; symptome grippale, je prends du paracétamol et ne bouge plus du lit; au bout de trois jours, toujours aussi faible, je me décide quand même à consulter.
Diagnostic, la grippe, prescription, paracétamol et au lit..."
lala12


" Bah voyons,
encore un moyen d'engraisser les labos.
Quand on sera mort, les asticots ,ne voudont plus de nous tellement notre corps sera remplie de chimie.
Les labos créent une grosse intox et les lobbies pharmaceutique fonctionnent à plein dans notre joli pays.
Les Français sont les grands consommateurs de médics en tout genre, un petit vaccin en rab c'est pas bien grave. De toute façon ,
ça m'intéresse plus de vivre qu'avec des commerciaux.
C'est trop con un commercial
." gg003001001

" Tout le monde sauf moi! " Lepen_2012

"Ce prof dit que la grippe saisonnière ( avec vaccin existant !!!!) tue autant que le H1N1 sans vaccin actuellement.............
Chercher l'erreur !!!!!!!!
Haaaaaaaa, Economie quand tu nous tiens!!!!!
En tous cas , pas pour moi ce truc, mon être est toujours meurtri par le genevac b fait en 1991 ( vaccin obligatoire)
." H5N1

" Lisons bien, c'est plus effarant que le virus.

On dit vouloir nous vacciner à outrance mais si on lit bien ce qui est écrit:

"si tout va bien, si les rendements sont bons...il faudra faire des essais cliniques pour vérifier l'absence des effets secondaires..."

et si les effets secondaires se produisent dans plusieurs années? en tout cas je ne veux pas être cobaye.
C'est effarant de lire cela. On nous prend pour des animaux d'élevage. On va vacciner à outrance il y aura des essais préventifs, et puis peu importe les dégats secondaires.
On a l'impression d'assister à un film de science fiction.
Mais la machine infernale est en marche..." 
huron47005


" Ils vont mettre quoi dans leur "vaccin" ? Du mercure ? Quelle autre saloperie veulent-ils nous injecter pour nous affaiblir ? Et puis quoi ensuite ? Un autre "virus" mijoté dans leurs labos sera lâché cet automne pour nous faire un deuxième effet kiss kool ? " EcranBleu001


" Suffit. Moi non plus, no vaccin!!!!euh, ça va, on a compris c'est la crise, les labos cherchent du fric, ils ont trouvé une bonne petite grippe pour rentabiliser, et se foutent bien de notre g***." MER LICHT

" désolée mais ce sera niet, non, no...

"Hors de question que je me fasse vacciner pour une maladie non grave et moins épidémique qu'une grippe saisonnière! je pense être encore suffisamment libre pour savoir ce que je veux pour moi et ma santé!
le virus se déplacera comme tous les virus grippaux se déplacent!
Ni plus ni moins! quand va ton arrêter de nous casser les pieds avec une maladie qui a fait 113 morts en 6 mois!"
tara001001

" C'est plutôt cette Professeure qui devrait être vaccinée... Pas nous. Elle semble en avoir bien besoin." Fellini

"Il est hors de question que je me fasse vacciné.
Je pense que c'est une façon d'aggraver le soit-disant déficit de la SECURITE SOCIALE;
Au temps qu'il me souvienne déjà en 1967/1968 une vaccination avait été obligatoire, celle contre la polyomélite
." ELOISE 26

"L'homme est devenu une marchandise.

Et voila : Jackpot pour la "mafia" des laboratoires pharmaceutiques comment créer une psychose a partir de rien...pourquoi ces laboratoires ne trouvent pas de remède contre le paludisme par exemple?...ca fait pas vendre pas de chiffres...que vous la vie d'un habitant du tiers monde...vaccinant les habitants des pays riches, mais avant il faut leur faire bien peur. Il y a eu une centaine de cas mortels dans le monde certes mais ces personnes étaient ou fragiles physiquement ou en contact direct avec cochons(encore que...). Comme les laboratoires ont déjà essayé de le faire avec la maladie de la vache folle, la grippe aviaire...à la limite ca me rappelle la psychose qu'il y a eu avec le fameux bug de l'an 2000 c'est à vomir..." laverite13

 
 "...cela ne m'inspire pas du tout confiance. La maladie n'a pas l'air si grave que ça (pas plus que la grippe ordinaire) et avec les incompétents qui envahissent tout on peut se demander si ce vaccin ne sera pas plus dangereux que la maladie. De plus, ce caractère obligatoire me choque. C'est comme ça que les dinosaures ont disparu ? " Adler

" Totalitarisme planétaire. "Il va falloir vacciner tout le monde". Ca fait peur. A t on le droit de dire "non" ? L'OMS crée volontairement une psychose mondiale - quel est le vrai but caché derriere ça ? Un peu plus d 'embrigadement et de totalitatrisme de la pensée grace a la mise en place d'un système de terreur psycholgique. Un grand classique utilisé par des experts dans les annees 30-40 en Allemagne et pendant 70 ans en Russie et ses satellites. Très inquiétant..." On rase gratis

" Non, je ne me ferai pas vacciner. Ou alors pas au début, laissons au troupeau bêlant le soin d'essuyer les plâtres. Ce n'est pas que je ne crois pas aux vaccins, loin de là. Mais dans la précipitation les essais cliniques ne seront pas faits sérieusement. Il faudra impérativement vacciner, que l'on soit sûr ou pas des résultats. Et même si des effets secondaires apparaissent évidents. Quand il faut, il faut et tant pis pour les conséquences. Or, on a déjà donné (le sang contaminé, la polyo, l'amiante, Tchernobyl...). Comment peut-on encore avoir confiance ?" Adler

"pourquoi me faire vacciner? Je ne suis pas un veau donc je n'ai pas à me soumettre." theworld 

" La trouille fait vendre.Pasteur se fait des masses rondelettes de chiffre d'affaire autour des vaccins. Pasteur a des intérêts commerciaux certains et substantiels à ce qu'une vaccination massive soit réalisée.
...cette politique de vaccination massive et indifférenciée, sur la foi d'hypothèses résultant de projections statistiques, est une ânerie totale et a-scientifique
." Tom-Tom18

" C'est la plus mal placée pour dire ça, elle en vend. On n'en veut pas de votre saloperie!"  Jerome Froger

" On en oublie les causes?

et pourtant les causes sont connues....la massification des élevages, les vaccins et tout genres dés la naissance..les exces d'antibiotiques, et une alimentation saine mais douteuse..dans les élevages industriels de porc, poulets....alors les virus se "rebellent" se mélangent et MUTENT voilá....Alors le Vaccin je dis NON et NON...la coupe est pleine, de tous ces spécialistes et experts, bien dorlotés par les Lobbys....je préfère être malade une semaine que de devoir toute la vie me vacciner alors que les causes ne sont pas combatues...( c'est le même lobby...)" François-Xavie

" Transparence sur la source.

Il serait de bonne foi journalistique de donner le contexte de la source pour ce type d'article faisant la promotion d'un produit, qui plus est de santé. Sans remettre en cause l'Expert, il semble que le conflit d'intérêt flagrant (l'employeur de l'Expert qui recommande le produit est aussi le fabricant du produit) devrait être mis en avant." Logique00100005

"Y a du Bilderberg derrière tout ça. Quand on sait "qu'ils" ont décrété que la population mondiale était trop nombreuse, c'est plus que louche qu'ils veuillent vacciner la terre entière de force...
Et ils vont décréter aussi l'état d'urgence pour obliger les gens à se vacciner ???"
bluesky1963

" Vacciné, moi? Plutôt me transformer en cochon rose! un vaccin nécessite des années d'expérimentation, surtout quand la maladie est toute nouvelle (si c'est vrai, ça aussi). Et comment se fait-il que Sanofi ait ouvert un immense labo au Mexique le jour de l'apparition de cette maladie bizarre. L'OMC ne fait que relayer les ordres du club de Bilderberg, renseignez-vous ! C'est plus imortant que les élections européennes !"

 

"On est pas du bétail. Non à la vaccination obligatoire, on n'est pas un troupeau. De toute façon la planète est en surpopulation, laissons faire la nature." sakado

" Ce professeur qui se prend tellement au sérieux en alarmant le vulgus pecus serait tellement plus crédible s'il mentionnait tout simplement que les crédits de son laboratoire augmentent lorsque les bénéfices de l'Institut Pasteur augmentent, et que ces derniers se portent d'autant mieux que le nombre de vaccins vendus est grand. A toute chose malheur est bon. N'est-ce pas Mme Van der Werf ?" Eric Z.

"Une maladie contre laquelle tout le monde se fait vacciner et où on découvre que le vaccin est pire que le mal. Avec un mort pour 1 000 malades, je préfère encore courir le risque !" Surledépart

" Les vaccins, c'est risqué avec de nombreux composants (alu, mercure) ils sont déjà responsables de maladies affreuses: Alzheimer, sclérose en plaques, autisme et j'en passe ... sans oublier la prolifération de polyo à cause de la vaccination en son temps, rappelez-vous les hormones de croissances, le sang contaminé ...
Soutenez-donc ces scientifiques (du commerce surtout) qui ne veulent pas forcément votre bien mais celui de leurs portefeuilles.
Et si le bétail hurlant veut toujours être un cobaye, ce sera son choix ... pas très éclairé
." Cardon


"Vaccination générale: monstrueux projet.

Ce n'est pas parce qu'il y a une puce qu'il faut brûler le tapis (proverbe turc, sauf erreur). Quelques apprentis sorciers rêvent du triomphe de la médecine (Knock) en asservissant la population mondiale. Arrêtons-les au plus tôt! Et les médias pourraient un peu réfléchir à ce qu'ils véhiculent!" hugh3001


"Pas question!

Nous ne voulons pas être des cobayes et servir les intérêts financiers des labos et chercheurs qui en dépendent et qui n'ont aucune moralité!" Gabriel007

"En tant que chercheur non pastorien, je suis scandalisé de voir que l'on présente quelqu'un comme personne autorisée à émettre un avis sanitaire alors qu'elle est payée (son salaire mensuel) par l'organisme qui vend le produit qu'elle recommande. Cela s'appelle un "conflit d'intérêt" et relève de la loi.
C'est une infraction civile, pénale et déontologique. c'est intolérable. Les associassions de consomateurs, en tant que personnes morales, devraient porter plainte auprès du procureur de la république.
Les autorités sanitaires, l'afsaps, devraient faire de même." phr001

"...J'ai plus que de la méfiance vis à vis de cette nouvelle campagne que l'on nous annonce ! Personne ne peut nier qu'il y a d'énormes intérêts en jeu pour les laboratoires. En tous cas : obliger les gens à se faire vacciner relève du totalitarisme." alevou

"En AUCUN CAS. Le vaccin sera le meilleurs moyen de nous fragiliser un peu plus contre toutes sortes de grippes et autres infections. Non ! je ne me ferai pas vaccinner contre mon gré" murphybrac

"Dans tes rêves.

Si quelqu'un espère m'injecter un vaccin sans aucune information préalable, vaut mieux prévoir un fusil à fléchettes!" tibere34001

"Information très incomplète.

Que LE FIGARO donne également les chiffres du bénéfice que va réaliser l'Institut PASTEUR avec cette vaccination ; ça c'est DE LA VRAIE INFORMATION de journalistes honnêtes." abelone

"Hors de question

qu'on me pique sans mon consentement! je deviens peut etre parano mais et si c'était un truc qui nous fasse mourir encore plus vite!!!!!!
je préfère encore rester cloitrer chez moi que de me faire piquer.
" soleya16

 

"Vaccination obligatoire: machiavélisme" mabutti


"VACCINATION=DANGER
Je me réjouis des nombresuses réactions de bon sens que je lis dans les commentaires précédents.

Oui la vaccination est dangereuse !

C'est la raison pour laquelle les enfants et les jeunes adultes aujourd'hui sont en moins bonne santé que les générations anciennes.

La vaccination à tout va (basée sur la peur) explique également l'augmentation effroyable de toutes ces nouvelles maladies qui nous accablent mais qui font marcher la médecine officielle et notre puissante industrie pharmaceutique, qui elle, ne connaît pas la crise !
" de paris

"vaccination abusive. La vaccination n est pas non plus sans danger,j ai eu la grippe après avoir été vacciné.
Le soir même de l injection symptome de la grippe ,mon médecin m'a dit cela arrive de temps en temps !!!!!!! Le virus est simplement atténué !!!!!"
jacques 470

" Que du business!" dude126527

"Totalitarisme pharmaceutique. NON à la vaccination!" Pittaco

"pas de vaccination obligatoire.

Et puis quoi encore? aujourd'hui on vous habitue à une (ou 2 ) vaccinations, demain, toujours sous le prétexte de notre santé et pour faire notre bonheur, ça sera la puce électronique sous la peau obligatoire. Mon chien en a une, je ne suis pas un caniche." vovik1

"vaccination abusive et dangereuse.

Je n'ai jamais eu la grippe sauf une fois ou ils avaient décidé à mon travail de nous faire le vaccin, résultat 3 jours d'hosto avec plus de 40 de fièvre, j'ai juré qu'on ne m'y reprendrai plus, pour info :art 3 de la déclaration universelle des droits de l'homme, art 36 du code de déontologie médicale, arrêts de la cour du 25-02 et 14-10 1997, loi du 4 mars 2002 (2002-303 art11)etc, ne soyez pas des moutons partant à l'abattoir !!"
thémis00319

encore une histoire de gros sous, 1 milliards pour les multinationnales , la crise n'est pas pour tout le monde ils inventent une pandemie et le tour est joués
qu'ils aillent se faire foutre avec leurs vaccins
" le lorrain18


" Celà ressemble bien à de la manipulation de masses.
La psychose qui est entretenue régulièrement depuis plusieurs mois, dans ce cas précisément, est des plus suspecte.... qu'on fasse des rapprochements avec des situations analogues des années précédentes.
Quant à parler de vaccination obligatoire, on n'est pas loin d'un état fascisant...
La peur dans les populations occidentales est entretenue délibérement, par un climat de tension permanente: terrorisme, grippe... tout celà n'est pas un hasard...
Le futur nous apportera des réponses à nos questionnements
." danie

"Soulagée de voir que tout le monde ne mort pas à l'hameçon!" Clado

"résistance contre la dictature médicale.

sang contaminé, hormone de croissance ect..., morts et graves maladies suite vaccins contre hépatite...je n'ai pas confiance dans les marchands de mort...RESISTONS ....la vie est un processus naturel, pas besoin de vaccins dont je ne sais quel effet trés grave il pourrait avoir sur ma santé à court ou moyen terme..pas confiance dans ces marchands qui s'enrichissent en prétandant vouloir m'aider !!!" jayah

"Vont-ils encore vacciner les pépés de 80 ans et + comme pour le vaccin hépatite B, en leur disant qu'ils peuvent être contaminés en embrassant les mémés sur la bouche, ou en se trompant de verres d'eau ??????

Non je ne crois pas , ils vont chercher autre chose, ils sont malins et assoiffés de fric, et toujours les pseudo-chercheurs sont les vendeurs!!!!!!!

Voilà pour moi, mon dernier vaccin est le vaccin hb fait en 1991 ,qui me laisse malade, fatigué, sans force,avec des troubles divers.........je ne suis pas anti-vaccin mais la non-reconnaissance d'effets indésirables me révolte et m'amène à les refuser maintenant."
H5N1

"Les vaccins ne sont pas prêts, ne sont pas fiables. Arrêtons donc les conneries, et protégeons nous avec des moyens simples, efficaces, naturels, comme le miel et la cannelle associés. Mais évidemment, l'industrie pharmaceutique ne gagnerait pas d'argent sur la société! Grave ça! Tant pis si tout le monde crève, pourvu que les laboratoires engrangent!!!" Occitan Libre


" Lors d'un séjour en clinique il y a 2 ans 1/2 pour une sciatique, ma mère s'est vue proposé le vaccin contre la grippe :
- c'est gratuit pour les + de 60 ans Madame !
- elle : pourquoi pas ...
Résultat : 3 mois plus tard, une gastro carabinée et une paralysie progressive des membres. Diagnostique : un Guillain Barré.
Depuis, elle doit toutes les 5 semaines faire une perfusion de Tégéline sinon rechute de paralysie des membres ...

Alors les vaccins, non merci !" grippeporcine


"L’évidence suggère que les personnes qui sont vaccinées contre la grippe ont approximativement 10 fois plus de chance de contracter le syndrome de Guillain-Barré que ceux qui n’ont pas été vaccinés. »

                                                    Center for Disease Control 1977



" L'efficacité de la vaccination n'a jamais été prouvée, d'ailleurs les gens qui travaillent a l'Institut Pasteur ne vaccinent ni leurs enfants ni eux même, ils connaissent l'inefficacite et les redoutables effets secondaires de ceux ci." Eli12

"Va-t-on nous vacciner de force, attachés entre 2 gendarmes?

Non, mais ce n'est pas possible, les pontes de l'Institut pasteur vont pasfaire avaler ça aux chefs d'etat et aux français que pour faire gagner plus de fric aux actionnaires des labos, il faudrait vacciner tout le Monde. C'est à croire que c'est comme pour les virus informatiques sur les ordinateurs ; ce sont les mêmes qui créent les virus et les vaccins ! On avait eu le fachisme et le communisme qui voulaient faire le bohneur des peuples malgré eux, en l'imposant, maintenant l'Institut Pasteur va s'occuper de notre santé, sans qu'on ait le droit de rien dire ..." orsi


"cette personne ( encore une tête de supérieur inconnu ), ne m'inspire vraiment aucune confiance...
En plus elle représente le labo qui fait ce vaccin ! On se moque de qui là ?

Qu'elle montre donc l'exemple en se faisant vacciner en premier !lol

Pour moi c'est NIET madame !
Prenez le en tisane !

Pas de fascistes ici!"
gillian2009

" croire que les vaccins vont nous débarrasser à long terme des virus est complètement illusoire : tout comme nous ils font partie du vivant et ont un rôle à jouer dans l'évolution. En plus ils ont l'air pas mal rusés.
C'est à nous d'avoir des conditions de vie normales et ils nous fouterons la paix
. " Cupune

"il faudra???? vacciner tout le monde

Non mais je rêve c'est pire que dans une dictature. Non je me ferai pas vacciner et aux bien-pensants qui m'objecteraient que ce faisant je mettrais la vie des autres en danger je leur répondrais simplement que si les autres se sont fait vaccinés ils n'ont rien à craindre de moi , sinon à quoi servirait leur vaccin si ce n'est à engraisser les labos pharmaceutiques!" stella003001


"Où sont les déclarations obligatoires pour le Le Pr Van der Werf au sujet de ses liens avec l'industrie pharmaceutique ? Le Figaro est un journal de charlots s'il ne publie pas cette déclaration." Kokojah

"J'appliquerai le principe de précaution... et je ne me ferai donc pas vacciner." zeeman

"Niet, hors de question." Egalité19

"Cette dame ainsi que le nº 2 de L'OMS , sont si sûrs d'eux et imbus de leur personne, qu'il en arrivent à affirmer...coûte que coûte , des supositions.....
Le nouveau siècle promet, entre les politicards, les experts economiques..maintenant de fausses pandémies.J'en reviens pas encore que des médecins jouent encore à crier ; au LOUP....

Vaccinez vous contre la connerie et les énormes désinformations qui nous guettent...

N'y a t'il pas une manière de porter plainte pour minimum tentative de propagations de fausses nouvelles , en vue de provoquer panique ...et vendre un produit pour 6.6 milliards de francs à l'état... pas forcément efficace, et ce sans passer les test d'inocuité si longs et couteux
..." François-Xavie

 

 


De tout cela, il se dégage un message clair à l'attention des décideurs politiques et de la toute puissante industrie pharmaceutique: NIET à vos vaccins et cela, ad vitam!
Que ceux qui croient encore aux vaccins puissent se jeter dans la gueule du loup s'ils le réclament mais que leur "choix" ne condamne pas tous ceux qui ont dûment réfléchi à la question et refusent en leur âme et conscience! Dire non au totalitarisme rampant est donc de la première importance.
REAGISSONS, par tous les moyens!
Notre avenir et celui de nos enfants en dépend!



N'OUBLIEZ PAS DE VENIR VOTER ICI DANS NOTRE SONDAGE: POUR OU CONTRE LA VACCINATION OBLIGATOIRE CONTRE LA GRIPPE PORCINE?

 



 


 
 

 

 

 


Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
4 juin 2009 4 04 /06 /juin /2009 20:25

A part la traditionnelle propagande bien huilée concernant les "bienfaits" du Tamiflu et de futur vaccin contre la future pandémie de grippe porcine, il n'en demeure pas moins que d'autres experts ont des vérités dérangeantes à déballer. Alors, pour une fois, si nous écoutions ce qu'ils ont à nous dire? Si nous apprenions à nous forger une opinion personnelle sur base de TOUTE l'information et pas seulement des données remaniées et biaisées de l'industrie et des décideurs officiels?



Le Dr Marc Girard est statisticien, médecin et spécialiste en pharmacovigilance et en pharmacoépidémiologie. Il s'agit donc d'un véritable expert du médicament. C'est d'ailleurs pour ses compétences en la matière qu'il a aussi été choisi comme expert auprès de  la Cour d'Appel de Versailles dans le cadre du scandale du vaccin contre l'hépatite B.  Il fut alors honteusement récusé sur demande des laboratoires dès lors qu'il eut osé leur demander les rapports de tolérance périodiques du vaccin hépatite B...

Il s'est exprimé sur la situation de la grippe porcine dans l'émission "C'est dans l'air" du lundi 4 mai 2009, intitulée "Le virus qui affolait la planète" Voici le contenu de ses déclarations qui en intéressera plus d'un!





Dr Marc Girard:


« Le problème qui est posé là est celui de l’allocation de ressources. …

 Je voudrais parler comme spécialiste du médicament. On vit une situation de fiction ahurissante.

Le tamiflu par exemple, tout le monde sait que ça a été un bide terrible


Ca a été un médicament qui a été développé dans l’indication de la grippe.

Tout le monde sait qu’il n’est pas très efficace
, qu’il peut être extrêmement toxique et  aujourd’hui alors compte tenu de toutes les études qu’on a faites dans les indications normales, on a des certitudes vraiment extrêmement faibles de bon rapport bénéfices/risques et c’est pareil pour le vaccin contre la grippe.

 On nous dit, sur ce virus que personne ne connaît, ce virus qui est tellement effrayant parce qu’on ne le connaît pas, on dit « le tamiflu, ca marche ! » mais c’est ahurissant ! »



Et quand Yves Calvi lui demande s'il refuserait de prendre le Tamiflu qu'un médecin lui aurait prescrit, il répond:

Dr Marc Girard:

« Mais évidemment et puis je ne vais pas l’acheter car j’ai quand même pitié des finances de la sécu. » C’est une honte et je pèse mes mots. C’est une honte ! On vit quand même dans une situation de dilapidation des fonds publics qui est grave."

 

 « Il y a quand même des méthodes éprouvées pour mettre en évidence l’efficacité d’un certain nombre de médicaments. Il y a un consensus dans la presse internationale sur la pauvre efficacité du Tamiflu. Nous avons des bases de données qu’on appelle Cochrane qui sont le nec plus ultra de l’évaluation de l’efficacité. Récemment un certain nombre de revues ont été publiées sur ce fameux vaccin contre la grippe… Il y a véritablement extrêmement peu de preuves d’une efficacité du vaccin contre la grippe et pour ne point parler des questions de toxicité, je suis désolé ! Les vaccins, ce n’est pas du sucre en poudre, ce sont des médicaments comme les autres. Quand vous vous faites vacciner contre la grippe, on vous administre un médicament à part entière dont je vous dis jusqu’à preuve du contraire que l’efficacité est loin d’être démontrée et dont la toxicité reste quand même  une problématique qu’on devrait considérer à part entière et on ne le fait pas ! »

 


Note: Le Dr Girard a mis en ligne sur son site un document qui s'intitule "L'art de créer des alertes en santé publique" qui mérite d'être lu. Vous pouvez y accéder directement en cliquant ici.






« Le risque de souffrir de complications sérieuses provenant des vaccins contre la grippe est beaucoup plus grand que la grippe elle-même. »

                                                                  
                                                               Dr. William FROSEHAVER

 

« L’évidence suggère que les personnes qui sont vaccinées contre la grippe ont approximativement 10 fois plus de chance de contracter le syndrome de Guillain-Barré que ceux qui n’ont pas été vaccinés. »

                             
                                                               Center for Disease Control 1977



 

« Il n’y a pas de raison de croire que le vaccin de l’influenza (grippe) soit capable de prévenir ou de diminuer la maladie. Ceux qui fabriquent ce vaccin savent qu’il ne sert à rien mais ils continuent à le vendre tout de même. »

Dr. Anthony MORRIS                                                                  (Anciennement chef du Contrôle des vaccins, gouvernement des Etats-Unis)





Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 20:32




CONFERENCE DU  DR BERNARD RIMLAND

 

AUTISME ET VACCINATIONS : "LEVEZ LA MAIN ! "   

                             

 http://www.youtube.com:80/watch?gl=CA&hl=en&v=OsnL9yHApIA

 

 

Dr B.Rimland : J’espère que l’on pourra diriger la caméra vers le public !

 

Dr Rimland : Si jamais vous êtes parent d’un enfant autiste, je vous prie de bien vouloir vous lever.

 

Dr Rimland : Si votre enfant est l’un de ceux qui sont devenus autistes après avoir reçu une vaccination ou si vous pensez ou êtes convaincu que c’est un vaccin qui a provoqué l’autisme chez votre enfant, veuillez s’il vous plaît lever la main.

 

Dr Rimland : Si vous pouvez montrer au moyen de documents, photos, vidéos ou quelque document que ce soit que votre enfant était parfaitement normal et est devenu autiste après les vaccinations, veuillez s’il vous plaît agiter le bras…

 

Dr Rimland : Pouvez-vous voir cela ? J'espère que cela pourra être vu sur CBS....


Merci beaucoup !

 

 
CBS n’a jamais diffusé cette vidéo!



Note d'Expovaccins:

Nous insistons sur les faits suivants:

1°) Il existe deux types d'autisme: l'autisme inné (dit "de naissance") qui survient très tôt dans la vie de l'enfant et l'autisme appelé "autisme régressif", ce dernier ne se manifestant qu'après un certain stade du développement de l'enfant qui avait toujours été parfaitement normal et harmonieux jusqu'alors.

2°) Ce n'est pas parce que les vaccins ne sont pas la cause de 100% des cas d'autisme, tous types confondus que l'on peut rationnellement nier ce lien. Une augmentation de 700% des cas d'autisme ne saurait en effet être d'origine génétique. Et en ce qui concerne la façon différente de procéder aux diagnostics, elle n'explique pas non plus la cause de cette augmentation gigantesque. Où sont donc les autistes de plus de 20 ans? Nous sommes en droit de nous interroger...

3°) Différentes études scientifiques ont démontré par a+b que le mercure des vaccins était en mesure d'engendrer des lésions neurologiques sévères dont une des conséquences, mais pas la seule, peut s'avérer être l'autisme.

4°) Puisque l'on sait le mercure des vaccins toxique, comment a-t-il pu se retrouver (et se retrouve encore, quoi qu'on en dise) dans nombre de vaccins alors que ceux-ci s'adressent justement à des gens sains, en majorité?

"
Certains documents révèlent que le laboratoire Eli Lilly, premier utilisateur du thimérosal, était depuis le début au courant de la nocivité de ce produit, pouvant entraîner des dégâts importants et même causer la mort chez les animaux et les êtres humains. C'est ainsi que, dès 1930, cette société a testé le produit chez 22 personnes souffrant de méningite terminale, elles sont toutes rapidement décédées ! Le laboratoire Eli Lilly n'a jamais fait mention de la catastrophe et, bien au contraire, a déclaré le thimérosal parfaitement sûr ! A cette époque, en 1935, les chercheurs du laboratoire Pittman Moore, lui aussi fabricant de vaccins, préviennent de leurs essais cliniques défavorables au thimérosal.

Le laboratoire Eli Lilly déclare ne pas être au courant ! 50 % des animaux vaccinés par Pittman Moore tombant malades, les chercheurs de la société déclarent le conservateur inadapté à l'usage chez le chien !

Cela n'empêcha pas l'armée américaine de vacciner certains soldats pendant la Seconde guerre mondiale à l'aide des vaccins
Lilly !

Beaucoup plus tard, en 1967, une étude parue dans "Applied Migrobiology" établit la responsabilité du thimérosal dans la mort des souris vaccinées à l'aide de vaccine enrichie de ce conservateur !
Il aura fallu attendre 1971 pour que le thimérosal soit enfin considéré, par le laboratoire Lilly, comme toxique cellulaire, à la concentration d'une part par million (1 ppm), soit 100 fois moins que dans les vaccins courants !"

source: Geocities



5°)  Le rôle toxique des vaccins dans la genèse de l'autisme est complexe et ne saurait se limiter au seul mercure. S'il a en effet été prouvé que cette substance éminemment toxique peut générer de tels troubles, d'autres aussi peuvent faire de même car, précisément, les vaccins contiennent d'autres substances neurotoxiques comme par exemple l'aluminium, utilisé dans une majorité de vaccins. Des vaccins comme le DTC et le vaccin hépatite B peuvent donc eux aussi engendrer l'autisme et pas seulement le ROR comme on croit souvent. Dans ce dernier cas, outre le mercure, c'est le virus vaccinal lui-même qui peut être à même d'engendrer l'autisme. En effet, comme l'ont démontré les travaux du Dr Wakefield, c'est en érodant la muqueuse intestinale de l'enfant que le virus vaccinal agit de façon néfaste. Celui-ci, de par sa persistance anormale in situ, va irriter la muqueuse, la rendant anormalement perméable à des molécules courantes incomplètement digérées (surtout le lactose et le gluten), lesquelles vons pénétrer le courant sanguin et rejoindre le cerveau via la barrière hémato-encéphalique où elles pourront léser des circuits neuronaux c'est à dire des réseaux de cellules nerveuses d'où des phénomènes comme l'autisme régressif justement.


“C’est une véritable épidémie … Il est grotesque de prétendre qu’il n’existe aucun lien entre l’autisme et la vaccination sauf des coïncidences. La vérité est que des enfants sont blessés par les vaccinations."



Dr. Bernard RIMLAND

Directeur et fondateur du Autism Research Institute Of San Diego







Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 20:02

 


LES VACCINS ?  CA NE MARCHE PAS DU TOUT !

 

  Dr Lorraine DAY – YouTube video :  « Vaccines don’t work at all » ,

 

  http://www.youtube.com/watch?v=9_CdX-ZtdIw

 

 

Le Dr Lorraine DAY est ex-chirurgien en chef au Grand Hôpital de San Francisco, professeur en faculté de Médecine.

                                                                                                                                                      

Voici son opinion sur les vaccins (traduction):

 

La grippe porcine a été un véritable canular. C’est dans les années ’70,’80 qu’un nouveau vaccin a été créé. Pas mal de gens sont décédés après avoir reçu ce vaccin. Ca a été un canular total. Cette maladie n’a jamais existé. Tout a été programmé par les compagnies pharmaceutiques. Il s’agissait, pour lancer un vaccin, de distiller la peur. Plus de 800 personnes ont développé un Guillain Barré qui est une forme de paralysie qui peut toucher les poumons, rendre la respiration impossible et entraîner la mort.


Aujourd’hui la grippe aviaire représente un nouveau canular. On parle de maladie, mais en fait cette grippe aviaire n’est qu’un «  canular ailé » ; il n’y a pas de symptômes spécifiques.


Que gagnent-ils en fabricant  de toutes pièces cette terreur ? Ils acquièrent le contrôle. On peut ainsi contrôler des villes entières, les voyages aériens… On fabrique des vaccins pour les imposer en terrorisant les gens.


Les vaccins contiennent des conservateurs comme le formaldéhyde. Les souches vaccinales proviennent de cellules humaines ou animales qui sont parfois contaminées. Les vaccins sont donc dangereux, mais ils représentent d’importants dividendes pour les compagnies pharmaceutiques.


Des maladies sont fabriquées de toutes pièces par la propagande, puis tout le monde est invité à se faire  vacciner alors que les gouvernements financent les opérations avec l’argent des contribuables. Ces tactiques permettent d’engranger des milliards.


Les vaccins  endommagent le système immunitaire, mais entraînent des profits considérables pour l’industrie pharmaceutique.
Les vaccinations obligatoires constituent une bien plus grande menace pour l'espèce humaine que la façon dont nous mangeons et dont nous vivons. On va tout détruire si on persiste dans cette voie !


Avant les vaccins, il n’y avait pratiquement pas d’autisme et de mort subite du nourrisson.
Les vaccins constituent la cause principale de la mort subite du nourrisson. Ceci a été démontré de manière indubitable.


Les vaccinations ne sont pas efficaces ; elles ne marchent pas du tout ; elles ne marchent pas!



Après les campagnes de  vaccination anti-polio, 82 à 100% des cas de polio furent provoqués par la vaccination.
Les virus vivants qui sont utilisés pour engendrer l’immunité peuvent en fait provoquer la maladie. Il convenait évidemment que le public ne puisse se rendre compte de cet état de chose. C’est ainsi que la maladie fut rebaptisée : méningite aseptique. Il s’agissait en fait de poliomyélites mais qui furent rebaptisées de différents noms. Les vaccinations provoquent bel et bien la maladie.

Les vaccins contiennent aussi souvent un conservateur qui provoque l’autisme et qui entraîne des problèmes d’apprentissage. Comme je l’ai dit, les vaccins sont cultivés sur des souches humaines ou animales cancérisées. Ces cellules cancérisées sont injectées dans le corps.


Même si tout un chacun ne meurt pas d’un traitement, cela ne veut absolument pas dire que le traitement est bon. Nous devons nous servir de notre bon sens. Les vaccins sont d’un rapport considérable pour les compagnies pharmaceutiques, bien qu’ils ne fonctionnent pas. Pour éviter les maladies, il est essentiel de se nourrir correctement et de respecter une bonne hygiène de vie. Seul le système immunitaire peut maintenir une personne en bonne santé. Le non respect des règles d’hygiène de vie de base auxquelles s’ajoutent les vaccinations font se réunir les conditions propices à une destruction progressive de la race humaine.

 

On peut arriver à obtenir de bons résultats en s’informant. Sur mon site www.drday.com il est possible de trouver les informations nécessaires pour se maintenir en bonne santé. Tout un chacun peut prendre sa santé en mains. Il n’est pas nécessaire d’avoir recours aux blouses blanches ; nos corps ont été programmés pour pouvoir s’auto-guérir. Au plus vous disposerez d’information, au mieux vous pourrez prendre soin de votre corps. Toutes les mères du monde veulent la santé pour leurs enfants ; elles peuvent y arriver. A défaut de s’en occuper, elles pourraient se retrouver responsables de maladies comme par exemple la leucémie. Quelle tragédie ! Je dis clairement qu’il faut réaliser que l’information donne le pouvoir. Une fois informés, vous n’aurez plus à vous en remettre au complexe médico-industriel et aux vaccinations qui de toute façon ne marchent pas.   

Dr L. DAY, M.D. 

 

 

                                                                                                                                                             


A propos des vaccins, Barbara Loe Fisher, mère d’un enfant handicapé par la vaccination et présidente du NVIC, déclare :

 

 « Ce dont il est question ici n’est rien moins que la mise en cause de l’intégrité biologique de la race humaine. »

 

Barbara Loe Fisher (The truth about vaccines : «  Shoot them up ! » DVD)

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
24 mai 2009 7 24 /05 /mai /2009 19:39

Bienvenue à l'exposition

des victimes du vaccin hépatite B

Face au silence : la création



 

Une exposition itinérante gratuite et ouverte à tous

sera présentée à Audierne

du 13 au 26 juin 2009

de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00

salle municipale de la Mairie

12 quai Jean Jaurès 29770 AUDIERNE

 

Contact : Sophie NEDELEC

 02 76 91 44 80 (27000 EVREUX)

Ou  Patricia GOUY, correspondante du Collectif Art et Vaccinations 02 76 91 44 80 27000 EVREUX)






Le Collectif Art et Vaccinations
 
s’est fixé comme but de vous permettre d'écouter et de voir directement, sans intermédiaire, ce que les victimes, de vaccins trop souvent laissées pour compte, ont à vous dire.



Cette huitième étape sera honorée par la présence de
Maître AUTRIVE avocat à la cour


« La parole aux victimes du vaccin hépatite B »


animée par Françoise JOËT Présidente d’honneur d’ALIS (Association Liberté Information Santé).



Il est en effet très instructif de voir à quel point le fossé est énorme entre ce que les victimes de l’accident vaccinal expriment et ce que le corps médical, les laboratoires et les autorités s'entêtent à affirmer. Le plus souvent bridés ou censurés, la plupart des grands médias n'ont pas le champ suffisamment libre pour informer comme il se doit le public. Ce tabou insoutenable explique donc le pourquoi de cette démarche inédite qui souhaite sensibiliser le public. C'est dans cette optique que se tient en différents lieux de France mais aussi à l’étranger cette exposition. Ces créations de nature diverse, chaque fois accompagnées des explications et du parcours des victimes, nous amènent inévitablement à nous interroger sur les
raisons de notre aveuglement et nous montre que c'est l'accident vécu qui peut déclencher une prise de conscience. Cette conférence sera clôturée par les témoignages de familles dont la vie a basculé suite au vaccin contre l’hépatite B obligatoire pour certaines professions ou vivement conseillée par une publicité mensongère qui sème la peur depuis 1994. Finalement des familles entières désinformées sont plongées malgré elles dans une véritable addiction à la vaccination par crainte de la maladie. Nous remercions Madame Jacqueline DONVAL maire d’Audierne et Madame Anne PICHAVANT pour l’aide matériel apportée.

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
23 mai 2009 6 23 /05 /mai /2009 14:36

Robert Kennedy Jr est avocat spécialisé en droit de l'environnement et neveu de l'ancien président américain John Fitzgerald Kennedy.

Robert F. Kennedy Jr. investigue au sujet du camouflage gouvernemental entourant le scandale mercure / autisme.


Lorsqu'une étude a révélé que le mercure contenu dans les vaccins pour enfants pourrait avoir causé l'autisme chez des milliers d'enfants, le gouvernement s'est empressé de camoufler les données - mais aussi d'empêcher les parents de poursuivre les compagnies pharmaceutiques pour leur rôle dans l'épidémie.




 

Immunité mortelle


 
Enquête sur la façon dont le gouvernement étouffe le scandale sur les liens entre l’autisme et l’intoxication au mercure
Par ROBERT F. KENNEDY JR.

 

 

 

Une réunion top-secrète



En juin 2000, un groupe, composé de scientifiques gouvernementaux de haut niveau et de hauts fonctionnaires de la santé publique s’est réuni dans un centre de conférences isolé, celui de Simpsonwood, en Géorgie. Organisée par les CDC et le Centre pour la Prévention de la Maladie , la réunion s’est déroulée dans ce centre de retraite méthodiste, niché dans une campagne boisée à côté du fleuve Chattahoochee, de façon à assurer un secret complet. L’agence n’a jamais annoncé publiquement la réunion -et a envoyé seulement des invitations personnelles aux cinquante-deux participants. Il y avait des fonctionnaires de rang élevé du CDC et de la FDA , le meilleur spécialiste en vaccins de l’OMS à Genève et des représentants de chaque principal fabricant de vaccins, y compris GlaxoSmithKline, Merck, Wyeth et Aventis Pasteur. Toutes les données scientifiques discutées, ont rappelé à plusieurs reprises les fonctionnaires du CDC aux participants, ont été strictement « soumises à embargo ». Il n’y aurait aucune possibilité de photocopie des documents, pas le droit d’emporter de papiers avec soi en partant. 



Des résultats effrayants


Les fonctionnaires fédéraux et les représentants de l’industrie s’étaient réunis pour discuter d’une nouvelle étude inquiétante qui posait des questions alarmantes au sujet de la sûreté d’une grande quantité de vaccins courants administrés aux nourrissons et aux jeunes enfants. Selon un épidémiologiste du CDC appelé Tom Verstraeten, qui avait analysé la gigantesque base de données de l’agence contenant les dossiers médicaux de 100.000 enfants, un conservateur à base de mercure dans les vaccins – le thiomersal – semblait être responsable d’une augmentation massive de l’autisme et d’une quantité d’autres troubles neurologiques chez enfants. “j’ai été littéralement assommé par ce que j’ai vu,” a dit Verstraeten aux personnes rassemblées a Simpsonwood, citant le nombre stupéfiant d’études précédentes qui indiquent un lien entre thiomersal et retard de langage, déficit d’attention, hyperactivité et autisme. Depuis 1991, quand le CDC et la FDA ont recommandé que trois vaccins supplémentaires contenant ce conservateur soient donnés aux enfants extrêmement jeunes — dans un cas, dans des heures suivant la naissance — le nombre estimé de cas d’autisme a augmenté de 15 fois, passant de un pour 2.500 enfants à un pour 166 enfants. Même pour des scientifiques et des médecins accoutumés à se confronter aux questions touchant la vie et la mort, les résultats étaient effrayants. “Vous pouvez jouer avec ce tout que vous voulez,” a dit au groupe le Dr. Bill Weil, un conseiller pour l’Académie Américaine de Pédiatrie. Les résultats “sont statistiquement significatifs.” Dr. Richard Johnston, un immunologiste et pédiatre de l’Université du Colorado dont le petit-fils était né tôt le matin du premier jour de la réunion, était bien plus inquiet. “Mon sentiment profond ?” a-t-il dit “pardonnez ce commentaire personnel — je ne veux pas que mon petit-fils reçoive une injection d’un vaccin contenant du thiomersal - jusqu’à ce que nous sachions mieux ce qu’il en est.” 


       « Les résultats de la recherche doivent être manipulés »


Mais au lieu de prendre des mesures immédiates pour alerter le public et pour retirer le thiomersal des vaccins, les fonctionnaires et les cadres réunis à Simpsonwood ont passé la plupart des deux jours suivants à discuter comment dissimuler ces données qui pourraient leur porter préjudice. Selon des transcriptions obtenues grâce a la Loi sur la liberté de l’information « Freedom of Information Act » , nombreux sont ceux lors de la réunion qui ont été préoccupés par la façon dont les révélations préjudiciables au sujet du thiomersal affecteraient les résultats globaux de l’industrie des vaccins Nous sommes en mauvaise position du point de vue de la défense dans n’importe quel procès,” a dit le Dr. Robert Brent, un pédiatre à l’Hôpital Alfred I. duPont pour enfants du Delaware. “Ce sera une ressource pour les avocats des plaignants, très occupés dans ce pays.” Le Dr. Bob Chen, chef de la sécurité des vaccins pour le CDC, a exprimé son soulagement étant donné la sensibilité de l’information, nous avons pu la garder hors des mains, disons, moins responsables.” Dr. John Clements, conseiller en vaccins à l’Organisation Mondiale de la Santé, a déclaré catégoriquement que l’étude “n’aurait pas du être faite du tout” et a averti que les résultats “seront repris par d’autres et employés de façon indépendante de la volonté de ce groupe. Les résultats de la recherche doivent être manipulés.” 

En fait, le gouvernement s’est avéré bien plus à même de manipuler les dégâts que de protéger la santé des enfants. Le CDC a payé l’Institut de la Médecine pour entreprendre une nouvelle étude afin de blanchir le thiomersal de ses risques, passant commande auprès des chercheurs pour qu’ils “éliminent” le lien entre le produit chimique et l’autisme. Il n’a pas diffusé les résultats de Verstraeten, bien qu’ils aient été prévus pour publication immédiate, et il a indiqué à d’autres scientifiques que ses données originales “avaient été perdues” et ne pourraient pas être reproduites. Et pour contrecarrer la Loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act), il a remis sa gigantesque base de données et de dossiers médicaux sur les vaccins à une entreprise privée, la déclarant interdite aux chercheurs. Avant que Verstraeten édite finalement son étude en 2003, il était allé travailler pour GlaxoSmithKline et avait retouché ses données pour enterrer le lien entre thiomersal et autisme. Les fabricants de vaccins avaient déjà commencé à supprimer progressivement le thiomersal des vaccins donnés aux enfants américains jusqu’à l’année dernière. Le CDC et la FDA les ont aidés, achetant les vaccins contaminés pour l’exportation vers les pays en voie de développement et permettant à des compagnies pharmaceutiques de continuer à employer le conservateur dans quelques vaccins américains – y compris plusieurs vaccins pédiatriques contre la grippe et des rappels de tétanos donnés d’habitude aux enfants de onze ans. 


Quand les lois contre le bioterrorisme protègent l’industrie pharmaceutique des poursuites


Les entreprises pharmaceutiques obtiennent également l’aide des législateurs puissants à Washington. Le leader de la majorité sénatoriale Bill Frist, qui a reçu $873.000 de contributions de l’industrie pharmaceutique, avait travaillé pour protéger les fabricants de vaccins de toute responsabilité dans 4.200 procès qui ont été intentés par les parents des enfants touchés. À cinq occasions différentes, Frist a essayé de bloquer tous les documents du gouvernement liés aux vaccins—y compris les transcriptions de Simpsonwood — et de protéger Eli Lilly, le développeur du thiomersal, de toute citation à comparaître comme témoin En 2002, le jour après que Frist ait discrètement fait passer un amendement connu sous le nom de “acte de protection d’Eli Lilly” dans un projet de loi sur la sécurité intérieure , la compagnie a contribué pour $10.000 à sa campagne et a acheté 5.000 exemplaires de son livre sur le bioterrorisme. La mesure a été abrogée par le Congrès en 2003 — mais au début de cette année, Frist a glissé une autre disposition dans un projet de loi anti-terrorisme qui refuserait la compensation aux enfants souffrant de lésions cérébrales liées aux vaccins. “Les procès sont d’une telle taille qu’ils pourraient mettre les producteurs de vaccins hors-jeu et limiter notre capacité à faire face à une attaque biologique par des terroristes,” * dit Andy Olsen, un conseiller juridique de Frist. 

*
 Expovaccins vous conseille à ce sujet de visionner le film de science fiction (qui semble de plus en plus quitter sa catégorie pour celle du monde réel) intitulé "V pour Vendetta" qui raconte notamment comment les autorités dictatoriales s'allient aux firmes pharmaceutiques pour écouler un vaccin au prétexte d'une attaque de bioterrorisme qui a été créée de toute pièce par les autorités, cette façon de faire étant évidemment bien commode pour faire taire les opposants au régime et semer panique et confusion! En somme, les vrais terroristes peuvent se révéler être les autorités que l'on croyait dur comme fer agir "pour le bien de tous"....



                             Incapacité de la FDA à réagir

Même chez les conservateurs beaucoup sont choqués par les efforts du gouvernement pour dissimuler les dangers du thiomersal. Le Représentant Dan Burton, un républicain de l’Indiana, a contrôlé une recherche de trois ans sur le thiomersal après que son petit-fils ait été diagnostiqué comme autiste. “Le thiomersal utilisé comme conservateur dans les vaccins est directement lié à l’épidémie d’autisme,” a conclu son « House Government Reform Commitee » dans son rapport final. “Cette épidémie aurait plus que probablement pu être empêchée ou écourtée si la FDA ne s’était pas endormie sur l’interrupteur en ce qui concerne le manque de données concernant l’innocuité du thiomersal injecté, une neurotoxine connue.” La FDA et d’autres agences de santé publique n’ont pas su réagir, a ajouté le comité, au-delà d’une malversation institutionnelle pour se protéger eux-mêmes” et d’un protectionnisme mal placé en faveur de l’industrie pharmaceutique.”


             « J’ai été conduit à la polémique a contrecoeur »


L’histoire de la façon dont les agences de santé gouvernementales se sont entendues avec « Big Pharma » pour cacher les risques du thiomersal au public est une étude de cas qui vous fige le sang, à cause de l’arrogance, de la puissance et de l’avarice institutionnelles. J’ai été conduit à la polémique seulement à contre-coeur. En tant qu'avocat et environnementaliste qui a passé des années à travailler sur les questions de la toxicité du mercure, j’ai fréquemment rencontré des mères d’enfants autistes qui étaient absolument convaincues que leurs gosses étaient atteints à cause des vaccins. En privé, j’étais sceptique. 

 


Plus de 40.000 nouveaux cas d’autisme sont diagnostiqués chaque année

 


J’ai douté que l’autisme puisse être dû à une seule cause, et j’ai certainement compris la nécessité du gouvernement de rassurer des parents sur l’innocuité des vaccinations. L’éradication des maladies mortelles de l’enfance dépend de cela. J’étais plutôt d’accord avec des sceptiques comme le député Henry Waxman, un démocrate de Californie, qui a critiqué ses collègues du House Government Reform Committee pour avoir sauté à des conclusions sur l’autisme et les vaccinations. “Pourquoi effrayons-nous des gens au sujet des vaccinations,” a précisé Waxman à ceux qui l’écoutaient, “avant que nous connaissions les faits avec certitude ?” 


C’est seulement après avoir lu les transcriptions de Simpsonwood, étudié les plus importantes recherches scientifiques et parlé avec plusieurs des éminentes autorités de la nation sur le mercure que je suis devenu convaincu qu’il y a vraiment un lien entre le thimérosal et l’épidémie de troubles neurologiques chez les enfants. Cinq de mes propres enfants sont des membres de la génération du thiomersal — ceux nés entre 1989 et 2003 —qui ont reçu des fortes doses de mercure en provenance des vaccins. “Les classes élémentaires sont submergées d’enfants qui ont des symptômes de troubles neurologiques ou du système immunitaire,” a dit Patti White, une infirmière d’école, au House Government Reform Committee en 1999. « Les vaccins sont censés nous rendre en meilleure santé; cependant, depuis vingt-cinq années de soins je n’ai jamais vu tant de gosses malades, abîmés. Quelque chose de très, très mauvais arrive à nos enfants.» Plus de 500.000 enfants souffrent actuellement d’autisme, et les pédiatres diagnostiquent plus de 40.000 nouveaux cas chaque année. La maladie était inconnue jusqu’en 1943, quand elle a été identifiée et diagnostiquée parmi onze enfants nés dans les mois suivant l’ajout de thiomersal pour la première fois aux vaccins pour bébés en 1931.  



                                                                          
Le thiomersal est le principal responsable de la charge élevée en mercure des enfants


Quelques sceptiques contestent que l’élévation de l’autisme soit provoquée par des vaccinations contaminées par le thimérosal. Ils arguent du fait que l’augmentation est le résultat d’un meilleur diagnostic — une théorie qui semble au mieux incertaine, étant donné que la plupart des nouveaux cas d’autisme sont groupées dans une seule génération d’enfants. Si l’épidémie s’explique comme la conséquence d’un défaut de diagnostic, ironise le Dr. Boyd Haley, une des autorités mondiales sur la toxicité de mercure, “alors où sont les autistes de vingt ans? D’autres chercheurs précisent que des Américains sont exposés à une plus grande “charge” cumulative de mercure que jamais précédemment, allant des poissons contaminés aux amalgames dentaires, et suggèrent que le thiomersal des vaccins puisse être seulement une partie d’un problème beaucoup plus étendu. C’est un souci qui mérite certainement bien plus d’attention — mais ceci masque le fait que les concentrations en mercure dans les vaccins font paraître toutes petites d’autres sources d’exposition de nos enfants. 


De nombreux pays ont interdit le thiomersal dans les vaccins pour enfants


Ce qui est le plus frappant est le mal que se sont donnés plusieurs des principaux « détectives » pour ignorer —et dissimuler – les preuves contre le thiomersal. Dès le début, l’argument scientifique contre le conservateur mercuriel est accablant. Le conservateur, qui est employé pour stopper la croissance bactérienne et fongique dans les vaccins, contient de l’éthyl-mercure, une neurotoxine puissante. Quantité d’études ont prouvé que le mercure tend à s’accumuler dans les cerveaux des primates et d’autres animaux après qu’ils soient injectés avec des vaccins — et que les cerveaux en développement des enfants en bas âge sont particulièrement sensibles. En 1977, une étude russe a constaté que les adultes exposés à des concentrations bien plus faibles d’éthyl-mercure que celles données aux enfants américains souffraient encore de lésions cérébrales des années après. La Russie a interdit le thiomersal il y a vingt ans dans les vaccins pour enfants et le Danemark, l’Autriche, le Japon, la Grande-Bretagne et tous les pays scandinaves ont depuis lors suivi le mouvement. 


Eli Lilly connaissait dès le début la toxicité du thiomersal


                                                                                                                 
Vous ne pourriez pas même construire une étude qui montre que l’exposition au thiomersal est inoffensive,” dit Haley, qui dirige le département de chimie de l’Université du Kentucky. “Il est simplement sacrément trop toxique. Si vous injectez du thiomersal dans un animal, son cerveau va tomber malade. Si vous l'appliquez sur un tissu vivant, les cellules meurent. Si vous le mettez dans une boîte de Pétri, la culture meurt. Sachant cela, il serait choquant que l’on puisse l’injecter à un enfant en bas âge sans causer de dégâts.” 

 


Des documents internes indiquent qu’ Eli Lilly, qui a été le premier à développer le thiomersal, savait dès le début que son produit pourrait causer des dommages — et même la mort — chez les animaux et les humains. En 1930, la compagnie a testé le thiomersal en l’administrant à vingt-deux patients présentant une méningite terminale, qui sont tous morts dans les semaines suivant l’injection — un fait que Lilly n’a pas pris la peine de rapporter dans son étude déclarant le thiomersal inoffensif. En 1935, les chercheurs d’un autre fabricant de vaccins, Pittman-Moore, ont averti Lilly que ses affirmations au sujet de la sûreté du thiomersal “n’étaient pas vérifiées par les nôtres.” La moitié des chiens de Pittman injectés avec les vaccins contenant du thiomersal est devenue malade, ce qui a conduit les principaux chercheurs à déclarer là-bas le conservateur « non satisfaisant comme sérum prévu pour être utilisé chez les chiens ». 



Merck avait été averti par un des « pères » de ses programmes de vaccination


L’industrie pharmaceutique savait que ces vaccins supplémentaires présentaient un danger. La même année que le CDC a approuvé les nouveaux vaccins, le Dr. Maurice Hilleman, un des pères des programmes de vaccination de Merck, a averti la compagnie que les enfants de six mois à qui seraient administrés les injections souffriraient d’une dangereuse exposition au mercure. Il a recommandé que l’usage du thiomersal soit stoppé, “particulièrement si utilisé chez des nourrissons et des enfants en bas âge,” notant que l’industrie possédait des alternatives non toxiques. “La meilleure façon de procéder,” a-t-il ajouté, “est de se mettre à distribuer les mêmes vaccins sans ajouter de conservateurs.” 



Le thiomersal est toujours employé car il conserve des vaccins multi doses essentiels en cas d’épidémie


Pour Merck et d’autres compagnies pharmaceutiques, cependant, l’obstacle était l’argent. Le thiomersal permet à l’industrie pharmaceutique d’empaqueter des vaccins dans des fioles qui contiennent les doses multiples, et qui exigent une protection supplémentaire parce qu’elles sont plus facilement souillées par les entrées multiples des aiguilles. Les fioles plus grandes coûtent la moitié que des fioles similaires en doses uniques, ce qui est meilleur marché pour que les agences internationales les distribuent aux pays pauvres à risque pour les épidémies. Confronté à cette “considération financière,” Merck a ignoré les avertissements de Hilleman, et les fonctionnaires du gouvernement ont continué à pousser de plus en plus les vaccins contenant du thiomersal - pour les enfants. Avant 1989, les enfants américains d’age préscolaire recevaient seulement trois vaccinations — pour la poliomyélite, le diphtérie-tétanos-coqueluche (DTP) et la rougeole oreillons rubéole (ROR). Une décennie plus tard, grâce aux recommandations fédérales, les enfants recevaient un total de vingt-deux immunisations avant qu’ils aient atteint le cours préparatoire.

 

La FDA et le CDC n'avaient pas fait le calcul de la dose cumulée de mercure dans toutes les vaccinations des enfants


Tandis que le nombre de vaccins augmentait, le taux d’autisme parmi des enfants explosait. Pendant les années 90, 40 millions d’enfants ont été injectés avec des vaccins contenant du thiomersal, recevant des niveaux sans précédent de mercure pendant une période critique pour le développement de leur cerveau. En dépit des dangers bien documentés du thiomersal, il s’avère que personne n’a pris la peine de faire l’addition de la dose cumulative de mercure que les enfants recevraient des vaccins obligatoires. “Pourquoi la FDA a-t-elle mis aussi longtemps pour faire les calculs ?” a demandé Peter Patriarca, directeur des produits viraux pour l’agence dans un e-mail à la CDC en 1999. “Pourquoi le CDC et les organismes consultatifs n’ont-ils pas fait ces calculs quand ils ont rapidement augmenté le programme de vaccination infantile ?” 

 

L’éthyl-mercure est en fait plus toxique pour le cerveau en développement que le méthyl-mercure


Mais à ce moment-là, le mal était fait. Des enfants en bas âge qui avaient reçu tous leurs vaccins, plus les rappels, à l’âge de six mois étaient injectés trois fois atteignant des niveaux d’éthyl-mercure de 62,5 microgrammes, un niveau 99 fois plus grand que la limite de l’EPA pour l’exposition quotidienne au méthyl-mercure, une neurotoxine voisine. Bien que l’industrie des vaccins insiste sur le fait que l’éthyl-mercure pose peu de danger parce qu’il est décomposé rapidement et est éliminé par le corps, plusieurs études — dont une éditée en avril par le NIH - institut national pour la santé — suggèrent que l’éthyl-mercure est en fait plus toxique pour le cerveau en développement et reste dans le cerveau plus longtemps que le méthyl-mercure. 

Les fonctionnaires responsables des immunisations chez les enfants insistent sur le fait que les vaccins supplémentaires étaient nécessaires pour protéger des enfants en bas âge contre la maladie et que le thiomersal est encore essentiel dans les pays en voie de développement, qui, clament-ils souvent, ne peuvent pas avoir les moyens de se payer des doses uniques qui n’exigent pas de conservateur. Le Dr. Paul Offit, un des meilleurs conseillers en vaccins du CDC, m’a dit : “je pense si nous avons vraiment une pandémie de grippe — et certainement nous l’aurons dans les vingt années à venir, parce que nous en avons toujours une—il n’y a pas moyen sur cette terre que nous puissions immuniser 280 millions de personnes avec des fioles uni-dose. Il doit y avoir les fioles multi-doses.” De nombreux membres du comité consultatif du CDC ont des liens étroits avec l’industrie. Mais tandis que les fonctionnaires de santé publique ont pu avoir été bien intentionnés, beaucoup de membres du comité consultatif du CDC qui ont soutenu les vaccins supplémentaires avaient des liens étroits avec l’industrie. Le Dr. Sam Katz, le président du comité, était un conseiller payé par la plupart des principaux fabricants de vaccins et il partage un brevet sur un vaccin contre la rougeole avec Merck, qui fabrique également le vaccin contre l’hépatite B. Le Dr. Neal Halsey, un autre membre du comité, a travaillé en tant que chercheur pour les compagnies de vaccins et a reçu des honoraires des laboratoires Abbott pour sa recherche sur le vaccin de l’hépatite B. En fait, dans le cercle étroit des scientifiques qui travaillent sur les vaccins, de tels conflits d’intérêt sont communs. Le député Burton indique que le CDC “permet d’habitude à des scientifiques ayant des conflits d’intérêt évidents de servir de conseil éclairé dans les Comités consultatifs qui font des recommandations concernant de nouveaux vaccins,” bien qu’ils aient des “intérêts dans les produits et les entreprises pour lesquels ils sont censés fournir une surveillance désintéressée.” Le House Government Reform Committee a découvert que quatre des huit conseillers du CDC qui ont approuvé les directives pour un vaccin contre le rotavirus contenant du thiomersal “ont eu les liens financiers avec les compagnies pharmaceutiques qui développaient différentes versions du vaccin.” Ces scientifiques se voient comme des gardiens éclairés de la santé infantile, immunisés contre les séductions des bénéfices personnels.


Offit, qui partage un brevet sur le vaccin, a reconnu devant moi qu’il “gagnerait de l’argent” si son vote mène par la suite à un produit commercialisable. Mais il a écarté ma suggestion que la participation directe d’un scientifique à l’approbation du CDC pourrait biaiser son jugement. “Cela ne provoque aucun conflit chez moi” insiste-t-il “J’ai été simplement informé du processus, mais pas corrompu par lui. Quand je me suis assis autour de cette table, mon unique intention était d’essayer de faire des recommandations les plus bénéfiques pour les enfants de ce pays. C’est blessant de dire que les médecins et les personnels de santé publique sont à la botte de l’industrie et de ce fait prennent les décisions qu’ils savent peu sûres pour les enfants. Cela ne fonctionne vraiment pas comme ça. »



« Il vaut mieux laisser la science aux scientifiques » 


D’autres scientifiques et contrôleurs de vaccins m’ont donné des assurances semblables. Comme Offit, ils se voient comme des gardiens éclairés de la santé infantile, fiers de leurs “partenariats” avec les compagnies pharmaceutiques, immunisés contre la séduction du bénéfice personnel, assiégés par les activistes irrationnels dont les campagnes anti-vaccinations mettent en danger la santé infantile. Ils sont souvent irrités de toutes ces interrogations. « Il vaut mieux laisser la science aux scientifiques » dit Offit. 

 
Si les responsables fédéraux et les scientifiques gouvernementaux n’avaient pas saisi les risques potentiels du thiomersal au fil des ans, personne ne pouvait prétendre les ignorer après la réunion secrète de Simpsonwood. Mais au lieu d’entreprendre plus d’études pour examiner le lien entre l’autisme et d’autres formes de lésions cérébrales, la politique a été placée par le CDC au-dessus de la science. L’agence a fait passer sa base de données sur les vaccins pour enfants — qui avaient été développés en grande partie aux frais du contribuable — à une agence privée, America’s Health Insurance Plans, s’assurant qu’elle ne pourrait pas être employée pour d’autres recherches. Elle a également demandé à l’Institut de Médecine, une organisation consultative qui fait partie de l’Académie Nationale des Sciences, de produire une étude discréditant le lien entre le thiomersal et les troubles cérébraux. Le CDC “veut que nous déclarions que ces choses sont assez sûres,” a dit le Dr. Marie McCormick, qui a présidé le IOM’s Immunization Safety Review Committee, a ses collègues chercheurs quand ils se qui sont réunis pour la première fois en janvier 2001. “Nous n’allons jamais arriver à ce que l’ [ autisme ] soit un véritable effet secondaire de l’exposition au thiomersal. Selon des transcriptions de la réunion, le rédacteur en chef du comité, Kathleen Stratton, a prévu que l’IOM conclurait que les preuves seraient “insatisfaisantes pour accepter ou rejeter une relation causale” entre thiomersal et autisme. Ceci, a-t-elle ajouté, était le résultat que “Walt veut” — une référence au DR. Walter Orenstein, directeur du programme national d’immunisation pour le CDC. 



Le CDC a placé la politique au-dessus de la science

Dans les décennies qui ont suivi, les preuves contre le thiomersal ont continué à s’accumuler. Pendant la deuxième guerre mondiale, quand le Département de la Défense a employé le conservateur dans les vaccins donnés à des soldats, il a exigé de Lilly de l’étiqueter comme “poison.” En 1967, une étude dans « Applied Microbiology » (microbiologie appliquée) a constaté que le thiomersal tuait des souris une fois ajouté à des vaccins injectés. Quatre ans après, les propres études de Lilly ont trouvé que le thimérosal était “toxique pour des cellules tissulaires” à des concentrations aussi basses qu’une partie par million — 100 fois plus faible que la concentration dans un vaccin typique. Néanmoins, la compagnie a continué à promouvoir le thiomersal comme “non toxique” et l’a également incorporé aux désinfectants topiques. En 1977, dix bébés dans un hôpital de Toronto sont morts quand un antiseptique conservé avec du thimérosal a été appliqué sur leurs cordons ombilicaux.  En 1982, la FDA a proposé une interdiction des produits vendus sans ordonnance qui contenaient du thiomersal, et en 1991 l’agence a considéré son interdiction des vaccins chez les animaux. Mais tragiquement, cette même année, le CDC a recommandé que les enfants en bas âge soient injectés avec une série de vaccins contenant du mercure. Les nouveaux-nés seraient vaccinés contre l’hépatite B dans les vingt-quatre heures suivant la naissance, et les enfants de deux mois seraient immunisés contre Hemophilus influenzae B et les diphtérie-tétanos-coqueluche.


"Quatre études sont en cours pour éliminer le lien proposé entre autisme et thimérosal” 

 

Même en public, les fonctionnaires fédéraux ont indiqué clairement que leur premier but en étudiant le thiomersal était de dissiper les doutes au sujet des vaccins. “Quatre études sont en cours pour éliminer le lien proposé entre autisme et thimérosal,” a assuré Dr. Gordon Douglas, -alors directeur de la planification stratégique pour la recherche sur les vaccins aux instituts nationaux de la santé, à une réunion a l’université de Princeton en mai 2001. “Afin de démonter les effets nocifs des recherches prétendant lier [le vaccin contre la rougeole] à un risque élevé d’autisme, nous devons entreprendre et donner de la publicité à des études supplémentaires pour assurer des parents de sa sûreté.” Douglas a autrefois été président des vaccinations chez Merck, où il a ignoré des avertissements au sujet des risques du thiomersal. Pour ceux qui avaient consacré leurs vies à promouvoir les vaccinations, les révélations au sujet du thiomersal ont menacé de miner tout ce pour quoi ils ont travaillé. “Nous tenons ici un dragon par la queue,” a dit le Dr. Michael Kaback, un autre membre du comité. “Plus négative est notre présentation, moins les gens vont se faire vacciner — et nous savons ce qui va résulter de ceci. Nous sommes coincés dans une sorte de piège. Je pense que notre meilleure défense sera l’attaque.

Cependant, quelques fonctionnaires du gouvernement ont été alarmés par les conflits d’intérêt apparents. Dans son e-mail aux administrateurs du CDC en 1999, Paul Patriarca a critiqué sévèrement les responsables fédéraux de la FDA pour avoir manqué de contrôler adéquatement le danger posé par les vaccins supplémentaires pour les bébés. “Je ne suis pas sûr que ce sera une sortie facile de la perception potentielle que la FDA, le CDC et la politique de vaccinations ont pu avoir été endormis sur le commutateur en ce qui concerne le thiomersal jusqu’à présent, ” a écrit Patriarca. Les liens étroits entre les fonctionnaires responsables et l’industrie pharmaceutique, a-t-il ajouté, “soulèveront également des questions au sujet de divers organismes consultatifs recommandant de façon insistante l’usage du thiomersal dans des vaccins infantiles.


En mai 2004, l’IOM déclare qu’il n’y a aucun lien prouvé entre l’autisme et le thiomersal dans les vaccins et a recommandé qu’aucune recherche supplémentaire ne soit effectuée !


En mai de l’année dernière, l’Institut de la Médecine a publié son rapport final. Sa conclusion : il n’y a aucun lien prouvé entre l’autisme et le thiomersal dans les vaccins. Plutôt que de passer en revue la grande quantité de littérature décrivant la toxicité du thiomersal, le rapport s’est fondé sur quatre désastreuses études épidémiologiques bancales examinant les pays européens, où les enfants ont reçu des doses beaucoup plus petites de thiomersal que les enfants américains. Il a également cité une nouvelle version de l’étude de Verstraeten, éditée dans le journal « Pediatrics », qui avait été retouchée pour réduire le lien entre thiomersal et autisme. La nouvelle étude incluait des enfants trop jeunes pour avoir été diagnostiqués autistes et en négligeait d’autres qui montraient des signes de la maladie. L’IOM a déclaré le cas clos et — position stupéfiante pour un organisme scientifique – a recommandé qu’aucune recherche supplémentaire ne soit effectuée.
Le rapport peut avoir satisfait le CDC, mais il n’a convaincu personne. Le député David Weldon, un médecin républicain de Floride qui appartient au House Government Reform Committee Comité de réforme de gouvernement de Chambre, attaqué l’Institut de la Médecine, disant qu’il se fondait sur une poignée d’études qui étaient “fatalement défectueuses”, “médiocrement conçues” et qui ne représentaient pas “toute la recherche scientifique et médicale disponible.” Les fonctionnaires du CDC ne sont pas intéressés par une recherche honnête de la vérité, m’a dit Weldon, parce que “une association entre les vaccins et l’autisme les forcerait à admettre que leurs politiques ont irréversiblement abîmé des milliers d’enfants. Qui voudrait accepter cette conclusion à son propre sujet ?”  Seulement deux scientifiques sont parvenus à accéder aux données disponibles concernant ces vaccins. Sous la pression du Congrès et de parents, l’Institut de la Médecine a convoqué une deuxième commission pour réexaminer le programme de Vaccine Safety Datalink Data Sharing . En février, le nouveau panel, composé de scientifiques différents, a critiqué la façon dont les données ont été étudiées dans l’étude Verstraeten, et a exigé des responsables du CDC de rendre publiques les données disponibles concernant ses vaccins.


Six études des Geier démontrent une corrélation puissante entre le thiomersal et les troubles neurologiques des enfants


 Jusqu’ici, cependant, seulement deux scientifiques sont parvenus à y accéder. Le Dr. Marquez Geier, président du Genetics Center of America , et son fils, David, ont passé une année à lutter pour obtenir les dossiers médicaux du CDC. Depuis août 2002, quand les membres du congrès ont fait pression sur l’agence pour rendre les données, les Geier ont achevé six études qui démontrent une corrélation puissante entre le thiomersal et les troubles neurologiques des enfants. Une étude, qui compare la dose cumulative de mercure reçue par des enfants entre 1981 et 1985 à celle reçue entre 1990 et 1996, a trouvé “un rapport très significatif” entre l’autisme et les vaccins. Une autre étude sur les performances scolaires a constaté que les enfants qui avaient reçu des doses plus élevées de thiomersal dans les vaccins avaient une probabilité presque triple d’être diagnostiqués autistes et avaient trois fois plus de risques de souffrir de troubles du langage et de retard mental. Une autre étude bientôt publiée prouve que les taux d’autisme sont en régression à la suite de la récente élimination du thiomersal de la plupart des vaccins. 


Olmsted n’a trouvé que quatre enfants autistes chez les Amish du Lancaster sur les 130 escomptés

Alors que le gouvernement fédéral travaillait pour empêcher des scientifiques d’étudier des vaccins, d’autres se sont mis à étudier le lien avec l’autisme. En avril, le journaliste Dan Olmsted de l’UPI a entrepris lui-même une des études les plus intéressantes. Recherchant les enfants qui n’avaient pas été exposés au mercure des vaccins — le genre de population que les scientifiques utilisent typiquement comme « témoin » dans les expériences — Olmsted a étudié la population Amish du comté de Lancaster, en Pennsylvanie, qui refusent d’immuniser leurs enfants en bas âge. Etant donné le taux national d’autisme, Olmsted a calculé qu’il devrait y avoir 130 autistes parmi les Amish. Il a en trouvé seulement quatre. Un avait été exposé aux niveaux élevés du mercure d’une centrale électrique. Les trois autres — comprenant un enfant adopté à l’extérieur de la communauté Amish — avaient été vaccinés. 


En 2004, l’Iowa, puis la Californie ont interdit le mercure dans les vaccins


Au niveau étatique, beaucoup de fonctionnaires ont également conduit des examens détaillés sur le thiomersal. Tandis que l’Institut de la Médecine était occupé à dissimuler les risques, la législature de l’Iowa examinait au peigne fin toutes les données scientifiques et biologiques disponibles. “Après trois ans de revue, je devins convaincu qu’il y avait de suffisamment de recherche crédible pour montrer un lien entre le mercure et les incidences accrues d’autisme,” dit le sénateur Ken Veenstra, un républicain qui a supervisé la recherche. “Le fait que les 700 pour cent d’augmentation d’autisme de l’Iowa ont commencé dans les années 90, juste après que de plus en plus vaccins aient été ajoutés aux programmes de vaccins des enfants, est une preuve solide en soi.” L’année dernière, l’Iowa est devenu le premier état à interdire le mercure dans les vaccins, suivi par la Californie. Des interdictions semblables sont maintenant à l’étude dans les trente deux autres états. 

La FDA continue à permettre à des fabricants d’inclure du thiomersal dans de nombreux médicaments sans ordonnance
 

Mais au lieu de s’inspirer de ces règlementations, la FDA continue à permettre à des fabricants d’inclure du thiomersal dans une masse de médicaments sans ordonnance aussi bien que dans des stéroïdes et du collagène injecté. Encore plus alarmant, le gouvernement continue à envoyer des vaccins conservés avec du thiomersal aux pays en voie de développement — dont certains expérimentent maintenant une explosion soudaine des taux d’autisme. En Chine, où la maladie était pratiquement inconnue avant l’introduction du thiomersal par des fabricants de médicaments des Etats Unis en 1999, des enquêtes indiquent qu’il y a maintenant plus de 1,8 millions d’autistes. Bien qu’il soit difficile d’obtenir des nombres fiables, les troubles autistiques semblent également être en progression en Inde, en Argentine, au Nicaragua et dans d’autres pays en voie de développement qui emploient maintenant les vaccins contaminés par le thiomersal. L’Organisation Mondiale de la Santé continue d’assurer que le thiomersal est sûr, mais promet de garder à l’étude un possible lien avec des désordres neurologiques “

 

 

        "Je crois que c’est une crise morale qui doit être résolue" 


J’ai consacré du temps à étudier ce problème parce que je crois que c’est une crise morale qui doit être résolue. Si, comme les preuves l’indiquent, nos autorités de santé publique ont permis sciemment à l’industrie pharmaceutique d’empoisonner une génération entière d’enfants américains, leurs actions constituent sans doute un des plus grands scandales dans les annales de la médecine américaine. “Le CDC est coupable d’incompétence et de négligence grave,” dit Mark Blaxill, vice-président de « Safe Minds », une organisation à but non lucratif préoccupée par le rôle du mercure dans les médicaments “les dommages provoqués par l’exposition aux vaccins sont massifs. Ils sont plus grands que l’amiante, plus grand que le tabac, plus grand que tout ce que vous avez jamais vu.” 

 



L’échec des scientifiques à dire la vérité sur le thiomersal reviendra terriblement hanter notre pays et les populations les plus pauvres du monde

 

Il est difficile de calculer les dommages pour notre pays — et pour les efforts internationaux en vue de l’éradication des maladies épidémiques — si les nations du Tiers Monde viennent à croire que l’initiative d’aide à l’étranger la plus notoire de l’Amérique empoisonne leurs enfants. Il n’est pas difficile de prévoir comment ce scénario sera interprété à l’étranger par les ennemis de l’Amérique. Les scientifiques et les chercheurs — bon nombre d’entre eux sincères, voire même idéalistes — qui participent aux efforts pour cacher les résultats scientifiques sur le thiomersal proclament qu’ils essayent d’avancer le but élevé de protéger des enfants dans des pays en voie de développement des pandémies. Ils sont mal orientés. Leur échec à dire la vérité sur le thiomersal reviendra terriblement hanter notre pays et les populations les plus pauvres du monde.



Article de Robert Kennedy Jr. dans Rolling Stones (et, pour la première fois, simultanément sur Salon.com), soutenant la théorie que le thiomersal dans les vaccins peut provoquer l’autisme et d’autres troubles neurologiques chez les enfants.

 



Liens vers les articles originaux et l'article traduit:

www.rollingstone.com/politics/story/7395411/deadly_immunity
www.salon.com/news/feature/2005/06/16/thimerosal/index.html
http://www.amessi.org/aa/immunite-mortelle/


 

 

 

 

 
            
Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 14:47

Vaccination, agression et désinformation

par Marjolaine Jolicoeur- AHIMSA - printemps 2001
visible sur le site de Geocities, ici.






En Angleterre, Jerry Friedman poursuit son employeur suite à son congédiement , parce qu’il ne veut pas se faire vacciner contre la rougeole. Le végétarien évoque la discrimination religieuse pour refuser le vaccin car il est préparé sur des embryons de poulets.  En effet, le vaccin contre la rougeole est cultivé sur des embryons de poulets, tout comme celui de l’influenza (grippe) , de la fièvre jaune et les oreillons, Ces embryons se forment entièrement après 35 heures d’incubation. On peut voir leur coeur battre dès le cinquième jour. Les oiseaux proviennent d’immenses poulaillers contenant plus de 10 000 poules et près de 700 coqs. Pendant la période de production de ses vaccins contre la grippe, une compagnie pharmaceutique consomme 160 000 oeufs par semaine.  Celui contre l’encéphalite japonaise est pour sa part cultivé dans des cerveaux de souris et des sous-produits de l’abattoir se retrouvent dans plusieurs étapes de fabrication des vaccins. En plus d’être cultivés sur des cellules animales ou humaines de foetus avortés, les vaccins baignent dans du formaldehyde, du phenoxyethanol, du mercure, de l’aluminium, de la gélatine , du serum bovin ou foetal de veau ,de l’albumine provenant de sang humain, de l’aspartame et des antibiotiques. Rien d’étonnant à ce que ces cocktails vaccinaux aient de multiples effets secondaires :douleur au point d’injection, fièvre, courbatures, douleurs articulaires, crises d’asthme ou d’eczéma,allergies, choc anaphylactique, risque de mort subite du nourrison,autisme,méningite, convulsions ,encéphalite, syndrome de Guillain-Barré, sclérose en plaque, diabète, lupus, polyarthrite rhumatoïde et cancers divers. L’utilisation de vaccins multiples potentialise les risques d’effets secondaires de chaque vaccin et leurs interactions est une bombe à retardement. Ces sous-produits animaux dans les vaccins comportent un grand risque de contamination virale . Aucun laboratoire ne peut garantir l’asepsie des cellules animales servant à la culture vaccinale. Celui contre la grippe, par exemple, en plus d’être préparé dans un embryon animal peut contenir un virus de la leucémie propre au poulet ( leucose aviaire) et être transmis à l’humain vacciné . Il possède de plus des éléments provenant du cochon car une enzyme tirée de l’estomac de l’animal sépare les cellules en laboratoire *. Une découverte par des chercheurs suisses et rapportée dans le Washington Post (9 décembre 1995) fait état d’une enzyme, la "transcriptase inverse ", qui a contaminé des vaccins de la rougeole et des oreillons . Cette enzyme vient des embryons de poulet entrant dans la fabrication des vaccins. Elle a aussi contaminé des vaccins contre la grippe et la fièvre jaune. Cette enzyme est associée avec la présence de rétrovirus, une classe de virus qui peut modifier de façon permanente les gènes.

 

* Il s'agit d'un élément fort éclairant dans le contexte actuel de "pandémie de grippe porcine..." (bravo à tous ceux qui sont encore capables de se poser des questions!)


MERCURE


Le thimérosal, un sel composé d’éthylmercure et de thiosalicylate est un agent de conservation , un additif pour prévenir la contamination bactérienne et fongique (contient 49.6% de mercure ). Il fut introduit dans les vaccins dans les années 30 mais , suite à de nombreuses études sur ses effets secondaires graves, on tend à fabriquer des vaccins n’en contenant plus . Cependant, au Canada, le thimérosal se retrouve encore dans nombre de vaccins dont ceux contre l’hépatite B, la méningite et l’influenza. Ce dérivé mercuriel dans les vaccins est excessivement allergène,cancérigène et toxique car injecté directement dans le sang .Il s’accumule dans le cerveau et affaiblit le système respiratoire, digestif, nerveux et immunitaire. Selon Hugh Fudenberg MD , un immunogénéticien de renommée mondiale, un individu ayant recu 5 vaccins consécutifs contre la grippe, a 10 fois plus de chance d’avoir la maladie d’Alzheimer qu’un individu non vacciné. Ce phénomène s’explique par le fait,entre autre, que le vaccin contient du mercure ainsi que de l’aluminium et que son accumulation atteint les fonctions cognitives du cerveau. Les chercheurs Markesbery’s et Ehmanns ont démontré, par des autopsies sur des patients souffrant de la maladie d’Alzeimer’s, que le cerveau de ces derniers contenait un taux plus élevé de mercure que ceux ne souffrant pas de la maladie. Cette accumulation de mercure dans les vaccins s’ajoute à celle contenue ailleurs, notamment dans les amalgames dentaires , l’alimentation et certains produits biologiques comme les gouttes ophtalmiques , nasales, les solutions pour lentilles ophtalmiques ou les immunoglobulines.


ALUMINIUM


Selon le concept vaccinal, l’aluminium sert d’adjuvant de l’immunité, en créant une réaction inflammatoire qui augmente la réaction antigène-anticorps. Il entre dans la composition de la majorité des vaccins. On estime qu’un enfant , par les vaccins, reçoit jusqu’à 3.75 mg d’aluminium durant les premiers six mois de sa vie. La forte toxicité de l’aluminium est bien connue : troubles neurologiques et immunitaires. Sa présence dans les vaccins est de plus en plus souvent mise en relation avec l’augmentation des allergies dans le monde. Plusieurs médicaments renferment de l’aluminium. L’aspirine enrobée a 44 mg d’aluminium tout comme certains antiacides ;des médicaments contre la diarrhée ont plus de 600 mg d’aluminium par comprimé.

 


GÉLATINE



Dans un grand nombre de vaccins la gélatine a une fonction de stabilisateur . C’est un produit fabriqué à partir de débris d’abattoir tels que les cartilages, la peau et les os d’animaux . Prélevé sur des bovins ou des cochons mais aussi sur des moutons (en Australie ). En Europe, la contamination de la gélatine par l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) est évoquée et l’utilisation d’os en provenance de pays où un grand nombre de cas d’ESB a été signalé - comme le Royaume Uni et le Portugal - fut récemment interdite. La gélatine dans les vaccins est fortement allergène.


SERUM BOVIN



En octobre 2000, le Département de la Santé de Grande-Bretagne retirait du marché un vaccin polio oral cultivé sur du serum foetal de veau suspecté d’être infecté par le prion de la maladie ESB ou maladie de la vache folle . Le vaccin donné à 11.5 millions d’enfants et d’adultes durant les deux dernières décennies a été préparé avec du serum provenant de vaches anglaises peut-être contaminées. Au Canada , du serum bovin est présent dans le vaccin antipoliomyélitique, ainsi que dans celui contre la rage, la varicelle et l’hépatite A. Lié à l’élevage intensif et à l’horreur des abattoirs, le sérum bovin peut lui aussi être l’hôte de virus qui, lorsqu’ils entrent dans l’organisme humain ,deviennent mutagènes. Le virus de la leucémie bovine (VLB) existe de façon endémique dans les troupeaux américains tout comme un virus génétiquement proche du H.I.V impliqué dans le Sida humain . Ces virus peuvent se transmettent aux humains et provoquer des leucémies.

Le Dr. Ryo Harasawa de l’Université de Tokyo au Japon ,le Dr. Massimo Giangaspero de l’Université de Milan en Italie ainsi que nombre de leurs collègues d’Allemagne et de Belgique ont détecté le virus de la diarrhée bovine dans plusieurs vaccins - rubéole, influenza, rougeole, oreillons - produits en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Le serum bovin est utilisé dans plusieurs étapes de la culture cellulaire en laboratoire. Dans le vaccin BCG , le bacille tuberculeux provient du bovin.

 



MALADIES ET VACCINS


Les effets secondaires graves à court et à long terme des vaccins existent mais demeurent délibérément occultés puisque la désinformation est bien orchestrée . Tous les vaccins, sans exception, ont des effets secondaires négatifs et les monographies fournit par les laboratoires pharmaceutiques les décrivent très bien. Cependant, après leur description, les fabricants émettent souvent la directive : "aucun lien de causalité n’a pu cependant être établie entre ces réactions et la vaccination".


Le vaccin grippal, répété chaque année et donné massivement aux personnes âgées , peut entraîner des réactions de type allergique comme l’urticaire, l’angio-odeme, l’asthme allergique , des maladies neurologiques notamment la paralysie faciale, l’encéphalite, l’encéphalopathie, des troubles de démyélination , la labyrinthite et le syndrome de Guillain-Barré.


Le vaccin de l’hépatite B pourrait être à l’origine, chez l’adulte, d’une augmentation de troubles neurologiques conduisant à la sclérose en plaques, une maladie grave et invalidante . En France, plus de 300 cas de démyélinisations aiguës imputables au vaccin ont été recensés , parmi eux un petit nombre d’adolescents. (Le vaccin lèse la myéline, la gaine des nerfs et cette dégénérescence est le premier symptôme de la sclérose en plaques) Un nombre impressionnant d’articles publiés dans des revues scientifiques font état de sévères complications auto-immunes et neurologiques suite à une vaccination contre l’hépatite B: nausées, vomissements, diarrhée, fièvre, urticaire, tachycardie, palpitations cardiaques, zona, eczéma, purpura, paralysie, syndrome de Guillain-Barré, névrite optique, conjonctivite, troubles de la vision . Aussi des cas d’arthrite , de rhumatisme, de problèmes de foie, d’asthme et même des décès. Le Pr. Barthelow Classen, connu pour ses travaux sur le diabète de type l, croit qu’il existe un lien entre la vaccination, paticulièrement celui de l’ hépatite B et le diabète insulino-dépendant. Dans le New Zealand Medical Journal (mai 1996) il constatait une augmentation de 60% de diabète juvénile après une campagne de vaccination massive contre l’hépatite B entre 1988 et 1991 . Le vaccin de l’hépatite B n’est pas le seul en cause dans cette relation diabète - vaccination. Classen a aussi découvert que l’incidence du diabète en Finlande était stable chez les enfants en bas de 4 ans jusqu’à ce que le gouvernement fasse des changements dans le calendrier vaccinal des enfants.En 1974, 130 000 enfants de 3 mois à 4 ans furent vaccinés contre l’hépatite B et la méningite (de type C). Puis on leur injecta le vaccin contre la coqueluche . Dans les années qui suivirent, il y eut une augmentation de 64% de cas de diabète de type 1 chez les enfants vaccinés.


Le vaccin contre la coqueluche acellulaire (donné en même temps que ceux de la diphtérie et du tétanos aux enfants) aurait aussi un lien avec le diabète. Ce vaccin contient une toxine sécrétée par un microbe le Bordetella pertussis , une toxine décrite par certains comme un "poison virulent" et ayant un effet désastreux sur le pancréas. Il peut mener aussi à l’hypoglycémie: deux chercheurs allemands, Hennessen et Quast trouvèrent ,en 1979, que sur 149 enfants ayant eu ce vaccin, 59 d’entre eux avaient développé des symptômes de l’hypoglycémie. Des cas de diabète juvénile sont survenus aussi après des vaccinations contre les oreillons et la rubéole. 

 

Le DCaT(diphtérie, coqueluche/acellulaire et tétanos) et sa relation avec l’autisme s’affirme. Après la généralisation de ce vaccin et aussi de ceux contre la rougeole et l’hépatite B, on note une augmentation de l’autisme chez les enfants . Une étude menée par Ray Gallup constate une augmentation de plus de 300% de cas d’autisme entre 1992 et 1997 dans vingt-cinq états américains. De nombreux spécialistes croient de plus en plus que l’affaiblissement du système immunitaire constitue réellement un syndrome chez les personnes autistes, un trouble neuro-immunologique. Plus d’un tiers des enfants atteints présente un nombre réduit de lymphocyte T CD4 et T CD8 , empêchant peut-être leur organisme de fabriquer les anticorps nécessaires pour combattre les virus provenant des vaccins. Le DCaT peut déclencher des crises d’épilepsie , des méningites et créer des encéphalites allergiques induisant à leur tour de l’autisme et autres troubles du comportement. "Les parents d’enfants autistes rapportent couramment des désordres immédiatement après l’inoculation avec le RRO (rougeole, rubéole et oreillons) et le DCaT" a déclaré le Dr. Vijendra Singh, professeur d’immunologie.Ce dernier a publié dans le Clinical Immunology and Immunopathology (1998) une étude sur des enfants autistes qui mettait en évidence qu’une exposition au virus de la rougeole pouvait déclencher une réponse auto-immune interférant avec le développement de la myéline. On note la présence persistante du virus de la rougeole dans l’intestin des personnes autistes. Le Dr. Andrew Wakefield, directeur d’un groupe de recherche au Royal Free Hospital de l’Ecole de médecine de Londres a publié dans le Lancet (février 1998) une étude sur huit enfants qui furent atteints de graves affections intestinales puis devinrent autistes tout de suite après la vaccination RRO. Le vaccin contre la rubéole peut mener à l’arthrite rhumatoïde. Des recherches indiquent que 41% des femmes vaccinées ont développé des douleurs articulaires, 9% une arthrite transitoire et 5% une arthrite chronique.



MÉNINGITE


La méningite bactérienne est provoquée, selon la médecine scientifique, par 3 germes: les méningocoques, les pneumocoques ( surtout responsables des pneumonies) et les H. Influenzae (type B/ Hib) . Récemment au Québec, de nombreux cas de méningites ont fait leur apparition . L’affaiblissement du système immunitaire des enfants qui reçoivent des doses répétés de vaccins depuis leur naissance n’est sûrement pas étrangère à ce fait.


Le vaccin contre le méningocoque groupes A,C Y et W-l13 combinés comporte des effets secondaires tels que céphalées, malaises ,frissons et fièvre. Le vaccin pneumococcique peut provoquer un érythème et une induration au point d’injection, de la fièvre, des céphalées, un malaise général, des réactions de type allergique comme l’urticaire,l’odème angioneurotique ou une anaphylaxie ainsi que vasculite , éruption cutanée généralisée, arthrite, myalgie et divers troubles neurologiques y compris le syndrome de Guillain -Barré. Celui de l’Haemophilus influenzae (type B/Hib) donné aux bébés de deux mois peut induire des crises convulsives , douleurs au point d’injection, irritabilité, somnolence, diarrhée, vomissement, otite, éruption cutanée et infection des voies respiratoires supérieures.


En septembre 2000, le journal Observer de Londres, suite à la découverte de documents secrets, faisait état de la mort de 11 personnes suite à une récente vaccination massive contre la méningite de type C. Le vaccin causa 16 500 réactions négatives et quand on sait que seulement de 10 à l5% de ces réactions sont rapportés au Ministère de la Santé ,le nombre d’effets secondaires et de morts est fatalement beaucoup plus élevé. Deux des morts déclarés succombèrent à une "septicémie à méningocoques", une infection du sang liée à la méningite. Le vaccin au lieu de protéger , leur donna plutôt la méningite. Plus de l3 millions de bébés, d’enfants et d’adultes ont reçu le vaccin , en Angleterre, durant l’année 1999/2000. On soupçonne même le fabricant du vaccin d’avoir délibérément caché les effets secondaires au grand public et ce avec la complicité de fonctionnaires gouvernementaux responsables de la campagne de vaccination. Deux de ces fonctionnaires faisaient partie du conseil d’administration du laboratoire pharmaceutique fabricant le vaccin.


DÉSINFORMATION



Il y a quelques mois une session d’information pour les parents sur le thème "Pourquoi faire vacciner vos enfants?" se tenaient à l’hôpital Sainte-Justine de Montréal . Elle était présidée par deux pédiatres dont le Dr. Jean-Francois Chicoine et commanditée par la compagnie pharmaceutique Merck Frosst, fabricant de vaccins. Histoire de culpabiliser au maximum les parents , le pédiatre Chicoine déclarait "c’est une grosse responsabilité sociale. On va aussi se faire vacciner pour les autres" . Pourtant, si la vaccination de masse protège et est aussi efficace contre les maladies, comme on veut nous le faire croire, pourquoi avoir peur des non-vaccinés ? Les vaccinés transportant les virus restent bien plus une menace pour les non-vaccinés - comme c’est le cas pour le vaccin contre la polio - que le contraire . Malgré d’innombrables études scientifiques de spécialistes en allergie, en immunologie, en neurologie ainsi qu’en biochimie sur les dangers des vaccins, des pédiatres continuent d’affirmer que la vaccination n’affaiblit pas le système immunitaire , que les risques demeurent mineurs et que la malnutrition ou l’hygiène n’ont rien à voir avec la prévention des maladies. 


S’agit-il de mauvaise foi chronique ou d’une triste connivence avec les laboratoires pharmaceutiques ?

Heureusement, de plus en plus de médecins intelligents dénoncent ce dogme vaccinal et osent le remettre en question. Nombreux à nous dire que toutes ces maladies contre lesquelles les enfants sont vaccinés étaient déjà en voie de disparition avant l’administration des vaccins. Plus grave encore, malgré qu’ils aient été entièrement immunisés, des enfants souffrent tout de même de la maladie. Et que tous les vaccins affectent gravement notre système immunitaire , qu’ils possèdent une dangerosité certaine ouvrant la porte à diverses maladies .


Au Japon par exemple, l’incidence de mort subite du nourrisson a chuté de façon drastique dès qu’on a cessé de donner des vaccins aux enfants de moins de deux ans.


La Suède, en 1979, a banni le vaccin contre la coqueluche (pertussis) après la découverte que la maladie frappait des enfants vaccinés et qu’il provoquait des désordres neurologiques . Malgré que les enfants suédois ne soient plus vaccinés contre la coqueluche , le taux de mortalité par coqueluche n’est pas plus grand en Suède que dans les populations vaccinés de d’autres pays. Aux Etats-Unis, selon Susan Ellenberg PhD, directrice de la "Division of Biostatictics and Epidimiology of FDA" ,en 1997 , 43 enfants en bas de 2 ans succombèrent à l’hépatite B. , suite à la vaccination.


IMMUNITÉ NATURELLE


Les enfants québécois reçoivent dès l’âge de 2 mois toute une série de vaccins et de rappels échelonnés sur quelques mois , plus de 18 bouillies chimiques. On vaccine systématiquement contre des maladies rares comme le tétanos, la diphtérie ou l’hépatite B des bébés qui ont autant de chance de les attraper que de gagner à la loterie. Si l’on part à l’étranger, on nous recommande les vaccins de la méningite, de la rage, de l’encéphalite japonaise, de la fièvre jaune, du tétanos, de la typhoïde, trois rappels d’hépatite A , B et un petit dépistage de la tuberculose. De quoi vous rendre malade avant même de mettre le gros orteil dans l’avion.


Au Québec, aucun vaccin n’est obligatoire. Tout individu peut refuser un vaccin et l’obliger à le faire contrevient aux droits reconnus à l’article 1 de la Charte québécoise et à l’article 7 de la Charte canadienne . Lors d’un jugement rendu en mars 1990, le juge Trudeau a reconnu que lors d’une "épidémie" de rougeole, les parents ne sont pas tenus de faire vacciner leurs enfants mais doivent les retirer de l’école jusqu’à ce que se résorbe la dite "épidémie". Aucun vaccin n’est obligatoire pour voyager à l’étranger, excepté celui de la fièvre jaune que certains pays - d’Afrique ou d’Amérique du Sud - peuvent demander si vous venez d’une zone d’endémie. (Sept complications sévères, dont six décès, rapportées après la vaccination contre la fièvre jaune dans la revue médicale britannique The Lancet - juillet 2001 - soulèvent des questions sur la sécurité du vaccin. Au Brésil, une fillette de 5 ans frappée d'une fièvre, de maux de tête, de malaises et de vomissements 3 jours après avoir reçu le vaccin anti-fièvre jaune et le vaccin combiné rougeole,oreillons,rubéole est morte cinq jours après l'innoculation. Le Dr. Michael Martin et ses collègues du Centre américain de contrôle des maladies (CDC, Atlanta) rapportent des complicaitons post-vaccinales ayant affecté quatre touristes américains qui ont entraîné trois décès en 1996 et 1998. Ils suggèrent une relation causale possible avec le vaccins et conseillent de vérifier si les voyageurs se rendent vraiment en zone infestée et de prendre des précautions avant de recommander le vaccin.)


Continuer à vacciner des bébés avec des substances hautement cancérigènes, mutagènes et allergènes et dont le système immunitaire n’est pas encore vraiment développé est consternant.


Image issue de Rense.com


Le système immunitaire ne devient à peu près mature que vers 6-7 ans , continuant d’évoluer jusqu’à l’âge adulte. La complexité de nos mécanismes naturels de défense ridiculise toutes les théories sur la vaccination et elles font partie d’une conception dépassée et erronée de la santé. Notre système immunitaire n’a absolument pas besoin de produits artificiels et chimiques pour se bâtir une immunité. Comment peut-on faire croire à la population qu’un mélange de cadavre d’animal malade, de virus ,de substances toxiques, augmente notre immunité contre les maladies, que cette terrible agression de notre intégrité nous donnera la santé?


Une alimentation saine , une bonne hygiène , entretiennent nos défenses naturelles. Par prévention ou lors de maladies infectieuses de multiples voies naturelles peuvent être envisagées - comme l’homéopathie , l’acupuncture, les plantes médicinales, des cataplasmes d’argile, des apports de vitamines C, A , de zinc, le repos, les messages , les bains tièdes contre la fièvre, une bonne hydratation , le jeûne, etc. Ces thérapies pourront aussi drainer de notre organisme les toxines et poisons de ces trop nombreux vaccins que nous avons reçu depuis l’enfance .Autre fait important, les enfants non-vaccinés, ayant un meilleur système immunitaire, traverseront l’enfance sans parfois jamais souffrir d’aucune maladie infectieuse. (Selon l’expérience personnelle de l’auteure de ces lignes, mon fils maintenant âgé de 24 ans , n’a reçu aucun vaccin et n’a jamais contracté aucune maladie infectieuse de l’enfance, que ce soit la rougeole, la rubéole, la coqueluche ou autre; nous avons faits aussi plusieurs voyages en Inde et au Népal , sans vaccins et sans maladies).


Pour être vraiment en santé , il faut avant tout ne pas céder à la peur.


Même en n’ayant aucune formation scientifique, nous serons , en tant que parents, voyageurs ou suite aux pressions des médecins et du lobby des multinationales pharmaceutiques, de plus en plus confrontés à nous interroger sur les vaccins. Car pour certains scientifiques, l’avenir appartient aux vaccins. Plus de 200 nouveaux vaccins sont actuellement expérimentés: cocktail de vaccins pris d’une seule dose, vaccin inoculé par voie intranasale ou d’autres génétiquement incorporés dans les fruits et les légumes.


Notre capital santé nous appartient et ne passe pas nécessairement par la dictature des laboratoires pharmaceutiques .


Les fabricants de vaccins ont surtout à coeur leurs profits, pas vraiment notre santé. Et puis , sur des bases éthiques, les vaccins demeurent le symbole sanglant de l’exploitation animale,de la souffrance de ces bovins,ces souris, ces poulets et ces singes sacrifiés sur l’autel de la vivisection. Leurs cadavres souillent à jamais les vaccins.


 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 12:01


Traduction
:


 Dédié à ma très chère amie Gabrielle (Gabby) Swank

 

 Etudiante et championne sportive de première catégorie…

 

 Jusqu’au jour où….

 

 TOUT A CHANGE.

 

Les médecins ont diagnostiqué une inflammation du système nerveux central comme CONSEQUENCE DU GARDASIL.

 

A partir de ce moment-là Gabby n’a plus été en mesure de jouir de la vie. Elle est restée clouée à la maison.

 

Gabby souffre sans arrêt.

 

Elle a des convulsions, elle souffre de maux de tête, d’œdèmes, de vertiges, des mini-attaques, elle vomit et ne peut même plus se rappeler ce qu’elle lit. Le côté droit de son visage a même été paralysé.

 

D’après ce que Gabby m’a dit je me rends compte qu’elle passe la plupart de son temps aux urgences ou chez les médecins.

 

La maman de Gabby me dit que Gabrielle dort entre 12 et 20 heures par jour où qu’elle soit.

 

Elle doit prendre une douzaine de médicaments par jour alors qu’elle peut à peine garder ce qu’elle avale.

 

Shannon (sa mère) se culpabilise énormément par rapport à la situation de Gabby.

Comme dans la famille, il y avait déjà eu des cas de cancer du col de l’utérus, la mère a voulu protéger sa fille en lui faisant administrer le Gardasil.

 

Gabrielle sait qu’elle est en train de mourir.

 

«  J’ai accepté que tout cela me soit arrivé, mais je suis lasse d’apprendre que d’autres filles continuent à subir le même sort… » Gabby Swank

 

« Tout cela à cause du vaccin qui devait me maintenir en bonne santé, mais on ne m’avait pas avertie des possibles effets secondaires…et dire qu’on administre encore ce vaccin à d’autres filles. » Gabby Swank

 

 

« Si je pouvais revenir en arrière pour ce premier vaccin, ce second vaccin, ce troisième vaccin. Nous le ferions. Nous choisirions de revenir en arrière et de ne pas le faire.

 

  Nous prendrions le risque de faire un cancer du col, mais prendrions toutes les mesures pour faire régulièrement des frottis de dépistage »  Shannon Schrag

 

 

28 femmes sont décédées à la suite du vaccin Gardasil. Le CDC et la FDA reconnaissent avoir reçu des milliers de rapports concernant les effets secondaires du vaccin, mais ils persistent à considérer que les bénéfices l’emportent sur les risques.

 

Ce vaccin sera bientôt disponible pour les garçons.

 

AIDEZ GABBY A REPANDRE L’INFORMATION !!!

 

                      www.nvic.org

 

Soyez l’une de ces 30.000 personnes qui réclament une étude sérieuse et approfondie de ce vaccin.

 

Kirstin Jannisson : «  Nous t’aimons et prions pour toi. »  www.nvic.org






Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 19:52

Un vaccin qui contient du borate de sodium (un raticide), du polysorbate (cancérigène chez l'animal) et de l'aluminium (neurotoxique),

Un vaccin dont l'efficacité est de maximum 17%,

Un vaccin qui a déjà tué des dizaines de jeunes femmes et en a amoché des dizaines de milliers d'autres,

Un vaccin qui augmente le risque de cancer du col si les filles qui le reçoivent sont porteuses de HPV sans le savoir,

Ca vous tente pour vous et vos enfants?


Si, comme le plus élémentaire bon sens vous le recommande, votre réponse est NON, alors surtout:

Gardez -vous bien du Gardasil!


2 médecins vous expliquent POURQUOI:


EXTRAIT: "Le vaccin anti-HPV (gardasil) dans tous ses états"
envoyé par DDI-urml - Watch the latest news videos.




Et pour ceux qui se posent des questions sur le vaccin concurrent, le Cervarix, ils peuvent aller lire ici et ici.

L'excellent blog  Pharmacritique nous informe également que le fabricant
GSK a, comme l'autre fabricant Merck "tout un réseau colossal de conflits d'intérêts politiques et médicaux" pour imposer leurs vaccins. Il est par exemple intéressant de savoir, pour ceux qui se croiraient plus en sécurité avec le Cervarix qu'avec le Gardasil, que Sanofi, la firme qui commercialise le Gardasil n'a pas été la seule à être perquisitionnée aux Pays-Bas fin 2008. Glaxo Smith Kline qui produit et vend le Cervarix l'a aussi été et ce, parce que, dans les deux cas, les parlementaires néérlandais ont demandé toute la clarté sur les manoeuvres de ces firmes, ces dernières ayant pour habitude d'influencer le monde politique et scientifique.....
Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 21:34

Chers amis, comme nous l'avions écrit dans un précédent article, l'establishment avait répliqué par la voix du Pr Pastoret suite aux évènements d'avril dernier en Belgique, voir ICI.

Le journal Le Soir a accepté -et nous l'en remercions- de publier la carte blanche en réponse rédigée par la pédiatre suisse Dr Françoise Berthoud, par ailleurs aussi membre du groupe médical suisse de réflexion sur les vaccins et membre du forum européen de vaccinovigilance.

Voici justement la réponse salutaire que le Dr Berthoud a faite au Pr Pastoret (parue dans le journal Le Soir du mardi 5 mai 2009 et mise en ligne sur le site du Soir):




Vaccination contre les maladies virales : quelle efficacité, quelle sécurité ?







Je reste pensive devant le titre de l’article du Dr Pastoret paru dans Le Soir du 17 avril 2009 : « La vaccination reste le seul moyen de prévenir de nombreuses infections d’origine virale ».


La variole. L’OMS elle-même a déclaré dans son rapport final sur l’éradication de la variole en 1980 que « si les campagnes de vaccination furent couronnées de succès dans quelques pays, elles échouèrent dans la plupart des cas. » Ce sont surtout les mesures d’hygiène et d’isolation des malades qui sont venues à bout de la maladie. De plus, le vaccin anti-variolique fut un de ceux qui entraîna le plus de complications graves, mortelles ou laissant des séquelles à vie.


Quant à Louis Pasteur (1822-1895), on ne peut que se réjouir de ses derniers mots, conversion de dernière minute et confession : « Le microbe n’est rien, le terrain est tout ». Hélas, ce jour-là, les journalistes n’étaient pas sur place…


La rougeole. Ma réflexion se poursuivant, je me demande s’il est vraiment juste de prévenir toutes les infections d’origine virale ? Les maladies d’enfance ne sont-elles pas là pour contribuer à la formation de l’immunité générale de l’enfant ? De nombreux travaux montrent que les enfants qui ont fait la rougeole sauvage (et qui sont ainsi protégés pour la vie, alors que la protection du vaccin est de dix ans au maximum) souffrent quatre, ou même dix fois moins souvent d’asthme plus tard que les vaccinés. Ceux-ci, de plus, reçoivent dans les seringues un nombre effrayant de substances potentiellement dangereuses (aluminium, mercure, antibiotiques et virus divers)et leur santé physique et mentale n’est pas brillante. L’augmentation exponentielle de certaines maladies dans notre civilisation : allergies, troubles du comportement, autisme, cancers n’est certes pas uniquement due aux vaccins, mais il est indéniable que cette agression massive à notre système immunitaire joue un rôle non négligeable. Etait-ce bien logique et utile de lancer cette campagne de vaccination contre la rougeole ? Les seuls gagnants en sont-ils les laboratoires ? Il est évidemment révoltant que tant d’enfants du Tiers-monde meurent dans des épidémies de rougeole. De nombreux travaux ont montré cependant que ces enfants mal nourris, souvent parasités ou porteurs de tuberculose ou de sida (raisons pour lesquelles la rougeole les tue), ne supportent pas non plus bien le vaccin. La logique serait de leur fournir de l’eau potable et une nourriture équilibrée, mais la réalité politico-économique planétaire ne le permet pas. Les 20 % de la population de la terre – dont nous faisons partie – consomment 86 % de l’énergie utilisée. Si chaque être humain dépensait l’énergie que dépense un Américain moyen, il faudrait 5 ou 6 planètes pour nous nourrir toutes et tous… Si l’on regarde les courbes de mortalité dues à la rougeole – par exemple durant le vingtième siècle en France – on s’aperçoit que la mortalité avait déjà diminué dès le début du siècle. La vaccination, généralisée depuis les années 60, n’a en rien changé le profil descendant de cette courbe. Ce sont les améliorations de conditions de vie qui ont fait de la rougeole une maladie qui tue chez nous beaucoup moins qu’avant. Considérée auparavant par les autorités médicales comme une maladie bénigne de l’enfance, la rougeole est soudain devenue « dangereuse » dans les années soixante sous la plume de médecins enthousiasmés par le vaccin, et souvent proches de l’industrie pharmaceutique… et plus de quarante ans de vaccination contre ce virus ont vraiment rendu cette maladie très dangereuse car elle touche maintenant les adultes et les nouveaux-nés mal protégés par les anticorps vaccinaux insuffisants de leur mère.


Autres viroses. Mon expérience de pédiatre homéopathe m’a montré que de nombreux facteurs préviennent certaines maladies virales et/ou leurs complications. L’alimentation joue un rôle très important : une alimentation végétarienne et sans gluten se montre très souvent efficace en prévention des rhumes et autres petites infections hivernales chez l’enfant (et l’adulte !). Une attitude mentale positive constitue également un facteur favorable. Il a en effet été scientifiquement prouvé que la peur et le fait d’être « mal dans sa peau » jouent un rôle négatif sur les capacités de défense de notre système immunitaire. Sans oublier le rôle bénéfique de la fièvre, trop souvent supprimée par les médicaments allopathiques.


Voyages. L’hygiène stricte du voyageur le protégera assez efficacement contre l’hépatite A. Dans ce cas comme dans tous les autres, il faut peser la gravité réelle de la maladie contre les effets secondaires du vaccin. Les médecins, influencés par l’industrie pharmaceutique qui est leur source principale d’information, ont tendance à exagérer la gravité de la maladie et à minimiser, même parfois nier les dangers de la vaccination.


Le tétanos. Cette maladie n’est pas due à un virus, bien sûr, mais à une bactérie. Sa mortalité dans nos pays est infime, avec une moyenne d’âge de 79 ans en France, âge où la vascularisation des tissus est très réduite. Les Chinois ont fait diminuer de 90 % la mortalité par tétanos néonatal par une hygiène stricte de l’accouchement. De 1969 à 1985, dans les 106 cas de tétanos déclarés en Finlande, soit une incidence annuelle de 0,13/100.000, 66 % étaient vaccinés.


Quant à la grippe actuelle, la situation est pour l’heure trop confuse pour pouvoir faire un commentaire.


Non, M. Pastoret, l’industrie pharmaceutique n’est pas toujours l’une des mieux contrôlée qui soit. Je vous suggère d’aller voir sur le net l’histoire du « Madoff de la médecine », Scott Reuben.


Non, M. Pastoret, les vaccins ne sont pas « parfaitement inoffensifs et efficaces », et ce ne sont pas seulement des illuminés sectaires qui ont à leur sujet une réflexion critique. Ces trois citations qui seront ma conclusion en témoignent :


« Il n’existe pas de preuve scientifique de l’utilité des vaccins »
(Pr Dubernard, député français, chirurgien et docteur honoris causa de l’ULg)


« Le public devrait être pleinement informé des dangers éventuels et des limites des programmes de vaccination. L’une des raisons de renseigner ainsi le public est qu’autrement il perdrait tôt ou tard confiance en la vaccination. Il faut toutefois agir avec tact. On devrait éviter de trop insister sur les risques de la vaccination, mais néanmoins indiquer quels sont les dangers réels de la maladie en cause. Dans bien des cas, on ne se soucie pas assez d’évaluer de manière rigoureuse l’efficacité des vaccins et l’on accepte inconsidérément des preuves indirectes, qui sont souvent trompeuses ».
(OMS, rapport technique, 1960)


« L’introduction volontaire et non nécessaire de virus infectieux dans un corps humain est un acte dément qui ne peut être dicté que par une grande ignorance de la virologie et des processus d’infection.

(…) Le mal qui est fait est incalculable. (…) Les vaccins à virus vivants porteurs de virus infectieux sont dangereux. Ils peuvent causer des aberrations chromosomiques ou des mutations ; ils peuvent provoquer des cancers, des malformations. Les virus peuvent retrouver leur virulence ; ils peuvent provoquer l’apparition de nouvelles maladies et favoriser la rupture du délicat équilibre des virus sur les plans écologique et épidémiologique. » (R. Delong, virologue et immunologiste)
Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.