Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 21:42

Communiqué de presse de Michèle RIVASI                             Lundi 24 août 2009

                                        
                                                        

(Députée européenne ; fondatrice de la CRIIRAD et du CRIIREM)

 

 

Lettre ouverte au Ministre de la Santé

Grippe H1N1 : du bon usage du principe de précaution

 

 

La grippe H1N1 commence à toucher notre territoire. Il semble que nous ayons à faire à un virus très contagieux mais pour lors pas excessivement virulent.

 

Alors que le gouvernement a commandé 94 millions de doses de vaccins et mis en place un protocole drastique faisant preuve d’un sens de l’anticipation rare en matière de prévention sanitaire, on peut aujourd’hui s’interroger sur la relation bénéfices – risques de cette campagne de vaccination généralisée.

 

En effet, il nous est permis de nous interroger sur l’efficacité d’un tel vaccin face à un virus d’une virulence limitée et à la possibilité de mutation importante.

Par ailleurs, des risques existent dans toute campagne de vaccination. Or ceux-ci semblent avoir été ignorés.

Quid des effets secondaires de ce vaccin alors que l’expérimentation a été très limitée.

Quid des risques liés aux adjuvants utilisés dont on ignore la nature.

 

Aux USA et au Royaume Uni, les autorités sanitaires ont décidé de l’introduire sur le marché des vaccins sans que leurs possibles effets secondaires ne soient évalués et avant que leur innocuité et leur efficacité ne soit avérées.

 

Un brevet déposé par un gros laboratoire pharmaceutique pour un vaccin H1N1 stipule que des adjuvants appropriés peuvent être choisis à partir d'aluminium, de détergents, de mercure… Ces produits sont tous des produits toxiques pour l’organisme.

 

Il faut savoir également qu’en 1976, les Etats Unis furent confrontés à un virus de grippe porcine de type H1N1. Il y eu dans la même précipitation qu’aujourd’hui une campagne de vaccination nationale à la suite de laquelle des milliers de personnes ont demandé des dommages et intérêts en alléguant qu’elles avaient subi des effets secondaires dus à la vaccination.

 

La loi Kouchner de 2002 dispose que tout acte médical ne peut être effectué sans le consentement libre et éclairé du patient.

En l’espèce, l’absence d’informations suffisantes concernant les effets secondaires du vaccin et la nature des adjuvants utilisés pour sa fabrication, contrevient à cette obligation de transparence légale.

 

Nous demandons donc au gouvernement avant de mettre sur le marché le dit vaccin de répondre aux informations nécessaires concernant les effets secondaires possibles engendrés par un tel vaccin et les adjuvants utilisés pour fabriquer le vaccin.

 

Entre précipitation gouvernementale et enrichissement de l’industrie pharmaceutique, le doute est installé dans nos esprits. Il ne faudrait pas que le remède proposé soit pire que le mal. La récente immunité octroyée aux fabricants de vaccins par la secrétaire d’Etat US à la santé en cas de poursuites judiciaires de victimes n’est pas de nature à nous rassurer.

 

Contact presse : Sébastien Barles (attaché parlementaire) 06 75 00 63 31 ou Michèle Rivasi 06 80 65 52 37

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 16:23

Article vu sur le site de la RTBF (mis en ligne le 03/09/09):

Un groupe de citoyens, préoccupés par la problématique actuelle de "pandémie" mondiale de la grippe AH1N1, a adressé dix questions au gouvernement belge sur les différents aspects de la vaccination prévue pour contrer le virus.


Le "double discours" adopté, selon eux, par les autorités et médias pose en effet de nombreuses questions. "Les messages envoyés à la population sont plus qu'alarmants. Un jour on nous dit de ne pas s'inquiéter, qu'il n'y a rien de grave et, le lendemain, on nous dit de faire de la place dans les cimetières pour prévenir les ravages du virus! Les messages sont tellement contradictoires que les citoyens sont perdus et paniquent", explique le Docteur Gaublomme, membre de l'initiative citoyenne.


Les interrogations du groupe de citoyens portent notamment sur l'efficacité du vaccin en cas de mutation du virus, sur la nocivité de ses composants, ainsi que sur sa nécessité et son coût. "Quelle sera la composition exacte des vaccins choisis? Il apparaît en effet que certains vaccins risquent de contenir des adjuvants et conservateurs reconnus comme toxiques. Et pourquoi vouloir mettre en place une loi d'exception sur la vaccination, alors que la pratique médicale est généralement bien acceptée par la population? Pourquoi cette idée de vouloir contraindre la population à se faire vacciner? ", interroge Marie-Rose Cavalier, ex-députée wallonne.


Fiable, un vaccin si rapidemment créé?


"La rapidité avec laquelle le vaccin a été mis au point pose également question. Comment être sûr que des effets secondaires graves ne se manifesteront pas à long terme? Le vaccin est-il fiable? Pourquoi inclure dans la vaccination les groupes à risques, comme les femmes enceintes, alors qu'ils ont été exclus lors de la recherche? Serviront-ils de cobayes? ", demande le Dr. Gaublomme.


Le coût que représente la vaccination suscite par ailleurs d'autres incertitudes. "Plus de 12 millions de doses du vaccin ont été commandées par le gouvernement. Si le vaccin se révélait finalement être inutilisable, qu'adviendra-t-il de l'argent public dépensé? Le gouvernement sera-t-il remboursé? Le gouvernement prévoit-il une indemnisation pour les victimes du vaccin? Parce que, dans tous les cas, il y en aura", indique Sophie Meulemans, victime de vaccins.

Et le Dr. Gaublomme de rappeler l'épisode de la vaccination massive de 46 millions d'Américains contre la grippe porcine en 1976, pour une pandémie qui n'a jamais eu lieu; une vaccination qui a généré 500 cas de paralysie de type Guillain-Barré et des milliers de plaintes introduites pour dommages à la santé.


"Nous estimons qu'il est du devoir des autorités d'apporter la preuve à l'ensemble de la population qu'elles ont réellement évalué de façon rigoureuse et contradictoire le rapport bénéfice risque de ces futurs vaccins", estime Marie-Rose Cavalier.


Voie judiciaire


Les membres de l'initiative citoyenne attendent des réponses claires du gouvernement dans les dix jours, faute de quoi, il sera probablement fait appel à la voie judiciaire. "Si d'ici le 15 septembre, nous n'avons pas eu de réponses à nos questions, certains citoyens décideront peut-être de se tourner vers les tribunaux. Le gouvernement n'ayant pas répondu à notre mise en demeure et n'ayant donc pas rempli sa mission d'information, nous le contraindrons alors à y répondre par la voie d'autres organes", a expliqué Me Georges-Henri Beauthier.


Les personnes souhaitant prendre connaissance des textes et questions envoyés au gouvernement peuvent demander des informations via l'adresse mail initiative.citoyenne@live.be




(Belga)


source: http://www.rtbf.be/info/economie/dix-questions-au-gouvernement-sur-la-vaccination-ah1n1-initiative-citoyenne-138105







Autre article trouvé sur le site de la RTBF:

" GRIPPE A(H1N1): vaccins à effets secondaires? " (mis en ligne le 4/09/09)


Les vaccins contre la grippe H1N1, qui vont arriver progressivement sur le marché, seront des produits nouveaux pouvant provoquer des effets secondaires inattendus qui devront faire l'objet d'une surveillance, selon les autorités de santé.


Elles estiment toutefois que les avantages d'une vaccination l'emportent sur les risques éventuels.


On ne peut "connaître exactement leurs effets secondaires", note le réseau d'experts Infovac, créé à destination des pédiatres.


Infovac remarque que des vaccins similaires développés contre la grippe aviaire, "avec les mêmes adjuvants", provoquent "plus souvent des relations inflammatoires aiguës que les vaccins traditionnels contre la grippe saisonnière".


Pour ce réseau, "il n'est pas encore possible d'exclure un risque rare (1 à 10 par million) d'effets indésirables inhabituels ou graves".


Si toute la population de France métropolitaine se faisait vacciner, comme le souhaite le ministère de la santé, cela signifierait 60 à 600 cas d'effets indésirables lourds.


Pour Margaret Chan, directrice générale de l'OMS, les essais cliniques en cours devraient donner des indications sur les effets secondaires possibles de ces vaccins. Mais "du fait du nombre limité de personnes testées, des effets secondaires extrêmement rares n'apparaissent pas toujours dans les essais", dit-elle.


Elle rappelle à cet égard que le syndrome de Guillain-Barré, maladie neurologique qui peut être grave, "survient à la fréquence d'un cas pour un million de personnes vaccinées". "Nous risquons donc d'en voir", dit-elle.


L'OMS a recommandé une surveillance sanitaire après inoculation du vaccin.


Un syndicat infirmier français dit craindre "un vaccin développé trop rapidement", avec un adjuvant "susceptible de déclencher des maladies auto-immunes". "Le remède risque d'être pire que le mal", affirme le syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). Il réclame que les patients signent un document de consentement comme pour les médicaments expérimentaux.


Plus de la moitié du personnel de santé de Hong Kong, selon une étude, se dit très réticent à se faire vacciner. De même des infirmières britanniques, dont 30% auraient refusé le vaccin, selon un sondage publié par une revue professionnelle.


Certains médecins rappellent le précédent américain de 1976, où par crainte d'une épidémie de grippe porcine, une vaccination de masse avait été lancée puis arrêtée après la survenue de syndromes de Guillain-Barré. Pour Vincent Enouf, responsable adjoint du Centre national de la grippe à l'Institut Pasteur, rien n'a permis d'établir, en 1976, que les cas de Guillain-Barré étaient "liés à la vaccination".


La biologiste Michèle Rivasi estime aussi que les "risques" de la vaccination semblent "avoir été ignorés" alors que "l'expérimentation a été très limitée". Elle pointe particulièrement les adjuvants grâce auxquels on booste l'immunité.


Le Pr Daniel Floret, président du Comité technique des vaccinations, estime le risque de maladies auto-immunes provoqué par ces adjuvants "théorique et nullement démontré", mais juge "légitime" de le prendre en compte.


Pour le Dr Enouf, il serait effectivement "plus pertinent d'utiliser des vaccins sans adjuvants" pour les femmes enceintes notamment.


"Le contrôle de la qualité pour la production des vaccins antigrippaux s'est substantiellement amélioré depuis les années 1970", dit l'OMS, qui rappelle cependant sur son site qu'"une surveillance étroite" suite à l'administration du vaccin sera "indispensable".


(Belga)

source:
http://www.rtbf.be/info/economie/grippe-h1n1-des-vaccins-sous-haute-surveillance-138554









Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 23:07

PANDEMRIX de GSK? ATTENTION DANGER !

http://www.alterinfo.net/PANDEMRIX-de-GSK-ATTENTION-DANGER-!_a35877.html



Dans un article du Dr A.True Ott, publié le 18/08/09 sur le site  canadien Global Research, www.globalresearch.ca, et intitulé " Pandemic Vaccination - Why You should Be Concerned" 'Vaccination  contre la pandemie pourquoi nous devons nous inquiéter " l'auteur met l'accent sur la nécessité de connaître les composants des vaccins contre la grippe porcine, certains de ces composants pouvant provoquer  de graves effets secondaires entraînant de lourds handicaps à vie, voire provoquer des décès. L'étiquetage détaillé est donc une nécessité et dans l'urgence, réelle ou provoquée, les autorités chargées de valider les vaccins et d'autoriser leur mise sur le marche risquent de se montrer laxistes sur ce point. Un document de l'EMEA (European Medecine Agency Autorisation) qui n'était pas supposé être diffusé au grand public, découvert récemment, (en pièce jointe en pdf ) vient confirmer la nécessaire vigilance que doivent observer les citoyens concernant toute cette histoire de "pandémie" de grippe porcine et la vaccination qu'on veut leur imposer.

Traduction du chapitre de l'article intitulé : Révélation de l'EMEA


"Ce weekend, un gentleman de Belgique a envoyé un e-mail très intéressant. Il a finalement réussi à obtenir un document de l'EMEA  *(équivalent européen de la FDA américaine) qui faisait la liste des composants de base du principal vaccin " grippe pandémique" dont GSK GlaxoSmithKline Europe a fait l'acquisition pour son vaccin PANDEMRIX.  Le document de l'EMEA est très révélateur.

"Le vaccin est composé du : vaccin contre la grippe ( H5N1) ( virion fragmenté, inactivé, avec adjuvant) A/VietNam/1194/2004 NIBRG-14.


"Effectivement, c'est le vaccin contre la grippe aviaire, dont l'antigène isolé est le virus tueur de la grippe aviaire du Vietnam qui a provoqué un taux de mortalité élevé parmi les victimes dans ce pays. Le problème c'est que selon l'OMS, la pandémie de grippe menaçant l' Europe et le monde n'est pas du tout la GRIPPE AVIAIRE (H5N1) mais un virus de grippe porcine (H1N1) "Original". Comment est- il possible qu'un tel vaccin spécifique contre la grippe aviaire fournisse une protection contre un virus "pandémique" de grippe porcine " Original" ?


"Il semblerait que GSK est en train de liquider des stocks de son vaccin contre la "Pandemie de grippe aviaire" en le déguisant en vaccin générique "Pandémique" sous le nom de PANDEMRIX !! Pourquoi l'EMEA laisse t-elle faire cela ? Est-ce que la FDA va suivre l'EMEA et autoriser l'injection des virus de la grippe aviaire chez des millions d' écoliers aux USA ? Où bien seuls les vaccins de Novartis ou de Novavax seront-ils autorisés en Amérique ? Quand les Américains (les Européens,les Asiatiques etc...ndlt) auront-ils accès à  l'étiquetage complet et aux noms des entreprises sous contrat ?"Notez également que la notice explicative de GSK sur le "Pandemrix" déclare que le virus inclus dans le vaccin est "avec adjuvant" mais ne spécifie pas quel adjuvant est utilisé. C'est probablement un adjuvant  "huilé" tel que le squalène mais cela n'est pas complètement révélé.  (C'est effectivement un adjuvant qui contient du squalène voir le  document en pièce jointe avec tous les composants de ce vaccin grippal  prépandemique listés dans le document de l'EMEA dont il fait mention ici ndlt)


"Les virologues dans le monde entier sont inquiets du fait que cette pandémie de grippe porcine "Originale" relativement bénigne menaçant actuellement le monde pourrait se transformer en une bien plus dangereuse tueuse si, d'une manière ou d'une autre, son virus peut se mélanger avec un virus induisant une haute mortalité tel que la souche du H5N1 du Vietnam. Il semblerait qu'injecter à des millions de personnes le PANDEMRIX avec adjuvant contenant des virus H5N1 de la grippe aviaire, pourrait effectivement créer la " parfaite tempête" en matière de pandémie.


"Cette folie organisée doit cesser, et doit cesser maintenant !



Copyright du chapitre Global Research.












Fin mai 2008, GSK a eu l'autorisation de mise sur le marché d'un vaccin pré-pandémique concernant la grippe H5N1 aviaire, appelé Prépandrix : Communiqué officiel 23/08/09 GSK

L'Agence européenne des médicaments a mis à jour le 18 août l'AMM qui détaille la composition et le conditionnement du vaccin PRéPANDRIX, qui sert de base au futur vaccin qui sera fourni par Glaxo-Smith-Kline.
La page multi-langues :
http://www.emea.europa.eu/humandocs/Humans/EPAR/prepandrix/prepandrix.htm
Résumé public MAJ 18/08/09 : http://www.emea.europa.eu/humandocs/PDFs/EPAR/prepandrix/H-822-fr1.pdf
Composition sommaire et conditionnement autorisés : http://www.emea.europa.eu/humandocs/PDFs/EPAR/prepandrix/H-822-fr2.pdf
Formulation complète avec adjuvants et excipients : http://www.emea.europa.eu/humandocs/PDFs/EPAR/prepandrix/emea-combined-h822fr.pdf

Le document de l'EMEA est très révélateur : Effectivement, c'est le vaccin contre la grippe aviaire.
Après reconstitution,
le vaccin contient donc :
- le vaccin grippal inactivé contenant l'antigène (cultivé sur œufs) analogue à la souche A/Indonesia/05/2005 aviaire du Vietnam ayant eu un taux de mortalité élévé en 2005 dans ce pays.
- l'adjuvant AS03 contenant du squalène, de DL-alpha-tocophérol (Vitamine E),
Thiomersal (éthyl-mercure)

et polysorbate 80 (émulsifiant reconnu comme carcinogène et stérilisant sur les animaux - voir Gardasil).



source: http://corsair31.spaces.live.com/?_c11_BlogPart_BlogPart=blogview&_c=BlogPart&partqs=amonth%3d8%26ayear%3d2009

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 22:19

Enfin, des médias qui relaient les vraies infos utiles au quotidien concret des gens plutôt que de ne faire que les abrutir avec des reportages-distractions lénifiants et sans aucune importance....

Voici le court reportage de la chaîne TV Tours du lundi 24 août 2009 et relatif à l'étape touraine de cette exposition itinérante, laquelle pour rappel a lieu du 24 août au 5 septembre prochain, galerie de la Passerelle. Le vernissage est prévu demain, mercredi 26 août dès 18H30!









Le journal "La Nouvelle République" d'Indre et Loire en parle aussi ce jeudi 27 août en qualifiant cette exposition de "vibrante d'émotion"...



  “ Face au silence : la création "

C'est le titre d'une exposition qui se tient actuellement à la galerie de La Passerelle. Le collectif Art et Vaccinations, des bénévoles ayant eu, pour la plupart, l'expérience de l'accident vaccinal, a eu l'idée de présenter les œuvres de personnes souffrant de pathologies multiples après avoir été vaccinées : « Sur les 65 artistes qui exposent, explique le collectif. 60 souffrent de troubles et maladies après avoir reçu les trois inscriptions du vaccin de l'hépatite B. »
Elle est très émouvante : les peintures, sculptures et poèmes traduisent cette souffrance souvent niée. Elle est également très instructive et pédagogique.
Dans le cadre de cette exposition, une conférence, animée par Michel Georget, est proposée au centre des halles, salle 121, mercredi 2 septembre, à 20 h. Le thème : « Le vaccin anti-hépatite B est-il sans danger pour les nourrissons ? » L'entrée est libre.

« Face au silence : la création » : exposition visible à la galerie de La Passerelle, 24, rue des Tanneurs, à Tours, jusqu'au 5 septembre. Du lundi au samedi, de 10 h à 19 h 30.


Delphine Coutier






Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 19:42

Chers amis, c'est avec un immense plaisir que nous vous faisons part de cette information importante: à Bruxelles, le 9/09/2009 se tiendra une marche pacifique mais pas indécise pour autant, que du contraire!

La marche des fourmis blanches constitue une résistance citoyenne à un Nouvel Ordre Mondial qui pourrait s'imposer à nous si nous ne réagissons pas, celui de l'Argent-Roi, celui d'un monde sans foi ni loi où ceux qui tirent les ficelles dans l'ombre peuvent donner libre court à leurs phantasmes sans jamais être poursuivis. Pour rappel, un des grands objectifs du N.O.M est la réduction de la population mondiale, aussi gros que cela puisse vous paraître! Différentes preuves du caractère très concrèt de ce Nouvel Ordre Mondial existent, voyez notamment ICI et réécoutez cette courte vidéo dans laquelle le Président John Fitzerald Kennedy met en garde son peuple et l'appelle à l'aide face à ces "sociétés secrètes"... 10 jours plus tard à peine il était exécuté, COMME PAR HASARD
...








Un des outils de choix du N.O.M c'est bien évidemment les vaccins car précisément, la croyance encore majoritaire de la population au sujet des vaccins soit disant "pour son bien" constitue le verrou à sa propre libération. Les gens ayant toujours été formatés et éduqués avec l'idée que "vaccination= protection" ont évidemment d'énormes difficultés à intégrer et surtout à accepter une évidence aussi douloureuse que celle qui consiste à voir que si la vaccination se poursuit en dépit de l'amas hallucinant de preuves de son inefficacité et de sa dangerosité c'est qu'il y a un autre but que la soit disant "protection de la santé publique", une volonté de contrôle. Pour ceux qui y ont cru c'est à dire tout le monde car personne ne naît anti-vaccins, c'est un saut dans la vérité qui peut donner le vertige et une certaine envie de refouler celle-ci. Dès lors, la seule question est: pour combien de temps encore?

Cette question est d'autant plus lancinante que justement, les partisans du NOM viennent il y a quelques mois de nous concocter une "p'tite pandémie maison" dans l'espoir une fois encore que la peur guide les gens tout naturellement vers la seringue du futur vaccin contre le H1N1.....
















Venez, participez, parce que chacun individuellement, nous avons un pouvoir ENORME, il suffit de respecter sa conscience et de réaliser que d'autres le feront aussi. Oui, comme le disait hypocritement Sarko avant son élection, "Ensemble, tout devient possible" MAIS NON, on n'ira pas ensemble vers le Nouvel Ordre Mondial et si, nous pourrons nous y opposer, SI NOUS LE VOULONS!





        La Marche des Fourmis Blanches


à Bruxelles: 09/09/09

Car il est grand temps de co-créer un monde meilleur, pour tous et toutes, sans dogmes religieux, sans politiques, sans armes, sans pollution, etc...

La liste est très longue...de toutes les contraintes que nous impose notre système monétaire créé sur la dette... et donc la paupérisation du monde,
car plus il faut de l'argent, plus il faut créer des dettes... et provoquer des guerres...

NON à tout cela, y'en a marre !  Ne soyons pas indifférents !

Viens nous rejoindre vêtu d'une toge style Ghandi (vêtements blancs, drap de lit ou signe blanc : OK!)

Parcourons les rues de Bruxelles, dans le calme, pour dire "STOP" à toutes ces violences physiques, morales, tous ces mensonges de ces malades qui nous gouvernent...

Faut que cela cesse !  Nous sommes majoritaires à en être conscients !  Quel monde offrons-nous à nos enfants ?













LE 09 SEPTEMBRE 2009 A 13H, à la pyramide de la place Rogier (en face du Sheraton)

Groupes Facebook- La révolte des Fourmis Blanches- Pour nos enfants



Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 17:15




Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 16:53

Chers visiteurs, nous vous rappelons que l'actuelle étape de cette exposition itinérante de salut public se tient à Tours, du 24 août jusqu'au 6 septembre prochain, vous trouverez toutes les infos pratiques ICI et ICI.


Après cela, l'exposition se déplacera à Paris du 14/9 au 26/09/2009. Trouvez donc ci-dessous (et dans la rubrique "Pages") toutes les informations relatives à cette étape parisienne et n'oubliez pas non plus l'étape ultérieure qui se fera à Strasbourg du 5 au 24 octobre 2009!





TOURS, PARIS, STRASBOURG,.... UNE EXPOSITION DE SALUT PUBLIC, VENEZ NOMBREUX ET PASSEZ LE MOT!

Le vaccin hépatite B est bien un fléau, les victimes sont tristement là pour en attester!


Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 09:07

"Aux USA, les dommages causés par les vaccinations sont tellement graves et énormes que PAS UNE SEULE COMPAGNIE D'ASSURANCE N'ACCEPTE D'EN COUVRIR LES RISQUES." Mark Sircus, Ac., OMD



Tout récemment, une personne nous a contactés afin de nous faire part de sa correspondance avec son assureur concernant les futurs risques des vaccins anti- grippe porcine. Nous remercions vivement cette personne et nous soumettons donc à toutes et à tous la lettre envoyée à une grande compagnie d'assurance belge et la réponse, on ne peut plus limpide, de cette dernière. A chacun de tirer la conclusion quant à la différence qui pourrait exister entre la toxicité des vaccins faits aux USA et celle de ceux qui seront administrés, ici en Europe...





 








REPONSE DE LA COMPAGNIE D'ASSURANCE:





Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 20:16

La Pandémie actuelle

 

 

« Il n’existe aucune preuve que le vaccin contre la grippe soit capable de prévenir ou de diminuer la maladie. Ses fabricants savent bien qu’il ne sert à rien, mais continuent néanmoins à le vendre », estime le Dr. Anthony Morris, virologiste qui fut chef du contrôle des vaccins à la FDA. Nombreux sont ceux qui en sont avertis, aussi l’industrie pharmaceutique doit-elle trouver de nouveaux moyens de vendre ses vaccins à tout le monde. Le plus efficace est la peur. Mais la peur doit s’appuyer sur quelque base et une « pandémie » est le meilleur support de la frayeur mondiale. Aussi, depuis plusieurs années, on nous répète que nous sommes menacés de mort par une « pandémie » de grippe aviaire, ce qui fait vendre les vaccins de la grippe saisonnière. Or, actuellement, c’est la grippe porcine qui a déclenché une véritable « pandémie », non de grippe mais d’hystérie. Il ne faut pas oublier que ce n’est pas la première fois que règne une telle panique. Ainsi, en 1976, la première épidémie de grippe porcine s’est produite à Fort Dix, dans le New Jersey, où quelque 200 soldats ont été contaminés et certains en sont morts.


Le président Gerald Ford s’était alors fait vacciné à grand renfort de publicité devant les caméras de la télévision américaine, ce qui avait entraîné la vaccination de plus de 40 millions de personnes. Cependant, on dénombra très rapidement sept cents morts, dont 30 « inexpliqués » chez des gens âgés dans les heures qui suivirent l’injection, et plus de 565 cas de paralysie type Guillain Barré, 1 300 réactions adverses telles que de sévères complications neurologiques, des maladies de Parkinson, des inflammations articulaires et de multiples scléroses. La campagne, qui avait duré dix semaines, fut aussitôt suspendue, mais les dommages se sont élevés à 3,5 milliards de dollars.


Quant à la « pandémie » tant redoutée, elle n’arriva jamais, et le grand public a oublié ce scandale.

Cependant, nombreux sont ceux qui pensèrent alors (et qui pensent encore) que ce virus a été créé dans un laboratoire militaire. En effet, dès 1943, les Américains ont commencé à mener des expériences sur les armes bactériologiques à Fort Detrick où se trouve le célèbre laboratoire P4 de recherches militaires du Maryland puis, en 1975, le département des virus a été placé sous la supervision du National Cancer Institute (NCI). Dès lors la Marine américaine a élaboré des virus cancérigènes.


Nouvelle alerte fin 2004, lorsque Klaus Stijhr, coordinateur du programme de l'OMS contre la grippe, affirma, dans la revue américaine Science, qu’une pandémie de grippe aviaire pourrait rendre malade 20 % de la population mondiale, que près de 30 millions de personnes auraient besoin d'être hospitalisées et qu’un quart d'entre elles mourraient. Quant au directeur régional de l'OMS Shigeru Omi, en novembre 2004 il avait terrorisé les foules en annonçant : « les évaluations les plus prudentes font état de sept à dix millions de morts, mais le maximum pourrait être de cinquante millions ou même, dans le pire des scénarios, cent millions ». Ces chiffres virtuels ne pouvaient évidemment pas ressortir d’une information scientifique, mais s’apparentaient à une publicité destinée à promouvoir la consommation d’antiviraux.


En automne 2005, le Directeur général de l'OMS a récidivé et affolé les populations avec la grippe aviaire : « Si nul ne peut prédire quand elle frappera, une propagation internationale rapide est absolument certaine dès l'apparition d'un virus pandémique », ce qui représente « un grave danger pour tous les peuples ».  L'incitation à la vaccination annuelle contre la grippe, prônée depuis 1988 par la Caisse Nationale d'Assurances Maladie, a alors pris une ampleur particulière et les médias ont multiplié leurs efforts pour inciter la population à se faire vacciner. L’opération a parfaitement réussi et les stocks de vaccins anti-grippaux ont tous été liquidés, alors qu’il est notoire que le vaccin contre la grippe ne protège pas de la grippe aviaire, si tant est qu’il protège de la grippe banale.


En France, le ministre de la Santé Xavier Bertrand a alors commandé plusieurs dizaines de millions de vaccins H5N1 mutant et deux millions de doses du vaccin pré-pandémique qui n’ont servi qu’à creuser plus profondément le « trou de la Sécu ». Xavier Bertrand est coutumier du fait. N’oublions pas qu’il a tout fait pour aider la promotion du Gardasil® car il le considérait comme une « avancée majeure de santé publique », alors que la Haute autorité de santé n’avait pas encore rendu son avis sur ce vaccin qui est très contesté et coûte près de 450 euros pour les trois injections, plus les visites médicales.


Le 15 septembre, à l'ONU, on a beaucoup parlé des risques d'une pandémie de grippe humaine d'origine aviaire. Le président Bush et le Premier ministre français Dominique de Villepin ont appelé à une mobilisation internationale contre la grippe aviaire. « Si rien n'est fait, ce virus pourrait provoquer la première pandémie du XXIe siècle », a averti G. Bush devant l'Assemblée générale de l'ONU. « L'ampleur de la menace nous impose de réagir sans délai », a renchéri Dominique de Villepin, invitant à « conjurer le risque de pandémie ».  Le mois suivant, le président G. Bush a appelé à une mobilisation internationale contre la grippe aviaire, annonçant que 200 000 personnes au moins allaient en mourir, mais que ce chiffre risquait d’atteindre 2 millions rien qu’aux États-Unis. Il demanda au Congrès d’accorder 7,1 milliards de dollars pour faire face à cette menace. De la part de Bush, étant habitués à ses excès et ses mensonges — entre autres la peur irraisonnée du virus de la variole qu'il a propagée afin de faire vacciner des milliers de militaires —, nous ne pouvions être surpris.


De nombreux scientifiques s’interrogeaient alors ouvertement sur l’ampleur réelle de la menace d’une nouvelle pandémie humaine d’origine aviaire de type H5N1 et sur le bien-fondé de l’achat massif de Tamiflu®. « Je sens comme une sorte d’hystérie sur la question du H5N1 », déclara Peter Palese, virologue à la Mount Sinaï School of Medicine de New York, dans le numéro du 18 novembre 2005 de la revue américaine Science.

À cette époque, la mort d’une oie ou d’un canard sauvage provoquait un reportage au JT.

 


De nombreux précédents


Actuellement, nombre de virologues se demandent comment il se fait que l’épidémie actuelle apparaisse au moment même où la compagnie pharmaceutique Baxter International vient d’admettre qu’un vaccin expérimental a été contaminé par le virus H5N1 de la grippe aviaire. Ce mélange de virus de la grippe humaine H3N2 et de virus de la grippe aviaire H5N1 qui n'étaient pas correctement identifiés a été envoyé à une firme autrichienne qui a expédié des portions du mélange à des sous-traitants en République tchèque, en Slovénie et en Allemagne. C'est le sous-traitant tchèque qui s'est aperçu du danger et le Laboratoire national de microbiologie du Canada a alerté l’OMS. D’après Alois Stöger, ministre de la Santé autrichien, 72 kilos auraient été contaminés. Comment ce laboratoire peut-il avoir « par accident » introduit les deux virus H5N1 et H3N2, dans le matériel vaccinal, alors que ce mélange de souches, appelé réassortiment, est l’une des deux manières de créer un virus pandémique ? D’autant que Baxter a adhéré à un ensemble de protocoles destinés à éviter la contamination par croisement viral.


Dans l'éventualité où une personne exposée au mélange serait infectée simultanément par les deux souches, elle pourrait servir d'incubateur à un virus hybride capable de se propager facilement d'un humain à un autre car, si le H5N1 ne contamine pas facilement les humains, le H3N2 en est capable.

Le laboratoire, qui a agi comme une organisation de terrorisme biologique envoyant des virus mortels à travers la planète, s’en est tiré en disant simplement : « désolé, c’est une erreur ! »

On s’est bien gardé de nous signaler que Baxter Pharmaceuticals a déjà été impliqué dans quelques graves scandales. En 1996 des composants contre l’hémophilie ont été contaminés, toujours « accidentellement » par le VIH, et injectés à des dizaines de milliers de personnes et, récemment, une substance contaminante non identifiée, responsable de 19 décès aux États-Unis — sans compter des centaines d’accidents graves — a été découverte dans des lots d'héparine du même laboratoire, qui a évidemment nié sa responsabilité. Cela n’a guère empêché l’Oms de lui commander un vaccin contre le virus H1N1.


Ce n’est pas, non plus, la première fois qu’on laisse s’échapper des virus d’un laboratoire. En 2005, un fabricant américain de kits utilisés dans les laboratoires pour tester leurs capacités de détection avait associé des ampoules du virus H2N2 à des milliers de kits de test. Cette erreur, découverte aussi par le Laboratoire National de Microbiologie du Canada, avait conduit les autorités du monde entier à un branle-bas de combat pour récupérer et détruire les ampoules contenant le virus.


Ces exemples nous permettent de juger de la compétence et du sens de la responsabilité de certains fabricants de médicaments.


Toutefois, depuis plus de huit ans, le virus H5N1 n’a jamais manifesté le moindre signe de mutation qui permettrait la transmission entre mammifères. « Le virus H5N1 a amplement eu le temps de muter ou de se réassortir avec des gènes d’un virus de grippe humaine, mais rien de tel ne s’est produit », rassure le Pr Peter Palese, chef du Département de Microbiologie à l’Ecole de médecine du Mount Sinai à New York.


Actuellement, le virus de la grippe porcine n’est pas plus virulent (et peut-être moins) que les virus saisonniers qui ont sévi ces dernières années. Il lui manque une certaine protéine, présente dans le virus de 1918 et dans celui de la grippe aviaire H5N1 pour être un redoutable tueur.

Le chercheur australien Adrian Gibbs, l’un des créateurs du Tamiflu®, a déclaré que ses investigations indiquent que ce virus a échappé au laboratoire qui l’a créé. Il est loin d’être le seul chercheur qui estime que le virus H1N1, qui comporte des souches très différentes, porcine, aviaire et humaine, ne peut être que le fruit d'une manipulation génétique. (cf. Australian Vaccination Network, Inc. / PO Box 177 / BANGALOW / NSW / 2479 Australia).

 


La résurrection
du virus de la grippe espagnole


Ce nouveau virus rappelle celui qui est à l’origine d’une autre épidémie mondiale, connue sous le nom de la « grippe espagnole », et qui était aussi du sous-type H1N1.

Il faut savoir que la grippe espagnole, qui n’avait d’espagnol que le nom, s'est déclarée pour la première fois en 1918, dans le camp militaire de Fort Riley, au Kansas. Dans ce camp, avant leur départ pour l'Europe, les soldats cobayes furent massivement vaccinés contre la variole, la diphtérie, le tétanos, la rage et la typhoïde. Les médecins de l'époque notèrent qu’un grand nombre de soldats sont morts immédiatement après les vaccinations ou ont manifesté les symptômes des maladies dont ils étaient supposés être protégés.  On vaccina également la population civile et c'est après ces vaccinations de masse que l'épidémie dite de grippe espagnole qui a fait, selon les différentes estimations, entre 20 et 40 millions de morts en 1918, s'est déclarée aux États-Unis, puis propagée à travers le monde, car des milliers de soldats dûment vaccinés traversèrent alors l'Atlantique. Curieusement, la Grèce et quelques autres pays qui n'avaient pas accepté ces vaccinations de masse échappèrent comme par miracle à cette grippe.


Le Dr Dayton publia en mai 1921 dans le Journal de l'Institut Américain pour l'homéopathie, un article montrant que sur 24 000 cas de grippe traités par homéopathie, la mortalité fut de 1,05 %, alors que sans traitement elle fut de 28,8 %.  Après l’analyse d’un tissus pulmonaire d’une victime de la pandémie de 1918, le Dr Jeffrey Taubenberger a publié un rapport dans Science Magazine Report du 21 mars 1997, selon lequel le virus de la pandémie de 1918 était un nouveau virus porcin recombiné avec des fragments de virus aviaire (H5N1) et humains (H3N2) dans la structure même de leur ARN. 


En 2003, des scientifiques de l’armée des États-Unis ont recréé en laboratoire le virus de la « grippe espagnole ». Le Projet Sunshine (Sunshine Project), organisation non gouvernementale qui essaie de faire respecter les interdictions concernant les abus de la biotechnologie à usage militaire, a signalé à l’époque que plusieurs gènes du virus extrêmement meurtrier de la grippe de 1918 ont été isolés et introduits dans des souches de grippe contemporaine. « Malgré la nature dangereuse du virus de 1918, les efforts visant à le reconstruire ont commencé au milieu des années 1990, lorsque le Dr Jeffrey Taubenberger de l’Institut de pathologie de l’armée des États-Unis à Washington a réussi à récupérer et à séquencer les fragments d’ARN viral à partir de tissus préservés de victimes de 1918. » (cf. The Sunshine Project, Lethal Virus from 1918 Genetically Reconstructed : US Army scientists create “Spanish Flu” virus in laboratory, 9 Octobre 2003. www.sunshine-project.org/publications.) Le génome de ce virus avait complètement disparu de la face de la planète jusqu’à ce que l'armée américaine le ressuscite récemment à partir du cadavre congelé d’une personne morte de la grippe en 1918 en Alaska.  Ces expériences, qui présentent peu d’avantages sur le plan médical ou de santé publique, peuvent en revanche être facilement détournées à des fins militaires. À ce sujet, Jan van Aken, biologiste au Sunshine Project estime que la propriété génétique des souches de la grippe a d’importantes applications biomédicales, mais qu’il n’est pas justifié de recréer cette souche éradiquée particulièrement dangereuse qui pourrait causer des ravages si elle était relâchée dans l’environnement, délibérément ou accidentellement.

 


Ceci explique peut-être cela



La situation actuelle me rappelle que, durant l’hiver 2004, certaines publications dites médicales ont suggéré que la varicelle était une maladie grave, très contagieuse, qui préoccupait les instances médicales, ce qui était parfaitement faux. Au fil du temps, les nouvelles se firent plus alarmantes, la maladie « évoluait vers des formes très sérieuses ». Enfin, au printemps, la varicelle était soudain devenue mortelle, tuant « même des enfants en bonne santé », et les cas se multipliaient de manière très inquiétante. « La France est au bord de l’épidémie », apprenait-on alors. Il est évident que ces rapports alarmants avaient une raison cachée d’être autant diffusés, et que les laboratoires n’étaient pas étrangers à ces « nouvelles angoissantes ».  La lumière s’est faite lorsqu’on nous a appris qu’un nouveau vaccin contre la varicelle, le Varivax®, allait « prochainement être disponible ».


Le même scénario s’est renouvelé lorsque le vaccin contre la rougeole est apparu et il se renouvelle encore, et Sanofi Pasteur en est le grand gagnant. En effet, le 6 mai 2008, dans un communiqué de presse, Sanofi Aventis Pasteur MSD annonçait que la FDA venait « d’homologuer sa nouvelle unité de production de vaccin grippal située à Swiftwater, en Pennsylvanie qui produira 100 millions de doses lorsqu’elle fonctionnera à plein régime. » Et le 12 mai suivant, nous apprenions la construction d’une nouvelle usine pour 350 millions d’euros à Neuville-sur-saône. 

Déjà, lors de son voyage en Chine en novembre 2007, Nicolas Sarkozy avait signé un accord pour la construction d'une nouvelle usine de vaccins anti-grippaux à Shenzhen. Notre président a récidivé le 9 mars 2009, en s’engageant à investir 100 millions d’euros pour construire une usine de production de vaccins contre la grippe saisonnière et pandémique au Mexique.

 
Alors que les maladies respiratoires tuent silencieusement chaque année des centaines de milliers de personnes à travers le monde, comment les instances de santé internationales osent-elles faire un tel cinéma au sujet d’une pandémie qui, au 21 juillet 2009, a causé 806 décès sur plus de 139 800 cas dans le monde dont la très grande majorité a guéri spontanément, et en France, à la même date, 483 cas confirmés dont aucun décès.

D’autant qu’il n'existe aucune preuve médicale que les décès qui se sont produits à travers le monde sont attribuables au virus H1N1 de la grippe porcine et nous savons que la plupart des décédés avaient déjà eu des complications respiratoires.


Cela s’est produit le 30 juillet, lorsque les medias nous ont appris qu’une jeune fille de 14 ans venait de mourir à cause du virus meurtrier. Après enquête, on a annoncé qu’elle souffrait avant la « pandémie » d’une grave maladie, compliquée d’une infection pulmonaire sévère, autre que la grippe. D’après le Docteur Michael T. Osterholm, directeur du Centre de recherche sur les maladies infectieuses de l’Université du Minnesota, les tests existants pour confirmer le H1N1 sont empiriques et peu sûrs.


Tout ce cirque et cet infirme pourcentage de mortalité (0,03 % alors qu’on s’attendait à 70 %) parviendront-il à justifier la commande française de 94 millions de doses de vaccins pour 1 milliard d'euros en pleine crise économique ?

Le 11 juin 2009, l’OMS a déclenché le niveau 6 d’alerte maximale face à la grippe porcine A (H1N1). Son directeur général, le Dr Margaret Chan, a déclaré que les critères scientifiques définissant une pandémie de grippe sont remplis et que la pandémie mondiale a maintenant commencé. N’oublions pas que Margaret Chan est responsable de l’abattage de 1,5 millions de volailles en Asie lors de la grippe aviaire qui fut bien loin d’être aussi dramatique que ce qui avait été annoncé.


Alors que tous les médias se ridiculisent en ne parlant que de cette « pandémie » galopante, le professeur de médecine Bernard Debré — pourtant vaccinaliste convaincu qui estime qu’il faut « renforcer la vaccination anti-grippale » — créait le 26 juillet, à l’UMP dont il est membre, un mini-tsunami en affirmant : « Cette grippe n'est pas dangereuse. On s'est rendu compte qu'elle était peut-être même un peu moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie ! ». Pour lui, on ne vérifie d'ailleurs plus si les malades ont attrapé le H1N1 ou un simple rhume de cerveau et la grippe A « reste une grippette, ce n'est ni Ebola, ni Marburg ». Il souligne qu’il n’y a que 800 cas répertoriés en France. « C'est une plaisanterie ! Va-t-on se mettre à comptabiliser les diarrhées ? ».


Pour sa part, le Dr Patrick Pelloux, président de l'Association des médecins urgentistes hospitaliers de France, estime que s’il y avait un danger réel, c’est pour les hôpitaux publics qu’il faudrait agir car « la situation y est catastrophique et les fermetures de lits pires d’année en année ». Et il se demande comment l’État peut consacrer autant d’argent au vaccin alors que les hôpitaux sont justement en déficit d’un milliard d'euros. 

Dans une interview accordée au journal Spiegel online International le 21 juillet 2009, l’épidémiologiste Tom Jefferson a bien résumé la situation actuelle : « L’un des aspects extraordinaires de cette grippe — et de toute cette saga — est qu’il existe des gens qui font des prédictions chaque année, de plus en plus inquiétantes. Aucune d’elles ne s’est encore manifestée, mais ces gens s’entêtent à les répéter. Ainsi, qu’en est-il de la grippe aviaire qui devait nous tuer tous ? Rien. Mais cela ne les a pas découragés dans leurs prédictions. Parfois, nous avons l’impression qu’il existe tout un secteur industriel qui espère que cette pandémie va se produire. »

Ainsi, en Chine, pays de 1,3 milliard d’habitants, on a recensé 1 668 cas de H1N1 et aucun décès, mais la compagnie pharmaceutique Hualan Biological Engineering Inc a annoncé qu’elle pourra produire 600 000 doses de vaccin par jour. Ce comportement est-il logique ? Qu’a-t-il de commun avec une nécessité sanitaire ?




Ce n’est pas la grippe qu’il faut craindre mais plutôt le vaccin


Ainsi, d’après toutes ces considérations, ce n’est pas la grippe qu’il fut craindre mais plutôt le vaccin qu’on nous promet comme la panacée. Comme le dit le Dr William Frosehaver : « Le risque de souffrir de complications sérieuses provenant des vaccins contre la grippe est beaucoup plus grand que la grippe elle-même. » Déjà, son utilité est discutée par de nombreux professionnels. Ainsi, Antoine Flahaut, directeur de l'école des Hautes études en santé publique, estime que « le vaccin n’est pas très efficace, le virus mute sans arrêt, et des réservoirs animaux multiples ne permettent pas d’espérer un jour une éradication. D’ailleurs, aucun pays n’a à ce jour tenté une stratégie de barrière contre les épidémies saisonnières de grippe qui sont pourtant très meurtrières. »


Pour le Dr Rima E. Laibow, le vaccin « pandémique » serait surtout dangereux. Elle dirige le secteur médical de la Fondation des Solutions Naturelles, un groupe de vigilance citoyenne qui surveille l’industrie pharmaceutique et a été récompensé par le Carlton Lee Award de l’American Academy of Environmental Medicine. Elle a souligné le fait qu’il est impossible de créer un vaccin contre un virus qui n’existe pas encore. « Si un vaccin contre la grippe aviaire est développé dans sa forme pandémique, cela signifie que le virus pandémique devait déjà exister avant ». Selon elle, d’après les renseignements basés sur les déclarations de l’Institut National de la Santé et le fabricant du vaccin, la pandémie de grippe aviaire a déjà été créée par le génie génétique aux États-Unis, en fusionnant le génome mortel de la pandémie de 1918, mal nommée « grippe espagnole », avec l’ADN du virus inoffensif H5N1 dans une culture de croissance à base de cellules du rein de l’homme. « Certains virologues croient que cela permettra au virus mutant créé par l’homme de reconnaître les cellules humaines lui permettant ainsi de les envahir. » (cf. Rima E. Laibow, Weaponized Avian Flu Intelligence Report).


En avril 2008, dans la revue Nature Chemical Biology  (Vol 4 - 248 -255), quatre chercheurs expliquaient qu’à une température extérieure de 30°C, la membrane du virus de la grippe est désorganisée, ce qui ne lui permet pas d'être contaminant. « La transmission virale est freinée à 20°C et elle est quasiment nulle à 30°C », alors qu’à une température de 5°C, la membrane est suffisamment stable pour qu'elle puisse créer un optimum de contamination. L'hygrométrie joue également un rôle : un air sec (20 à 35 % d'humidité relative) favorise la contamination par l'air.

C’est pour cette raison que la grippe ne sévit qu’en période hivernale. Nos « savants manipulateurs » peuvent-ils nous expliquer comment le virus de la grippe A résiste à des températures bien plus élevées puisqu’il sévit l’été dans des pays chauds.


À l’époque de la panique déclenchée par la menace de la grippe aviaire prétendue venir des oiseaux sauvages, le Dr Laibow demandait : « Compte tenu de la scandaleuse absence de preuve d’une quelconque menace d’un virus H5N1 qui ne soit pas de fabrication humaine, comment pouvons-nous expliquer que l’administration Bush dépense des milliards de dollars pour préparer chacun des cinquante États à ce qu’ils appellent “l’inévitable pandémie de grippe aviaire”, dont on prétend qu’elle pourrait tuer la moitié ou plus de tous les Américains et une proportion équivalente de personnes à travers le monde ? »


Le Dr Laibow craignait alors que la propagation volontaire d’agents pathogènes de grippe aviaire parmi la population puisse entraîner des mesures comme la loi martiale et la vaccination forcée ayant pour résultat des morts par millions et pense que ce risque pourrait être imminent. Le problème reste posé pour la grippe porcine.


En effet, le 25 juin 2009, Kathleen Sebelius, ministre de la Santé et des Services sociaux des États-Unis, a signé un document fédéral qui garantit l’impunité aux officiels de la Santé, aux fabricants du Tamiflu® et du Relenza® ainsi qu’aux laboratoires qui vont commercialiser les futurs vaccins contre la grippe et « les adjuvants qui leur seront associés ». Cela laisse supposer qu’elle sait qu’il y aura des dégâts, comme elle sait également que la plupart des grandes compagnies d’assurances refusent de couvrir les accidents qui pourraient découler de cette campagne. Ce refus est significatif.


Quelques scientifiques ont déjà essayé de combiner le virus de la grippe aviaire H5N1 à une souche de grippe humaine. N’oublions pas que, souvent, une certaine « recherche » est l’antre des apprentis sorciers. Personne ne peut nier que, dans certaines conditions, les deux types de virus pourraient échanger des gènes et permettre au virus H5N1 d’acquérir la capacité de déclencher une pandémie. « Il y a un risque que ce virus puisse se réassortir avec succès avec un virus humain », a déclaré Richard Webby, directeur du Centre de recherche sur la grippe à l’hôpital St-Jude de Memphis, au Tennessee, qui collabore avec l’Organisation mondiale de la santé.


Le professeur Stephen Block, biophysicien à l’université de Stanford, a plusieurs années d’expérience dans des recherches biologiques confidentielles réalisées pour le Pentagone et le gouvernement des États-Unis. Il a déclaré à ce sujet : « Nous sommes tentés de dire que toute personne saine d’esprit n’utiliserait jamais ces procédés. Mais ce n’est pas tout le monde qui est sain d’esprit. »


The New Scientist


Pourquoi des milliers de personnes meurent-elles chaque année de la grippe (ndlr: malgré la vaccination élargie!) sans que les medias y prêtent la moindre attention, alors que chaque cas de grippe porcine fait la une des journaux ?


Le 2 juillet 2008, le quotidien Daily Telegraph rapportait que trois médecins polonais et six infirmières faisaient face à des poursuites criminelles parce qu’un certain nombre de sans-abri étaient décédés à la suite d’essais d’un vaccin contre le virus H5N1 de la grippe aviaire. Ce qui a fait dire aux procureurs qui participaient à l’enquête que les essais avaient été réalisés avec un vaccin de ce virus hautement contagieux qui n’avait jamais été testé.


Le Dr Keiji Fukuda, spécialiste de la grippe à l’OMS, avait déjà annoncé le danger potentiel d’un vaccin non testé, ce qui va se reproduire avec le vaccin contre la grippe porcine. D’après la façon dont cette pandémie aviaire, puis porcine, a été annoncée, il semblerait que les compagnies pharmaceutiques et certaines agences gouvernementales n’ont qu’une idée en tête : terroriser la population et la pousser, sans avoir besoin de l’obliger, à se faire vacciner.

Selon l'hebdomadaire britannique New Scientist, l'épidémie actuelle a probablement commencé en 2003, dans le sud de la Chine. La vaccination massive des poulets depuis une épidémie semblable en 1997 aurait permis au virus de se développer dans cette région sans être détecté.

Au cours d’une émission de Jacques Pradel, le docteur Jean-François Saluzzo, virologue de l'OMS en charge du développement des vaccins contre les maladies virales émergentes, confirmait que la vaccination des poulets en Chine pouvait être très dangereuse car elle pourrait donner naissance à un virus qu’on ne pourrait plus contrôler.

 




La manipulation des citoyens

 


Barbara Loe Fisher , du NVIC (National Vaccination Information Center), constate : « Les citoyens de tous les pays sont aisément manipulés par des médecins et des politiciens qui répandent la peur sous prétexte de contrôler les maladies pour répondre à des desseins qui découlent d’idéologie, de pouvoir et de profits plutôt que de santé. Ces médecins ne savent toujours pas pourquoi le vaccin contre le virus porcin de 1976 a paralysé tant de personnes. Cela prouve bien qu’ils n’ont pas la moindre idée de ce qui peut advenir avec le futur vaccin qu’ils n’ont pas testé. » du 17 Avril 2007 signale que la recherche sur le vaccin de l’entreprise Sanofi a été réalisée par le NIH dans le cadre des efforts du gouvernement des États-Unis visant à se préparer à une pandémie de grippe. Et William Engdahl, spécialiste des questions de politique, géopolitique, économie, énergie, et agriculture, pose la question cruciale, c’est-à-dire est-ce qu’ils se préparent à une pandémie de grippe ou préparent-ils une pandémie de grippe ? « Pourquoi le gouvernement des États-Unis dépense-t-il des centaines de millions de dollars des contribuables pour stocker ce vaccin qui probablement ne fonctionnera pas lors d’une telle pandémie ? »


À présent, Novavax, une compagnie pharmaceutique de Rockville dans le Maryland, vient d’annoncer qu’elle développe un vaccin contre le H1N1, basé sur des « particules apparentées aux virus, » contenant trois protéines du virus de la grippe sans les gènes nécessaires à la réplication. L'annonce a été faite tout de suite après que la compagnie a annoncé une perte d'exercice financier de 36 millions de dollars.
 Le vaccin est produit grâce à des techniques de modification génétique des organismes c’est-à-dire des OGM. Parmi les futurs amateurs de ce vaccin, il y aura évidemment des anti-OGM convaincus qui trouveront naturel, non de les consommer par la bouche, mais de se les faire injecter directement dans le corps.


Il est surprenant de constater que tant de gens se proposent comme cobayes et réclament un vaccin non testé qui peut être plus mortel que la pire des grippes. Le pouvoir de la peur pour transformer les individus en moutons de Panurge est tout simplement incroyable.


Quoi qu’il en soit, l’hiver prochain, ceux qui seront en danger seront ceux qui auront accepté le vaccin comme cela s’est produit pour la grippe espagnole. Et s’il advient alors de nombreux décès comme nous le craignons si les gens sont toujours d’accord pour jouer à la roulette russe en servant de cobayes pour un produit non expérimenté, les médecins à la solde de « Big Pharma » nous expliqueront avec des trémolos dans la voix que le nombre de gens sauvés sera de loin supérieur à celui des gens sacrifiés. Il est évident que ces chiffres seront purement imaginaires, mais il est aussi évident que ceux qui auront abîmé leur système immunitaire par leur nourriture, une médication excessive, des vaccinations intempestives seront les premières victimes de n’importe quel germe pathogène.

Et le fait que la Société de pathologie infectieuse et la Société française de lutte contre le sida recommandent aux populations les plus fragiles de se faire vacciner contre le pneumocoque dès à présent pour contourner d’éventuelles difficultés logistiques en pleine épidémie à l’automne ne va pas améliorer l’état des systèmes immunitaires de ces « populations fragiles ».


En outre, l’incitation à la vaccination contre la grippe saisonnière en attendant que le vaccin pandémique soit prêt, ce qu’il ne sera pas en septembre, ni en octobre, ne va pas arranger la situation. En effet, le vaccin contre la grippe saisonnière ne protègera pas d’une « pandémie » de virus porcin, mais favorisera le passage des barrières d’espèces entre ces virus animaux et le virus humain, déjà bien préparé.


D’autre part, selon le Dr Meryl Nass, spécialiste du vaccin contre le charbon, les deux futurs vaccins H1N1 de Novartis et GlaxoSmithKline, contiendraient, non seulement les adjuvants classiques des vaccins contre la grippe, mais aussi de l’aluminium, et surtout du squalène afin de renforcer l´immunogénicité et de réduire de façon considérable la quantité d´antigène viral nécessaire. Or, les résultats d´une étude publiée en 2000 dans l´American Journal of Pathology ont démontré qu’une seule injection de squalène chez les rats provoquait « une inflammation spécifique et chronique des articulations » également connue sous le nom de polyarthrite rhumatoïde.  Il est exact que le squalène se trouve partout dans le système nerveux et dans le cerveau et que non seulement notre système immunitaire sait le reconnaître, mais aussi bénéficie de ses propriétés antioxydantes. Cependant, la différence entre le « bon » et le « mauvais » squalène consiste dans la manière dont il est introduit dans l´organisme. L´injection est une voie d´entrée anormale qui incite le système immunitaire à s´attaquer à tous les squalènes présents dans l´organisme, et non pas seulement à l´adjuvant du vaccin.  Aussi, le système immunitaire de notre organisme tentera de détruire cette molécule partout où il la trouve, y compris dans les endroits où elle s´est introduite naturellement et où elle est indispensable pour le système nerveux.


N’oublions pas quele squalène, adjuvant du vaccin expérimental contre le charbon, a été associé aux maladies dont souffrent d´innombrables soldats ayant participé à la guerre du Golfe.


Parmi les symptômes qu´ils ont développés, les plus graves sont l´arthrite, la lymphadenopathie, les maux de tête fréquents, la perte anormale de poils, les lésions cutanées incurables, les ulcères aphteuses, les vertiges, l´asthénie, la perte de mémoire, les troubles neurologiques de la marche, les problèmes neuropsychiatriques, l´anémie, une vitesse de sédimentation globulaire (ESR) élevée, le lupus érythémateux systémique, la sclérose multiple, la sclérose latérale amyotrophique (SLA), le phénomène de Raynaud, le syndrome de Sjorgren, la diarrhée chronique.

 

Sylvie Van der Werf, chercheuse de l'Institut Pasteur, vient de rajouter une couche de catastrophisme chez les lecteurs du Figaro : « Tout laisse à penser que ce virus touchera l'ensemble de l'hémisphère Nord, et le nombre de malades potentiels pourra être très élevé ». Elle en déduit que « Nous allons être conduits à vacciner tout le monde, au nord comme au sud, dans les pays riches comme ceux en voie de développement. Et mon avis est que le plus vite sera le mieux, compte tenu de l'évolution actuelle ». Cependant, malgré sa frénésie de vacciner, elle devra attendre « quatre à six mois avant de disposer de vaccins ». Ce sera toujours ce temps de gagné pour les futures victimes.

Le CDC d’Atlanta et l’OMS ont décidé de supprimer les tests qui de toute façon ne permettent pas de déterminer scientifiquement qui est touché ou pas par le H1N1. Aussi, en supprimant le décompte des cas de grippe H1N1, ils se mettent à l’abri de toute discussion en présumant que « presque tous les cas sont des cas de grippe porcine H1N1 ». C’est sur ces bases « scientifiques » que nos gouvernements vont décider de vacciner ou non la population.

 


Sylvie Simon








Rensecom-Vaccinations-enfants-qui-fuient



 

 




Le Tamiflu



Cet antiviral qui se vendait plutôt mal, suscite à présent l’envie du monde entier, qui veut se le procurer à tout prix.

Officiellement, les laboratoires Roche sont les fabricants du Tamiflu®, mais le médicament a été découvert par Gilead Sciences Inc, qui a cédé à Roche les droits de le fabriquer et de le vendre et dont Donald Rumsfeld, qui en fut Président de 1988 jusqu’en 2001, lorsqu’il devint ministre de la Défense, détient toujours plusieurs millions de dollars d’actions.



tamiflu.jpg






Au moment où tous les gouvernements stockent ainsi des antiviraux et des millions de doses de vaccins, deux études publiées par le Lancet viennent d’établir que ces traitements sont bien moins efficaces qu’on le croyait et confirment la progression de la résistance aux médicaments ou vaccins antigrippaux. Aussi, rien ne permet de prévoir la réelle efficacité du Tamiflu® en cas de pandémie.


Nombre de virologues ont manifesté leur inquiétude face aux phénomènes de résistance qui pourraient apparaître lorsque l'antiviral sera utilisé par des centaines de millions de gens. Ainsi, le 28 juillet 2009, dans un article paru dans le BMJ, plusieurs scientifiques du  groupe Cochrane estimaient qu’il était temps d’étudier plus sérieusement le bénéfice du Tamiflu® par rapport à ses dangers. « À ce stade de l’épidémie, les gens devraient être prévenus de ne pas utiliser l’oseltamivir car la plupart courront tellement peu de risques par rapport au virus que n’importe quelle réaction neuropsychiatrique dépasserait de loin tout avantage, et que son usage à grande échelle hâterait le développement de la résistance du virus.


En revanche, on connaît les risques qu’il engendre, car la FDA a reçu plus de 1 800 rapports d’effets indésirables dont la mort de 14 adolescents liés à des problèmes neuropsychiatriques et certains « troubles du comportement et des hallucinations », ainsi que des convulsions et des paralysies comme le Syndrome de Guillain-Barré.

Le Times et le Daily Telegraph du 31 juillet 2009 signalaient que la moitié des enfants traités au Tamiflu souffrait de nausées, douleurs d’estomac, diarrhées, vomissements, et qu’au moins 18 % avaient des problèmes de sommeil, des cauchemars, et se sentaient incapables de se concentrer, d’avoir des pensées claires, ce qui pouvait être extrêmement gênant en périodes d’examens.


Comment ne pas admettre que les risques engendrés par cette substance pèsent très lourd dans la balance par rapport aux 0,03 % de décès attribués au virus. Toutefois, avant qu’elles ne soient périmées, il faudra bien utiliser les milliers de doses déjà stockées puisque « le vin étant tiré, il faut le boire ».


(ndrl: Le Journal Le Soir du 17 août 2009 nous apprenait  JUSTEMENT que la date de péremption du Tamiflu vient d'être prolongée de 2 ans supplémentaires passant de 5 à 7 ans...Pour que cette prolongation de date de péremption puisse s'appliquer nous indique toutefois l'organisme suisse de contrôle des médicaments, il faut qu'il y ait "épidémie et qu'une large utilisation du médicament ait été jugée nécessaire"!  Grâce à cette manoeuvre qui n'est pas sans nous rappeler celle de l'OMS qui réduisait les contre-indications de vaccination contre la rougeole dans le Tiers Monde, les stocks de Tamiflu qui auraient été périmés en 2016 pourront encore être utilisés 2 années après, de quoi laisser le champ libre à une prochaine pandémie fabriquée CAR, c'est couru d'avance, si ce virus fabriqué-ci n'induit pas une peur suffisamment grande dans la population au point de se jeter sur le vaccin, on s'échinera à fabriquer un autre virus, plus méchant, afin que la vaccination massive et/ou forcée se trouve cautionnée par une unanimité scientifique construite de toutes pièces.)

 

 

 

 

Osterholm

Le Docteur Michael T. Osterholm, directeur du « Centre de recherche sur les maladie infectieuses de l’Université du Minnesota », admet que les tests existants pour confirmer le H1N1 sont empiriques et peu sûrs et affirme : « de mauvaises mesures sont pires que pas de mesures du tout ». Ainsi l’OMS a décidé de supprimer les tests qui de toutes façons ne permettent pas de déterminer scientifiquement qui est atteint du H1N1 et qui ne l’est pas


Squalène : le sale petit secret contre la grippe porcine est exposé !

 


Par le Dr Mercola

 

 

Selon Kathleen Sebelius, ministre du département de la Santé et des Services Humains des Etats-Unis (US Department of Health and Human Services),votre enfant devrait être la première cible pour les vaccinations de masse contre la grippe porcine lorsque l’école débutera cet automne [I]

 

Ceci est un postulat ridicule pour de nombreuses raisons, sans parler d’un risque extrêmement élevé.

 

En Australe, où la saison infernale a commencé, la ministre fédérale de la santé Nicola Roxon rassure les parents en disant que la grippe porcine n’est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière : « La plupart des gens, y compris les enfants, feront l’expérience de très légers symptômes et récupèreront sans aucune intervention médicale », dit-elle. [II]

 

Le spécialiste en immunisation basé à Sydney, Robert Booy, prédit que la grippe porcine pourrait être

fatale à environ deux fois plus d'enfants au cours de l'année que la grippe ordinaire. Booy estime que les enfants de 10 à 12 ans pourraient mourir du virus H1N1, comparativement aux cinq ou six décès dus à la grippe ordinaire que l’on voit chez les enfants durant une année moyenne en Australie. [III]

 

« Soignez la maladie, tuez le patient »

 

Moins de 100 enfants aux Etats-Unis meurent chaque année du virus de la grippe saisonnière. [IV] Si nous avons recours aux mathématiques de l'Australie, une estimation très approximative serait que 100 autres enfants pourraient potentiellement mourir de la grippe porcine aux États-Unis dans les prochaines années.

 

Si les enfants constituent la première cible aux Etats-Unis selon Sebelius, cela signifie que nous sommes sur le point d’injecter à environ 75 millions d’enfants un vaccin à suivi rapide et qui contient de nouveaux adjuvants, y compris le dangereux squalène, afin d’éviter peut-être 100 morts.

 

Je ne suis pas en train de négliger la tragédie de la perte de même un seul enfant en raison d’une maladie comme le virus de la grippe H1N1. Mais il ne faut pas y avoir de discussion quant au fait qu’une vaccination massive et inutile de millions d’enfants avec un vaccin qui contient un adjuvant connu pour provoquer une foule de maladies auto-immunitaires débilitantes est un plan imprudent et dangereux.

 

Pourquoi les vaccinations sont-elles dangereuses ?

 

L'intention présumée d'une vaccination est de vous aider à construire une immunité contre les organismes potentiellement nuisibles qui causent un mal et la maladie. Toutefois, le système immunitaire de votre corps est déjà conçu pour effectuer cela, en réponse aux organismes qui envahissent votre corps naturellement.

 

La plupart des organismes qui provoquent les maladies entrent dans votre corps par les muqueuses du nez, par la bouche, par le système pulmonaire ou par votre tube digestif - par le biais d'une injection.

 

Ces muqueuses possèdent leur propre système immunitaire, appelé le système immunitaire IgA. Il s'agit d'un système différent de celui qui est activé lorsqu'un vaccin est injecté dans votre corps.

 

Votre système immunitaire IgA est la première ligne de défense de votre corps.Son travail consiste à lutter contre l’invasion des organismes à leur point d’entrée, réduisant , ou même éliminant, le besoin d’une activation du système immunitaire de votre corps.

 

Quand un virus est injecté dans votre corps dans un vaccin, et en particulier en combinaison avec un adjuvant immunitaire comme le squalène, votre système immunitaire IgA est contourné et le système immunitaire de votre corps passe à la vitesse supérieure en réponse à la vaccination.

 

Injecter des organismes dans votre corps pour provoquer l’immunité est contraire à la nature, et la vaccination comporte un potentiel énorme pour causer de sérieux dommages à votre santé.

 

 (voir sur http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2004/05/12/vaccination-dangers.aspx  ).

 


Et comme si les vaccins n’étaient pas suffisamment dangereux seuls…

... Imaginez-les munis d’un turbo.

 

Le principal ingrédient d’un vaccin contre est, soit des virus qui ont été tués, soit des virus vivants qui ont été atténués (affaiblis et rendus moins nocifs).

 

Les vaccins contre la grippe peuvent aussi contenir un certain nombre de substances chimiques toxiques

cf. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2005/05/31/universal-flu-vaccine-part-two.aspx ),  y compris de l’éthylène glycol (antigel) , du Formaldehyde, du Phenol (acide carbolique) et même des antibiotiques comme le Neomycine et le Streptomycine. E plus des virus et autres additifs, de nombreux vaccins contiennent également des adjuvants immunitaires comme l’aluminium  et le squalène.

 

Le but d'un adjuvant immunitaire qui est ajouté à un vaccin est de renforcer (munir d’un turbo) votre réponse immunitaire à la vaccination. Les adjuvants pour effet de faire sur-réagir votre système immunitaire face à l'introduction de l'organisme contre lequel vous êtes vacciné.

 

Les adjuvants sont censés faire en sorte que le travail soit effectué plus rapidement (mais certainement pas de façon plus sûre) , ce qui réduit la quantité du vaccin requise pour chaque dose administrée par individu.  Moins de vaccin requis par personne signifie davantage de doses individuelles pour les campagnes de vaccination de masse . Et comme par hasard, c’est exactement l’objectif du gouvernement et des compagnies pharmaceutiques qui sont prêts à tirer des millions de leurs vaccins.

 

Y aurait-il des adjuvants immunitaires dans les vaccins contre la grippe porcine ?

 

Le gouvernement américain a conclu des contrats avec plusieurs sociétés pharmaceutiques afin de développer et de produire des vaccins contre la grippe porcine. Au moins deux de ces entreprises : Novartis (cf. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2005/03/30/drug-marketing.aspx ) et GlaxoSmithKline (cf. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2006/08/12/another-bird-flu-scam.aspx ), utilisent un adjuvant dans leurs vaccins contre le H1N1.

 

Quel est cet adjuvant ? Le Squalène

 

Selon Meryl Nass, MD (medical director), qui est une autorité sur le vaccin contre l'anthrax !

 

"Une nouvelle caractéristique de ces deux vaccins contre le H1N1 qui sont en train d’être élaborés par les sociétés Novartis et GlaxoSmithKline est l'ajout d'adjuvants contenant du squalène afin d'accroître l'immunogénicité et de réduire considérablement la quantité d'antigène viral nécessaire. Ceci se traduit par une production beaucoup plus rapide des quantités de vaccin désirées."[V]

 

L’adjuvant au squalène propre à Novartis contre le  H1N1 se nomme le MF59 . Celui de Glaxo l’ ASO3. Le MF59 doit encore être approuvé par la FDA pour son utilisation dans tout vaccin américain, malgré ses antécédents d'utilisation dans d'autres pays.

 

Selon le Dr. Nass, il n'existe que trois vaccins utilisant un adjuvant au squalène approuvés. Aucun de ces trois vaccins n’est approuvé pour une utilisation aux Etats-Unis.

 

 

 

 

 Ce que le squalène fait aux rats

 

 

Il a été prouvé que la vaccination d’adjuvants à base d’huile comme le squalène génère des réponses immunitaires concentrées et soutenues au cours de longues périodes de temps. [VI]

 

Une étude datant de l’an 2000 et publiée dans l’American Journal of Pathology (journal américain des pathologies) a démontré qu’une seule injections de l’adjuvant squalène chez les rats déclenchait "une inflammation chronique du système immunitaire, liée à l’immunité et spécifique aux articulations", aussi connue sous le nom de polyarthite rhumatoïde [VII]

 

Les chercheurs ont conclu que l'étude soulevait des questions concernant le rôle des adjuvants dans les maladies inflammatoires chroniques.

 


Ce que le squalène fait aux humains

 


Votre système immunitaire reconnaît le squalène comme une molécule d’huile native de votre corps. On le trouve dans votre système nerveux et dans votre cerveau. En fait, vous pouvez consommer du squalène dans l'huile d'olive (cf. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2000/01/30/olive-oil-colon-cancer.aspx ) et non seulement votre système immunitaire reconnaîtra celui-ci, mais vous profiterez aussi des avantages de ses propriétés antioxydantes.

 

La différence entre le « bon » et le « mauvais » squalène est la voie par laquelle il entre dans votre corps. L’injection est une voie d’entrée anormale qui incite votre système immunitaire à attaquer tout le squalène qui se trouve dans votre corps et pas seulement l’adjuvant du vaccin. Votre système immunitaire tentera de détruire la molécule partout où il la trouve, y compris dans les endroits où elle se rencontre naturellement, et où elle est vitale à la santé de votre système nerveux. [VIII]

 

Les anciens combattants de la guerre du golfe souffrant du syndrome de la guerre du golfe (Gulf War Syndrome ou GWS) avaient reçu des vaccins contre l’anthrax qui contenaient su squalène. [IX]  Le MF59 (l’adjuvant au squalène de Novartis) était un ingrédient non autorisé dans les vaccins expérimentaux contre l’anthrax et a depuis été lié aux maladies auto-immunes dévastatrices dont souffrent d’innombrables vétérans de la guerre du golfe.  [X]

 

Le Département de la défense a fait toutes les tentatives possibles afin de nier que le squalène était en effet un contaminant ajouté dans le vaccin contre l'anthrax administré au personnel militaire – déployé et non déployé - durant la guerre du golfe Persique -, ainsi qu’aux participants au plus récent Anthrax Vaccine Immunization Program (programme d’immunisation contre l’anthrax via un vaccin ou AVIP).

 

Toutefois, la FDA découvrit la présence de squalène dans certains lots de produits de l’AVIP.Un test fut développé pour détecter des anti-corps anti-squalène auprès de patients atteinst du syndrome de la guerre du golfe, et un lien  clair a été établi entre le produit contaminé et tous ceux qui souffrent du syndrome de la guerre du golfe avaient été injectés avec le vaccin contenant du squalène.

 

Une étude menée à la Tulane Medical School et publiée dans le numéro de Février 2000 de la revue Experimental Molecular Pathology (pathologie moléculaire expérimentale) inclut ces étonnantes statistiques:

 

"... La grande majorité (95%) des patients ouvertement malades et qui ont déployé le syndrome de la guerre du Golfe GWS possédaient des anticorps anti-squalène. Tous (100%) les patients atteints du syndrome de la guerre du Golfe vaccinés pour leur service durant les opérations Desert Shield/Desert Storm (Bouclier du désert/Tempête du désert), qui n'ont pas été déployés, mais qui montraient les mêmes signes et symptômes que ceux qui ont été déployés, avaient des anticorps anti-squalène.

 

En revanche, aucun (0%) des anciens combattants déployés durant la guerre du Golfe Persique et ne présentant pas de signes et symptômes du syndrome de la guerre du Golfe ne possède d’anticorps anti-squalène. Ni les patients ayant une maladie idiopathique auto-immune ni ceux présentant des contrôles sains n’avaient dans leur sérum sanguin des anticorps anti-squalène détectables. La majorité des patients présentant des symptômes du syndrome de la guerre du Golfe avaient dans leur sérum sanguin des anticorps anti-squalène. » [XI]

 

Selon le Dr Viera Scheibner, Ph.D., un ancien scientifique en recherche fondamentale pour le gouvernement de l'Australie:

 

« ... cet adjuvant, le squalène,  a contribué à la cascade de réactions appelée « Syndrome de la geurre du golfe », documentée chez les soldats impliqués dans la guerre du golfe. Les symptômes qu’ils ont développés comprenaient de l’arthrite, de la fibromyalgie, de la lymphadenopathie, des éruptions cutanées photosensibles (…) de la fatigue chronique, des maux de tête chroniques, des pertes de poils corporels anormales, des lésions cutanées ne guérissant pas, des ulcères aphteux, des étourdissements, de la faiblesse, des pertes de mémoire, des convulsions, des changements  d’humeur, des problèmes neuropsychiatriques, des effets anti-thyroïde, de l’anémie, une élévation de l’ESR (Erythrocytes), du lupus erythemateux disséminé, de la sclérose en plaques, de la SLA (sclérose latérale amyotrophique), le phénomène de Raynaud, le syndrôme de Sjorgreen, de la diarrhée chronique, des sueurs nocturnes et des fièvres de bas grade ».  [XII]

 

Le suivi post- vaccination pourrait aussi bien être non-existant.

 

Il n’y a pratiquement  pas d’élément scientifique pour soutenir la sécurité des injections de vaccin sur votre santé  à long terme ou sur la santé de vos enfants.

 

Les études de suivi durent moyenne deux semaines, et cherchent seulement les blessures et les maladies flagrantes.

 

Les troubles de l’auto-immunité, comme ceux qui ont été observés dans le syndrome de la guerre du Golfe prennent souvent des années à diagnostiquer en raison de l'imprécision des premiers symptômes. Des plaintes comme des maux de tête, de la fatigue et des douleurs chroniques sont les symptômes de différents maux et les maladies.

 

Ne retenez pas votre souffle en attendant que les fournisseurs et les promoteurs des vaccins se penchent sérieusement sur les conséquences que leurs campagnes de vaccination causent sur la santé à long terme.

 


Ce que vous pouvez faire dès maintenant

 

 

Veuillez visionner la vidéo sur  http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2009/08/04/Squalene-The-Swine-Flu-Vaccines-Dirty-Little-Secret-Exposed.aspx   (en anglais)

 

 

L’International Vaccine Conference  (conférence internationale sur les vaccins – cf. http://www.nvic.org/Events/overview.aspx ) est organisée une fois tous les cinq ans. C’est sans aucun doute possible la meilleure conférence sur les vaccins dans le monde. Pour chaque orateur qui y prend la parole, il y en 5 à 10  autres qui n'ont pas été en mesure d’y parler.

 

Il s’agit des meilleurs orateurs sur ce sujet et je suis très heureux à l’idée d’y participer. Washington DC est absolument délicieux en automne, et tous les musées de classe mondiale y sont gratuits.

 

Veuillez me rejoindre à cet événement. Cela ne coûte que $ 195 pour le week-end et les chambres d'hôtel sont seulement à $ 95 si vous effectuez une réservation avant le 31 juillet. Alors, même si vous pensez seulement à y aller, vous devriez réserver à l'hôtel, puisqu’ il n'y a pas de frais à payer si vous annulez votre réservation.

 

Visitez le site du National Vaccination Information Center - Centre d'information national de vaccination (NVIC, voir sur http://www.nvic.org/NVIC-Vaccine-News/June-2009/Swine-Flu-Vaccine--Will-We-Have-A-Choice--by-Barba.aspx  ) et rejoignez la lutte contre les vaccinations obligatoires contre la grippe porcine.

 

Instruisez-vous sur les souches de la grippe, les risques liés à la vaccination et sur les lois de santé dans votre état

( cf. http://www.publichealthlaw.net/ModelLaws/MSEHPA.php ) qui pourraient vous obliger, vous ou vos enfants, à subir une vaccination obligatoire ou une mise en quarantaine.

 

 Prenez soin de votre santé afin de réduire ou d’éliminer le risque de contracter la grippe. L’essentiel est de garder votre système immunitaire fort en suivant ces lignes directrices.

 

• Éliminez le sucre et les plats cuisinés industriellement de votre alimentation (cf. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2001/07/14/insulin-part-one..aspx ). La consommation de sucre possède un effet immédiat et débilitant sur votre système immunitaire.

 

• Prenez une source de graisses animales riche en oméga 3 et de grande qualité, comme l’huile de krill (cf. http://products.mercola.com/krill/ ).

 

• Faites de l’exercice (cf. http://www.mercola.com/nutritionplan/exercise.htm ). Votre système immunitaire a besoin d’une bonne circulation afin d’agir au meilleur de ses performances pour vous.

 

• Optimisez vos niveaux en vitamine D (cf. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2002/02/23/vitamin-d-deficiency-part-one.aspx ). La carence en vitamine D est la cause probable des virus de grippe saisonnière. Acquérir un niveau optimal en vitamine D vous aidera à combattre les infections de toute sorte.

 

• Ayez un sommeil de bonne qualité, et en grande quantité (cf. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2003/03/08/sleep-diabetes.aspx ).

 

• Gérez le stress efficacement (cf. http://articles..mercola.com/sites/articles/archive/2004/07/24/stress-immune-system-part-two.aspx ). Si vous vous sentez débordé par le stress, votre corps n'aura pas les réserves dont il a besoin pour combattre l'infection.

 

• Lavez-vous les mains (voir http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2004/09/25/flu-hygiene.aspx  ). Mais pas avec un savon antibactérien. Utilisez un savon pur, sans produits chimiques.

 

 

Sources :

 

[I] USAToday.com, Swine flu shots may go to kids first, Sebelius says, June 16, 2009 http://www.usatoday.com/news/health/2009-06-16-swine-flu-vaccine_N.htm

 

[II] ABC.net.au, Health minister reassures parents over swine flu, July 2, 2009 http://www.abc.net.au/news/stories/2009/07/02/2614972.htm

 

[III] Google News, AFP, Australia urges calm after child flu death, July 2, 2009, http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hVoGSwV_jPgg6J6Aoz8wSQiGyosg

 

[IV] Meryl Nass, M.D., July 4, 2009

 http://anthraxvaccine.blogspot.com/2009/07/h1n1-update-australiahong-kongus.html

 

[V] Meryl Nass, M.D., July 3, 2009

http://anthraxvaccine.blogspot.com/2009/07/h1n1-vaccines-with-novel-adjuvants.html

 

[VI] Rense.com, Vaccines, Autism, and Gulf War Syndrome, August 15, 2005 http://www.rense.com/general67/vacc.htm

 

[VII] The American Journal of Pathology, The Endogenous Adjuvant Squalene Can Induce a Chronic T-Cell-Mediated Arthritis in Rats, 2000

http://ajp.amjpathol.org/cgi/content/abstract/156/6/2057

 

[VIII] Vaccination Liberation, Adjuvant Index Page

http://www.vaclib.org/basic/adjuvants.htm

 

[IX] Autoimmune Technologies, News Release: SQUALENE FOUND IN ANTHRAX VACCINE,

http://www.autoimmune.com/SqualeneInVaccine.html

 

[X] Autoimmune Technologies, Gulf War Syndrome: ANTI-SQUALENE ANTIBODIES LINK GULF WAR SYNDROME TO ANTHRAX VACCINE http://www.autoimmune.com/GWSGen.html

 

[XI] ScienceDirect.com, Experimental and Molecular Pathology, Volume 68, Issue 1, February 2000, Pages 55-64 http://www.sciencedirect.com/

 

[XII] Adverse Effects of Adjuvants in Vaccines, by Viera Scheibner, Ph.D., 2000

http://www.whale.to/vaccine/adjuvants.html

 

Traduit par Vicflame de :

Squalene: The Swine Flu Vaccine’s Dirty Little Secret Exposed

http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2009/08/04/Squalene-The-Swine-Flu-Vaccines-Dirty-Little-Secret-Exposed.aspx

 - A voir aussi : le site

"http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/grippe-a-un-cheval-de-troie-place-59708"

   

Extrait : << ... Mais revenons quelques semaines en arrière. Que nous annonçaient les très sérieuses voix sciento-politiques ? Première prévision : un milliard de victimes pour juillet (entendre 2009) selon le New Scientist, puis la presse anglaise, sous l’égide des « autorités de santé », nous annonçait « jusqu’à la moitié de la population

infectée ».  Enfin, il y a quelques jours, les prévisions baissent encore, c’est 30% maintenant, 2 milliards selon l’OMS... Avec un taux de mortalité annoncé « d’à peine 0,5% » de source médicale, voire de 0,55% - chiffre déduit des

statistiques OMS à l’époque où ils comptaient encore, on en serait donc à 6 milliards X 0,3 X 0,005 soit 10 millions de décès potentiels extrapolées dans le monde.

 
 L’être humain prendrait-il de l’importance aux yeux de nos gouvernements soudainement débordant de compassion, 10 millions de morts par an, c’est exactement le chiffre de la faim dans le monde (dont on n’a rien à foutre

depuis des lustres), si on oublie les 800 millions annuels qui sucent les pierres. On voudrait bien voir autant de milliards de kilos de blé distribués aussi rapidement que les milliards de doses de vaccins en cours de fabrication!!!

 
Compte tenu que cette estimation de 2 milliards, annoncée par l’OMS – on ne sait sur quelle base – est revue à la baisse semaine après semaine, on semble être dans l’arbitraire, voire dans le loto, et rien n’indique que ce chiffre ne finira pas par se réduire à quelques dizaines de millions, pour faire moins de victime qu’une grippe saisonnière, ou guère plus. Des prévisions en diminution au fur et à mesure que les semaines passent, et soudain, l’OMS décide d’arrêter le boulier. On ne compte plus, c’est trop difficile.  Il faut dire que ça commençait à faire désordre, la cacophonie des critères de comptabilité devenait risible !..... >>

 

    -------------

 

    - Et là, un petit chef d'oeuvre de désinformation scientifique - à

l'usage des politiques et décideurs (!) - : "http://knol.google.com/k/lyonel-baum/grippe-a-h1n1-2009/2k8pqpdqx6p8k/59#" (On y apprend notamment que le vaccin ne sera pas obligatoire... mais qu'il sera quand-même indispensable si l'on veut survivre à la terrible pandémie qui s'annonce et ne pas souffrir horriblement dans d'atroces souffrances !!!!)

 



 

 

 


































































































 

 



 
Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
15 août 2009 6 15 /08 /août /2009 23:10

Voici quelques réflexions concernant la nouvelle grippe AH1N1, dite mexicaine :

 

1-  PERTINENCE  DE  L'APPELATION PANDEMIE

      
Une pandémie est une épidémie qui s'étend sur un ou plusieurs continents. Mais quand parle- t-on d'épidémie dans une population ? A partir de 2,10,100 ou 1000 cas ? L'usage et la signification des termes épidémie et pandémie sont-ils laissés à l'arbitraire des seules autorités, qu'elles soient locales, régionales ou mondiales ? Le 15 juillet 2009, le dernier recencement des cas de grippe AH1N1 par l'OMS (source : www.pandemiedegrippe.com) indiquait 95.412 cas ayant entraîné 433 décès. Cette grippe a donc touché 0,0014 % des 6,8 milliards de personnes qui constituent la population.mondiale. Pour la Belgique, le Commissariat interministériel influenza fait état de 126 cas (13-07-2009), soit 0,00126 %  des 10 millions de belges. S'il y a actuellement une pandémie de grippe AH1N1, il faudrait aussi  parler de pandémie, par exemple, pour la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson, les accidents de la route - 1 million de morts chaque année dans le monde -, et l'électrosensibilité, un handicap qui se répand de plus en plus dans le monde et qui touche actuellement 1 à 3 % de la population, soit 100.000 à 300.000 personnes en Belgique. 

 

2-  AFFOLEMENT  DE  LA  POPULATION


 Je connais un médecin qui a fait des conférences sur les dangers des vaccinations. L'Ordre des médecins l'a condamné principalement parce que le titre de ses conférences était de nature à "affoler le public". "Affoler la population", cela n'est pas compatible avec l'éthique médicale. Quand donc l'Ordre des médecins va-t-il condamner l'OMS pour "affolement des populations" ?

 

3-  LE  VACCIN


 Toutes les décisions concernant la vaccination -"quand va-t-on vacciner ?", "où va-t-on vacciner ?", "qui va vacciner ?",  "qui va-t-on vacciner ?"- sont actuellement prises sur base d'un produit qui n'existe pas encore. Que sera ce vaccin que l'on va injecter ? Quels antigènes de virus grippaux va-t-il contenir ? Contiendra-t-il aussi, comme d'autres vaccins,  du formol, du phénol, du mercure, de l'aluminium, des débris d'ADN, des résidus de protéines, des antibiotiques ? Ces  substances peuvent provoquer, à court ou à long terme, des effets néfastes. Contiendra-t-il encore d'autres molécules indésirables ? Le consommateur connaîtra-t-il ce que l'on lui injectera ? Le vaccin antigrippe AH1N sera fabriqué et prêt à l'emploi en quelques mois. Je voudrais que l'on m'explique les tests d'innocuité et d'efficacité réalisés avant sa mise sur le marché. Et qu'indiquera la notice de ce vaccin quant à ses effets à long terme ? Le moins qu'on puisse dire c'est que l'on va injecter dans le corps humain un produit insuffisamment expérimenté.

 

4-  LES  RESPONSABILITES


 Quand une situation devient grave ou est déclarée telle, des décisions hâtives peuvent être prises et c'est parfois l'occasion de faire voter à la sauvette de nouvelles lois, voire des lois d'exception. C'est ainsi qu'en France il a été déclaré que la vaccination anti-grippe AH1N1  deviendrait obligatoire si l'OMS décrétait atteint le niveau 6 de pandémie pour cette grippe. Or ce niveau 6 indique simplement un niveau de répartition géographique de la maladie et non pas son niveau de gravité. En Belgique, le Conseil des ministres a adopté un projet de loi d'exception. Celle-ci donnerait, par exemple, la possibilité au gouvernement de réquisitionner des professionnels autres que ceux appartenant au personnel de santé pour aider à  vacciner la population. La notice de tout vaccin indique que celui-ci peut avoir des effets secondaires indésirables.  Si des centres de vaccination spéciaux sont ouverts, auront-ils les médicaments et le matériel nécessaires pour faire face à un éventuel choc anaphylactique, complication immédiate et grave due à l'injection ? Et contre qui, juridiquement, l'éventuelle victime de ce futur vaccin pourra-t-elle se retourner ? Si c'est la firme productrice qui est responsable de son produit et de tous les effets qu'il induit, il faudra qu'elle le notifie. Si c'est le vaccinateur qui porte cette responsabilité, il faudra le spécifier. Si c'est le consommateur, et lui seul, qui est responsable des suites de la vaccination qu'on lui fera, il faudra l'en mettre au courant avant de le vacciner afin qu'il soit conscient que, s'il accepte la vaccination, il en accepte aussi tous les risques. Dans ce domaine des responsabilités, il ne peut y avoir de flou, il faut que les choses soient claires.

 

5-  CHANGEMENT   DE  STRATEGIE


En Belgique, jusqu'à présent, chaque patient suspecté d'être contaminé par le virus de la grippe mexicaine devait subir des prélèvements permettant d'élairer le diagnostic. Le médecin, rencontrant ce patient, devait employer masque et gants sous peine de devoir lui-même être mis en quarantaine. Toutes les personnes ayant été en contact avec un grippé AH1N1  devaient être recherchées et traitées aux antiviraux. Actuellement, pour des raisons pratiques, économiques et comme cette grippe n'apparaît pas plus grave que la grippe saisonnière habituelle, le Commissariat interministériel influenza, en accord avec l'OMS, change de stratégie. Il préconise de ne traiter aux antiviraux que les grippés des groupes à risque et, sauf cas exceptionnel, de ne plus chercher à savoir de quel virus grippal il s'agit. Selon l'OMS (10 juillet 2009), les symptômes de la grippe AH1N sont très généralement bénins et guérissent habituellement au bout d'une semaine, même sans traitement médical. Et pourtant, depuis des mois, les informations et les prévisions au sujet de cette grippe affolent la population mondiale.

 

CONCLUSION

 

 

 

C'est par la peur que cette affaire de grippe marche. Si nous y répondons par la peur, nous utilisons cette même énergie et, en quelque sorte, alimentons encore cette affaire.  Choisissons plutôt de rester ancrés en nous et de cultiver l'énergie du bon sens et du respect de la personne.

 

 

 

Geneviève Couplet,    le 26 juillet 2009

NB: Expovaccins certifie que cet article a été rédigé avec la collaboration d'un médecin qui souhaite rester anonyme.




















Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.