Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 21:45

Les Femmes, les Vaccins et l’Intégrité Corporelle

 

Barbara Loe Fisher, Présidente du National Vaccine Information Center (NVIC)

24 janvier 2013

 

Barbara L.F. No shots, no job

 

2013 avait à peine commencé quand j’ai découvert la photo d’Ethel Hoover (61 ans) infirmière de longue date dans un service hospitalier. Au cours de ses 22 ans de carrière, elle n’avait été absente de son travail que 4 ou 5 jours. Elle venait d’être virée de son travail pour ne pas avoir accepté le vaccin contre la grippe.

 

Défendre la liberté de conscience

 

Pour son dernier jour de travail, elle s’est habillée en noir. Sur la photo, elle se tenait droite, regardant directement l’appareil photo, sans crainte, manifestant clairement le choix qu’elle avait fait de défendre le principe de l’autonomie [1], de la liberté de conscience [2] [3], comme de la protection de son intégrité physique [4].

 

« C’est mon corps », disait-elle. « J’ai le droit de refuser le vaccin contre la grippe. »[5]

 

La punition : « Pas de vaccin, pas de travail »

 

L’Hôpital universitaire « Health Goshen » (Indiana) a rejeté les exemptions sanitaires et religieuses sur lesquelles Ethel s’était fondée. Ils ont ainsi pu la punir pour avoir choisi d’obéir à sa conscience et se maintenir en bonne santé. Ils ont refusé de respecter ses croyances, le soin qu’elle portait à sa santé, l’amour de son travail en brandissant le mantra «  pas de vaccin, pas de travail » des officiels de la Santé et des groupes financés par Big Pharma [6] pour pouvoir finalement la licencier.

 

Ethel n’est pas la seule. De nombreuses infirmières Américaines sont aussi jetées à la rue sans travail. [7], [8] ou forcées de porter des masques ou des insignes spéciaux qui les stigmatisent [9] parce qu’elles refusent de se soumettre à ces vaccins anti-grippaux dont on connaît le peu d’efficacité et les risques, alors que même les Centres de Contrôle des Maladies admettent que ces vaccins ne protègent même pas la moitié du temps [10], et qui, comme tous les autres vaccins, sont susceptibles de provoquer des dommages permanents quand il y a des complications. [11]

 

Des infirmières ignorantes et hystériques ?

 

Un médecin  de l’Université Vanderbilt qui dirige les campagnes de vaccination des adultes [12] financées par les géants du médicament Merck et Pfizer, a pu observer que ce sont les infirmières qui sont les plus réticentes à se faire vacciner. Minimisant, avec un brin de sexisme les possibilités de pensée critique chez les femmes, spécialement chez les infirmières, il déclare : «  Il semble qu’il existe un mythe persistant qui voudrait que chez les infirmières on pourrait attraper la grippe à la suite d’un vaccin. En ne se faisant pas vacciner, elles risquent davantage d’attraper la grippe et en outre elles ne contribuent certainement pas à la protection et à la sécurité des patients. » [13]

 

Certains gars des Pharmas se sentent apparemment à l’aise de perpétuer le mythe que les infirmières forment un groupe de femmes hystériques et ignorantes, parce qu’il est probablement plus difficile que pour les autres de les faire adopter la pensée magique au sujet des bénéfices et des risques de la vaccination contre la grippe…

 

Les infirmières ne croient guère aux Mythes des vaccins

 

Nous devrions tous faire une pause et réfléchir. Pourquoi les infirmières qui consacrent tout leur temps à sauver des vies, n’intègrent-elles pas ces mythes vaccinaux que les compagnies pharmaceutiques et les médecins avec des titres ronflants, veulent à tout prix faire passer. Pourquoi des infirmières chevronnées doivent-elles sacrifier leur carrière pour prendre position et ainsi protéger leur liberté de conscience et leur intégrité corporelle ?

 

Peut-être est-ce parce que les infirmières savent, elles, que la sûreté du vaccin contre la grippe relève d’un mythe. Aujourd’hui, de plus en plus d’infirmières sont conscientes que les effets secondaires de la vaccination contre la grippe peuvent aboutir à des inflammations du cerveau, des paralysies [14], des décès, tout spécialement chez les personnes plus sensibles. [15] Les infirmières savent aussi que la majorité des plaintes au sujet des effets secondaires des vaccins qui sont dédommagées par le gouvernement ont trait au vaccin contre la grippe. [16]

 

Les infirmières savent aussi que c’est le mythe qui fait croire que le vaccin contre la grippe pourra vous empêcher de transmettre la grippe ou autres formes d’infections respiratoires. [17] Les infirmières savent que chaque année 70 à 80 % de tous ceux qui souffrent de maladies ressemblant à la grippe (ILI), telles que des montées de fièvre, des maux de gorge, de la toux, présentent des tests négatifs pour les types A et B de l’influenza. [18],[19].

 

Les grands Syndicats condamnent la politique «  Pas de vaccin, pas de travail ».

 

Les grands Syndicats s’opposent au mantra « Pas  de vaccins, pas de travail » que les médecins au service du gouvernement et les groupes médicaux financés par  Big Pharma [20],[21],[22],[23],[24] suggèrent aux employeurs. Ils leur demandent d’imposer le vaccin parce qu’ils veulent forcer un taux de vaccination de 90%. [25] Ces syndicats comprennent : American Nurses Association; [26  ]National Nurses United; [27  ]California Nurses Association; [28  ]Occupational Safety and Health Administration (OSHA); [29  ]Service Employees International Union (SEIU) Healthcare Employees Union; [30  ]American Federation of State, County and Municipal Employees (AFSCME); ALF-CIO [31  ]et d’autres. Se joignent aussi à eux la Fédération américaine des enseignants et l’Association des Personnels de navigation aérienne.  

 

Les enseignants et le personnel de navigation aérienne seront vraisemblablement les groupes visés suivants qui vont figurer sur les listes du gouvernement. Ces personnes seront menacées de perdre leur emploi immédiatement après le personnel des soins de santé. (Comme ceux qui sont actuellement visés au Texas et au Colorado.) [33  ]

 

Les professions féminines sont dans le collimateur

 

Les femmes, beaucoup d’entre elles mamans célibataires, ont la plupart du temps fait partie des professions mal payées en Amérique. [34]

 

92% des services infirmiers Américains, 98% des aides-soignants sont des femmes [35], 98% du personnel qui s’occupe des enfants sont des femmes. [36], [37] 82%  des enseignants des grades 1 à 12 sont des femmes [38].- 98% des enseignants en écoles maternelles sont des femmes. [39] et 80% du personnel de navigation aérienne sont des femmes. [40]

 

Pourrait-on parler d’une tendance ? On pourrait parier que oui. Pour la bonne et simple raison que 100% des mamans qui donnent naissance aux enfants et qui s’occupent d’eux jusqu’à ce qu’ils puissent se débrouiller tout seuls, sont des femmes. Et ce sont les mères qui ont été les premières humiliées, marginalisées et punies par des médecins paternalistes parce qu’elles avaient eu l’audace de s’engager dans une pensée critique et poser les bonnes questions au sujet des vaccinations ; questions auxquelles les médecins ne savent toujours pas répondre. [41], [42], [43].

 

Honneur soit rendu aux infirmières qui défendent la pensée critique

 

Je veux rendre hommage à Ethel Hoover, ainsi qu’aux courageuses infirmières qui se battent pour protéger leur droit au consentement libre et éclairé. [44], [45], [46], [47], droit qui leur est enlevé, qui nous est enlevé à tous, centimètre par centimètre, par des médecins qui sont en position de force.

 

NVIC-Nurse.JPG

 

Ethel Hoover s’est habillée tout de noir pour son dernier jour de travail en tant qu’infirmière

 

Une infirmière qui refuse d’abandonner ses droits au consentement libre et éclairé est une infirmière qui respectera votre droit de prendre des décisions éclairées quand vous serez patient. Une infirmière qui exige le droit de pouvoir penser par elle-même pour pouvoir suivre ce que lui dicte sa conscience pour protéger son corps, est une infirmière qui défendra aussi votre droit de penser librement, de suivre votre conscience et de protéger votre corps, peu importe ce que puisse en penser ou en dire un médecin - homme ou femme. 

 

Voir la vidéo en anglais : https://www.youtube.com/watch?v=LBMhY1E_UPU

 

Références:

 

[1 ]  Merriam-Webster Dictionary. Definition of Autonomy.

[2 ]The Free Dictionary. Definition of Conscience.

[3 ] The Religious Life of Thomas Jefferson. Man’s Need for Religious Freedom. Pages 23-27. University of Virginia Press 1987.

[4 ]Whitehead JW. Missouri v. McNeely: The Loss of Bodily Integrity in an Emerging Police State. Huffington Post. Jan. 15, 2013.

[5 ]Lupkin S. Nurses Fired for Refusing Flu Shot. ABC News Jan. 3, 2013.

[6 ]IU Health Goshen. Statement Regarding IU Health Influenza Patient Safety Program. Press Release: January 2013.

[7 ]Cheung-Larivee K. Hospital flu vaccination policies are ‘tough sell.’ Fierce Healthcare Dec. 4, 2012.

[8 ]Hendricks L. Six at FMC out over flu shots. Arizona Daily Sun Jan. 18, 2013.

[9 ]Kent JL. Flu Vaccine Debate Sparks Rights Debate. NBC Connecticut Dec. 6, 2012.

[10 ]CDC. Early Estimates of Seasonal Influenza Effectiveness – United States. MMWR Jan. 18, 2013: 62(02); 32-35.

[11 ]Jurlink DN, Stukel TA et al. Guillain-Barre Syndrome After Influenza Vaccination in Adults. Arch Intern Med 2006; 166(20): 2217-2221.

[12 ]National Foundation for Infectious Diseases.  Campaign for Adult Immunization.

[13 ]See Reference #5  .

[14 ]NVIC. Flu Vaccine Reaction Leaves Former Nurse a Quadriplegic. NVIC Vaccine Newsletter Oct. 31, 2011.

[15 ]Stratton K, Ford A, Rusch E, Clayton EW, editors. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality.(Evaluating Biological Mechanisms of Adverse Events: Increased Susceptibility)Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Washington, D.C.: National Academies Press 2011.  

[16 ]DHHS. Health Resources and Services Administration. Statistics Reports – Jan. 7, 2013. Claims Filed and Compensated or Dismissed by Vaccine.

[17 ]CDC. Seasonal Influenza Q&A. What You Should Know About the 2012-2013 Influenza Season: Has CDC received reports of people who have gotten a flu vaccine and then tested positive for influenza?

[18 ]FDA. Vaccines & Related Biological Products Advisory Committee Meeting Transcript. Feb. 20, 2003.

[19 ]See Reference #10  .

[20 ]Infectious Diseases Society of America. IDSA Industry Relations. 2010 and 2011 Grants and Contributions.

[21 ]American College of Physicians Foundation. ACPF Corporate Relations.

[22 ]National Patient Safety Foundation. NPSF Corporate Council.

[23]Attkisson S. How Independent Are Vaccine Defenders? CBS-TV News. July 25, 2008.

[24]Orange County RegisterCORRECTION re: August 4, 2008 article “Dr. Paul Offit Responds.” April 18, 2011.

[25]U.S. Department of Health & Human Service. Healthy People 2020 Goals. Immunization and Infectious Disease Objective IID-12.9: Increase the percentage of health care personnel who are vaccinated annually against seasonal influenza.

[26]Lloyd J. Mandatory flu shots opposed by some health care workers. USA Today Jan. 16, 2013.

[27]National Nurses United. Largest National Nurses Union Opposes Mandatory Flu Vaccination as Condition of Employment. Press Release: Feb. 8, 2012.

[28]California Healthline. S.F. Bay Area Health Officials Require Flu Shots for Medical Staff. Dec. 12, 2012.

[29]Evans G. OSHA crashes mandatory flu shot party. HICPrevent Jan. 18, 2012.

[30]  Gallegos A. First state flu shot mandate at center of legal battle. American Medical News Jan. 14, 2013.

[31]  Zubeck P. Calling the shots. Colorado Springs Independent Jan. 21, 2013.

[32]Wrangham T. Labor Unions Oppose Mandatory Flu Shots as AMA Cherry Picks Ethics to Endorse Vaccine Mandates. NVIC Vaccine Newsletter Aug. 21, 2012.

[33]NVIC. Child Care Workers Targeted for Vaccine Mandates. NVIC Newsletter Jan. 16, 2013.

[34]Pollack W. Raising the Minimum Wage is a Woman’s Issue. The Shriver Brief Mar. 2, 2012.

[35]U.S. Department of Labor. Quick Facts on Registered Nurses (2008).

[36]Women’s Work: Child Care Worker. Ms. Magazine June 1999.

[37]Reisman S. “Because Women’s Work Is Always Undervalued:” Why Child Care Workers Are Some of the Lowest Paid Professionals in America.” Blogher.com July 3, 2008.

[38]National Center for Education Information. Profile of Teachers in the U.S. 2005. Press Release: Aug. 18, 2005.

[39]AFLC-CIO Department for Professional Employees. Fact Sheet 2010: Professional Women Vital Statistics.

[40]Whitelegg D. The Big Squeeze: The Time and Space for Flight Attendants Since 911. Emory Center for Myth and Ritual in American Life 2004.

[41]Coulter HL, Fisher BL. DPT: A Shot in the Dark. Harcourt Brace Jovanovich 1985.

[42]NVIC. Doctor’s Denying Vaccine Risks: An American Tragedy. NVIC Newsletter Apr. 22, 2011.

[43]Businesswire. National Vaccine Information Center Supports Three of Five Recommendations of New Institute of Medicine Report on U.S. Childhood Immunization Schedule Safety and Calls for Transparency. Jan. 16, 2013.

[44]The Goshen News. Goshen nurses lose jobs after refusing flu vaccination. Jan. 9, 2013.

[45]Infection Control Today. Nurses Oppose Mandated Masking of Healthy Nurses, Staff as Part of Flu Prevention Program. Dec. 26, 2012.

[46]CBS4 (Denver). Colorado Nurses Association Opposes Mandatory Flu Shot Policy. Oct. 5, 2012.

[47]Spokesman-Review. Some in health care refusing flu vaccine. Jan. 16, 2013.

 

Vidéo de Barbara Loe Fisher:

https://www.youtube.com/watch?v=LBMhY1E_UPU

 

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 16:20

50.000 Allemands souffrent de narcolepsie

 

Le lien avec la vaccination contre la grippe 

a été prouvé en Finlande

 

bickel-vaccins-dieu.jpg

 

 

* En Allemagne, une personne sur six atteintes de troubles du sommeil est un enfant

 

* L’âge moyen des victimes est de 15 à 25 ans ;

 

* La narcolepsie est une maladie auto-immune causée par un adjuvant, confirme une université autrichienne (la chose avait été prévue par le Dr R.Carley en 2009.)

 

Selon la revue Die Welt, 50.000 Allemands souffriraient aujourd’hui de narcolepsie.  

 

http://www.welt.de/gesundheit/article13796373/Rund-50-000-Deutsche-leiden-unter-Schlafanfaellen.html

 

En Finlande, l’augmentation des cas de narcolepsie a été mise en relation avec la vaccination contre la grippe porcine.                                  

http://www.thl.fi/en_US/web/en/pressrelease?id=26352

 

L’Organisation Mondiale de la Santé elle-même, a reconnu le lien entre la narcolepsie et le vaccin contre la grippe porcine

http://www.who.int/vaccine_safety/topics/influenza/pandemic/h1n1_safety

 

Le Professeur Högl Brigitte et ses collègues de l’Université d’Innsbruck, en Autriche, ont confirmé que la narcolepsie, trouble neurologique chronique provoqué par l’incapacité du cerveau à réguler le sommeil, est une maladie auto-immune déclenchée par l’adjuvant squalène.

 

http://www.i-med.ac.at/mypoint/archiv/2011011401.xml

 

Le gouvernement finlandais a commencé à indemniser les enfants pour les dommages causés par le vaccin contre la grippe porcine après avoir reçu quelque 900 rapports de dommages.

 

http://www.hs.fi/english/article/Hundreds+of+reports+of+harm+from+swine+flu+shots/1135264564296

 

Axel Springer du journal Die Welt n’établit pas de rapport entre l’énorme augmentation des cas de narcolepsie en Allemagne et la vaccination contre la grippe porcine en 2009. Dans son rapport, il ne mentionne pas non plus le lien entre la narcolepsie et l’adjuvant qui a été confirmé en Finlande.

 

Die Welt cite la spécialiste des troubles du sommeil de Cologne, Sandra Overmann qui déclare qu’une victime de la narcolepsie sur 6 est un enfant, soit  environ 8.300 sur 50.000. Il est un fait que les enfants sont plus sensibles et manifestent plus précocément les symptômes.

 

La moyenne d’âge des victimes de la narcolepsie varie entre 15 et 25 ans, déclare Overmann.

 

L’incidence de la narcolepsie a explosé en Allemagne. Une étude réalisée en 2002 par la Société Allemande pour la Recherche sur le Sommeil, la Deutschen Gesellschaft für Schlafforschung und Schlafmedizin a estimé la prévalence de la narcolepsie à 2 ou 3 pour 100.000 jeunes de moins de 18 ans.

 

http://www.krankenpflege-journal.com/schlaf/4228-deutschlandweite-narkolepsie-studie-hat-begonnen-epidemiologische-studie-zur-assoziation-zwischen-der-impfung-gegen-die-pandemische-influenza-ah1n1v-und-dem-auftreten-von-narkolepsie-.html

 

En Allemagne, il y a environ 11 millions de personnes de moins de 14 ans, soit environ 16 millions de personnes de moins de 18 ans. Selon l’étude de 2002, il devrait y avoir environ 300 personnes souffrant de narcolepsie dans ce groupe d’âge.

 

En 2009, il n’y a eu que 6% des Allemands qui se sont fait vacciner contre la grippe porcine. Si, par exemple, 60% des Allemands s’étaient fait vacciner, il y aurait pu y avoir 500.000 personnes qui seraient déjà en train de présenter les signes de narcolepsie ou d’autres maladies.

 

Toutes les preuves tendent à montrer que le vaccin contre la grippe porcine serait responsable d’une augmentation de la narcolepsie de 30 à 40 fois chez les jeunes Allemands.

 

L’Institut Paul Ehrlich a lancé une étude épidémiologique en mai 2011 pour voir s’il existe un lien entre l’augmentation des cas de narcolepsie et le vaccin contre la grippe porcine.

 

http://www.krankenpflege-journal.com/schlaf/4228-deutschlandweite-narkolepsie-studie-hat-begonnen-epidemiologische-studie-zur-assoziation-zwischen-der-impfung-gegen-die-pandemische-influenza-ah1n1v-und-dem-auftreten-von-narkolepsie-.html

 

Les preuves scientifiques montrant que le vaccin contre la grippe est dangereux, sont sans ambiguïté.

 

http://birdflu666.wordpress.com/2012/01/23/50000-germans-now-suffer-from-narcolepsy-swine-flu-jab-link-proven-in-finland/

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 15:01

Ne permettez pas que l’histoire se répète – informez-vous et informez vos proches

 

« Les Horreurs de la Vaccination – Pétition au Président Wilson pour l’abolition de la vaccination obligatoire »

 

Charles Higgins (1920)

 

DEAD-1918.JPG

 

                                               

Il s’agit d’un livre important, car il dénonce les énormes dégâts que les vaccins ont produits dans un passé pas très lointain. Cet ouvrage présente en outre la pétition qui fut adressée au Président Wilson pour l’abolition de la vaccination obligatoire dans l’armée et la marine. Il dresse un tableau inquiétant des dommages causés à une multitude de personnes forcées d’accepter des vaccinations qu’elles ne voulaient pas subir.

 

Au travers de son ouvrage très documenté et de la pétition au Président Wilson, Higgins voulait qu’il soit mis fin aux campagnes de vaccination obligatoires et hors-contrôle qui détruisaient la vie des vétérans après la première guerre mondiale.

 

Le travail de Higgins constitue une véritable révélation. Il peut être consulté en format e-book aux liens suivants :

  

http://www.drcarley.com/Horrors_of_Vaccination_Exposed.pdf

http://www.whale.to/vaccine/higgins_b.html

 

Lisez ce livre avant qu’une loi ne soit utilisée, à mauvais escient, pour inoculer en masse un vaccin qui pourrait peut-être causer autant de dégâts que ceux qui ont été révélés par le livre de Higgins.

 

Ne permettez pas que l’histoire se répète – informez-vous et informez vos proches.

 

Dr Len Horowitz

 

 

Toute loi qui n’est pas basée sur la sagesse constitue une menace pour l’état

 

STATUE-SAGESSE-NEW-YOK.JPG

 

Statue de la Sagesse (Cour d’Appel de New York)

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 21:11

La toxicité des vaccins peut provoquer

de sérieux dommages

 

Mary Tocco

 

Mary-Tocc-.JPG

 

« Si nous ne prenons pas la décision de véritablement nous impliquer activement, nous finirons par perdre nos droits les plus élémentaires. Comment vous sentirez-vous quand vous n’aurez plus le droit de dire « NON » ? Comment vous sentirez-vous quand le gouvernement vous forcera à  choisir la vaccination ou la prison comme si vous étiez un criminel ? » Mary Tocco                 

                                                    

Les vaccins peuvent provoquer des dommages chez les enfants et les adultes de différentes manières. Que ce soient des vaccins à virus vivants ou atténués, ils sont susceptibles de produire les infections qu’ils sont supposés éviter.

 

Comme la plupart du temps, les vaccins sont injectés dans les muscles, les principaux organes du corps peuvent être, eux aussi, touchés par les conservateurs et les additifs qui sont également toxiques comme les virus eux-mêmes. Au cours des infections naturelles, il n’y a pas pénétration directe dans le flux sanguin.

 

Le Dr Boyd Haley de l’Université du Kentucky  a effectué des recherches approfondies sur l’exposition du cerveau au mercure. Il croit que les vaccins au mercure administrés jusqu’à 2004 sont directement à mettre en relation avec l’épidémie d’autisme aux Etats-Unis.

 

On sait aussi que le vaccin polio à virus vivants a provoqué des polios chez des vaccinés. C’est la raison pour laquelle le vaccin à virus vivants n’est plus recommandé. Le vaccin contre la varicelle aurait provoqué des zonas. Le dernier vaccin contre la diarrhée infantile RotaTeq a été associé à une invagination intestinale du colon, soit une inflammation du colon nécessitant souvent des interventions chirurgicales. Cinquante-deux bébés sont décédés au cours des essais cliniques avant que le vaccin soit mis sur le marché, et ces cas ont été attribués au syndrome de la mort subite du nourrisson. Beaucoup de vaccins peuvent provoquer des états de choc, des convulsions, des diabètes de type 1, de l’asthme et des décès. Il est également possible qu’il y ait des liens entre le vaccin ROR, le diabète juvénile et l’autisme, bien que la chose n’ait pas été démontrée formellement. Les vaccins sont aussi liés au Syndrome de la Guerre du Golfe, etc., etc.

 

La deuxième théorie, et probablement la plus importante par rapport aux dommages produits par les vaccins à trait aux réactions allergiques, ainsi qu’au développement d’une réponse auto-immune stimulées par le vaccin et ses adjuvants. Les vaccins contiennent toujours des adjuvants qui sont connus pour amplifier la réponse immunitaire. Il est connu que ces adjuvants peuvent également provoquer des réactions allergiques et auto-immunes. Comment les parents pourraient-ils savoir si leur bébé de quelques mois est allergique à tous ces produits contenus dans les vaccins? Il est vraiment malheureux que la plupart des médecins négligent de prendre en compte  ou rejettent carrément toutes ces réactions vaccinales. Comme les enfants reçoivent plusieurs vaccins, les problèmes ne manquent pas de s’aggraver, et il faut parfois des mois pour les diagnostiquer. J’ai connu des médecins qui avaient vacciné leurs enfants et il a fallu tout un temps avant qu’ils ne se rendent vraiment compte des dommages qui s’étaient produits.

 

ENFANT-vaccine-qui-pleure.jpg

 

   

Si vous n’avez aucune idée de la liste des ingrédients des vaccins cliquez sur le lien suivant : http://www.novaccine.com/vaccine-ingredients/

 

Bien que cette liste soit assez longue, elle ne répertorie pas tous les ingrédients des vaccins.

 

Les questions à se poser avant d’envisager une vaccination :

 

-         Ai-je approfondi mes recherches sur les ingrédients de tel ou tel vaccin et sur leurs éventuels risques toxiques.

-         Y a-t-il des antécédents de problèmes auto-immuns dans la famille ? De nombreux chercheurs pensent, en effet, que des enfants peuvent être génétiquement hyper sensibles aux adjuvants des vaccins.

-         Ai-je parfaitement compris la différence entre l’immunité naturelle et la réponse immunitaire à un vaccin ?

-         Mon enfant courre-t-il un risque d’attraper la maladie contre laquelle je souhaite le faire vacciner ?

-         Cette maladie est-elle suffisamment grave et menace-t-elle la santé de l’enfant ?

 

Le Congrès Américain a  voté l’« Immunizations Assistance Act » en 1965 pour venir en aide aux compagnies pharmaceutiques à propos des programmes de vaccinations de masse. A cette époque on a recommandé que tous les enfants de 5 à 6 ans soient vaccinés avant de fréquenter l’école. On a commencé à vacciner les enfants le premier jour après la naissance et les vaccinations doivent se poursuivre au cours de l’adolescence. Si, au cours de ces vaccinations, la santé de votre enfant se trouve endommagée, il n’est plus possible de se retourner contre le fabricant qui est protégé contre tout litige ou toute poursuite.

 

Vous savez certainement qu’il existe actuellement chez les enfants une véritable épidémie d’autisme, des problèmes d’apprentissage et des maladies chroniques. Et bien le gouvernement refuse de financer les recherches nécessaires qui pourraient établir un lien avec les vaccins.

 

Le CDC (Centres Américains de Contrôle des Maladies) et la FDA (Food and Drug Administration) reconnaissent que le mercure  est l’un des éléments les plus toxiques qui soient et ils continuent de prétendre que le mercure des vaccins n’a pas de rapport avec l’augmentation catastrophique  des problèmes neurologiques que l’on observe chez les enfants.de ce pays (USA). Jusqu’en 2004, le taux de mercure (« thimerosal ») dans les vaccins pour enfants était de 40 à 60 fois plus élevé que les niveaux de sécurité édictés par l’EPA (Environmental Protection Agency). A l’âge de 6 mois, les enfants recevaient en moyenne 187,5 mcg de thimerosal des vaccins.

 

Chaque nouveau vaccin recommandé et prescrit par le CDC expose votre enfant à davantage d’ingrédients toxiques qui augmentent les risques de dommages pour la santé. Selon Barbara Loe Fisher, Présidente du Centre National d’Information sur les Vaccins, entre 1964 et 2002, les Etats-Unis ont ajouté huit nouveaux vaccins totalisant 23 doses pour 13 maladies. Maintenant presque chaque année de nouveaux vaccins sont ajoutés, y compris le vaccin contre la grippe qui contient encore 25 mcg de mercure, le vaccin RotaTeq, le vaccin contre le HPV (cancer du col de l’utérus), au total, des vaccins contre 18 maladies différentes.

 

Le chercheur Tedd Koren, qui a analysé les cocktails de vaccins, affirme qu’à l’âge de 6 ans, nos enfants ont reçu 74 composants bactériens ou viraux. Cette constatation ne prend même pas en compte tous les produits artificiels et cancérogènes que l’on peut retrouver dans les vaccins.

 

Nous vivons dans un environnement très toxique et il est de notre responsabilité en tant que parents de protéger nos enfants, comme de tout faire pour réduire leur charge toxique. Il est un fait que beaucoup de pollutions échappent à notre contrôle, mais les vaccinations représentent un domaine où nous pouvons précisément garder le contrôle et prendre des décisions éclairées. Si nous ne prenons pas la décision de véritablement nous impliquer activement, nous finirons par perdre nos droits les plus élémentaires. Comment vous sentirez-vous quand vous n’aurez plus le droit de dire « NON » ? Comment vous sentirez-vous quand le gouvernement vous forcera à  choisir la vaccination ou la prison comme si vous étiez un criminel ?

 

Dans ce pays la vaccination n’a pas de rapport avec la santé, c’est essentiellement une question de profits. Ce sont l’avidité et le pouvoir qui ont alimenté cette industrie pendant de nombreuses années. Nous devons nous réveiller  et réaliser  qu’aussi longtemps que nous permettons au gouvernement de prendre des décisions au sujet de notre santé, nous ne sommes plus en possession de nos corps.

 

Les parents doivent enfin comprendre que c’est à eux qu’appartient le dernier mot par rapport à ce qui est injecté dans le corps de leurs enfants… si vous ne connaissez pas vos droits vous n’êtes en rien différents d’un esclave ! C’est l’information qui est la clé des bonnes décisions. Nos enfants comptent sur nous pour prendre les bonnes décisions qui auront un impact sur tout le reste de leur vie. Je voudrais vous en prier : que ce ne soit pas la peur qui vous guide par rapport aux décisions que vous auriez à prendre pour les vaccinations !

 

Si  un quelconque vaccin obligatoire provoque de graves dommages à la santé de vos enfants, c’est vous et vous seul qui aurez à en assumer les frais. Des lois ont été adoptées et signées qui mettent les fabricants de vaccins, les médecins, l’état fédéral et les départements de la santé à l’abri de toute poursuite. En d’autres mots c’est vous qui aurez à payer les factures !

 

Mary Tocco 2008

 

http://www.newswithviews.com/Tocco/mary.htm

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 15:54

 L’Engagement de Mary Tocco pour plus de vérité sur les vaccins 

  

Mary-Tocco--2AA-.JPG

 

« Mon cœur s’est brisé face à tous ces enfants meurtris, handicapés

ou décédés après les vaccinations »

Mary Tocco

 

Quand j’ai commencé mes recherches en 1979, seuls quelques livres étaient disponibles sur les problèmes créés par les vaccins, bien qu’à l’époque je savais déjà que la théorie vaccinale était terriblement imparfaite et que les problèmes de santé pour les enfants vaccinés étaient en hausse. La toute première Grande Conférence Internationale sur le problème des vaccins à laquelle j’ai assisté avait été organisée par Le Centre National d’Information sur les Vaccins (NVIC) en 1996. Cette Conférence m’a rempli d’espoir ; parce que, de toutes mes forces, je souhaitais que les choses changent : enfin des médecins et des chercheurs acceptaient de partager avec le public leurs inquiétudes sur la sécurité des vaccins.

 

Au fur et à mesure que chaque conférencier présentait ses préoccupations et ses inquiétudes, j’étais remplie de colère, de frustration et de profonde tristesse. En rentrant chez moi, mon esprit restait rivé sur ces énormes problèmes que nous avions créés pour les enfants de ce pays, comme pour tous les enfants du monde. Pendant des semaines je n’ai cessé de pleurer pour ces bébés et leurs familles. Personnellement, j’ai eu la chance d’avoir cinq enfants en parfaite santé et qui n’ont pas été vaccinés, mais je ne pouvais m’empêcher d’avoir le cœur brisé pour ces enfants dont la vie avait été abîmée par les vaccins. Je me suis demandé combien d’enfants devraient encore mourir et souffrir de handicaps avant que les choses ne changent. C’est cette triste réalité qui fut le facteur déterminant qui m’a poussée à continuer.

 

Je voudrais tellement remercier ces personnes qui m’ont aidée à tenir le coup quand j’ai été découragée : Neil Miller de www.thinkktwice.com Renee Oakes & Ingri Cassel de www.vaclib.org, Barbara Loe Fisher du NVIC, Sue Waltman du Michigan et combien d’autres.

 

Plusieurs médecins courageux qui avaient eu à cœur de dénoncer les problèmes posés par les vaccins ont perdu leur poste prestigieux ou ont même mis en péril tout ce qu’ils possédaient pour la défense de la vérité : le Dr Howard Urnovich avec le vaccin contre la polio ; le Dr Wakefield avec le vaccin ROR, le Dr Singh Vijendra immunologiste, le Dr John Martin ancien employé de la FDA, le Dr Harold Buttram, le Dr Incao, le Dr Russel Blaylock neurochirurgien, le Dr Sherri Tenpenny DO, le Dr Philippe Demio, le Dr christine Severyns et le Dr Ayoub, tous d’authentiques pionniers qui ont eu, d’une manière ou d’une autre, une énorme influence sur l’orientation de ma vie. Ils ont été le sang de mes veines qui m’a permis de continuer. Le mouvement d’éveil et de conscientisation continue de progresser ; de plus en plus de médecins admettent aujourd’hui que les programmes de vaccination font de plus en plus de mal.

 

Au cours de mes conférences, j’ai pu toucher des milliers de parents aux Etats-Unis et au Canada qui étaient à la recherche de réponses à leurs questions. Des milliers de parents m’ont signalé qu’ils ne vaccinaient plus leurs enfants. Beaucoup d’entre eux ont des enfants dont la santé a été endommagée après les vaccinations ; ils ont décidé de ne plus vacciner leurs frères et sœurs. Je suis parfois impressionnée par le niveau de connaissance de certains parents. En fait, beaucoup de parents sont mieux informés sur les vaccins que leur propre médecin ou pédiatre.

 

Enfant-Mille-seringues-et-effets-secondaires.JPG

 Mary TOCCO : The Dangers of Vaccines

https://www.youtube.com/watch?v=4qX912mzpT0

 

                         La lutte pour la liberté et le droit de choisir

 

Beaucoup de parents  me racontent ce qu’ils ressentent quand des membres de leur famille les accusent  de négligence ou quand leur médecin les réprimande ou les menace parce qu’ils ont décidé de ne pas vacciner. Je sais qu’il n’est pas facile d’aller à contre courant ; mais ici, il s’agit de la santé et de la vie même des enfants. Si un accident vaccinal se produit chez votre enfant, sa vie  et votre vie risquent d’être changées à jamais. Demandez ce que choisiraient les parents dont l’enfant est devenu autiste ou a souffert de graves problèmes neurologiques : faire la varicelle, la rougeole ou l’autisme ! La réponse est toujours la même : Ah, si nous avions su qu’un choix était possible ! Si l’on repense à la soit disant épidémie du H1N1, on peut se rendre compte que notre gouvernement a été davantage au service de l’industrie pharmaceutique qu’au service du peuple. A la prochaine saison de grippe, nous risquons de ne plus avoir autant de chances parce qu’ils sont décidés à imposer les vaccins à tous les Américains. Ils vont essayer de se débarrasser de tous leurs stocks.

 

C’est l’information qui rend aux personnes leur pouvoir, qui leur donne force et courage et qui élimine la peur. – Parents,  c’est à vous qu’il appartient de prendre la décision la plus importante qui soit pour la vie et la santé de votre enfant ; cette décision est susceptible d’affecter toute la suite de votre vie. S’il vous plaît, n’acceptez pas de dépendre de ce que les gens disent. C’est vous-même qui possédez l’intelligence de prendre une bonne décision pour autant que vous ayez pu obtenir une information correcte. Vos enfants comptent sur vous pour faire la recherche qui s’impose et prendre les bonnes décisions.

 

D’après Mary Tocco :The anti-vaccine movement & reflexions on the past.

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 23:23

Barbara Loe FISHER, Présidente du NVIC Américain

BBLF-1.JPG

 

48 Doses de 14 vaccins avant l’âge de 6 ans ? (USA)

 

"Les autorités ont présumé que plus il y aura de vaccins, plus la santé publique pourra s’améliorer ; que plus c’est forcément mieux. Mais où sont les preuves de tout cela, où sont les preuves biologiques ?

 

Pourquoi avons-nous une telle peur des microorganismes au point de vouloir vacciner chaque enfant avec de plus en plus de vaccins, sans comprendre, sans savoir si oui ou non ces vaccins ne vont pas causer des handicaps à long terme, des maladies chroniques chez une minorité croissante d’enfants ?

 

Ne sommes-nous pas en train de troquer l’élimination des maladies infectieuses chez les enfants contre des handicaps et des maladies chroniques pour des vies entières ?"

 

Dr Tedd KOREN, D.C.

 

Dr-Tedd-Koren.JPG

 

« Pourquoi les enfants d’aujourd’hui souffrent-ils de tant de maladies chroniques ? Pareille situation ne s’était jamais vue dans le passé avant que l’on ne commence à vacciner en masse…

 

Le syndrome de la mort subite du nourrisson n’avait jamais été mentionné dans les journaux médicaux avant que ne soient lancés les grands programmes de vaccination. Il y a longtemps que l’on sait que les vaccins peuvent aussi tuer les enfants.

 

Aucune étude n’a été réalisée sur les potentiels cancérogènes de la plupart des vaccins alors que, pour les enfants le cancer est le tueur n°1, et que pour les shampoings, les études sur le potentiel cancérogène sont obligatoires ! »

  

Vidéo : (1-4) :

https ://www.youtube.com/watch ?v=JbNRdx1_7aU

 

 

 Dr Sherri TENPENNY

Dr-Sherri-Tenpenny-Info-wars.JPG

 

"A propos des enfants qui ont reçu plusieurs vaccins, ils disent toujours que les enfants vont bien et qu’il ne s’est rien passé. Mais vous ne pouvez pas dire une chose pareille parce que vous ne savez pas ce qui va se produire deux semaines, deux mois, deux ans plus tard !"

 

https://www.youtube.com/watch?v=xc0YG_B48OY

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
16 janvier 2013 3 16 /01 /janvier /2013 22:26

 

La réaction des pro vaccins au livre pour enfants :

« La Merveilleuse Rougeole de Mélanie »

rationnelle ou hystérique ?

 

 

Dr Suzanne HUMPHRIES, MD, néphrologue,13 janvier 2013

 

merveilleuse-rougeole-Melanie.jpg

 

 

Un nouveau livre pour enfants qui vient de paraître enseigne aux enfants qu’ils n’ont pas à craindre les maladies infantiles. Il est intitulé : La Merveilleuse Rougeole de Mélanie.

 

Une hystérie collective a éclaté parmi les partisans de la vaccination qui souhaitent  l’interdiction de l’ouvrage en raison du danger que ce livre représente à leurs yeux. Voir l’article en anglais : http://au.news.yahoo.com/a/-/newshome/15801894/fury-over-book-promoting-measles/

 

Quels sont donc les arguments qui permettraient de dissiper la peur collective qui a été engrammée dans les esprits depuis les années 1960, lorsque les vaccins sont devenus disponibles, alors qu’avant cette date, la rougeole était une maladie infantile banale, acceptable ?

 

Il faut savoir que dans les pays développés, la mortalité par rougeole a été réduite de plus de 98% avant l’apparition des vaccins et des antibiotiques. En Angleterre et aux Etats-Unis, les risques de mourir de la rougeole étaient déjà tombés à 1-2% dans les années 1930. [1]

 

Les manuels d’immunologie [2] soulignent que les enfants qui ne peuvent pas fabriquer d’anticorps passent généralement tout aussi bien au travers de la maladie que ceux qui en produisent, parce que c’est le système immunitaire cellulaire inné qui est la clé pour la rougeole (ou pour toute autre première maladie) et non pas le système immunitaire humoral qui produit les anticorps.

 

« Une des découvertes les plus déconcertantes en médecine clinique fut la constatation que les enfants avec agammaglobulinémie, incapables de produire des anticorps et n’ayant que des traces insignifiantes d’immunoglobulines en circulation, contractaient normalement la rougeole, en présentaient tous les symptômes et les signes, et étaient immunisés par la suite, alors qu’aucun anticorps contre la rougeole n’était décelable dans leur sérum. [3] »

 

Le système immunitaire cellulaire dépend d’une bonne alimentation pour pouvoir fonctionner correctement.

 

Une mauvaise alimentation peut prendre deux formes : beaucoup de nourriture mais avec des calories vides ou pas suffisamment de nourriture contenant des calories.

 

Aux Etats-Unis, des études ont montré que l’avitaminose A n’appartient pas au passé, mais que des enfants recevant une alimentation normale en étaient déficients, notamment en ce qui concerne la rougeole.

 

Une étude réalisée en 1992 sur des enfants de Californie a montré que 50% des cas de rougeole hospitalisés étaient carencés en vitamine A. L’étude a aussi montré une carence en vitamine A chez 30% des témoins malades qui n’avaient pas fait la rougeole. Aucun des témoins non infectés n’avait présenté de carence significative.

 

« Nous avons étudié 20 enfants atteints de rougeole à Long Beach en Californie. Parmi ces enfants, 50% étaient carencés en vitamine A. Ce taux relevé parmi des enfants Américains normalement bien nourris plaide pour une évaluation des taux de vitamine A pour le traitement de la rougeole aux Etats-Unis [4] »

 

On pourrait donc dire que tout enfant qui débarque dans un hôpital aux Etats-Unis ou dans tout autre pays développé est en souffrance parce que ses parents manquent d’information sur une alimentation correcte, ou parce que son médecin est totalement ignorant  des données qui se sont accumulées pendant 80 ans et qui prouvent les bénéfices d’une supplémentation en vitamine A dans les cas de rougeole aiguë.

 

Il est à noter que les vaccins contre la rougeole épuisent les réserves de vitamine A.

 

« Des études antérieures ont montré une surmortalité, ainsi que des anomalies immunitaires chez des filles immunisées avec le vaccin (titres d’anticorps élevés) contre la rougeole 2 à 4 ans après l’immunisation… nos résultats ont montré que les concentrations sériques de vitamine A ont été déprimées après la vaccination contre la rougeole, indépendamment du fait qu’il s’agissait d’un vaccin monovalent  ou combiné contre la rougeole.[5]

 

Dans certaines régions d’Afrique, la rougeole fait des ravages  précisément parce que l’alimentation correcte fait défaut. Faudrait-il donc croire que les vaccins sont la réponse à apporter ?

 

La rougeole peut aussi être bénéfique. Le Dr Peter Aaby et son équipe ont découvert que les enfants qui ont survécu à une rougeole naturelle présentaient un taux de survie beaucoup plus élevé que les autres enfants quand ils étaient atteints d’autres maladies infectieuses. Les enfants qui avaient reçu le vaccin contre la rougeole présentaient des taux de survie plus bas ; et le plus mauvais de tous les groupes du point de vue survie était composé d’enfants qui n’avaient ni fait la rougeole, ni reçu le vaccin. Ces recherches ont été publiées. [6]

 

Le compromis qu’ils ont formulé en conclusion est qu’il serait pour toujours nécessaire d’utiliser le vaccin contre la rougeole, parce que le vaccin protégerait de toute cause de mortalité en l’absence de réelle infection.

 

De toute évidence, aucune recherche n’a été menée dans les pays développés pour voir s’il était possible de faire le parallèle. La SEULE raison pour laquelle cette étude a été réalisée dans les pays en voie de développement est que ces chercheurs voulaient savoir pourquoi l’administration des vaccins Edmonston contre la rougeole (titres élevés) - par la suite abandonnés, - ont provoqué des taux élevés de mortalité (toutes causes confondues).

 

Si cette catastrophe ne s’était pas produite, ils n’auraient jamais découvert que la rougeole contribue effectivement à réduire toutes les causes de mortalité dans le monde réel et que faire la rougeole en vaut vraiment la peine.

 

On peut dès lors vraiment dire qu’il est précieux de faire la rougeole.

 

Maintenant deux mots à propos des attaques dirigées contre ce livre pour enfants.

 

« Voici comment on est parvenu à transformer un livre pour enfant en une controverse hystérique. Si la seule réponse possible consiste à ne relever que les bénéfices de la vaccination, on pourrait bien alors parler de censure .En tant que bibliothécaire, je ne puis qu’être choqué d’être confronté à des soi- disant sceptiques qui prônent l’interdiction du livre. Pourquoi pensent-ils que ce livre doit être interdit ? Parce que ce livre raconte l’histoire d’une petite fille qui a fait une rougeole très légère ! »

 

Le Dr Tetyana Obukhanych a fourni une excellente documentation scientifique parfaitement référencée sur la rougeole au travers de laquelle elle montre que « La Merveilleuse Rougeole de Mélanie » est basée sur des faits scientifiques.

 

Voir l’excellent article du Dr Tetyana Obukhanych : 

 

http://www.vaccinationcouncil.org/wp-content/uploads/2013/01/MMM-Review-new-layout-edited.pdf

 

1. Richard D. Semba, Vitamin A as ‘Anti-Infective’ Therapy, 1920-1940, The American Society for Nutritional Sciences, 1999, p. 786.
2. Sallie R. Permar, Sherry A. Klumpp, Keith G. Mansfield, Angela A. L. Carville, Darci A. Gorgone, Michelle A. Lifton, Jörn E. Schmitz, Keith A. Reimann, Fernando P. Polack, Diane E. Griffin and Norman L. Letvin, Limited Contribution of Humoral Immunity to the Clearance of Measles Viremia in Rhesus Monkeys, The Journal of Infectious Diseases, Vol. 190, No. 5, 2004, p. 998
3. Measles as an Index of Immunological Function, The Lancet, September 14, 1968, p.611.
4. Antonio C. Arrieta, MD, Margaret Zaleska, RN, Harris R. Stutman, MD, and Melvin I. Marks, MD, Vitamin A levels in children with measles in Long Beach, California, The Journal of Pediatrics, July 1992, p.75.
5. Yalçin, S. Songül M.D.; Yurdakök, Kadriye M.D , Sex-Specific Differences in Serum Vitamin A Values After Measles Immunization, The Pediatric Infectious Disease Journal, 1999, p. 747.
6. Aaby P, Simondon F, Samb B, Cisse B, Jensen H, Lisse IM, Soumaré M, Whittle H.Low mortality after mild measles infection compared to uninfected children in rural west Africa. Vaccine. 2002 Nov 22;21(1-2):120-6.PMID:12443670

 

http://www.vaccinationcouncil.org/2013/01/13/melanies-marvelous-measles-is-the-provaccine-backlash-rational-or-hysterical-suzanne-humphries-md/

 

Enfants-IMCV.jpg

 

Brefs extraits de l’article de Tetyana Obukhanych, PhD, Immunologiste

 

Les personnes vaccinées peuvent-elles attraper la rougeole ?

 

Oui, des individus vaccinés peuvent faire une rougeole. Ce fait pourrait paraître étrange aux personnes peu familières avec l’immunologie animale et les données épidémiologiques concernant les épidémies de rougeole, comme d’autres maladies.

 

On a enregistré des épidémies de maladies infectieuses comme la rougeole et autres avec des taux élevés de couverture vaccinale de 20% à 80%% (d’individus vaccinés).

 

Y a-t-il des bénéfices importants à long terme de faire une rougeole au cours de l’enfance ?

 

Oui, bien entendu.

 

Le bénéfice le plus significatif pour les filles ou les futures mères, qui font la rougeole au cours de leur enfance, est l’acquisition d’une immunité à vie pour elles-mêmes. Elles peuvent aussi transmettre cette immunité à leur descendance sous forme d’immunité passive via le placenta et l’allaitement.

 

Cette possibilité de transfert d’une immunité passive à leurs bébés est absente chez les mères qui, étant nées après que les campagnes de vaccination des enfants contre la rougeole aient été introduites, n’ont pas eu la chance de faire elles-mêmes la rougeole.

 

[…] La protection maternelle naturelle est maintenant systématiquement éliminée de toute une série de générations dans plusieurs pays du monde. La chose a été rendue possible en empêchant que des enfants sains soient exposés à la rougeole. Ces enfants auraient fait la maladie sans complications et auraient développé une immunité qui aurait pu protéger leur descendance… Si on avait préservé l’immunité naturelle, il n’y aurait, aujourd’hui, aucune raison de craindre une mortalité des bébés.

 

http://www.vaccinationcouncil.org/wp-content/uploads/2013/01/MMM-Review-new-layout-edited.pdf

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 19:00

Taux de mortalité 50% plus élevés

 avec les vaccins combinés

 

On pourrait parler de carnage pour les décès d’enfants qui reçoivent de multiples doses de vaccins. Une étude montre qu’administrer à la fois des vaccins contre 5 à 8 maladies au lieu de 1à 4, a eu comme résultat d’augmenter de 51.750 % le nombre des 103.500 décès d’enfants au cours des 20 dernières années.

 

mortalite-accrue--1-.jpgPiers Nye

 

 

Heidi Stevenson, Gaia Health, 13 janvier 2013

 

Une nouvelle étude qui se base sur les données gouvernementales américaines du VAERS (Vaccine Adverse Events Reporting System) montre que plus on administre de vaccins, plus les enfants sont susceptibles d’être hospitalisés ou de mourir.

 

L’augmentation des taux est hautement significative : avec un nombre doublé de vaccins, on observe une probabilité de 50% de décès supplémentaires et un risque d’hospitalisation augmenté de 100%.

 

Il est connu que les données du VAERS ne représentent qu’un faible pourcentage de tous les effets secondaires réels des vaccins.

 

Comme GS Goldman et NZ Miller le soulignent :

 

Une étude confidentielle menée par les laboratoires Connaught, fabricant de vaccins, a indiqué qu’il est probable que la déclaration des effets secondaires soit 50 fois moins importante que dans la réalité.



Selon David Kessler, ancien commissaire à la FDA, «  il n’y a environ que un pour cent des effets secondaires graves des médicaments qui sont rapportés.»

 

Ainsi, l’augmentation des hospitalisations et des décès d’enfants est le résultat direct  des programmes agressifs de vaccinations, avec parfois des vaccins contre 9 maladies administrés en une seule journée. Au final, cela fait un bien grand nombre d’enfants !



Si, comme le signale l’étude précitée, seuls 1 à 2 effets secondaires sur 100 sont rapportés au VAERS, les chiffres doivent alors être multipliés par 50 ou par 100 !

 

L’étude des données et les analyses statistiques font ressortir des informations importantes sur les risques que présentent les vaccins.

 

mortalite-accrue--2-.jpg

 

Ce graphique de l’étude montre le taux d’hospitalisations en fonction du nombre de vaccins.[…] Quand le nombre de doses vaccins augmente, le nombre d’hospitalisations augmente de manière spectaculaire, passant de 10% avec des vaccins à 2 valences/ contre 2 maladies (selon les rapports du VAERS) à plus de 20% avec 8 valences.

 

Le tableau ci-dessous montre les taux de décès en fonction du nombre de doses de vaccins :

 

mortalite-accrue--3-.jpg

 

Il est intéressant de noter que le nombre de décès d’enfants dus au nombre de vaccins administrés augmente considérablement à partir de 5 doses ("5 en 1").

 

Les véritables raisons  de cette situation ne sont pas connues ; la chose pourrait avoir rapport avec certains vaccins particuliers ou être mise en relation avec les effets cumulés des toxines qui se trouvent dans les vaccins. Ce problème n’a pas été abordé dans l’étude. Les données importantes sont entourées de rouge. Ces chiffres montrent  les cas de décès rapportés, le nombre d’effets secondaires indésirables, ainsi que les taux de mortalité pour l’administration simultanée de vaccins contre 1 à 4 maladies, ainsi que les effets secondaires indésirables pour l’administration simultanée de vaccins contre 5 à 8 maladies.

 

Note : en revoyant les chiffres, j’ai noté qu’une petite erreur avait pu se glisser dans le tableau. Je pense que les taux de mortalité de 3,6% devraient plutôt être de 3,5%. J’ai signalé la chose aux auteurs de l’étude et ferai connaître leur réponse.

 

En regardant le tableau, on peut aisément se rendre compte qu’il se passe quelque chose suivant le nombre de doses de vaccins administrés un même jour. On peut facilement voir qu’à partir du quatrième vaccin/valence, il y a une énorme croissance de la mortalité passant de 42 à 163 décès (facteur de 3,88).

 

La méthode statistique ne clarifie pas ce fait ; elle ne montre pas non plus que l’augmentation est presque aussi importante avec la cinquième dose de vaccin, passant de 163 à 523, soit 3,21 fois plus de décès d’enfants.

 

La seconde série de quatre doses de vaccins contre 5 à 8 maladies, provoquent une augmentation de 50% des décès par rapport aux premières quatre doses de vaccins contre 1 à 4 maladies.

 

Si nous prenons en compte la probabilité qu’il existe de 50 à 100 fois plus d’effets indésirables que rapportés, on peut se rendre compte du caractère effrayant des données que cette étude révèle :

 

1.458 décès pour les vaccins de 5 à 8 valences – 423 décès pour les vaccins de 1 à 4 valences = 1.035 décès supplémentaires quand le nombre de valences est doublé!!

 

Si on multiplie ce chiffre par 50 on obtient 51.750 décès supplémentaires pour avoir donné en une fois 5 à 8 doses de vaccins au lieu de 1 à 4 doses.

 

Si la sous-déclaration correspond au double de ce chiffre (à savoir que seul 1% des effets secondaires graves sont rapportés), alors le nombre véritable des décès supplémentaires s’élèverait à 103.500.

 

Ce dernier chiffre comprendrait uniquement les décès dus  aux 5 à 8 doses et ne comprendrait pas le nombre de décès pour les 4 premières doses.

 

Si les données du VAERS représentent 2% de tous les effets secondaires, il conviendrait d’ajouter 21.150 décès. Et si les données du VAERS représentent seulement 1% il conviendrait d’ajouter 42.300 décès. Si l’on additionne tous ces chiffres nous obtenons un total de 145.800 enfants qui sont morts à cause des vaccins de 1990 à 2010.

 

C’est donc bien le mot « carnage » qui semble le plus approprié pour évoquer le programme agressif de vaccinations.

 

Si vous voulez faire vacciner vos enfants, de grâce insistez bien pour que l’on n’administre que de simples doses de vaccin séparées par des intervalles suffisants pour éviter l’effet cumulatif. Il est clair, d’après les preuves ici présentées, que les  multiples doses de vaccins (vaccins combinés) qui sont devenues habituelles sont responsables d’un grand nombre de décès chez les enfants.

 

Source : Relative trends in hospitalizations and mortality among infants by the number of vaccine doses and age, based on the Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), 1990–2010, Human and Experimental Toxicology, GS Goldman and NZ Miller, DOI: 10.1177/0960327112440111.

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 19:01

Deux importantes maladies d’enfance réduites

de 50% par un acte tout simple

 

Jeffry John Aufderheide, 29 décembre 2012  

 

Karachi-1.jpg

 Détritus à l’extérieur d’une école de Karachi au Pakistan

   

Il ne s’agit nullement de magie noire ou d’anciennes croyances périmées mais tout simplement du bon vieux sens commun.

 

Les fondements d’une bonne santé passent obligatoirement par une meilleure hygiène, un environnement sain et une alimentation biologique.

 

Mais quel impact ces éléments peuvent-ils avoir sur la décroissance des maladies ?

 

Je pense qu’avec les preuves qui sont apportées par une nouvelle étude, la réponse à cette question est particulièrement précieuse surtout pour les parents qui envisagent de faire vacciner leurs enfants.

 

Pourquoi ?

 

Les officiels de la Santé aux Etats-Unis, les Centres de Contrôle des Maladies utilisent un langage chargé d’émotion pour déclarer que ce sont les vaccins – et pas une meilleure hygiène ou un meilleur assainissement – qui ont sauvé le monde des maladies mortelles.

 

C’est la raison pour laquelle je veux vous avertir. Ceux qui veulent pousser les vaccins banalisent souvent ou sous-estiment l’information que je vais partager avec vous. Cette information détruit complètement ce qu’on leur a fait croire pendant tellement d’années.

 

LA REGLE D’OR

 

Un des fameux secrets que les partisans des vaccins veulent éviter comme la peste est le suivant : un acte d’une simplicité déconcertante a été capable de réduire deux maladies de 50% ou plus. Le point le plus important à retenir est que la diminution de la morbidité, le taux d’incidence de la maladie, les personnes touchées par la maladie n’ont rien à voir avec les vaccins !

 

Pour avoir une réponse claire et nette à ces questions, tournons-nous vers Karachi au Pakistan.

 

En 2002, un essai contrôlé et randomisé (règle d’or de la recherche scientifique) a été réalisé par le Dr Stephen P. Luby à Karachi, au Pakistan.  L’objectif de l’étude était d’évaluer le lavage des mains avec du savon dans un contexte où les maladies infectieuses sont les principales causes des maladies d’enfance et des décès ; [1-3]

 

Cette étude est connue sous le nom : « Etude de Karachi sur la Santé et le Savon »

 

Il est important de garder à l’esprit  que la variable étudiée était le lavement des mains et non pas une amélioration de l’hygiène de vie (traitement des eaux usées, eau potable, meilleure alimentation, meilleur stockage, ou encore les vaccins.)

 

A Karachi, les eaux usées contaminent l’eau potable. Les matières fécales contaminent l’environnement. Ce sont ces éléments qui donnent à l’étude tout sa force !

 

Le pouvoir des choses simples et de l’éducation

 

Ci-dessous quelques points pertinents à connaître à propos de l’étude de Karachi [3]

 

  • 25 quartiers ont reçu du savon antibactérien (contenant 1,2% de triclocarban) ou du savon ordinaire.
  • 11 quartiers ont servi de témoins, de contrôle. Dans ces quartiers, pas de promotion de l’hygiène et pas de distribution de savon.
  • L’aspect et l’odeur des deux types de savon étaient identiques.
  • Les deux types de savon ont été emballés de la même manière. Ni les familles, ni les agents de terrain n’étaient au courant des types de savon distribués.
  • Les agents de terrain ont expliqué aux familles les problèmes de santé pouvant résulter de la contamination des mains en leur donnant les instructions nécessaires.
  • Les agents de terrain ont encouragé les familles à se laver les mains  avant de préparer la nourriture, avant de manger, avant de nourrir les bébés et après avoir été aux toilettes.
  • Les agents de terrain ont encouragé les familles à prendre un bain quotidien et à utiliser du savon.

 

Voici ce qui s’est passé dans la suite :

 

Une diminution spectaculaire des maladies

 

Au début de l’article, j’avais signalé que certains types d’information pouvaient être  minimisés, voire rejetés. Comme vous allez le constater les résultats ont été spectaculaires.

 

Comme l’a signalé l’étude, il n’y a pas eu de grandes différences entre les différents groupes au cours des 6 premiers mois (à peine 6%).

 

Comme montré par le graphique ci-dessous, les plus grands changements sont survenus au cours de la deuxième moitié de l’année.

 

Karachi-2.pngSource : Karachi Health Soap Study [3]

 

Les résultats de l’étude furent analysés après 51 semaines.

 

Résultats sur les diarrhées chez les enfants de moins de 15 ans

 

  • Avec savon antibactérien : diminution de 47% de l’incidence des diarrhées par rapport au groupe contrôle.
  • Avec savon ordinaire : diminution de 52% de l’incidence des diarrhées par rapport au groupe contrôle.

 

Résultats  sur les problèmes respiratoires des enfants de moins de 15 ans

 

  • Avec savon antibactérien : diminution de 45% de l’incidence des pneumonies par rapport au groupe de contrôle.
  • Avec le savon ordinaire : diminution de 50% de l’incidence des pneumonies par rapport au groupe contrôle.

 

Il est essentiel de souligner encore une fois que l’Organisation Mondiale de la Santé classe la pneumonie (infections des voies respiratoires inférieures) et la diarrhée comme les maladies numéro un et numéro deux qui tuent, chaque année dans le monde, plus de 3,5 millions d’enfants. [3-5]

 

Ces éléments semblent bien corroborer les théories d’Antoine Béchamp et de Weston Price : Le terrain, c’est tout. La maladie n’est rien. [6]

 

Considérant que les personnes qui ont fait partie de l’étude de Karachi buvaient la même eau, mangeaient les mêmes aliments, avaient des installations de plomberie identiques (ou pas du tout), etc., il est de la plus haute importance de se poser une question. Si le simple lavage des mains peut diminuer la morbidité de la diarrhée et de la pneumonie de 50% ou plus, que se passerait-il si en plus, les gens de cette région disposaient de meilleures installations sanitaires, d’un meilleur stockage des aliments et d’une meilleure alimentation ?

 

On obtiendrait, dans ces conditions, des données plus importantes encore en ce qui concerne la comparaison entre le lavage des mains et les vaccinations. Si cette étude et cette comparaison pouvaient être réalisées, compte tenu de la sécurité que présente le lavage des mains par rapport aux vaccins, le programme de vaccinations risquerait de recevoir un coup mortel.

 

Nous savons tous que quand le niveau de vie augmente, les taux de morbidité et de mortalité diminuent.

 

A titre d’exemple, on a pu observer qu’aux Etats-Unis les taux de mortalité (pas de morbidité) ont diminué bien avant l’introduction des vaccins (il est à noter qu’il n’y avait pas de vaccin contre la fièvre scarlatine)

 

Karachi-3.jpg

 

Quels sont les éléments qui ont pu permettre pareille chute des taux de mortalité ? Il est évident que ce ne sont pas les vaccins.

 

Si, par rapport à une maladie déterminée, dans un délai de 6 mois, les vaccins avaient réussi à provoquer une chute de 50% de la morbidité ou de la mortalité, les médias se seraient emparés de la nouvelle et l’auraient diffusée à tous horizons, avec toutes les louanges que l’on peut imaginer…

 

Même si les autorités de santé reconnaissent l’importance de l’hygiène, du lavement des mains, elles estiment que ce n’est pas suffisant et qu’il faut aussi se faire vacciner.

 

Karachi-4.jpg

 

CONCLUSION

 

Quelle est la morale de cette histoire ? Les données révélées par l’étude de Karachi ne sont rien moins que spectaculaires. Chez les enfants qui se sont lavés avec du savon on a pu enregistrer une réduction des taux de diarrhée de 52% et de la pneumonie de 50%. Il est évident qu’une bonne hygiène a un impact significatif sur la réduction des maladies…

 

Pourrait-on imaginer les résultats d’une étude comparative entre les pratiques d’hygiène et les vaccins pour diminuer l’incidence des maladies ? Quel en serait le résultat ? Je parierais, sans problème, sur les pratiques d’hygiène. Tout un chacun tient en ses mains le pouvoir réel et passe-partout de se garder en bonne santé.

 

Références

  1. http://en.wikipedia.org/wiki/Randomized_controlled_trial
  2. http://en.wikipedia.org/wiki/Levels_of_evidence
  3. Luby, Stephen P., Mubina Agboatwalla, Daniel R. Feikin, John Painter, Ward Billhimer, Arshad Altaf, and Robert M. Hoekstra.“Effect of Handwashing on Child Health: A Randomised Controlled Trial.” The Lancet 366, no. 9481 (July 16, 2005): 225–233. doi:10.1016/S0140-6736(05)66912-7. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16023513
  4. WHO Pneumonia Fact Sheet: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs331/en/
  5. WHO Diarrhoeal Fact Sheet: http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs330/en/
  6. http://www.naturalnews.com/030384_Louis_Pasteur_disease.html
  7. http://www.cdc.gov/rotavirus/about/prevention.html
  8. http://www.cdc.gov/Features/Pneumonia/
  9. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2009/06/25/vaccine-doctor-given-at-least-30-million-dollars-to-push-vaccines.aspx

 

http://vactruth.com/2012/12/29/simple-act-reduces-2-diseases/

 

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 21:26

Les vaccins sont-ils responsables des bronchiolites à VRS (*) et autres maladies ?

 

Craig Stellpflug, 7 janvier 2012

  

(*) VRS/RSV : infections à Virus Respiratoires Synctycial. Ce virus est la cause la plus fréquente des infections respiratoires chez  les nourrissons de moins de deux ans. La maladie est très contagieuse. 500.000 bébés font une bronchiolite chaque année en France.

RSV--vaccins.jpg

 

Nous faisons vacciner nos enfants en pensant que nous allons les protéger de maladies mortelles. Pourtant, lorsque nous les faisons vacciner, nous contribuons à affaiblir leur système immunitaire. Ceci conduit à une moins bonne santé et à un risque plus élevé de contracter des maladies comme les bronchiolites à VRS qui peuvent parfois être meurtrières.

 

Une étude toute récente a montré que les nourrissons souffrant de graves infections des voies respiratoires présentes des réponses immunitaires dysfonctionnelles qui ne correspondent pas à la gravité de la maladie. (les infections à VRS sont les principales causes d’infections des voies respiratoires inférieures chez les jeunes enfants partout dans le monde.)

 

Selon le Dr Mark Hall MD qui s’occupe des soins intensifs pour enfants à l’échelle nationale, les enfants souffrant d’infections à VRS peuvent déjà être immunodéprimés quand ils sont accueillis dans les centres de soins. Cette situation soulève la possibilité d’une aggravation de cette immunodépression avec l’emploi de corticoïdes couramment prescrits pour atténuer la réponse pro-inflammatoire au VRS.

 

Les vaccins affaiblissent le système immunitaire

 

D’où vient cette immunodépression ? L’injection de vaccins par des voies artificielles peut mobiliser jusqu’à 70% des ressources du système immunitaire au lieu des trois à quatre pour cent pour une maladie naturelle. Du fait que le corps ne dispose pas d’anticorps supplémentaires en attente pour lutter contre le vaccin, le système immunitaire s’emballe et emprunte de manière critique aux os et aux organes des vitamines importantes pour la production d’anticorps supplémentaires. Ce manque de vitamines est susceptible de provoquer des fractures, des hémorragies (également de la rétine) conduisant parfois à des cas diagnostiqués par erreur de « syndrome du bébé secoué ».

 

Non seulement les vaccins affaiblissent le système immunitaire, mais ils provoquent aussi une augmentation massive d’anticorps pour « traiter » les additifs qui se trouvent dans les vaccins en provoquant une augmentation des allergies et des maladies auto-immunes. Les glandes surrénales, le pancréas, la glande pituitaire, le thymus et la rate peuvent aussi être surexcités, ne permettant plus au corps d’assurer sa propre régulation. Cette situation peut conduire à des maladies cardiaques, au diabète, asthme, bronchites, à un affaiblissement de la circulation sanguine, comme à l’atrophie des vaisseaux – pour ne citer que quelques complications ;

 

Les vaccins sont loin d’être parfaits

 

La procédure médicale qui inocule artificiellement une maladie dans le but de faire acquérir une « immunité » est, à beaucoup de points de vue, imparfaite.

 

  • Vaccination ne veut pas nécessairement dire immunisation. En fait, les vaccins ne fonctionnent pas à long terme. Ils nécessitent souvent de multiples « rappels ».
  • Les vaccins contiennent des produits chimiques dangereux, des produits OGM, des tissus animaux et de fœtus humains avortés, ainsi que des virus ou des protéines.
  • Il existe des vaccins combinés (par exemple : rougeole rubéole, oreillons). Naturellement aucun enfant ne ferait plusieurs maladies en même temps. Utiliser pareils vaccins met une pression énorme sur le système immunitaire.
  • La voie d’entrée dans le corps diffère complètement de ce qui se passe naturellement. La plupart des maladies pénètrent dans le corps soit par la bouche, la cavité nasale, les muqueuses et non au travers de la peau ou des muscles. La vaccination déchire la peau avec l’aiguille, injecte des matières étrangères dans les muscles, court-circuitant le rôle de défense de la peau, des muqueuses, des amygdales…Avec les vaccins, l’infection pénètre directement dans le sang sans que puissent directement se créer les éléments pour y faire face.

 

La meilleure immunisation est l’immunisation naturelle

 

Faire la maladie est la meilleure immunisation qui soit . Le corps possède d’énormes possibilités de lutter contre les maladies. Un régime alimentaire équilibré, un environnement sain, pourront, en l’absence de vaccinations toxiques, permettre au corps de vivre l’état d’harmonie pour lequel il a été fait.

 

http://www.naturalnews.com/038583_vaccines_RSV_immune_system.html

 

Prober et Sullender (1999) écrivent que le virus respiratoire syncytial a, en 1955 d’abord été isolé chez les jeunes singes atteints de coryza grave et avait, à l’époque, été dénommé : agent du coryza du chimpanzé.

 

Peu après, le virus fut isolé chez des enfants atteints de bronchiolites et de pneumonies. Il fut reconnu comme étant la cause la plus habituelle des épidémies hivernales d’infections des voies respiratoires partout dans le monde… Il fut renommé virus respiratoire syncytial en 1957

  

Ce n’est apparemment un secret pour personne que la source du RSV est à chercher dans les vaccins anti-polio, tant dans les pays en  voie de développement que dans les pays développés.   Viera SCHEIBNER, PhD

 

http://www.vaccinationcouncil.org/wp-content/uploads/2012/03/contamination-Chimpanzee-coryza-agent2.pdf                                                       

 

Sources pour cet article:


Innate Immune Dysfunction is Associated with Enhanced Disease Severity in Infants with Respiratory Syncytial Virus Bronchiolitis. Journal of Infectious Diseases, 2012

Cynthia Cournoyer, 'What About Immunizations?', Dennis Nelson Publishers, 1991

http://www.naturalnews.com/035871_vaccination_immunization_myths.html

 

Repost 0
Published by Expovaccins
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.