Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 23:12

  Pathétique cri d’alarme du Dr R. DELONG, 

virologue, immunologue, Université de Tolédo (U.S.A.)

             

« La logique et la raison auraient-elles abandonné les épidémiologistes ? L’introduction volontaire et non nécessaire de virus infectieux dans un corps humain est un acte dément qui ne peut être dicté que par une grande ignorance de la virologie et des processus d’infection. » [p.38] «  Le mal qui a été fait est incalculable. » [p.93]

 

Live viral Vaccines – Biological Pollution, Pr, Dr R.DELONG

 

Dr-Richard-Delong-LIVRE-copie-1.jpg

   

L’histoire de la médecine est remplie de folies. La dernière en date est la vaccination à VIRUS VIVANTS. Cette aberration, à elle seule, est susceptible d’avoir fait plus de mal que toutes les folies que la médecine a connues au cours de son histoire.

 

Si Sabin avait approfondi la littérature scientifique et avait tenu compte des mises en garde concernant les dangers des vaccins à VIRUS VIVANTS, on aurait pu épargner au monde les conséquences catastrophiques de la vaccination de masse (avec virus vivants) p. VIII.

 

Les vaccins à virus vivants, porteurs de virus infectieux, sont dangereux [p.95]

 

Ils peuvent causer :

 

* des aberrations chromosomiques,

* des mutations,

* Ils peuvent provoquer des cancers, des malformations,

* les virus peuvent retrouver leur virulence,

* Ils peuvent provoquer l’apparition de nouvelles maladies,

* les vaccins à virus vivants peuvent favoriser la rupture du délicat équilibre des  

  virus sur les plans écologique et épidémiologique. [p. 22, 28 ]

 

Tous ces risques sont connus depuis des années. [p.29] Autant de raisons impératives pour arrêter immédiatement les vaccinations à virus vivants [p.95]. Des lois devraient être votées pour mettre fin à la production de vaccins à virus vivants. [p.96]

 

En France, le Pr. Dr. TISSOT avait déjà lancé une sévère mise en garde : « Il ne faut pas, sous aucun prétexte, se laisser inoculer un virus vivant même atténué, ni un sérum, ni aucun produit provenant d’êtres vivants. »[ V&A.,n°32, Mars-Avril 1996.]

 

De nombreuses autres complications ont fait suite à l’utilisation de vaccins à virus vivants :

 

Encéphalites, troubles rénaux, cancers, poliomyélites, mélanomes malins, ostéomyélites, lymphomes, lymphadénopathies, ataxies cérébrales, thrombocytopénies, pneumonies, aberrations et mutations chromosomiques, malformations, encéphalomyélites, arthralgies, arthrites, panencéphalites sclérosantes subaiguës, surdité, méningites, rash, maux de tête, conjonctivites, douleurs cervicales, abdominales, érythème, eczéma, etc., y compris la mort [p.98].

 

Le Dr R. Delong est persuadé qu’il faut voir l’origine de pareilles aberrations vaccinales dans le fait que la vaccination et la fabrication des vaccins sont réalisées en grande partie en dehors des virologues professionnels eux-mêmes. Il  trouve inimaginable que la plupart des promoteurs ignorent ce que la science a découvert sur les virus et les infections virales depuis Jenner et Pasteur et qu’ils continuent, de propos délibéré, d’infecter des humains avec des virus vivants au nom de l’immunologie. [p.87, 97]

 

Le Dr R. Delong se dit terrifié à l’idée que les vaccins à virus vivants peuvent engendrer de nouvelles maladies. Ces dernières peuvent se produire :

 

- par recombinaison de gènes de deux ou plusieurs virus infectant une même cellule,

- par contamination de virus présents dans les vaccins vivants, et provenant de  

  cellules utilisées pour la production de vaccins.

- par mutation de gènes du virus vaccinal au cours de la reproduction in vitro,

- par la mutation génétique du virus vaccinal in vivo (chez le vacciné). [69,70]

 

Le Dr Delong trouve particulièrement intéressant de constater qu’au cours des 30 dernières années, on assisté à l’apparition de plusieurs nouvelles maladies virales particulièrement graves. Ces nouvelles maladies se sont développées parallèlement à l’augmentation des vaccinations de masse à virus vivants et spécialement les vaccinations antipolio, anti-rougeoleuse, les vaccinations contre la rubéole et les oreillons.

 

Parmi ces nouvelles maladies : le  syndrome de Reye, la fièvre de Lassa, la fièvre hémorragique Ebola, la maladie de Marburg, l’hépatite non-A, non-B, le syndrome de fatigue chronique, le sida, le syndrome palestinien, le syndrome de Sjörgen.

 

Les pathologies ayant comme origine l’introduction de virus vaccinaux dans le corps humain, spécialement au cours des vaccinations de masse, semblent infinies. [p.71]

 

Le vaccin vivant est actuellement dans une phase expérimentale. Pouvons-nous espérer que la raison l’emportera et que ce type de vaccin ne sera plus jamais utilisé.

 

Un exemple : le vaccin polio vivant

 

Le vaccin polio atténué ou vivant a été introduit en 1961. Ca a été une erreur. Ce fut la continuation d’une horrible mode qui a provoqué d’incalculables dégâts chez les humains.

 

Après une vaccination de masse avec le vaccin polio vivant qui a duré 35 ans, quels sont les faits connus au sujet de ce vaccin ?

 

  1. Il provoque des mutations
  2. Il provoque des aberrations chromosomiques
  3. Il tue des cellules embryonnaires humaines
  4. Il provoque le cancer dans des cellules humaines en culture
  5. Il provoque le cancer chez des animaux de laboratoire
  6. Il a été contaminé par le virus simien SV40
  7. Il peut recouvrer sa virulence.

 

Chacun de ces faits devrait en lui-même suffire pour que ce vaccin soit aboli.

Permettez-moi d’expliquer brièvement la signification de chacun de ces faits.

 

  1. Les mutations, ainsi que les aberrations chromosomiques constituent des défauts génétiques. Il peut en résulter des dommages qui peuvent passer de génération en génération.
  2. Le fait de tuer des cellules embryonnaires peut entraîner des malformations congénitales ou même des décès chez l’enfant à naître
  3. Le fait de causer le cancer chez les animaux de laboratoire, ainsi que dans des cellules humaines en culture fait penser à la probabilité de causer le cancer chez des vaccinés.
  4. Le retour à la virulence quand les virus du vaccin se modifient pour provoquer la polio.
  5. Le vaccin Sabin a été contaminé par de hautes concentrations du virus SV40 dans le vaccin. Ce virus est connu pour être cancérogène.

 

Le SV40 a été étudié pendant plusieurs années. On sait maintenant que ce virus provoque :

 

  1. des mutations
  2. des aberrations chromosomiques
  3. la mort des cellules embryonnaires humaines
  4. le cancer chez des animaux de laboratoire
  5. le cancer dans des cellules humaines en culture
  6. est associé à des tumeurs au cerveau chez les humains.

 

Dr Richard DELONG : « LIVE VIRAL VACCINES – BIOLOGICAL POLLUTION », Carlton Press Corp. New York, 1996.

 

*****************

 

« Depuis Pasteur, le mensonge a fait son entrée officielle en science. Il n’y a pas de domaine où le mensonge soit plus flagrant qu’en vaccinologie. Le jour où Pasteur a approuvé l’imposture de son complice BROUARDEL dans l’affaire du jeune Rouyer, nous avons été embarqués dans un système de supercherie, de faux semblants, de tromperie, de fraude, d’improbité sans nous en rendre compte. Tous les acteurs du scénario vaccinal sont englués dans la désinformation, dont ils sont eux-mêmes victimes, tout autant que le public, qu’ils maintiennent volontairement dans l’ignorance. Nier les accidents vaccinaux, ne publier que ce qui est favorable aux vaccinations, biaiser les résultats des études, être juge et partie dans les questions litigieuses, falsifier les rapports d’expertise, faire du chantage pour que règne la loi du silence, telle est la réalité aujourd’hui. Vivre sans vaccinations ? A chacun de trouver sa réponse. Vivre c’est prendre des risques, mais que l’on choisit et qui composent notre destin. La «science » par contre, nous offre une panoplie de dangers bien plus redoutables. Devons-nous les choisir sans réfléchir ? »

 

Françoise JOËT, (association ALIS), La vie sans vaccins

 

Parmi les vaccins à virus vivant(s), on retrouve : 

 

- le vaccin contre la variole administré jusque dans les années 70    

- le vaccin contre la tuberculose (BCG)

- les vaccins contre le rotavirus 

- le vaccin polio oral 

- le vaccin contre la fièvre jaune

- le vaccin oral contre la typhoïde

- tous les vaccins contre la rougeole, les oreillons et la rubéole ainsi que le ROR

- le vaccin contre la varicelle 

- le vaccin nasal contre la grippe (Flumist) 

  

Les autres vaccins (qui ne sont pas à virus vivants) contiennent quasi tous de l’aluminium qui est un toxique notoire du système nerveux. Voilà pourquoi vous pouvez aussi lire et aboutir à l’article suivant qui est une conclusion logique à ces deux articles précédents.

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Nina Atté 23/02/2014 22:08

Quand on pense que depuis notre naissance, on nous a injecté les vaccins de l'article, ça fait froid dans le dos. Des maladies graves peuvent être déclenchées.

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.