Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 14:12

 Catherine J. Frompovich, Vactruth, 27 avril 2012  

Nurses-and-Vaccinations.jpg

Beaucoup d’infirmières refusent d’être vaccinées

 

 

Le refus des infirmières des Centres de Santé pour la Mère et l’Enfant de se faire vacciner contre la coqueluche doit poser d’embarrassantes questions aux autorités Israéliennes.

 

Pourquoi ces infirmières MCHC qui vaccinent des nourrissons et des enfants, refusent-elles de se faire vacciner elles-mêmes alors qu’une directive les oblige à se faire vacciner contre la coqueluche ? Au bout de trois mois, seuls 2% de ces infirmières se sont fait vacciner.

 

Cette situation a non seulement plongé les autorités de santé dans la stupéfaction, mais elle les a aussi incitées à mettre sur pied une étude pour analyser le phénomène. Les résultats de cette étude sont publiés dans le journal Vaccine [1] …

 

Il semble que les autorités Israéliennes soient décidées à remettre de l’ordre par rapport à ce « mauvais exemple ».

 

Que dit donc cette étude ? Les lecteurs de Vactruth ne seront certainement pas surpris.

 

Après avoir lu le rapport, l’auteur de cet article a décidé de classer les résultats en différents chapitres pour en améliorer la compréhension.

 

Raison n°1 : Perte de confiance des infirmières dans les autorités de Santé

 

Leur perte de confiance est tout d’abord fondée sur le fiasco qu’a représenté la pandémie H1N1 qui a fait s’interroger pas mal de monde sur les méthodes, les obligations imposées par les autorités de santé sur un plan mondial…

 

Raison n°2 : Perte de confiance dans l’information émanant des autorités de santé

 

Pour quelles raisons les infirmières réagiraient-elles différemment des parents et des chercheurs – autres que les exécutants scientifiques payés par Big Pharma – qui peuvent voir, savoir et expérimenter ce qui arrive aux enfants qui ont été vaccinés ? Les infirmières estiment inadéquates les informations qu’elles ont reçues ; ces informations ne les aident pas à conseiller judicieusement les familles. Cette situation israélienne n’est probablement pas unique. Beaucoup prétendent que la même situation se retrouve aux Etats-Unis où des médecins ne sont même pas au fait du contenu des notices.

 

Raison n°3 : les infirmières réclament leur droit à l’autonomie

 

L’auteur du présent article ne pourrait pas être  plus clair  qu’en reprenant les paroles de l’une de ces infirmières : «  Mais où sommes-nous donc ? – En Russie Soviétique ? … Il est clair que je ne me ferai pas vacciner cette année ! »  En outre, les infirmières n’aiment pas que l’on  puisse dicter leur conduite par rapport à leur vie personnelle, qu’elles veulent distinguer de leurs activités professionnelles. Les infirmières israéliennes ne veulent pas jouer le rôle de modèles.

 

Raison n°4 : La peur des effets secondaires

 

L’étude fait allusion aux effets secondaires des vaccinations dont les infirmières ont pu être témoins. Elle ont en outre « eu l’impression que les autorités se servaient d’elles comme de cobayes ».

 

Les infirmières justifient aussi leurs peurs par le fait qu’il n’y a pas assez de recul pour pouvoir juger adéquatement des effets secondaires. L’auteur du présent article ne peut que donner raison  à ces infirmières.

 

Raison n°5 : Perception des risques

 

Le fait de s’occuper tous les jours de nourrissons et d’enfants, n’est pas considéré par les infirmières comme représentant un risque d’attraper la coqueluche. Elles veulent en outre que des examens préalables à la vaccination soient mis sur pied pour évaluer les possibilités de réponse immunitaire de chaque enfant au lieu de vacciner tous les enfants à l’aveugle…

 

Globalement les infirmières ont, dans l’étude, souligné « l’importance de leur autonomie par rapport à la décision de se faire ou non vacciner contre la coqueluche. »

 

Un autre problème que les infirmières ont soulevé, et que les autorités ne souhaitent pas entendre est le suivant : les infirmières estiment que « leurs patients possèdent les mêmes droits de se faire ou non vacciner, de vacciner ou non leurs enfants. »

 

Il est intéressant de noter que les infirmières israéliennes MCHC ne sont pas les seules à refuser la vaccination. Plusieurs études ont été publiées sur le même thème :

 

  • Seasonal and Pandemic A(H1N1) 2009 influenza vaccination coverage and attitudes among health-care workers in a Spanish University Hospital, Vaccine 2009;28(July) 30)):4751-7.
  • Influenza vaccination compliance among health care workers in a German university hospital.  Infection 2009;37(June(3)):197-202.
  • The reluctance of nurses to get vaccinated against influenza. Vaccine 2010;28(June(29)):4548-9.
  • The age-old struggle against the antivaccinationists, New England Journal of Medicine 2011;364(January (2)):97-9.
  • Influenza vaccination of health care workers in hospitals—a review of studies on attitudes and predictors.  Vaccine 2009;27(June(30)):3935-44.

 

Ce qui ressort de tout ceci c’est que les infirmières et autres professionnels de Santé s’interrogent de plus en plus sur de nombreux points ayant trait à la sécurité et que les autorités veulent leur faire apparemment avaler, à elles comme aux parents et aux enfants…

 

Je me dois ici de rappeler que les infirmières ne semblent en rien différer des cancérologues, ces docteurs en médecine qui administrent des chimiothérapies à leurs patients cancéreux. Certains de ces médecins qui administrent des chimios à leurs patients ont déclaré dans une enquête, qu’ils ne prendraient PAS pour eux-mêmes les médicaments qu’ils administrent à leurs patients. Qu’en pensez-vous ?

 

Il y a des choses qui ne vont vraiment pas en médecine, en pharmacologie et en particulier avec les vaccins qui servent à faire tant d’argent. Il est grand temps que la médecine, comme les autorités de Santé se rendent compte que les consommateurs sont peut-être plus intelligents qu’ils ne le pensent. Il est temps aussi que les autorités puissent réorganiser non seulement leur manière de penser, mais aussi leur Science sur des bases solides s’ils veulent être pris au sérieux, non seulement par le public mais aussi par les professionnels de Santé.

   

[1] O Baron-Epel, et al. What lies behind the low rates of vaccinations among nurses who treat infants? Vaccine 30 (2012):3151-3154

 

 

http://vactruth.com/2012/04/27/nurses-and-vaccinations/

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.