Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 16:06

  Etats-Unis

 

Débat vaccinal et suppression de la liberté d’expression

 

liberty-not-tyranny.jpg

 

D’après Brian Shilhavy, Health Impact News, 25.04.2014

 

Le débat sur les vaccins fait rage dans l’Amérique d’aujourd’hui. La plupart de ceux qui se situent d’un côté du débat voudraient vous faire croire qu’il n’y a pas de débat. Ils veulent désespérément que tout le monde puisse croire que la question des vaccins est une question réglée et qu’il n’y a de place que pour un seul camp, le leur. Malheureusement, ceux qui ont ces croyances voudraient supprimer la liberté d’expression et ne pas permettre à l’autre camp d’être entendu. C’est ce qu’on appelle la tyrannie. Et c’est pour empêcher que pareille chose n’arrive que les pères fondateurs des Etats-Unis se sont âprement battus.

 

Le débat sur les vaccins n’est pas nouveau. Il existe depuis le début de l’histoire des vaccins, depuis que le premier vaccin a été mis sur le marché. C’est parce qu’il y a toujours eu des enfants dont la santé a été endommagée ou sont décédés, que des personnes se sont, depuis toujours opposées aux vaccins.

 

Ceux qui veulent promouvoir les vaccins souhaiteraient que vous ne sachiez rien à ce sujet, parce que les problèmes n’ont pratiquement pas changé au fil des années. Ils s’efforcent donc de faire passer les partisans du choix vaccinal comme peu intelligents et désinformés.

 

La restriction de la liberté d’expression et l’adoption de lois vaccinales tyranniques contre les opposants  ont déjà existé dans le passé en Grande-Bretagne. Cette forme de tyrannie médicale n’a donc rien de nouveau, même si les principes qui ont fondé les Etats-Unis s’y opposent.

 

Vaccination forcée

 

Compulsory-vaccination-laws.jpg

Croydon (Angleterre) 1907. Rassemblement des membres de la Ligue Antivaccinaliste pour protester contre les milliers de convocations pour vaccination et les centaines d’amendes infligées aux familles qui ne voulaient pas faire vacciner leurs enfants. – Rien qu’à Croydon, environ 50 pères de famille ont été envoyés en prison et ont été punis d’amendes parce qu’ils refusaient de faire vacciner leurs enfants.

 

Si ces gens sont si sûrs de leurs croyances dans les vaccins et de la prétendue science qui les justifie, pourquoi donc s’acharnent-ils pour supprimer l’autre face du débat ? La motivation de censurer le point de vue opposé à la version officielle est à ce point catégorique que ceux qui travaillent dans les principaux médias et qui se risqueraient à publier les deux aspects du débat mettraient tout simplement leur carrière en jeu.

 

[…] Ici à « Health Impact News », nous ne sommes pas anti-vaccins par principe, mais nous voulons parler des problèmes de santé qui sont censurés dans les médias traditionnels. Il est donc normal que nous donnions de l’information sur les vaccins  que vous aurez peu de chances de découvrir dans d’autres médias. Du fait que nous réalisions des articles sur « l’autre face de la médaille » par rapport à de nombreuses questions qui vont à l’encontre de ce que les médias grand public veulent présenter, nous ne pouvons que nous attirer les commentaires agressifs et haineux de ceux qui soutiennent l’opinion dominante que ce soit le végétalisme, le Darwinisme, les graisses saturées et bien d’autres sujets.

 

Rien n’est en effet comparable aux arguments émotionnels et militants que nous recevons des pro-vaccins et dont la plupart sont des « trolls ». Nous avons rapporté ailleurs qu’il s’agit souvent de « trolls » formés pour la cause, qui ont des liens étroits avec l’industrie pharmaceutique et qui s’efforcent par toutes sortes de moyens d’étouffer la liberté d’expression sur les vaccins. (Voir : les « trolls » d’internet pourraient être des agents formés par le gouvernement :

 

http://healthimpactnews.com/2014/internet-trolls-may-be-trained-government-agents-according-to-leaked-document/

 

[…] La semaine dernière, je suis tombé sur un article qui s’intitulait : « Chers parents, on vous ment »

 

http://violentmetaphors.com/2014/03/25/parents-you-are-being-lied-to/

 

L’auteur de cet article a tenté de faire comprendre que les parents qui choisissaient de ne pas faire vacciner leurs enfants avaient tort, qu’ils étaient victimes de propagande mensongère, et les « réceptacles » de maladies qui pouvaient être évitées par les vaccinations. J’ai beaucoup espéré que cet article ne se répande pas .Mais l’article en question fut diffusé posé sur d’autres « murs »  et les gens ont commencé à se demander : « Est-ce que vraiment on leur ment ? » Et bien, oui… tout au moins si vous croyez ce que vous lirez dans cet article.

Mais, voici plutôt comment vous devriez lire cet article :

 

Chers parents,

 

On vous ment. Il y a des compagnies pharmaceutiques qui prétendent agir dans le meilleur intérêt  de vos enfants, mais en fait, elles mettent votre santé et peut-être votre vie même en danger pour des raisons de profit. Il y a des médecins qui, bien que n’étant pas formés  par rapport à l’histoire des vaccins, au manque de science en ce domaine, aux effets secondaires, aux additifs que l’on retrouve dans les vaccins, refusent de lire les notices, ne tiennent pas compte des preuves scientifiques et ne vous informent pas des véritables risques que comportent les vaccins, de sorte qu’il ne vous est pas possible de faire un véritable choix informé. On vous ment… parce que l’on vous dit que vous n’êtes que des parents et que vous n’avez rien à dire.

 

Ils disent que la rougeole est une maladie mortelle. Mais ce n’est pas le cas… à moins que vous ne vous en référiez à la fiche d’information de l’OMS (citée dans l’article critiqué) et qui envisage la rougeole sur un plan mondial. Savez-vous comment une rougeole se présente la plupart du temps ? Une simple éruption cutanée.

 

Ils disent que la varicelle est une fameuse affaire. Mais ce n’est pas le cas. Avant l’homologation du vaccin, on comptait seulement 4 millions de cas de varicelle chaque année et le taux de mortalité était de 0, 4 décès par million de personnes. Au cours des 25 années qui ont précédé l’homologation du vaccin, on a enregistré 2.262 décès (environ 90 personnes par an). Mettons tout ceci en perspective… plus de 1000 personnes meurent chaque année en tombant dans les escaliers et 200 personnes meurent chaque année de noyade accidentelle. Je pense que la véritable épidémie a sûrement quelque chose à voir avec vos escaliers.

 

Ils disent que la grippe est dangereuse, mais ce n’est pas le cas.

 

Les données statistiques sur la grippe relèvent d’un véritable gâchis. Actuellement, la grippe/pneumonie est la  9ème cause de décès. Selon le Centre National des Statistiques de Santé du CDC, « la grippe et la pneumonie ont causé la mort de 62.034 personnes en 2001. La plupart des gens qui ont entendu pareils chiffres ont pris leurs jambes à leur cou et sont partis se faire vacciner.  Bizarre comment ils parviennent à « lier » ces deux « maladies ». Ce qu’ils auraient dû dire c’était que 61.777 personnes sont mortes de pneumonie et 257 de la grippe et que c’est seulement dans 18 cas que le virus de la grippe a été positivement identifié. »

 

Comme le vaccin contre la grippe est inefficace et que souvent il prédispose à faire une grippe, je préfère m’abstenir et courir ma chance.

 

Ils disent que le vaccin prévient la coqueluche. Mais ce n’est pas le cas.

 

Selon les données de prévalence de la coqueluche, l’incidence de cette maladie a diminué avant l’homologation du vaccin en 1949. Après l’homologation, les cas de coqueluche ont augmenté, ensuite ils se sont stabilisés avant d'atteindre un sommet en 2013.

 

Maintenant le CDC admet qu’ils ont découvert  des coqueluches résistantes au vaccin et que les enfants qui reçoivent le vaccin  peuvent être des porteurs asymptomatiques et qu’ils sont susceptibles de répandre les bactéries.  Quoi ?

 

Ainsi, le vaccin serait à mettre en cause pour les flambées qui sont survenues dans des populations presque totalement vaccinées ? La chose me choque (mais en fait pas tout à fait)

 

Voici maintenant les options que vous avez : augmenter le risque que votre enfant attrape et diffuse la coqueluche  en se faisant injecter un vaccin dangereux, et inefficace qui peut provoquer des dommages cérébraux (DTC), un vaccin qui pourrait provoquer l’autisme et permettre la croissance des bactéries parapertussis pouvant   favoriser une souche moins agressive de coqueluche (DTCa) ou faire de vous ou de votre enfant un porteur asymptomatique (DTCa). Non merci. Je ne veux pas que mon enfant attrape la coqueluche (ou la communique à un autre enfant) Donc j’ai pris la décision de m’écarter le plus possible de ce vaccin.

 

Ils attribuent aux vaccins le mérite d’avoir éradiqué des maladies, mais ce n’est pas le cas.

 

La polio qui a reçu son homologation en 1955, l’hépatite A en 1995, l’hépatite B en 1991, les oreillons en 1967, la rougeole en 1963, la coqueluche en 1949, toutes ces maladies  étaient toutes sur leur déclin avant que les vaccins ne soient introduits. La prévalence de la variole et de la coqueluche a augmenté après la vaccination. La rubéole et le tétanos étaient à peine existants avant le vaccin.

 

George-Bernard-Shaw-Herode.JPG

C’est le célèbre écrivain britannique George Bernard Shaw qui écrivait que si l’on pouvait mettre à jour tous les cas de décès par vaccination, ces chiffres auraient de quoi faire frémir Hérode lui-même.

 

La mortalité dans toutes les régions pour toutes les maladies avait significativement diminué avant que les vaccins n’entrent en scène…

 

Qu’est-ce alors qui a fait diminuer le nombre des maladies ou qui les a pratiquement éradiquées ? Considérant le fait que les germes ne se développent que dans un environnement qui est favorable à leur croissance, on peut sans se tromper attribuer le fort déclin des maladies à de meilleures conditions de vie, à des quarantaines, à l’hygiène, à l’eau potable, à la plomberie, au meilleur accès aux soins…

 

Ils disent que la vaccination est préférable à « l’infection naturelle » Mais ce n’est pas exact. Il est tout à fait logique que nous sommes tous nés avec des systèmes immunitaires dont le fonctionnement est en grande partie inconnu des médecins. Au lieu d’être exposés à des virus dans la nature qui contribuent à former notre système immunitaire en nous donnant une immunité à vie, on nous expose avec les vaccins à des virus mutés, vivants et atténués, ainsi qu’à de dangereux additifs qui peuvent ou pas fonctionner. Et quand ces vaccins fonctionnent, ils ne confèrent qu’une immunité temporaire.

 

Ils disent que les vaccins ont été rigoureusement testés quant à leur sécurité, qu’ils sont soumis à des examens plus minutieux que pour n’importe quel autre médicament.  Mais ils ont tort.

 

L’approbation des médicaments est rigoureuse et nécessite des tests précliniques chez les animaux, trois phases d’essais, ainsi qu’un autre examen avant d’être approuvés. Pour déterminer les effets secondaires, les études sont généralement faites avec des placébos inactifs (pilule de sucre ou solution saline) etc.

 

L’approbation des vaccins ne souffre pas la comparaison. Habituellement deux petites études sont effectuées au cours desquelles les sujets sont suivis pendant quelques jours ou quelques semaines seulement… La plupart des études ne sont même pas effectuées dans ce pays – elles sont réalisées dans d’autres pays sur des enfants dont il est facile de disposer comme par exemple en Afrique…


La FDA n’a jamais précisé les critères sur lesquels elle se base pour décider si un vaccin est sans danger et efficace – Bruesewitz v. Wyeth LLC

 

Ils disent que les médecins reconnaissent volontiers les effets secondaires de la vaccination, que ceux-ci sont parfaitement connus, et sauf quelques cas très rares, ces effets secondaires sont tout à fait bénins.

 

En fait, la plupart des médecins ne lisent même pas les notices et, à part une rougeur, petite douleur ou gonflement au point d’injection, des étourdissements ou des évanouissements, ils n’informent pas les patients de tous les effets secondaires possibles. En fait, ils ne doivent même pas le faire du fait que la Cour Suprême des Etats-Unis a exempté les médecins et les compagnies pharmaceutiques de toute responsabilité et déclaré que les vaccins étaient « inévitablement dangereux »…

 

Ils disent que les vaccins sont sûrs. Mais ils ne le sont pas.

 

Le vaccin Diphtérie-Tétanos-Coqueluche (DTC) a provoqué des inflammations du cerveau et des décès d’enfants. Le vaccin oral vivant contre la polio a paralysé des enfants et des adultes et provoqué des cancers. Le vaccin contre la coqueluche provoque la coqueluche. Le vaccin ROR (Rougeole-Rubéole-Oreillons) a provoqué la maladie de l’intestin irritable et des troubles neurologiques. Le vaccin contre la grippe provoque des paralysies. Ces vaccins sont associés à quantité d’effets secondaires si l’on s’en réfère aux affaires judiciaires et aux études réalisées sur la question.

 

Jusqu’à ce que les vaccins soient soumis à des études en double aveugle contrôlées versus placebo avec solution saline inerte (norme de la médecine basée sur les preuves), et jusqu’à ce qu’il soit prouvé que les avantages l’emportent sur les risques, personne ne  pourra affirmer que ces vaccins sont sûrs.

 

Ils disent que le vaccin ROR ne provoque pas l’autisme. Mais la chose serait possible.

 

Même le tribunal des vaccins a reconnu qu’il existe une relation causale entre l’autisme et le vaccin ROR, que ce vaccin peut provoquer des encéphalopathies pouvant  entraîner des lésions cérébrales permanentes ou la mort. Etude après étude, étude après étude, les notices du vaccin et d’innombrables affaires judiciaires ont confirmé ce lien. Je ne sais pas ce que vous pensez, mais personnellement je ne suis guère partisan de la mentalité : « faites l’injection maintenant ; vous vous inquiéterez plus tard »… Il est grand temps d’arrêter de dénigrer Wakefield et de commencer à traiter l’autisme.

 

Ils disent que le thiomersal des vaccins ne provoque pas l’autisme, mais la chose serait possible

 

Il existe 15.000 articles dans la littérature médicale qui décrivent  les effets nocifs de l’exposition au mercure pour le corps humain. Il semble donc logique que l’on ait des raisons de s’inquiéter. Bien que les doses de thiomersal ont été réduites ou supprimées de la plupart des vaccins, ce thiomersal est toujours présent dans trois vaccins (DTCa, Hep B, et Hib) . Parmi les effets secondaires de ces trois vaccins on relève l’autisme, l’encéphalite et des troubles neurologiques….

 

Ils disent que les plaintes adressées au VAERS et au Programme National  d’Indemnisation pour Dommages vaccinaux (NVICP) ne prouvent pas que les vaccins soient dangereux. Bien qu’ils le soient.

 

Le VAERS est une base de données à laquelle on peut signaler les réactions indésirables aux vaccins. On estime que seul 1% de la population rapporte en fait ces effets secondaires. Et il est vrai que la « relation de cause à effet » n’a jamais été établie pour les millions d’effets secondaires et de décès rapportés à la suite des vaccinations. Comme c’est tellement pratique qu’aucune « relation de cause à effet » n’ait pas non plus été établie dans les essais cliniques ou études financées par le gouvernement. Procéder autrement risquerait de déréguler toute l’industrie du vaccin qui compte pour des milliards de dollars. Il est plus facile de « blâmer » le cerveau de votre enfant pour l’encéphalite dont il a souffert ou les conditions atmosphériques pour des convulsions après vaccin….

 

Ils disent que les enfants non vaccinés font courir des risques aux enfants vaccinés

 

Soyons sérieux, si vous êtes vacciné et que vous croyez être protégé, pour quelle raison auriez-vous à vous inquiéter ?

 

[…] Ils disent que l’immunité de groupe existe grâce aux vaccins, mais ce n’est pas le cas.

 

L’immunité de groupe est la croyance qui veut que si un certain pourcentage de la population est immunisé contre une maladie, le reste de la population sera protégé contre l’infection. Cela semble merveilleux, sauf que l’immunité de groupe ne s’applique qu’aux maladies d’origine naturelle qui donnent une immunité à vie. Un vaccin, lui, est jugé efficace quand il introduit un antigène. Mais il arrive que cet antigène ne produise pas les anticorps souhaités et même s’il produit ces anticorps, ceux-ci ne conféreront pas nécessairement l’immunité. Et même quand ces anticorps provoquent l’immunité, celle-ci n’est souvent que temporaire. En d’autres mots « efficacité » n’est pas nécessairement égal à « protection »

 

A.W. Hedrich, qui a créé le concept de l’immunité de groupe a précisé que le taux d’exposition de 68% était tout ce qu’il fallait (et non les 95% que l’on a, par erreur fait croire au public). Par définition, , même si l’immunité de groupe était applicable aux vaccinations, nous ne devrions jamais voir d’épidémies de maladies évitables grâce à la vaccination et surtout pas dans des zones particulièrement vaccinées…

 

[…] Pourquoi continue-t-on à nous mentir ?  Les compagnies pharmaceutiques le font dans un but lucratif. Elles sont terrifiées à l’idée que la responsabilité leur incombe  si l’on reconnaissait  que les vaccins pouvaient être la cause de quantité de complications. (il suffit de penser aux affaires de l’amiante et du tabac). Le gouvernement ne se posera pas non plus de question sur les conflits d’intérêts et sur les marges bénéficiaires des fabricants.

 

Certains médecins ne veulent pas admettre qu’ils ont tort. Il y a toujours des gens qui sont à la recherche d’une personne à blâmer. Certains pensent vraiment que les vaccins sont efficaces et ont fait leur choix mais pensent que vous n’avez pas le droit de faire vos propres choix. D’autres personnes détestent davantage ceux qui ne veulent pas vacciner qu’ils ne détestent la mauvaise science.

 

Je vous encourage aussi à vous informer sérieusement et à voir clair dans les prétentions suivantes :

 

En premier lieu qu’il n’y a pas de division dans la communauté scientifique sur cette question. Ensuite que des centaines de brillants médecins et chercheurs qui se sont prononcés contre les vaccins sont tous des charlatans. Ensuite que les vaccins sont les seuls médicaments au monde qui n’ont pratiquement pas d’effets secondaires dangereux. Et si vous ne savez pas par où commencer, jetez un coup d’œil aux articles des médias dont les auteurs n’ont pas effectué leurs propres recherches et sur internet qui, souvent ne répandent que la haine à l’égard des parents qui ne font pas vacciner leurs propres enfants.

 

Un astrophysicien a un jour dit : « Ce qui est bien à propos de la science c’est qu’elle est vraie que vous y croyiez ou pas.» Merveilleuse citation. Mais pourrais-je souligner que parfois les gens refusent de reconnaître la véritable science en raison de leurs propres croyances.

 

Tremante-Alberto.jpg

 

Les vaccins ne renforcent pas l'immunité mais au contraire, l'affaiblissent. Les vaccins ne sont pas un moyen de prévenir les maladies mais d'en créer de nouvelles. Les vaccins ne sauvent pas des vies, ils en détruisent.

 

Giorgio Tremante, père de deux enfants qui sont décédés après avoir été vaccinés contre la polio. Le troisième, Alberto que l’on voit ci-dessus reste handicapé à vie après avoir reçu le même vaccin polio oral.

 

http://healthimpactnews.com/2014/the-vaccine-debate-and-suppression-of-free-speech-in-america/

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.