Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2010 5 16 /07 /juillet /2010 20:45

Une nouvelle étude montre que les vaccins causent des dommages cérébraux semblables à ceux rencontrés chez les enfants autistes

 

Par Dan Olmsted et Mark Blaxill (traduction)

 

Article issu du site "Age of Autism"

 

 

Une croissance cérébrale anormale et dysfonctionnelle est le propre de l'autisme, un désordre du développement incroyablement fréquent qui affecte à présent 1 garçon sur 60 aux Etats-Unis.

 

A présent, des chercheurs de l'Université de Pittsburgh et du Centre pour enfants "Thoughtful House" d'Austin, au Texas, ont trouvé chez des jeunes singes qui ont reçu les vaccins avec thiomersal du calendrier vaccinal des années 90,  des changements cérébraux remarquablement similaires à ceux constatés en cas d'autisme.

 

Les découvertes de ces chercheurs ont été publiées hier dans le journal Acta Neurobiologiae Experimentalis. Ils ont utilisé la technique du scanner pour évaluer  à la fois la taille et le fonctionnement du cerveau chez les mêmes animaux au fil du temps.

 

 

étude sur autisme

 

 

 L'équipe de recherche a été capable de déceler des différences dans la façon dont les cerveaux d'animaux vaccinés et non vaccinés se développent. Des scanners ont été réalisés avant et après l'administration de la première dose de ROR et des rappels de vaccin pentavalent (Di-Té-Po-Coq-Hib)qui sont données chez l'espèce humaine à 12 mois d'âge.

 

Au cours de la période d'étude, les animaux vaccinés ont montré une augmentation du volume cérébral total - une caractéristique du cerveau de beaucoup de jeunes enfants autistes- comparé aux animaux non vaccinés. Cependant, une partie spécifique du cerveau qui est associée aux réponses émotionelles estimées importantes  en cas d'autisme, l'amygdale, n'a pas montré d'anormalités avant que les vaccins de 12 mois ne soient administrés. En outre, c'est seulement après l'injection des vaccins de 12 mois que les scanners évaluant le fonctionnement cérébral ont montré des différences significatives entre les groupes vaccinés et non vaccinés.

 

Ces scanners fonctionnels ont évalué l'activité des récepteurs opioïdes (morphinique et morphino-mémiétiques) qui peuvent jouer un rôle dans le cerveau des enfants atteints d'autisme. L'administration de vaccins a été associée à une augmentation de l'activité de liaison de ces récepteurs opioïdes au niveau de l'amygdale comparativement au groupe non vacciné pour lequel l'activité de ces récepteurs diminuait.

 

Les résultats indiquent que l'exposition aux vaccinations multiples durant les 3 à 4 premiers mois de vie peut avoir un impact significatif sur la croissance et le fonctionnement du cerveau, corroborant ainsi de façon consistante d'autres publications sur l'autisme qui évoquaient une telle influence.

 

Concernant l'amygdale, les nouvelles découvertes concernant la croissance anormale et le dysfonctionnement du cerveau, apparaissent comme étant la conséquence d'expositions plus récentes à des vaccins- la première dose de ROR à 12 mois et les rappels de vaccin pentavalent.

 

Dans l'éditorial qui accompagnait cette étude, le Dr Kris Turlejski,Editeur en chef, a décrit les résultats comme "alarmants" et comme "soutenant la possibilité de lien entre la vaccination précoce et l'étiologie de l'autisme."

 

Dans le même modèle simien d'expérimentation, l'équipe de recherche a déjà identifié un retard d'acquisition des réflexes cérébraux de survie chez les jeunes exposés au vaccin anti-hépatite B contenant du thiomersal le premier jour de leur vie, comparativement aux animaux non vaccinés.

 

Une autre, seconde phase, plus large est actuellement en cours pour voir si de tels résultats peuvent être reproduits.

 

Le Dr Andrew Wakefield, qui n'est pas cité parmi les auteurs mais dont le soutien est remercié à la fin de l'étude a dit "j'espère que le modèle expérimental ne fournira pas seulement d'importants indices sur l'origine de l'autisme mais également des moyens de tester de façon fiable la sécurité des vaccins et de nouveaux traitements contre l'autisme."

 

 

  

 Références:

 


Laura Hewitson, Brian J. Lopresti, Carol Stott, N. Scott Mason, and Jaime Tomko. Influence of pediatric vaccines on amygdala growth and opioid ligand binding in rhesus macaque infants: A pilot study. Acta Neurobiol Exp 2010. 70: 147–164

Etude consultable ICI: http://www.ane.pl/pdf/7020.pdf 

Kris Turlejski. Focus on Autism Editorial Comment Acta Neurobiol Exp 2010. 70: 117–118

 

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

fièvre 22/08/2010 13:34


L'édito de Kris Turlejski est consultable là : http://adventuresinautism.com/HewitsonEditorial.pdf


Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.