Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 12:08

Les bébés dorment mieux quand ils reçoivent des médicaments et des vaccins au cours de l’après-midi !

 

bebe-qui-dort.jpg

                 Christina England, 30mars 2012, Vactruth

 

 

On donne aujourd’hui des médicaments puissants aux bébés pour supprimer les réactions naturelles du corps.



Ces puissants médicaments sont administrés aux bébés pour réduire la fièvre ou d’éventuelles douleurs avant qu’ils ne reçoivent leurs vaccinations combinées. Cette pratique permettrait aux enfants de mieux dormir ; ce qui, selon les experts maximiserait la réponse vaccinale.

 

Linda Franck  et ses collègues de l’Université de Californie à San Francisco [1] ont découvert que l’administration, dans l’après-midi, de médicaments et de vaccins multiples à des bébés de 8 semaines, les aidait à mieux dormir. Linda Franck, l’auteur principale de l’étude réalisée à l’université a déclaré :

 

« Le sommeil est important après avoir subi des vaccinations, parce que le sommeil est un signe de réponse aux vaccins. La chose est importante parce qu’elle maximise cette réponse. »

 

Au départ, les chercheurs n’étudiaient pas le problème des vaccinations. Leur étude portait sur le fait de savoir si les bébés dormaient mieux quand on leur administrait du Tylenol avant les vaccinations ou pas du tout.

 

C’est apparemment une pratique courante que d’administrer de l’acétaminophène, autrement dit du Tylénol, avant les vaccinations en vue de réduire tout augmentation de température et rendre de ce fait la situation du bébé plus confortable.

 

Selon le premier rapport publié dans The Journal of Pediatrics [2], 25 des 70 bébés étudiés reçurent une dose de Tylénol avant d’être vaccinés. Cependant, à la suite de l’inconfort et de la fièvre que présentaient un nombre important d’autres bébés qui faisaient partie de l’étude, il fut décidé de leur administrer, à eux aussi, le médicament au moment de la vaccination ou peu après.

 

Tous les bébés reçurent les vaccins suivants : anti pneumocoque, diphtérie-tétanos-coqueluche (DTC), Haemophilus influenzae type b (Hib), polio et hépatite B.

 

Il est à peine surprenant que ces pauvres nourrissons de 8 semaines aient pu dormir si longtemps. A mon avis, cette étude est révoltante et grossière. Ces nourrissons furent non seulement vaccinés avec pas moins de 7 doses de vaccins contenant tous ces produits chimiques, toxines et virus, mais ils furent en outre« drogués » par des médicaments durant leur épreuve. Cette étude est un nouvel exemple de la manière dont les compagnies pharmaceutiques se servent d’enfants innocents comme cobayes au cours d’expérimentations malsaines et perverses.

 

Mettons pour un moment le problème des vaccins de côté. L’administration de Tylénol peut présenter des effets secondaires meurtriers. Ce produit n’a, en outre, jamais été testé adéquatement chez les enfants. Selon le site SideEffects.com [3], les propres experts de la FDA ont avisé l’Organisation (FDA) et recommandé que les enfants en dessous de 6 ans ne reçoivent pas ce médicament. Malheureusement la FDA a choisi de ne pas suivre leurs conseils.

 

Le site SideEffects.com précise :

 

En dépit de l’impression de «  sûreté » que présente le Tylénol, ce produit n’a pas fait l’objet d’études randomisées en  double aveugle avec placebo (RTC) comme l’exigent les scientifiques et les médecins pour pouvoir déterminer si un produit est sans danger. Si le Tylénol était mis aujourd’hui sur le marché, les chercheurs ne pourraient que constater qu’il n’existe aucune preuve pour déclarer que ce produit est sans danger pour les enfants.

 

Et cependant, nous prenons pour acquit le fait que nous faisons la meilleure chose au monde pour nos enfants quand nous leur administrons du Tylénol quand ils ont de la fièvre ou quand ils souffrent. Il faut quand même savoir que des enfants SONT  morts d’insuffisance hépatique ou ont été mis sur la liste d’attente des transplantations, alors qu’ils avaient reçu des doses « recommandées » de Tylénol. En fait les experts de la FDA avaient, en 2007, recommandé que le Tylénol ne soit PAS administré à des enfants en dessous de 6 ans. Mais la FDA a choisi d’ignorer l’avis de ses propres experts.

 

Au cours de l’étude, il fut recommandé d’administrer ce médicament risqué et non testé 30 minutes avant la séance de vaccinations et ensuite toutes les 4 heures, pour un TOTAL DE 5 DOSES. Le Journal of Pediatrics précise en effet :

 

Dans le groupe « contrôle », les mères des nourrissons ont reçu l’instruction  de donner à leurs bébés les soins standards, tandis que les mères des enfants faisant partie du groupe « intervention » reçurent de l’acétaminophène prédosé avec comme directive d’administrer une dose du produit 30 minutes avant la séance de vaccinations et toutes les 4 heures dans la suite et ce, pour un total de 5 doses.

 

A mon avis, cette expérimentation est tout à fait barbare. Il existe des preuves montrant que des bébés peuvent éprouver des problèmes respiratoires ou être victimes du Syndrome de la Mort Subite du Nourrisson après avoir subi une série de vaccinations. Si ceci est vrai, alors le fait d’administrer des médicaments à des enfants pour les aider à dormir peut s’avérer particulièrement dangereux.

 

En 1985, le Dr Scheibner et son mari Leif Karlsson bio-ingénieur ont mis au point un monitoring respiratoire appelé « Cotwatch » [4]. Ce monitoring fournissait des graphiques relatifs aux états respiratoires des enfants et ce, sur de longues périodes. Le Cotwatch  a été le premier appareil du genre à disposer d’un capteur placé en dessous du matelas au lieu d’être attaché au corps du bébé. Ce qui présentait l’avantage de permettre au bébé de pouvoir bouger librement tout en restant sous monitoring.

 

Quand ils eurent examiné une série de graphiques, le Dr Scheibner et son mari ont fini par découvrir que les bébés qui venaient d’être vaccinés manifestaient des signes de stress respiratoire dans les jours qui suivaient les vaccinations.

 

Le Dr Scheibner écrit :

 

RESULTATS DE LA RECHERCHE (Cotwatch)

 

Les graphiques du monitoring respiratoire de notre ordinateur enregistraient heure par heure et d’une manière continue la respiration des nourrissons au berceau. L’appareil enregistrait les apnées (pauses dans la respiration) et les hypo-apnées (type de respiration superficielle, peu profonde induite par du stress). Tous les graphiques indiquaient une augmentation du stress après les vaccinations. Un exemple : après qu’un enfant ait reçu le vaccin multivalent diphtérie, tétanos, coqueluche (DTC), le monitoring  montrait une modification de la  respiration ; les graphiques affichaient des pics qui étaient les témoins de périodes d’accroissement du stress.

 

La plupart des bébés qui ont fait partie de l’étude « Cotwatch » ne recevaient qu’un vaccin triple. Essayez d’imaginer la dose de stress qui peut se produire chez des bébés qui ont reçu 7 doses de vaccins en plus du Tylénol comme il fut administré dans l’étude de Franck.

 

Les études du Dr Scheibner prouvent au-delà de tout doute possible que les nourrissons souffrent de périodes d’énorme stress après les vaccinations.

 

Si les vaccinations étaient parfaitement sûres comme on veut absolument nous le faire croire, pourquoi devrait-on, en tout premier lieu, faire prendre aux bébés des médications de précaution avant qu’ils reçoivent les vaccins ? Pour moi,  cela prouve simplement qu’en administrant des vaccins multiples à de petits bébés, ils sont tout simplement susceptibles  de souffrir de fièvre et de malaises. Administrer des médicaments à des bébés pour les faire dormir après les vaccinations est extrêmement dangereux, pour la bonne raison que s’ils devaient souffrir d’un effet secondaire, il ne serait peut-être pas possible de le détecter avant qu’il ne soit trop tard.



Références



1. Babies Sleep Better Following Afternoon Vaccinations http://www.reuters.com/article/2011/11/29/us-babies-sleep-vaccines-idUSTRE7AS1KZ20111129

 

2. Infant Sleep After Immunization: Randomized Controlled Trial of Prophylactic Acetaminophen Linda Franck, RN, PhD,  Caryl L. Gay, PhD,  Mary Lynch, RN, MS, MPH, PNP, Kathryn A. Lee, RN, PhD http://pediatrics.aappublications.org/content/128/6/1100

 

3. Side Effects.com

http://www.side-effects-site.com/tylenol-side-effects.html#ixzz1q6wJOcIy

 

4. Dr Viera Scheibner Medical Research on SIDS and Epidemics http://www.vierascheibner.org/index.php?view=article&catid=47%3Acot-deaths-sids&id=73%3Avaccinations-part-i-medical-research-on-sids-and-epidemics-&option=com_content&Itemid=58

 

Photo Credit: Mostly Muppet



Article original: Vactruth 

 

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.