Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 08:51

 

Barbara Loe Fisher, NVIC 28 août 2012 

barbara-loe-fisher-find-a-compassionate-doctor.JPG

 

Depuis les premiers vaccins – variole et rage – l’une des complications les plus graves de la vaccination a été l’inflammation du cerveau [1][2][3][4][5][6][7]. L’inflammation du cerveau peut provoquer des convulsions, des crises [8]. Des crises continues peuvent après un certain temps endommager le cerveau pour toujours.[9]

 

Au cours des 40 premières années de l’administration du vaccin DTC (diphtérie, tétanos, coqueluche) aux enfants, il était recommandé aux pédiatres de ne plus administrer le vaccin contre la coqueluche aux enfants qui avaient fait des convulsions dans les 72 heures qui suivaient la vaccination [10][11][12][13] . A cette époque, les convulsions constituaient une contre-indication absolue à d’autres vaccinations DTC, surtout si ces convulsions n’étaient pas accompagnées de fièvre.

 

Protéger les enfants vulnérables

 

Mais cette situation changea après que le Congrès eut voté la loi de 1986 protégeant les médecins et les fabricants de vaccins de toute poursuite judiciaire pour dommages provoqués par les vaccins. [14] Une fois que les pédiatres furent protégés de poursuites [15], les officiels de santé publique ainsi que les associations médicales comme l’Académie Américaine de Pédiatrie déclarèrent que les réactions graves faisant suite aux vaccinations – comme les convulsions ( 1 enfant sur 14.000) [16], le syndrome des cris persistants, collapsus/choc – n’étaient plus du tout importantes. [17][18][19].

 

En conséquence, il appartient aujourd’hui aux parents de trouver un médecin en qui ils pourront avoir pleine confiance et qui prendra toutes les précautions nécessaires avant d’administrer de nouveaux vaccins, surtout s’il y a eu des réactions aux premiers vaccins administrés comme des convulsions et particulièrement si l’enfant présente des symptômes de dommages cérébraux.

 

Des mamans nous ont fait savoir au NVIC comment elles ont été menacées et punies en étant exclues des soins pédiatriques parce qu’elles essayaient de protéger leurs enfants des effets secondaires des vaccinations.

 

L’histoire d’une de ces mamans

 

« Après avoir reçu ses premiers vaccins, y compris le DTC, ma fille a commencé à faire de violentes convulsions pratiquement sans arrêt. Ses crises se sont atténuées l’année qui a suivi. A plusieurs occasions les pédiatres ont tenté de m’intimider pour pouvoir lui administrer de nouveaux vaccins. J’ai bien évidemment évoqué ses crises de convulsions et refusé leurs propositions en leur disant : « Je m’y oppose, à moins que vous me garantissiez personnellement par écrit qu’il n’y aura aucun effet secondaire, pour que je puisse vous poursuivre en justice si jamais il s’en produisait.

 

On a maintenant diagnostiqué que ma fille était autiste. Après avoir déménagé, nous avons dû chercher un autre médecin. Etant donné qu’après un an je n’ai toujours pas voulu changer de position en ce qui concerne les vaccins, ce médecin m’a fait savoir qu’il ne serait dorénavant plus notre médecin. J’ai alors cherché un autre médecin qui lui non plus n’a pas voulu nous accepter comme patients. En fin de compte nous avons heureusement pu trouver une merveilleuse pédiatre qui a pu comprendre notre situation. »

 

L’approche prudente : les enfants ne sont pas tous les mêmes

 

Il existe bel et bien des pédiatres éclairés qui veulent avoir une approche prudente par rapport aux vaccinations parce qu’ils veulent éviter les effets secondaires des vaccins, les dommages à la santé et les décès. Ces pédiatres se veulent partenaires des parents pour prendre, avec eux, des décisions personnalisées parce qu’ils savent que les enfants ne sont pas tous les mêmes [20]  et que la santé de certains enfants ne leur permet pas de gérer le processus de vaccination. [21]

 

N’ayez de grâce pas peur de vous positionner clairement pour vos droits les plus élémentaires de protéger votre enfant de tout mal. Et ce, tout spécialement si votre enfant a déjà eu à souffrir d’effets secondaires des vaccins. Mettez-vous alors à la recherche d’un pédiatre compatissant ou d’un médecin de famille qui pourra collaborer avec vous pour prendre les meilleures décisions en ce qui concerne la santé de vos enfants.

 

Il y va de votre santé, de votre famille, de votre liberté de choix.

 

Références :

[1]   CDC. Smallpox Vaccinations and Adverse Reactions: Guidance for Clinicians.Postvaccinal Central Nervous System Disease. MMWR Feb. 21, 2003; 52(RR04): 1-28.

[2]   Fisher BL. Smallpox and Forced Vaccination: What Every American Needs to Know.  NVIC 2002.

[3]   Hemachudha T. Griffin DE et al. Myelin basic protein as an encephalitogen in encephalomyelitis and polyneuritis following rabies vaccination. N Engl J Med 1987; 316(7): 369-374.

[4]   Miller DL, Ross EM et al.Pertussis Immunization and Serious Acute Neurological Illness in Children. BMJ 1981; 282: 1595-1599.

[5]   Vaccine Safety Committee, Institute of Medicine. Adverse Events Association with Childhood Vaccines: Evidence Bearing on Causality. Neurologic Disorders. Washington, D.C. The National Academies Press 1994.

[6]   Institute of Medicine. DPT Vaccine and Chronic Nervous System Dysfunction: A New Analysis. Washington, D.C.The National Academies Press 1994.

[7]   Tunkel AR, Glaser CA et al. The Management of Encephalitis: Clinical Practice Guidelines by the Infectious Diseases Society of AmericaClin Infect Dis 2008; 47(3): 303-327.

[8]   Vezzani A. Inflammation and EpilepsyEpilepsy Curr 2005; 5(1): 1-6.

[9]   National Institute of Neurological Disorders and Stroke. Curing Epilepsy: The Promise of Research. National Institutes of Health Dec. 21, 2011.

[10]   Berg JM. Neurological Complications of Pertussis Immunization. BMJ 1958; 2:24-27.

[11]  Kulenkampff M, Schwartzman JS, Wilson J. Neurological complications of Pertussis Vaccination. Arch Dis Child1974; 46-49.

[12] CDC. Recommendations of the Immunization Practices Advisory Committee (ACIP) Diptheria,Tetanus and Pertussis: Guidelines for Vaccine Prophylaxis and Other Protective Measures. Precautions and Contraindications. MMWRJuly 12, 1985; 34(27): 405-414; 419-426.

[13] Stetler HC, Orenstein WA. History of Convulsions and Use of Pertussis Vaccine. J Pediatr 1985; 107(2): 175-179.

[14] Evans G. National Childhood Vaccine Injury Act: Revision of the Vaccine Injury Table.Pediatrics 1995; 98(6): 1179-1181.

[15]  Zimmerman B, Gold R, Lavi S. Adverse effects of immunization: Is prevention possible? Postgrad Med 1987 82(5): 225-229; 232.

[16] National Vaccine Program Office, U.S. Dept. of Health & Human Services. Safety: Potential Side Effects (DTaP).Vaccines.gov. Aug. 20, 2012.

[17] CDC. Diphtheria, Tetanus, and Pertussis: Recommendations for Vaccine Use and Other Preventive Measures Recommendations of the Immunization Practices Advisory Committee (ACIP).

 Precautions (Warnings). MMWR Aug. 8, 1991; 40(RR10): 1-28.

[18]  CDC. Conditions Commonly Misperceived as Contraindications to Vaccination. July 17, 2012.

[19] CDC. Chart of Contraindications and Precautions to Commonly Used Vaccines. July 17, 2012.

[20] Stratton K, Ford A, Rusch E, Clayton EW, editors. Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality.(Evaluating Biological Mechanisms of Adverse Events: Increased Susceptibility)Institute of Medicine Committee to Review Adverse Effects of Vaccines. Washington, D.C.: National Academies Press 2011.  

[21]  Fisher BL.  The Need for a Study Comparing Health Outcomes of Vaccinated and Unvaccinated Children. Institute of Medicine Committee on the Assessment of Studies of Health Outcomes Related to the Recommended Childhood Vaccination Schedule. Feb. 9, 2012 Meeting.

 NVIC symb.

 

NVIC Newsletter, 28 août 2012 + Video

 

http://www.nvic.org/NVIC-Vaccine-News/August-2012/Find-A-Compassionate-Doctor-To-Help-You--Prevent-V.aspx

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.