Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2012 3 07 /03 /mars /2012 13:22

Collectivisme :

l’Etat ou la Famille ?

 

Dr Russel BLAYLOCK, MD, Neurochirurgien  

Dr-Russel-Blaylock.jpg

                                                                    5 mars 2012 (extraits)

 

« Nous devrions tous être terrifiés par le caractère totalitaire de ceux qui se veulent les promoteurs de vaccinations obligatoires. »

 

Dr Russel BLAYLOCK

 

 

Un article récent paru  dans le « Journal of Ethics de l’Association Médicale Américaine » devrait alerter les Américains par rapport à la mise en place d’un dangereux précédent par les « autorités » de santé. En fait, le concept d’obligation par l’état pour «  le plus grand bien de tous » n’est pas neuf du tout et correspond à une philosophie collectiviste. Mais que représente le collectivisme ?

 

Fondamentalement,le collectivisme ne reconnaît pas l’importance de l’individu face à la société ; en fait, ses philosophes pensent que l’individu, spécialement l’intellectuel, est l’ennemi du « bien public ».

 

[…] Les pères fondateurs de notre pays ne pensaient pas de la sorte. Ils ont plutôt réalisé que l’individu devait être protégé du collectivisme à tous les degrés. C’est la raison pour laquelle ils ont créé la Constitution, de même que la Déclaration des Droits individuels. Le système judiciaire a, dès le début, été conçu pour protéger les droits de l’individu. La famille occupe la place centrale dans la conception philosophique des pères fondateurs. Ce qui veut dire que ce sont le père et/ou la mère qui représentent la  plus importante structure protectrice des enfants innocents et non l’état. L’état ne devant intervenir que dans des cas de véritables abus. Ce chapitre a été parfaitement étudié pour précisément empêcher les abus possibles de l’état.

 

Depuis la Guerre Civile, nous avons été témoins d’une tendance régulière et progressive vers une philosophie collectiviste, où l’état se permet de prendre la place de la famille, alors que les individus sont sacrifiés au nom du « bien public ».Ce processus s’est rapidement étendu sur plusieurs fronts, mais l’un des plus inquiétants est précisément le domaine de la santé publique.

 

En 1961, Ronald Reagan avait déjà prévenu : « L’une des méthodes traditionnelles pour imposer l’étatisme ou le socialisme au peuple a été la médecine. Il est très facile de camoufler un programme médical en projet humanitaire. » Ceux qui ont étudié l’évolution du collectivisme comprendront facilement que la volonté d’accroître le pouvoir de l’Etat sur le peuple a toujours été formulé en termes de « bien public », et de « protection du peuple ». Quand apparaissent des « crises », elles semblent toujours exiger des solutions collectivistes. Ces solutions doivent être acceptées sans débats ou analyses critiques d’individus réfléchis et prudents. Un exemple parfait est le débat actuel sur la sécurité et l’efficacité des vaccins.

 

Dans l’article précité de « Journal of Ethics », les auteurs (S.Sheely et J. Meyer) commencent par se lamenter du fait que le recrutement de volontaires pour tester des vaccins expérimentaux devient de plus en plus difficile. Le fait est que les volontaires se font de plus en plus rares. Les auteurs de l’article n’hésitent pas à noter que les « volontaires » sont parfaitement informés des complications possibles des vaccins ; ils rappellent que ces volontaires ont consenti à être utilisés pour ces expériences. On pourrait même ajouter : un peu comme des cobayes. Les assurances données ci-dessus ne sont pas exactes. Plusieurs études ont montré que de graves complications souvent signalées sont cachées aux volontaires.

 

A la suite de ce manque de volontaires, les auteurs nous disent : « Se baser exclusivement sur l’altruisme pour rendre les essais cliniques possibles est en fait intenable et critiquable sur le plan éthique. » Mais alors, que présentent-ils donc comme solution à leur problème ? L’enrôlement obligatoire pour des études est une solution alternative qui n’est pas aussi bizarre qu’elle puisse paraître à première vue. – L’enrôlement obligatoire pour des essais cliniques sur les vaccins s’apparente de fait un peu à la conscription militaire. Tant dans la conscription militaire que dans la participation à des essais cliniques, il ne reste aux individus que peu ou pas de choix quant à leur implication et aux risques inhérents à la situation dans laquelle ils se trouvent et sur laquelle ils n’ont aucun contrôle. Tout cela pour le plus grand bien de la société. (Souligné par le Dr Blaylock)

 

Cette dernière ligne n’est pas sans nous rappeler ce qu’a déclaré Julian Huxley, premier directeur général de l’UNESCO concernant la réalisation d’un programme radical d’eugénisme – « C’est important que l’Unesco s’assure que le problème de l’eugénisme sera examiné avec le plus grand soin et que le public soit informé des enjeux, de sorte que de nombreuses choses qui aujourd’hui sont impensables puissent au moins devenir pensables. »  (le Dr Blaylock souligne)

 

Comme les collectivistes de l’extrême gauche se hérissent d’être comparés aux Nationaux socialistes, je vais examiner l’origine de la pensée eugénique de Hitler, cette autre idée « impensable » rendue « pensable » grâce à une manipulation en règle des créateurs d’opinion sur le plan social Américain dans les années 1900. Veuillez garder à l’esprit que ces programmes d’eugénisme ont finalement eu recours à la contrainte parce que le public n’aurait pu être convaincu d’accepter ces ordonnances meurtrières proposées par l’état, ainsi que par des protecteurs du bien public auto proclamés.

 

Le mouvement eugéniste s’est tout d’abord appuyé sur les idées du Biologiste Britannique Sir Francis Galton qui proposait l’amélioration de la race humaine au moyen d’une procréation sélective dès l’année 1882.

Au début du 20ème siècle (1904-1920) la nécessité de mise en application des programmes d’eugénisme devint une question de « santé publique ».

Le mouvement eugéniste à, dès le tout début, été largement financé par les fondations Rockefeller et Carnegie et a continué à l’être bien après l’époque du National Socialisme.

 

Il est aussi important de réaliser que ce mouvement de santé publique a été appuyé par les hommes les plus importants de la société… dont Winston Churchill, Léonard Darwin (Fils de Charles Darwin) Théodore Roosevelt et Linus Pauling…

 

Des ouvrages ont été adoptés et des cours sur l’eugénisme ont été dispensés dans les universités les plus prestigieuses comme Harvard, Princeton, Yale, New York, Berkley, California…

Le journal de l’Association Médicale Américaine (JAMA)  a, en termes élogieux, fièrement couvert le colloque international de Londres sur l’eugénisme.

 

Le but des promoteurs eugénistes était de finalement stériliser 14 millions de personnes aux Etats-Unis, comme des millions d’autres dans le monde. Avant que des idées plus claires aient pu prévaloir, 60.000 Américains, au bas mot, furent stérilisés de force.

 

Ce monstrueux programme avait comme base une pseudo science, ainsi qu’une puissante propagande soutenue par l’état, comparable à cette folie vaccinale à laquelle nous assistons aujourd’hui.

 

Chaque génération se croit toujours beaucoup plus intelligente que les précédentes. De ce fait, il n’est guère possible de faire des comparaisons avec les précédents abus de science ou de politique. Ceci étant, on est bien obligé de constater que la stérilisation obligatoire, comme les camps d’internement pour les « inaptes » ont été fortement encouragés par des hommes que l’on considérait comme des géants de la biologie et de la médecine, par des gouvernants très influents, de même que par des fondations privées. La folie eugéniste s’est répandue parmi la classe des hommes les plus intelligents du monde entier.

 

 Les opposants ont été étiquetés « ennemis du bien public » et en tant qu’individus, disqualifiés pour discuter du problème, exactement comme nous le voyons aujourd’hui à propos de la sécurité des vaccins. Les partisans de la vaccination obligatoire déclarent que les opposants à leur programme ne sont pas informés, ni non plus qualifiés pour parler du sujet et ce, même quand ils sont eux-mêmes des experts plus qualifiés que leurs opposants en matière de sécurité vaccinale ou en physiopathologie.

 

J’ai personnellement écrit huit articles et de nombreux chapitres sur les mécanismes neuropathologiques, ainsi que sur les troubles neurologiques faisant suite aux vaccinations. J’ai proposé un mécanisme convainquant pour expliquer le lien entre vaccin et autisme. La seule personne qui a été citée sur cette question dans les médias nationaux est Paul Offit qui a, non seulement profité grassement de la création de son propre vaccin, mais qui a aussi admis dans une interview qu’il ne connaissait rien en neurologie ou en fonctionnement du cerveau.

 

[…] Etant donné le fait que le public bénéficie des essais cliniques sur les vaccins, Sheehy et Meyer (Journal of Ethics) estiment que l’on doit contraindre ce public à participer contre sa volonté. Nous pourrions alors demander si les gens devraient être forcés de subir une opération chirurgicale ; car si elle réussit, elle pourrait aussi être profitable à beaucoup d’autres ? Les gens devraient-ils être forcés de prendre des médicaments ?

 

Le principe des procédures médicales obligatoires pourrait également s’appliquer à la chirurgie expérimentale du cerveau comme l’infâme lobotomie frontale. Après tout, à une époque, on a pensé que cette opération pourrait être grandement utile à des milliers de personnes.

On l’utilisait pour traiter la tristesse, la dépression, l’anxiété et le comportement indiscipliné des enfants. Mais voilà… les effets étaient irréversibles, exactement comme les dégâts neurologiques provoqués par les réactions aux vaccinations.

 

L’histoire de la médecine aurait dû nous apprendre que l’exaltation au sujet d’un traitement ou d’une procédure peut souvent mener au désastre.

On a aussi considéré que la thalidomide était un tranquillisant sans aucun danger – personne ne savait à l’époque  que si on l’administrait à des femmes enceintes, l’enfant risquait de naître avec des membres difformes. Qu’en aurait-il été si la thalidomide avait, à l’époque été rendue obligatoire ? Cela aurait engendré des millions d’estropiés.

 

Nous avons appris beaucoup sur le problème de la sécurité des vaccins, mais cette recherche minutieuse reste encore malheureusement ignorée.

Tomljenovic et Shaw, Strunecka et autres ont publié d’importantes études dans ce domaine et personnellement j’ai présenté des arguments convaincants concernant le mécanisme, « l’immunoexcitotoxicité » en vue d’expliquer l’effet des vaccins combinés sur le développement du cerveau, y compris sur les crises épileptiques associées aux vaccins.

 

Nous devrions tous être terrifiés par le caractère totalitaire de ceux qui se veulent les promoteurs de vaccinations obligatoires. Nombreux sont ceux qui, non seulement réclament la vaccination obligatoire mais qui cachent aussi au public les données concernant la sécurité pour pouvoir donner au public l’impression que les vaccins sont sans danger.

 

Les programmes eugéniques obligatoires ont pris fin quand le public a commencé à réaliser les véritables conséquences de pareils projets. Aujourd’hui ces histoires ne sont que rarement évoquées, alors que les politiques vaccinales sont juste aussi effrayantes parce qu’elles ont le potentiel de détruire irréversiblement la vie de millions d’enfants.

 

Je voudrais faire une proposition à ceux qui soutiennent l’idée de vaccinations obligatoires, comme la participation obligatoire à des essais cliniques. Les premiers qui devraient participer à ces essais devraient être les directeurs des firmes productrices de vaccins, les membres de leur conseil d’administration, leurs familles, leurs employés et leurs familles. Tous ceux qui ont écrit ou proposé des règlements, des législations pour rendre les vaccins obligatoires devraient aussi être soumis aux tests, y compris Sheehy et Meyers, ainsi que leurs familles. Paul Offit devrait figurer en tête de liste. Je puis vous assurer que si pareille politique était appliquée, on entendrait beaucoup moins parler de vaccinations obligatoires.

 

Dr Russel Blaylock, MD, Neurochirurgien

 

http://www.vaccinationcouncil.org/2012/03/05/collectivism-family-or-state-an-essay-on-mandatory-vaccination-by-neurosurgeon-russell-blaylock-md/

 

Publications:

 

1. Blaylock RL, Ducker TB, Rittenberry MS. Intraventricular monitoring of craniocerebral trauma. J South Carolina Medical Association 70: 348-355, 1974.

 
2. Blaylock, RL. American Medicine: bicentennial celebration. J South Carolina Medical Association 72: 18-22, 1976.


3. Blaylock RL, Kempe LG. Review and new proposals for immunotherapy of brain tumors. Neurochirugia 19: 10-21, 1976.


4. Blaylock RL,Kempe LG. Chrondrosarcoma of the cervical spine. J Neurosurgery 44: 500-503, 1976.


5. Kempe LG, Blaylock RL. Ventriculo-lymphatic shunt. J Neurosurgery 47: 86-95, 1977.


6. Kempe LG, Blaylock RL. Lateral trigonal intraventricular tumor: a new operative approach. ACTA Neurochirugia 21: 20-28, 1978.


7. Blaylock RL, Kempe LG. Hydrocephalus associated with subarachnoid hemorrhage. Neurochirugia 21: 20-28, 1978.


8. Blaylock RL. Building one’s own gallows. Private Practice, September 1979.


9. Blaylock RL, Kempe LG. Pituitary adenomas: a re-appraisal of their pathology and treatment. Neurochirugia 20: 68-78, 1977.


10. Blaylock RL. Hydrosyringomyelia of the conus medullaris associated with a thorasic meningioma. J Neurosurgery 54: 833-835, 1981.

 

11. Blaylock RL. The medicine business coalition. Private Practice, pp52-54, 1982.

 

12. Blaylock R. The unseen effects of drug substitution. Private Practice, pp 81-85, 1982.

 

13. Blaylock, M.D. MSG, NutraSweet and the destruction of the brain. Healthy & Natural, pp78-79, 1996.

 

14. Blaylock R. Medical Care as an industrial product. Medical Sentinel 1: 19-22, 1996.

 

15. Blaylock RL. Running for cover. The herd instinct among physcians. Medical Sentinel 1: 14-17, 1996.

 

16. Blaylock RL. Communist use of American POWs as Human Guinea pigs. Part 1: The Korean experience. Medical Sentinel 2: 93-96, 1997.

 

17. Blaylock RL. Communist use of American POWs as human guinea pigs: Part 2: The Vietnam experience, the Soviets and other special projects. Medical Sentinel 2: 126-131, 1997.

 

18. Blaylock RL. Managed truth: The great danger to our Republic. Medical Sentinel 3: 1998.

 

19. Blaylock RL. Energy producing enzymes and Alzheimer’s disease. Healthy & Natural, pp 78-79, Vol 125, 1996.

 

20. Blaylock RL. Neurodegeneration and aging of the central nervous system: Prevention and treatment by phytochemicals and metabolic nutrients. Integrative Medicine 1: 117-133, 1998.

 

21. Blaylock R. An irrestible force. Medical Sentinel 4: 140, 1999.

 

22. Blaylock RL. New Developments in Phytoprevention and treatment of cancer. J American Nutraceutical Association 2: 1999

 

23. Blaylock RL. Phytonutrients and metabolic stimulants as protection against neurodegeneration and excitotoxicity. J Am Nutraceutical Association 2000; 2: 30-39.

 

24. Blaylock RL. A review of conventional cancer prevention and treatment and the adjunctive use of nutraceutical supplements and antioxidants: Is their a danger or a significant benefit? J Amer Nutra Assoc. 2000;3: 17-35.

 

25. Blaylock RL. New Developments in the prevention and treatment of Neurodegenerative diseases using nutraceuticals and metabolic stimulants. JANA 2002; 5: 1-18.

 

26. Blaylock RL. Food additive excitotoxins and degenerative brain disorders. Medical Sentinel 1999; 4: 212-214.

 

27. Blaylock RL. The central role of excitotoxicity in autism spectrum disorders. JANA 2003; 6: 10-22.

 

28. Blaylock RL. Interactions of cytokines, excitotoxins, and reactive nitrogen and oxygen species in autism spectrum disorders. 2003; 6: 21-35.

 

29. Blaylock RL. Fluoride neurotoxicity and excitotoxicity/microglial activation: critical need for more research. Fluoride; 40: 89-92.

 

30. Blaylock RL. Chronic microglial activation and excitotoxicity secondary to excessive immune stimulation: possible factors in Gulf War Syndrome and autism. J Amer Physic Surg 2004; 9: 2004.

 

31. Blaylock RL. Excitotoxicity: A possible central mechanism in fluoride neurotoxicity. Fluoride 2004; 37: 301-314.

 

32. Strunecka A, Patocka J, Blaylock RL, Chinoy NJ. Fluoride interactions: From molecules to disease. Current Signal Transduction Therapy 2007; 2: 190-213.

 

33. Blaylock RL. The danger of overvaccination with the present vaccine policy. Health Freedom News 2007; 25: 8-11.

 

34. Blaylock RL. Immunoexcitotoxicity, Part 1. Alter Ther Health Med

 

35. Blaylock RL. Immunoexcitotoxicit, Part 2 Altern Ther Health Med

 

36. Blaylock R. Immunoexcitotoxicity, Part 3. Altern Ther Health Med

 

37. Blaylock RL, Strunecka A. Immune-glutamertergic dysfunction as a central mechanism of autism spectrum disorders. Curr Med Chem 2009; 16: 157-170.

 

38. Blaylock RL. Vaccines, depression and neurodegeneration after age 50 years: Another reason to avoid recommended vaccines. Medical Veritas 2008; 5: 1742-1747.

 

39. Blaylock RL. The danger of excessive vaccination during brain development: the case for a link to Autism Spectrum Disorders (ASD). Medical Veritas 2008; 5: 1727-1741.

 

40. Blaylock RL. The truth behind the vaccine cover-up. Medical Veritas 2008; 5: 1714-1726.

 

41. Blaylock RL. DHA supports development and protects neurological function. Life Extension Jan 2008: 45-57.

 

42. Blaylock RL, Strunecka A. Immune-glutamatergic dysfunction as a central mechanism of autism spectrum disorders. Curr Med Chem 2009;16(2): 157-170.

 

43. Blaylock RL, Maroon J. Immunoexcitotoxicity as a central mechanism in chronic traumatic encephalopathy—a unifying hypothesis. Surg Neurol Int 2011;2:107

 

44. Blaylock RL. Aluminum induced immunoexcitotoxicity in neurodevelopmental and neurodegenerative disorders. Curr Inorg Chem 2012;2 (in press)

 

45. Strunecka A, Blaylock RL and Patocka J. Aluminofluoride complexes: Phosphate analogues and a hidden hazard for living organinsms. Curr Inorgan Chem 2012;2:8-18.

 

46. Blaylock RL. Managed Truth: A Danger to Our republic. Surgi Neurol Int 2011;2:179.

 

47. Maroon J, Blaylock R, Bost J. TBI and neuroinflammation: a rationale for treatment: summary text and presentation outline notes. J Healthcare Sci Humanities 2011;1(4):51-61.

 

48. Strunecka A, Blaylock RL, Patocka J. Aluminofluoride complexes: Phosphate analogues and a hidden hazard for living organisms. Curr Inorg Chem 2012;2:8-18.

 

49. Strunecka A, Blaylock RL. Insights into the pathogenesis of autism spectrum disorders from the molecular and cellular level. Prackticky Lekar 2008;88(2):78-81. (In Czech)

 

50. Blaylock RL, Maroon J. Natural Plant Products and Extracts That Reduce Immunoexcitotoxicity Associated Neurodegeneration, and Promote Repair Within the Central Nervous System. Surg Neurol Int 2011; (in press)

 

Books and Chapters in Medical Text:

 

Blaylock RL. Immunoexcitotoxicity in Chronic Traumatic Encephalopathy. In, Dambinova SA, Hayes RL, Wang KKW (eds): Biomarkers for Traumatic Brain Injury 2012: (in press)

 

Blaylock RL. Pathophysiology of Head and Cervical Spine Injuries. In, Irby WB

(Ed) Recent Advances in Oral Surgery. Vol II, CV Mosby, Co St Louis, 1977.

 

Blaylock RL. Concomitant Injuries: Diagnosis and Treatment. In, Irby WB ( Ed), Trauma And Concomitant Problems: Evaluation and Treatment. CV Mosby, Co St Louis, 1979

 

Blaylock RL. Facial Pain: Differential Diagnosis and Treatment. In, Irby WB (Ed) Recent Advances in Oral Surgery, Vol III, CV Mosby, Co, St Louis, 1979.

 

Blaylock RL. Multiple Sclerosis: A Patient Care Book. Pritchert & Hull Assoc, 1988

 

Blaylock, RL. Excitotoxins: The Taste That Kills. Health Press, Inc Sante Fe, NM, 1994.

 

Blaylock RL. Excitotoxins: The Taste That Kills (updated edition in softback) Health Press, Santa Fe, 1997.

 

Blaylock RL. Health and Nutrition Secrets That Can Save Your Life. Health Press, 2003.

 

Blaylock RL. Natural Strategies for Cancer Patients. Kensington Press, 2003.

 

Strunecka A, Blaylock RL. Cellular and Molecular Mechanism of Autism Spectrum Disorders. Bentham Publishing 2010 (ebook)

 

Blaylock RL. Wrote forward to Never Be Fat Again, by Raymond Francis

 

Blaylock RL- Wrote Forward to- Treating Epilepsy Naturally by Patricia A. Murphey

 

Blaylock RL. Wrote Forward to –Natural Vet’s Guide to Preventing and Treating Cancer in Dogs. By Shawn Messonnier

 

Blaylock RL- wrote forward to – Vaccine Safety Manuel by Neil Z. Miller, 2009

 

Blaylock RL. Wrote forward to Stop Alzheimer’s Now by Bruce Fife. , Piccadilly Press, 2011

 

Blaylock RL—Chapter in Knockout by Suzanne Somers, Crown Publisher, NY 2009

 

Blaylock RL. Chapter in Breakthrough by Suzanne Somers, Crown Publishers, NY, 2008;

 

Professional Memberships:

 

Association of American Physicians and Surgeons

American Nutraceutical Association

American College of Nutrition

Life Extension Foundation

National Health Federation

International and American Association of Clinical Nutritionists

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

clovis simard 22/10/2012 21:49

Voir Blog(fermaton.over-blog.com)No.21- THÉORÈME des POUVOIRS. - Le pouvoir une folie ?

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.