Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 19:00

Taux de mortalité 50% plus élevés

 avec les vaccins combinés

 

On pourrait parler de carnage pour les décès d’enfants qui reçoivent de multiples doses de vaccins. Une étude montre qu’administrer à la fois des vaccins contre 5 à 8 maladies au lieu de 1à 4, a eu comme résultat d’augmenter de 51.750 % le nombre des 103.500 décès d’enfants au cours des 20 dernières années.

 

mortalite-accrue--1-.jpgPiers Nye

 

 

Heidi Stevenson, Gaia Health, 13 janvier 2013

 

Une nouvelle étude qui se base sur les données gouvernementales américaines du VAERS (Vaccine Adverse Events Reporting System) montre que plus on administre de vaccins, plus les enfants sont susceptibles d’être hospitalisés ou de mourir.

 

L’augmentation des taux est hautement significative : avec un nombre doublé de vaccins, on observe une probabilité de 50% de décès supplémentaires et un risque d’hospitalisation augmenté de 100%.

 

Il est connu que les données du VAERS ne représentent qu’un faible pourcentage de tous les effets secondaires réels des vaccins.

 

Comme GS Goldman et NZ Miller le soulignent :

 

Une étude confidentielle menée par les laboratoires Connaught, fabricant de vaccins, a indiqué qu’il est probable que la déclaration des effets secondaires soit 50 fois moins importante que dans la réalité.



Selon David Kessler, ancien commissaire à la FDA, «  il n’y a environ que un pour cent des effets secondaires graves des médicaments qui sont rapportés.»

 

Ainsi, l’augmentation des hospitalisations et des décès d’enfants est le résultat direct  des programmes agressifs de vaccinations, avec parfois des vaccins contre 9 maladies administrés en une seule journée. Au final, cela fait un bien grand nombre d’enfants !



Si, comme le signale l’étude précitée, seuls 1 à 2 effets secondaires sur 100 sont rapportés au VAERS, les chiffres doivent alors être multipliés par 50 ou par 100 !

 

L’étude des données et les analyses statistiques font ressortir des informations importantes sur les risques que présentent les vaccins.

 

mortalite-accrue--2-.jpg

 

Ce graphique de l’étude montre le taux d’hospitalisations en fonction du nombre de vaccins.[…] Quand le nombre de doses vaccins augmente, le nombre d’hospitalisations augmente de manière spectaculaire, passant de 10% avec des vaccins à 2 valences/ contre 2 maladies (selon les rapports du VAERS) à plus de 20% avec 8 valences.

 

Le tableau ci-dessous montre les taux de décès en fonction du nombre de doses de vaccins :

 

mortalite-accrue--3-.jpg

 

Il est intéressant de noter que le nombre de décès d’enfants dus au nombre de vaccins administrés augmente considérablement à partir de 5 doses ("5 en 1").

 

Les véritables raisons  de cette situation ne sont pas connues ; la chose pourrait avoir rapport avec certains vaccins particuliers ou être mise en relation avec les effets cumulés des toxines qui se trouvent dans les vaccins. Ce problème n’a pas été abordé dans l’étude. Les données importantes sont entourées de rouge. Ces chiffres montrent  les cas de décès rapportés, le nombre d’effets secondaires indésirables, ainsi que les taux de mortalité pour l’administration simultanée de vaccins contre 1 à 4 maladies, ainsi que les effets secondaires indésirables pour l’administration simultanée de vaccins contre 5 à 8 maladies.

 

Note : en revoyant les chiffres, j’ai noté qu’une petite erreur avait pu se glisser dans le tableau. Je pense que les taux de mortalité de 3,6% devraient plutôt être de 3,5%. J’ai signalé la chose aux auteurs de l’étude et ferai connaître leur réponse.

 

En regardant le tableau, on peut aisément se rendre compte qu’il se passe quelque chose suivant le nombre de doses de vaccins administrés un même jour. On peut facilement voir qu’à partir du quatrième vaccin/valence, il y a une énorme croissance de la mortalité passant de 42 à 163 décès (facteur de 3,88).

 

La méthode statistique ne clarifie pas ce fait ; elle ne montre pas non plus que l’augmentation est presque aussi importante avec la cinquième dose de vaccin, passant de 163 à 523, soit 3,21 fois plus de décès d’enfants.

 

La seconde série de quatre doses de vaccins contre 5 à 8 maladies, provoquent une augmentation de 50% des décès par rapport aux premières quatre doses de vaccins contre 1 à 4 maladies.

 

Si nous prenons en compte la probabilité qu’il existe de 50 à 100 fois plus d’effets indésirables que rapportés, on peut se rendre compte du caractère effrayant des données que cette étude révèle :

 

1.458 décès pour les vaccins de 5 à 8 valences – 423 décès pour les vaccins de 1 à 4 valences = 1.035 décès supplémentaires quand le nombre de valences est doublé!!

 

Si on multiplie ce chiffre par 50 on obtient 51.750 décès supplémentaires pour avoir donné en une fois 5 à 8 doses de vaccins au lieu de 1 à 4 doses.

 

Si la sous-déclaration correspond au double de ce chiffre (à savoir que seul 1% des effets secondaires graves sont rapportés), alors le nombre véritable des décès supplémentaires s’élèverait à 103.500.

 

Ce dernier chiffre comprendrait uniquement les décès dus  aux 5 à 8 doses et ne comprendrait pas le nombre de décès pour les 4 premières doses.

 

Si les données du VAERS représentent 2% de tous les effets secondaires, il conviendrait d’ajouter 21.150 décès. Et si les données du VAERS représentent seulement 1% il conviendrait d’ajouter 42.300 décès. Si l’on additionne tous ces chiffres nous obtenons un total de 145.800 enfants qui sont morts à cause des vaccins de 1990 à 2010.

 

C’est donc bien le mot « carnage » qui semble le plus approprié pour évoquer le programme agressif de vaccinations.

 

Si vous voulez faire vacciner vos enfants, de grâce insistez bien pour que l’on n’administre que de simples doses de vaccin séparées par des intervalles suffisants pour éviter l’effet cumulatif. Il est clair, d’après les preuves ici présentées, que les  multiples doses de vaccins (vaccins combinés) qui sont devenues habituelles sont responsables d’un grand nombre de décès chez les enfants.

 

Source : Relative trends in hospitalizations and mortality among infants by the number of vaccine doses and age, based on the Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), 1990–2010, Human and Experimental Toxicology, GS Goldman and NZ Miller, DOI: 10.1177/0960327112440111.

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

web designer 21/08/2014 15:00

Biological weapons are much danger than the nuclear weapons. It will affect the whole next generation too. Now there are only few countries are capable of doing this. In addition, they are the most powerful countries in the world.

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.