Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 21:24

La « Tobacco-science » dans la recherche médicale

 

Doctors Camel

 

  D’après Catherine Frompovich, 7 novembre 2013

 

Vous pourriez vous demander ce qu’est cette « tobacco-science ». Une petite explication pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire du marketing des cigarettes dans les années 1950 : alors que, selon certains chercheurs, les effets néfastes du tabac étaient apparemment connus de cette industrie, les fabricants de cigarettes ont utilisé les médecins dans leurs publicités pour promouvoir la cigarette :

 

  • Plus de médecins fument des « Camels » que n’importe quelle autre cigarette.
  • Dans toutes les branches de la médecine, les médecins fument des « Camels »
  • Images de publicité pour la cigarette : ici 

Vous êtes probablement consternés par rapport à ce que vous lisez et peut-être même reconnaissants que tout ce qui concerne le tabac ait finalement été révélé au grand jour, par exemple que l’usage du tabac puisse contribuer à causer le cancer et des maladies cardiaques, comme conduire à, ou exacerber d’autres problèmes de santé. Comme la véritable information n’a plus été supprimée, qu’elle a été portée à la connaissance du public dans les années 1970 quand le Congrès a été impliqué, les consommateurs avertis peuvent désormais s’abstenir de l’usage du tabac. C’est exactement ce qui devrait se passer avec les vaccins par rapport à leurs effets secondaires et aux contre-indications qui se trouvent sur les notices pour que tout un chacun puisse prendre des décisions en connaissance de cause, en fait donner un consentement vraiment éclairé. A mon avis, c’est, selon la loi, leur droit le plus strict.

 

Avec le recul, on voit ce qui s’est passé avec le soutien délibéré des médecins à l’usage du tabac, c’était tellement agréable, agréable ! Et cette fameuse science qui faisait croire à toutes ces hypothèses ridicules concernant la cigarette – cette fameuse science aujourd’hui qualifiée de « tobacco-science »

 

More doctors smoke Camel

 

Et pourtant, la « tobacco-science » est toujours bien vivante et prospère, et pas uniquement par rapport à la cigarette. La « tobacco-science » peut s’appliquer à pas mal de recherches dans le domaine de la science médicale, comme dans d’autres activités scientifiques.

 

Comment cela est-il possible ? Et bien, il y a à cela plusieurs raisons dont les plus évidentes sont les suivantes :

 

a. Des intérêts particuliers

 

b. Des scientifiques à la recherche de la gloire, comme aussi à plus de financement pour leur recherche.

 

Rien dans ce domaine n’est plus parlant que la recherche sur le cancer. Selon le Rapport d’Affaires du Los Angeles Times, « la Science a perdu sa route et l’humanité a dû payer le prix fort » par Michazel Hiltzik (27 octobre 2013) Des milliards de dollars pour des informations frauduleuses présentées comme des faits scientifiques. Hiltzik donne un exemple dans la recherche sur le cancer. Sur 53 documents de recherche sur le cancer qui avaient été vérifiés par deux fois, seuls six (6)  se sont avérés valides ! [1]

 

Ce qui est consternant dans ce domaine, c’est qu’il s’agit de la recherche sur le cancer à laquelle tant de personnes contribuent en versant de l’argent pour trouver un remède. Alors que ces remèdes existent depuis déjà près de 75 ans. Ces solutions ont été publiées pour finalement être discréditées et détruites par la profession médicale. Les magouilles qui se tramaient pour discréditer les remèdes contre le cancer sous l’égide du soit disant «  Cancer Establishment »  ont fait l’objet d’une enquête du Congrès en 1950. Le rapport a conclu que les remèdes contre le cancer qui marchaient existaient bel et bien !

 

Cette information a été confirmée par le Rapport Fitzgerald du 3 août 1953  dans lequel le conseiller spécial du Congrès, Benedict F. Fitzgerald faisait carrément allusion à la mise en place d’un plan pour « tuer » les méthodes naturelles de guérison du cancer qui marchaient, quand il a indiqué que derrière tout cela on trouvait le plus étrange conglomérat de motifs de corruption, d’intrigues, d’égoïsme, de jalousie, d’obstruction, de complot jamais vu. [2]

 

De 1946 à 2007 environ, l’American Cancer Society aurait investi environ 2 milliards de dollars dans la recherche. Le National Cancer Institute aurait lui dépensé de 5 à 6 millions de dollars par an sur la recherche en matière de cancer. Tout ceci alors qu’il existe des remèdes et qu’il suffit de les utiliser ! Pourquoi l’establishment du cancer nie-t-il le fait que les traitements naturels du cancer fonctionnent, alors que la chimiothérapie n’est efficace qu’à 2% dans les cas de cancers à un stade avancé ?

 

Cancer-sortez-de-la-boite.jpg

 

La raison évidente pour ce déni, c’est que la plupart des traitements alternatifs du cancer utilisent des ressources que Big Pharma ne peut breveter et vendre pour mettre au point des traitements qui rapportent des milliers de dollars. En outre, les thérapies naturelles contre le cancer évitent la radiothérapie en raison des dommages qu’elle peut provoquer, sans compter la possibilité d’induction de cancers secondaires.

 

Maintenant la question à soixante-quatre mille dollars ! Si cette « Tobacco-Science », ces intrigues, ces obstructions, ces complots continuent d’exister dans une bonne partie de la recherche, de la science et de la politique médicales, ne serait-il pas normal de s’interroger sur la science qui concerne les vaccins et qui répète sans arrêt que les vaccins sont « sans danger » et obligatoires, tout simplement « parce qu’ils le disent ». Si les vaccins étaient vraiment sans danger, il n’y aurait aucune raison de les rendre obligatoires. Les gens feraient la queue pour les recevoir (sans contrainte)  et en outre,  les autorités n’auraient pas à verser des milliards de dollars en dédommagement aux victimes.

 

Peut-être que rien ne fait plus apparaître la nécessité d’une enquête sur la « Tobacco-Science »  des vaccins que la divulgation qui fut faite en août 2013 à un membre du Congrès américain.  Il s’agissait de l’épidémiologiste du CDC, le Dr Thomas Verstraeten, MD (1999) qui avait signalé que l’éthylmercure des vaccins  (Thimerosal, 49,6%) contribuait à des risques plus élevés de développer l’autisme, des troubles du sommeil et de la parole. [3] Mais plus tard, après la Réunion de Simpsonwood en juin 2000,  cette information a été remaniée pour créer un nouveau rapport disant qu’il n’y avait pas d’implication !

 

Par ailleurs, le thimérosal se trouve encore dans plusieurs vaccins. J’aborde ce sujet dans mon nouveau livre Vaccination Voodo, What YOU Don’t Know About Vaccines.

 

Il s’agit de garder à l’esprit qu’il n’y a pas d’études scientifiques qui démontrent l’innocuité de la plupart des ingrédients présents dans les vaccins et comment ils interagissent les uns avec les autres (synergie). En outre, les vaccins ne sont pas étudiés pour pouvoir déterminer s’ils n’interfèrent pas  avec les processus de reproduction ou s’ils ne sont pas susceptibles de provoquer le cancer. Les notices des vaccins  disent précisément que ces études n’ont pas été réalisées. On aurait pu penser que la FDA américaine aurait dû exiger que ces études soient réalisées avant d’approuver ces vaccins.

 

En outre, l’étude à laquelle le CDC aime à se référer pour pouvoir dire que les vaccins ne peuvent provoquer l’autisme, a été réalisée en Suède par un scientifique, Poul Thorsen, qui a été inculpé pour détournement  des subventions du CDC.

 

Selon un communiqué de presse, le bureau de l’inspecteur général du Health and Human Services Office a placé le chercheur danois Poul Thorsen au sommet de la liste des « Fugitifs les plus recherchés ».Thorsen était le chercheur principal du CDC sur l’autisme.

 

Toute recherche liée à une personne mise en accusation pour des activités criminelles devrait être considérée suspecte, a déclaré Eric Uram Directeur exécutif de Safe Minds. Si Thorsen est capable des crimes énumérés dans son acte d’accusation, il est facilement capable de falsifier les résultats de recherches. S’il est reconnu coupable, le CDC devra désavouer les recherches de Thorsen et revoir les décisions politiques qui en dépendent. [4]

 

Il est un fait que l’étude de Thorsen n’a pas été rétractée, alors que les documents de mise en garde du Dr Wakefield qui avaient été publiés dans The Lancet, ont eux été retirés en dépit du fait que le lien avec le vaccin ROR et/ou celui de la rougeole avaient ausi été impliqués dans des cas d’autisme par d’autres chercheurs.

En voici quelques exemples :

 

I. New MMR link found to autism
http://www.dailymail.co.uk/health/article-123482/New-MMR-link-autism.html 

II. New research links measles, autistic gut disorder
http://www.autism.com/ari/newsletter/161/page6.pdf 

III. Scientists fear MMR link to autism [Wake Forest University School of Medicine study results]
http://www.dailymail.co.uk/news/article-388051/Scientists-fear-MMR-link-autism.htm

 

Le Dr Jay Gordon, MD écrit :

 

«  L’université de Stanford a étudié 192 cas de jumeaux  chez lesquels un des jumeaux était autiste et l’autre pas. Les scientifiques ont découvert que, pour le risque d’autisme, la génétique représentait 38% et que les facteurs environnementaux représentaient 62%. 

 

Notre définition de l’autisme a évolué d’un trouble génétique qui prenait son origine dans le cerveau à une interaction possible de troubles immunitaires et neuro-inflammatoires avec la génétique.  Le développement des système nerveux et immunitaire – avant et après la naissance – est vulnérable  à des milliers de toxines qui nous entourent. »

 

[CJF : les vaccins contiennent de nombreuses toxines, qui sont essentiellement des facteurs environnementaux, car la plupart sont fabriquées par l’homme, et maintenant on conseille aux femmes enceintes de recevoir des vaccins ! ]

 

«  Sur plus de 80.000 produits chimiques en usage aujourd’hui, seuls 3.000 ont été testés quant à leurs effets nocifs. [5] (Souligné par l’auteur de l’article).

 

Si nous voulons avancer et encore pouvoir croire à la science, nous avons besoin d’une plus grande transparence comme d’une authentique prise de responsabilité de la part de ceux qui ont des intérêts particuliers comme Big Pharma, les fabricants de vaccins, ainsi que de ceux qui assurent leur promotion de manière inconditionnelle dans tous les gouvernements. Il y a peu, les vaccins contre la grippe de Novartis ont été interdits dans les pays suivants : Italie, Espagne, Canada et Suisse. La raison : des particules protéiniques blanches ont été trouvées dans ces vaccins contre la grippe. Il s’agit là d’une « chose » grave qui est susceptible d’avoir des implications une fois injectée dans le corps.

 

Il existe probablement beaucoup plus de science vaccinale cachée que ce que le public a le droit de savoir parce qu’il y a apparemment des secrets commerciaux bien gardés. Il est évident que si nous pouvions disposer de cette connaissance, nous préférerions rester à distance de ces produits pharmaceutiques qui sont commercialisés et souvent basés sur cette « tobacco science ».

 

[…] Pourquoi le CDC et la FDA des Etats-Unis sont-ils si réticents à se pencher sur ce qui ne va pas ou pourrait ne pas aller avec la « tobacco-science » des vaccins ? Probablement à cause de tout l’argent qui rentre dans les poches du gouvernement  pour les brevets de vaccins détenus par le Ministère de la Santé et des Services Sociaux… ?

 

Tout ne revient-il pas apparemment et finalement au contrôle des citoyens et des ressources, y compris au contrôle de l’information qui correspond au paradigme de la « tobacco-science » ? Tout ceci semble rapporter beaucoup d’argent sur le carrousel des sciences médicales.

 

     http://www.activistpost.com/2013/11/the-realities-of-tobacco-science-in.html

 

« Faites-nous confiance, nous sommes les experts ! »

 

Trust-us-we-are-experts.jpg

 

 

Extraits de S.Rampton & J.Stauber : «  Trust us we're experts »:

 

« L’amiante ne nuit pas à la santé »

 

-  " Les experts de Burson-Marsteller croient que le public a besoin d'être manipulé pour son propre bien".

 

- "L'estime que notre société porte à la science encourage en fait la notion anti scientifique que la science est une source de vérités infaillibles"

 

- "Les groupes qui cherchent à discréditer le principe de précaution comme étant "non scientifique" sont impliqués dans la propagande et non dans la science."

 

- "Il nous faut réévaluer l'expertise tout comme ceux que l'on qualifie d'experts, déclare Swearingen." Il y a les experts qui travaillent dans l'intérêt des corporations et qui servent à masquer des évidences, comme à remettre en question le sens commun, et il y a les experts et les non experts  qui travaillent dans l'intérêt du public. Mon expérience m'a appris à me méfier de plus en plus des experts professionnels, non pas parce qu'ils manqueraient d'intelligence, mais parce qu'ils ne posent pas les bonnes questions. C'est là toute la différence entre l'intelligence et la sagesse. »

 

- L’histoire de ces dénis des industriels a été bien stigmatisée par David Ozonoff de l’Université de Boston qui a témoigné dans le procès de l’amiante. Il donne une excellente caricature de toute une série de stratégies défensives utilisées par l’industrie de l’amiante :

 

- OK, elle nuit à la santé, mais ne provoque pas le cancer.

 

- OK, l’amiante peut provoquer le cancer, mais pas le type d’amiante que nous commercialisons.

                                                                             

- OK,  notre amiante peut provoquer le cancer, mais pas le type de cancer dont ces personnes souffrent.

          

- OK notre amiante peut provoquer le cancer, mais pas aux doses auxquelles ces personnes ont été exposées.

                                                                                   

 - OK, l’amiante peut provoquer le cancer à ces doses, mais ces personnes ont contracté le cancer à la suite d’autres causes, comme par exemple le tabac.

                                                                                        

- OK, ces personnes ont été exposées à l’amiante et ont contracté le cancer, mais nous n’étions pas au courant des dangers au moment où ces personnes ont été exposées

                                                                                 

- OK, nous étions au courant des dangers, mais les délais montrent qu’il y avait prescription.

                                       

 - OK, il n’y avait pas prescription, mais si nous sommes jugés coupables nous ferons faillite et la situation sera pire pour tout le monde.

                              

- OK, nous sommes d’accord d’accepter la faillite, mais uniquement si l’on ne  touche pas à certains départements de la compagnie et si on accepte de limiter notre part de responsabilité par rapport aux dommages que nous avons causés.         

                                   

« Trust us, we’re experts », p.86 Sheldon Rampton, John Stauber   

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.