Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 14:30

Les lois sur les vaccinations menacent les droits parentaux pour « le plus grand bien » !

 

L’image que l’on veut donner des vaccins est un bien absolu sans aucun revers. La réalité est cependant bien différente. Même les fonctionnaires qui font la promotion des vaccins admettent que tout qui se fait vacciner prend un risque avec chaque vaccination « pour le plus grand bien de tous » ! Mais qui a le droit de décider si votre enfant doit se faire vacciner…pour le plus grand bien, à l’exception de ce dernier si sa santé est finalement ruinée par le vaccin ?

 

The-greater-good-piqure.JPG

 

D’après un article du Dr Joseph Mercola

 

Le film documentaire « The Greater Good » qui a été primé au Festival « Sidewalk Film » pour l’intérêt qu’il soulève en matière de santé publique, a comme objectif de nous entraîner au-delà de la peur, de la propagande et de la politique qui ont souvent polarisé le débat jusqu’à aujourd’hui.

 

Après le Prix Koroni, le film a aussi reçu le Prix 2011 au festival d’Amsterdam.

 

« The Greater Good » relate l’histoire de familles dont les vies ont été bouleversées à jamais à la suite des vaccinations. Il montre également comment la médecine moderne, surtout quand elle est entraînée par la politique et le business, en arrive à vous dépouiller de vos droits les plus fondamentaux. Le résultat de pareilles politiques peut en fait se montrer dévastateur. Le film a fait dire à un critique de La Weekly : «  Ce qui est dit dans ce film est stupéfiant, surtout pour les personnes qui ne sont pas au fait du type de science et de politique qui se trouvent derrière les vaccins. » 

 

Le film cherche à ouvrir des voies de communication entre les parents, les médecins et les décideurs afin de pouvoir entamer un débat rationnel sur la sécurité des vaccins. Après tout, n’est-ce pas notre plus profond souhait d’avoir des enfants en parfaite santé et protégés de tout préjudice inutile ? Afin d’assurer la sécurité du plus grand nombre d’enfants possible, nous ne pouvons pas nous permettre d’ignorer les signes qui pourraient nous indiquer que nous avons peut-être été trop loin, au point que nous devions aujourd’hui constater que beaucoup trop de personnes sont touchées dans leur santé.

 

Aux Etats-Unis la politique vaccinale est basée sur des données scientifiques lacunaires

 

Les autorités sanitaires ont longtemps insisté sur le fait que les vaccins constituent le meilleur moyen de protéger la santé. En conséquence, le nombre de doses de vaccins incluses dans le calendrier vaccinal a triplé au  cours des 30 dernières années, passant de 23 doses de sept différents vaccins en 1980, à 69 doses de 16 vaccins en 2010.

 

Parallèlement à l’augmentation des vaccins administrés, on a assisté à une augmentation significative d’enfants atteints de maladies chroniques et de handicaps. Quel qu’en soit la raison, nous devons constater que nos enfants sont de plus en plus malades. Les chiffres de mortalité infantile sont également en augmentation. En 1960, l’Amérique était classée en 12ème place dans le monde par rapport au taux de mortalité infantile. En 2005, elle se retrouvait à la 30ème place. En outre, il y a, aux Etats-Unis, plus d’enfants nés à terme qui meurent avant leur premier anniversaire que partout ailleurs en Europe et c’est précisément aux Etats-Unis que les enfants reçoivent plus de vaccins que dans n’importe quel autre pays au monde. Tout ceci pourrait-il relever de coïncidences ? La vérité est que nous n’en savons rien.

 

Personne n’a jamais réellement et de manière indépendante étudié la santé d’enfants vaccinés comparativement à des enfants non vaccinés. Cette étude est évidemment indispensable non seulement pour chaque vaccin, mais aussi pour toutes les combinaisons de vaccins. La recherche est INCOMPLETE et c’est là que réside une grande partie du problème. Comment est-il possible de prétendre qu’un produit pharmaceutique comme un vaccin est sans danger pour tout un chacun, et que l’injection de vaccins multiples à la naissance et pendant toute l’enfance est une mesure sage de santé publique, alors que cette politique n’a pas été suffisamment étudiée ? En tant que nation, les Etats-Unis ont joué la santé de leurs citoyens sur des hypothèses.

 

Comme il est dit dans le film : « La certitude n’est pas scientifique ».

 

Les vaccins sont actuellement approuvés sur base des recherches présentées au gouvernement par les compagnies pharmaceutiques qui ont financé les études préalables à l’homologation. Beaucoup d’études réalisées par les compagnies pharmaceutiques ne se basent pas sur d’authentiques placebos et ne portent que sur quelques centaines ou milliers de personnes en bonne santé. Cette situation ne correspond pas au profil de santé de millions de personnes qui seront vaccinées après que le vaccin ait reçu sa licence. La sécurité des politiques de vaccination est essentiellement basée sur la parole des fabricants qui produisent les vaccins et qui en retirent bénéfice. En outre, ces compagnies jouissent d’une protection contre toute responsabilité et poursuites judiciaires. Cette protection leur fut accordée par le Congrès et la Cour Suprême.

 

Est-ce là une situation sage ?

 

Il est également à noter que le programme de vaccination est une stratégie passe- partout. Il n’est tenu aucun compte que nous sommes tous des individus différents, avec des prédispositions, des états de santé différents qui peuvent jouer un rôle déterminant dans la manière dont nous pouvons réagir à des vaccins ou à des médicaments. A titre d’exemple, citons le Dr N. Campbell-McBride qui a fait remarquer que les enfants dont la flore intestinale est perturbée sont particulièrement vulnérables aux dommages que peuvent produire les vaccins…

 

Pour « le plus grand bien », mais à quel prix ?

 

Se baser sur l’hypothèse que des vaccinations passe-partout sont nécessaires  pour « le plus grand bien » ne prend nullement en compte la possibilité que des dommages soient occasionnés à un nombre croissant de personnes qui ne seront pas comptabilisées lors de l’évaluation bénéfices/risques.

 

Nous ne devons pas oublier qu’à ce jour nous ne disposons d’aucune donnée fiable indiquant le nombre d’enfants dont la santé a été endommagée par tel ou tel vaccin, du fait que la déclaration des complications vaccinales est entièrement volontaire.

 

Le CDC (Centres Américains de Contrôle des Maladies) admet lui-même que seule une petite fraction des hospitalisations, des dommages et des décès après vaccinations sont effectivement rapportés. Dans un article datant de 1993 paru dans le Journal of the American Medical Association, l’ancien commissaire de la FDA, David Kessle,r a estimé que moins de 1% de tous les médecins rapportent  les dommages et les décès qui font suite à l’administration de produits prescrits sur ordonnance…Aujourd’hui, de nombreux médecins et autorités de santé rejettent les effets secondaires  comme n’ayant aucun rapport avec les vaccins…

 

Greater-good-victim.JPG

Après les vaccins, je suis tombée malade : paralysies partielles, troubles oculaires, crises d’épilepsie (The Greater Good)

 

Lorsque le gouvernement recommande aux médecins d’administrer 69 doses de vaccin et que bon nombre de ces vaccins sont obligatoires, la sécurité doit devenir une toute première priorité. Il est essentiel que des études soient effectuées pour déterminer si le calendrier vaccinal actuel ne fait pas plus de mal que de bien.

 

Les profits avant la sécurité

 

Il y a évidemment BEAUCOUP d’argent dans toute cette histoire. L’industrie pharmaceutique s’est évidemment montrée très créative pour influencer l’adoption de ses vaccins. L’une des stratégies utilisées est la combinaison des vaccins. Cela permet d’économiser de l’argent et d’assurer en même temps des taux de vaccination plus élevés. Peu importe le fait que la plupart des recherches réalisées avant la mise sur le marché n’aient pas étudié la combinaison de plusieurs vaccins pour pouvoir en démontrer la sécurité.

 

Le CDC accepte maintenant et encourage les « partenariats » entre fabricants de vaccins et médecins privés – qui relèvent en réalité des conflits d’intérêts. On ne s’est non plus pas gêné de promouvoir des mesures incitatives comme des distributions d’argent ou des bons d’achats. En 1994, le CDC a créé une fondation qui a de nombreux programmes vaccinaux sponsorisés par de grandes firmes pharmaceutiques.

 

Nous ne pouvons pas permettre aux compagnies pharmaceutiques et aux associations médicales financées par l’industrie de dominer le débat sur la vaccination. Les victimes de la vaccination ne peuvent être balayées sous le tapis, comme s’il ne s’agissait que de « dommages collatéraux statistiquement acceptables » d’une politique de vaccination passe-partout, mais pourtant susceptible d’entraîner des dommages et des décès. Il est impensable et inacceptable de traiter des êtres humains comme des cobayes.

 

Barbara-Loe-fisher-The-greater-good--2-.JPG

Vous pouvez avoir 20, 30, 40, 50 vaccins obligatoires sans que qui que ce soit n’assume la moindre responsabilité ! C’est là la prescription même d’un désastre. Barbara L.FISHER, Présidente du NVIC

 

http://gaia-health.com/gaia-blog/2013-03-19/vaccine-law-threatens-parental-rights-for-the-greater-good/

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.