Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 14:12

23 juillet 2010,  British Medical Journal (BMJ)

 

« MORTS SUBITES »  après le vaccin pentavalent :

le vaccin est-il vraiment sans danger ?

 

 Dr S.K. MITTAL, M.D.

 

 

Je fais partie du groupe qui a lancé une action contre le vaccin pentavalent devant la Haute Cour de Delhi.



Il ne m’a malheureusement pas été possible de signer la lettre adressée au British Medical Journal vu que je me trouvais alors à l’étranger. Je veux faire savoir que je souscris aux arguments de cette lettre et que je souhaite également fournir de nouveaux éléments concernant les décès qui ont fait suite à l’administration du vaccin pentavalent en Asie, au Pakistan et au Bhutan. 

 

Sans compter les décès qui se sont produits au Sri Lanka, trois décès se sont produits au Pakistan et huit au Bhutan après que des enfants eurent reçu le vaccin pentavalent.                                                                                                    

   

 

Selon le rapport d’un expert faisant partie du comité qui fut chargé de l’enquête sur les décès au Pakistan, un enfant est décédé dans la demi-heure qui a suivi la vaccination et deux autres enfants ont trouvé la mort entre 12 et 14 heures après la vaccination.

 

Aucune autre cause n’a pu être trouvée pour expliquer tous ces décès. Mais les experts  ont d’une manière trompeuse suggéré que «  deux cas ont été classés comme « mort subite du nourrisson » (SIDS)  et qu’ils ne possédaient pas de certitude pour le troisième cas. (1)  Pour aucun de ces décès le vaccin ne fut mis en cause.

 

Pour autant que nous sachions, le rapport des experts sur les 8 décès du Bhutan n’est pas accessible au domaine public. Il a été signalé qu’un porte-parole de l’OMS aurait dit que la mort des enfants au Bhutan n’était pas due à la vaccination, mais à trois autres causes notamment : la mort subite du nourrisson, des convulsions et la méningite. (2)

 

Il semble qu’aucun effort n’ait été réalisé ni au Pakistan, ni au Bhutan pour suivre les protocoles de l’OMS en ce qui concerne la classification des effets secondaires des vaccinations (AEFI). Si la classification standard AEFI avait été suivie, tous les cas de mort subite après vaccination auraient été classés sous la rubrique «  très probable » ou « probable ».

 

Cette série importante de « morts subites du nourrisson » en Asie faisant suite au vaccin pentavalent doit être analysée sans passion avant que d’autres vies soient perdues.

 

S.K. MITTAL, M.D.

  

Ancien Professeur et Directeur du Département de Pédiatrie, au Maulana Azdad College de Delhi en Inde.

 

Skmittal44@yahoo.com

 

References

 

1. Mansoor F. Introduction of the pentavalent vaccine into RI in India- is it relevent in SEA Region? TechNet 21. http://www.technet21.org/forumV3/viewtopic.php?t=1740  Accessed on 22/7/10

 

2. Choden T. WHO declares the vaccine safe. Bhutan Times 30/5/2010 http://www.bhutantimes.bt/index.php?option=com_content&task=view&id=2003&Itemid=1  Accessed on 22/7/10

 

Competing interests: None declared

 

********** Related Links:

 Sri Lanken Deaths Following Pentavalent Vaccine - Unacceptable Collateral Damage 

 

http://www.bmj.com/cgi/eletters/340/jun29_4/c3508#239257

  

 

 



 

 

DES MEDECINS DECLARENT L’OMS RESPONSABLE D’AVOIR TENTE D’ETOUFFER L’AFFAIRE CONCERNANT LES DECES SURVENUS APRES VACCINATIONS

 

 

Le vaccin pentavalent aurait provoqué la mort d’enfants

 

 

29.07.2010   (Extraits)



 

Le vaccin pentavalent qui a été recommandé en Inde par le Groupe National de Conseil Technique sur l’Immunisation a tué des enfants au Sri Lanka et au Bhutan, peut-on lire dans un des derniers articles du British Medical Journal.

 

Le rapport d’un groupe d’experts comprenant des pédiatres, des professeurs, des manifestants en faveur de la santé, ainsi qu’un ancien Secrétaire du Département Indien de la Santé ont mis en garde contre l’introduction du vaccin pentavalent qui combine des antigènes contre cinq maladies : diphtérie, coqueluche, tétanos (DPT), hépatite B et Haemophilus Influenzae type B (HIB) – en un seul vaccin.

 

« Notre article décrit comment l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), au cours d’une tentative élaborée pour étouffer l’affaire, a modifié ses propres critères de classement des effets secondaires pour pouvoir déclarer qu’au Sri Lanka le vaccin n’était pas responsable des décès» , a déclaré  Jacob Puliyel, Directeur du département de Pédiatrie de l’Hôpital St Stephen  (Delhi) à IANS…

 

[…] Les auteurs font remarquer que le vaccin pentavalent a été retiré au Sri Lanka en avril 2008 à la suite de 25 effets secondaires graves, dont cinq décès. Le Bhutan a cessé d’utiliser ce vaccin deux mois après qu’il fut mis sur le marché en juillet 2009, suite au décès de huit personnes.

 

Le Bhutan a jusqu’à présent résisté aux pressions de l’OMS pour relancer la vaccination, mais le Sri Lanka a repris la vaccination cette année après qu’un groupe d’experts de l’OMS qui avaient étudié la situation ont déclaré qu’il était peu probable que ce soient les vaccins qui aient provoqué les décès.

Le groupe d’experts n’a cependant pas pu attribuer les décès à quelque autre cause.

 

Puliyel et ses collaborateurs qui avaient pu se procurer l’intégralité du rapport d’investigation ont déclaré que le groupe de l’OMS au Sri Lanka n’avait pas suivi le protocole standard de l’Organisation des Nations Unies pour la classification des effets secondaires après vaccination, mais avait utilisé ses propres méthodes.

 

Les auteurs font remarquer que les décès du Sri Lanka auraient été classifiés comme « très probablement » ou « probablement » dus à la vaccination, si la classification habituelle de l’OMS avait été suivie.

 

Puliyel précise à propos de l’OMS que le changement de ses propres critères pour classer les effets secondaires des vaccinations constitue une tentative très élaborée de cette Organisation pour étouffer l’affaire en vue d’ écarter tout lien possible entre le vaccin pentavalant et les décès survenus au Sri Lanka.

 

Les auteurs se demandent s’il est véritablement possible que la nouvelle classification adoptée au Sri Lanka concernant les effets secondaires des vaccins puisse être autorisée à remplacer la classification habituelle.  Dans ce cas, les décès qui pourraient se produire après chaque vaccination seraient immanquablement mis sur le compte de n’importe quelle cause à l’exception du vaccin et des vies humaines pourraient être en cause.

 

Les auteurs de l’article s’interrogent aussi sur l’utilité du vaccin HIB dans ce pays, en précisant que les propres études de l’OMS avaient démontré que l’incidence de la maladie était plus faible que prévue et que d’autres études réalisées en Asie avec placebo avaient montré que le vaccin ne réduisait pas significativement l’incidence de la maladie.

 

Une autre lettre publiée dans le même journal nous apprend que 3 décès se sont également produits au Pakistan – un enfant est décédé dans la demi heure qui a suivi l’administration du vaccin pentavalent et deux autres sont morts dans les 14 heures  qui ont suivi la vaccination.

 

« En aucun cas le vaccin n’a été mis en cause et aucune autre cause des décès n’a pu être trouvée déclare son auteur, le Dr S.K. Mittal, Président du Département de Pédiatrie de l’Hôpital Pushpanjali Crossway à Ghaziabad, près de Delhi.

 

Bien que le Pakistan ait réintroduit le vaccin  sur base de l’assurance fournie par l’OMS que les décès ne pouvaient être mis en relation avec les vaccins, le nombre important de « morts subites » survenues en Asie après l’administration du vaccin pentavalant doit absolument faire l’objet d’une étude non passionnelle avant que d’autres vies puissent être perdues, a déclaré le Dr Mittal.

 

http://sify.com/news/five-in-one-vaccine-led-to-child-deaths-experts-news-health-kh3oEdecghe.html

 

 

 

  Sous le titre : L’OMS abandonne ses critères de causalité en matière de vaccinations, le Dr Mery J. Nass écrit dans le British Medical Journal :

 

« Est-ce là ce que l’on est en droit d’attendre dans le futur d’une Organisation chargée d’améliorer la santé publique du monde entier : abandonner les critères reconnus et utiliser des méthodes particulières choisies pour justifier n’importe quelle politique à la mode du jour ? »

                                                                          http://www.bmj.com/cgi/eletters/340/jun29_4/c3508#239257

 





  

 

 

 

  

 

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.