Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 16:08

Le CDC américain a dissimulé les données attestant d'un lien entre l'autisme et le mercure des vaccins.


coleen-boyle-CDC.jpg 

En novembre 2012, le Dr Coleen Boyle du CDC (= Centre de Contrôle et de Prévention des Maladies) témoigne sous serment devant le Congrès que l’ensemble des preuves réunies montre qu’il n’existe aucun lien entre le mercure des vaccins et l’autisme

 

Health Impact News, 24 février 2014

 

Un communiqué de presse publié cette semaine - que les médias n’ont pas pris la peine de rapporter - fait savoir que le Dr Brian Hooker a finalement pu obtenir des documents du CDC grâce au « Freedom Information Act » et qui révèle que le CDC a bien eu accès aux données reliant le thiomersal (mercure) des vaccins à l’autisme, aux troubles du sommeil non organiques et aux troubles de la parole.

 

Deux membres du Congrès ont assisté le Dr Hooker pour la rédaction d’une lettre adressée au CDC, après que ce médecin ait, en vain, passé quasi 10 années à introduire plus de 100 requêtes basées sur le « Freedom of Information Act ».

 

A ce jour, cette information a été complètement occultée dans les médias grand public.

 

Cette information est particulièrement dommageable pour le CDC qui, pendant des années a déclaré qu’il n’existait aucune étude montrant un lien entre le mercure des vaccins (thiomersal) et l’autisme. Tout un chacun peut voir ci-dessous les vidéos de l’audience au Congrès, notamment le témoignage le plus récent du CDC en novembre 2012 où ce même CDC affirme qu’il n’y a aucune étude reliant le thiomersal à l’autisme. Il est à signaler que le thiomersal est encore utilisé aujourd’hui dans le vaccin contre la grippe qui est administré à des femmes enceintes et à des nourrissons.

 

http://healthimpactnews.com/2014/cdc-caught-hiding-data-showing-mercury-in-vaccines-linked-to-autism/

 

http://healthimpactnews.com/2012/video-highlights-from-first-congressional-hearing-on-autism-in-10-years/

 

A l’exception de la Chaîne C-Span, ces informations ont largement été ignorées par les médias traditionnels.

 

La position officielle des grands médias au sujet des vaccins et de l’autisme est qu’ « il a été démontré qu’il n’y avait pas de lien ». Le Dr A. Wakefield a été utilisé comme bouc émissaire et présenté comme « médecin en disgrâce » parce qu’il aurait soi-disant fabriqué de toutes pièces son étude. Il est cependant clair que l’étude du Dr Wakefield a été reproduite dans pas moins de 28 autres études et qu’aucun procès n’a jamais été gagné en justice contre le Dr Wakefield. Le litige est toujours en cours et l’un des médecins, co-auteur de l’étude a été entièrement disculpé au Royaume-Uni.

 

http://healthimpactnews.com/2013/new-published-study-verifies-andrew-wakefields-research-on-autism-again/

 

 

Pourtant, l’homme qui a soi-disant dirigé les études pour le CDC pour prouver que les vaccins ne provoquent pas l’autisme, est un criminel recherché pour avoir volé des millions de dollars au CDC. Il est toujours recherché par la justice. Mais toute cette histoire est très rarement, sinon jamais rapportée dans les médias traditionnels.

 

Voir aussi « Le scandale du CDC à propos du lien entre vaccin et autisme..Manifestement Wakefield n’était pas l’homme qui devait être condamné »

 

http://healthimpactnews.com/2013/cdc-vaccine-link-to-autism-scandal-the-wrong-man-was-condemned/

 

Pour comprendre le débat au sujet de la vaccination et de l’autisme, il convient de chercher son information en dehors des grands médias grandement financés par Big Pharma, comme par exemple chez Ben Swann qui a remporté le prix « Emmy » : http://www.youtube.com/watch?v=wfqpZqEP6gg

 

« The Canary Party » a aussi produit une excellente vidéo : « Do vaccines cause autism ? » http://www.youtube.com/watch?v=6S1-LgYyjQg

 

Autisme-vaccination.JPG

Un organisme de surveillance de l’industrie pharmaceutique obtient des documents du CDC qui montrent les risques statistiquement significatifs de l’autisme associé au conservateur du vaccin (thimerosal). Le biochimiste Brian Hooker, conseillé scientifique pour « A Shot of Truth », révèle que le CDC connaissait les risques depuis une dizaine d’années

 

Par A Shot of Truth

 

Depuis près de dix ans, Brian Hooker a demandé des documents qui étaient fortement bien gardés par le CDC. Ses plus de 100 requêtes au nom du « Freedom of Information Act » ont permis de découvrir de nombreuses preuves que le thiomersal qui est encore utilisé dans les vaccins contre la grippe administré aux femmes enceintes et aux nourrissons, peut provoquer l’autisme, comme d’autres troubles neuro-développementaux.

 

Le Dr Hooker, PhD a travaillé avec deux députés pour la mise au point d’une lettre adressée au CDC, et qui a eu comme résultat l’obtention de données très attendues et dont la portée est historique ; Selon le Dr Hooker, les données portant sur plus de 400.000 nourrissons nés entre 1991 et 1997 et qui ont été analysées par l’épidémiologiste du CDC, le Dr Thomas Verstraeten,MD, prouvent sans équivoque qu’en 2000, les responsables du CDC ont été, en interne, informés du très haut risque d’autisme, de troubles du sommeil non organiques, ainsi que de troubles de la parole associés à une exposition au Thiomersal. » Quand, en 2005, les résultats de l’étude Verstraeten furent rapportés en dehors du CDC, on ne possède pas de preuve que quiconque à l’exception du Dr Verstraeten au sein du CDC ait été mis au courant des risques très élevés (7,6 fois) d’autisme après exposition au Thiomersal pendant la petite enfance. Mais aujourd’hui, il en existe des preuves très claires. Un résumé d’étude de 1999 récemment acquis et intitulé : « Augmentation du risque de troubles du développement neurologique après forte exposition au thiomersal des vaccins au cours du premier mois de la vie »,  était nécessaire à l’approbation des hauts responsables du CDC avant sa présentation à la Conférence « Epidemic Intelligence Service » (EIS). Le Thiomersal qui représente 50% en poids de mercure, a été utilisé dans la plupart des vaccins et dans le vaccin RhoGAM pour les femmes enceintes avant le début des années 2000.

 

http://www.ashotoftruth.org/sites/default/files/exhibit_22_-_verstraeten_et_al_1999_abstract_risks_of_autism.pdf 

 

Le CDC affirme qu’il n’existe « aucune relation entre les vaccins contenant du thiomersal et les taux d’autisme chez les enfants » même si les données de sécurité des vaccins de la propre base de données du CDC montrent un risque très élevé. Il existe un certain nombre de dossiers publics pour étayer cette thèse, y compris le « Congressional Record » du 1er mai 2003 :

 

http://www.gpo.gov/fdsys/pkg/CREC-2003-05-21/pdf/CREC-2003-05-21-pt1-PgE1011-3.pdf

 

Le refus du CDC de reconnaître les risques du thiomersal est illustré par une déclaration du Dr Marie McCormick, présidente de l’ « Immunization Safety Review  CDC/NIH » à l’IOM. En ce qui concerne la vaccination, elle a déclaré en 2001 :

 

« Nous n’arriverons jamais à déclarer qu’il (l’autisme) est un véritable effet secondaire… » Il faut aussi signaler que l’ancien directeur du CDC qui achète chaque année des vaccins pour une somme de 4 milliards de dollars, est maintenant président de la division vaccins chez Merck.

 

Le Dr Hooker espère fermement pour l’avenir : «  Nous devons nous assurer que ceci, comme les autres preuves de malversation du CDC soient présentées au Congrès et au public le plus vite possible. Le temps est précieux, l’avenir des enfants est en cause. » Une partie des personnes qui s’occupent de la question de l’autisme a conduit certains militants à exiger que le dédommagement de ceux qui ont été victimes de dommages vaccinaux devienne la priorité absolue du Congrès.

 

Le Dr Hooker  affirme que « la protection de notre ressource la plus précieuse- le cerveaux des enfants » doit être l’objectif numéro un.  « Nos élus doivent être informés de la corruption du gouvernement qui maintient les médecins et les patients dans l’ignorance sur les risques des vaccins. »

 

[…] Brian Hooker, PhD,PE a 15 ans d’expérience en matière de bio-ingénierie. Il est professeur agrégé de l’université de Simpson où il s’est spécialisé en biologie et en chimie. Ses articles scientifiques (plus de 50) ont été publiés dans des revues internationalement reconnues. Le Dr Hooker a un fils de 16 ans qui s’est d’abord développé normalement puis a régressé dans l’autisme après avoir reçu des vaccins contenant du thiomersal.

 

La recherche du Dr Brian Hooker est sponsorisée par la  « Focus Autism Foundation.

 

La « Focus autism Foundation » se consacre à fournir de l’information au public sur la cause ou les causes de l’épidémie d’autisme, comme sur la montée des maladies chroniques – en se concentrant spécifiquement sur le rôle de la vaccination. Pour en savoir plus : http://www.autismone.org/

 

http://healthimpactnews.com/2014/cdc-caught-hiding-data-showing-mercury-in-vaccines-linked-to-autism/

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.