Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 13:05

Jusqu’à 100% des moutons vaccinés contractent un syndrome neurologique chronique

 

La fièvre catarrhale du mouton peut être mortelle. L’approche habituelle pour pareille épidémie est la vaccination, et encore la vaccination. Une nouvelle étude montre que ces vaccins peuvent provoquer une maladie neurologique auto-immune appelée ASIA – le même type de maladie qui peut être provoquée chez l’homme. Cette étude des moutons espagnols présente un aspect effrayant tant par sa fréquence que par sa gravité. Qu’est-ce que tout cela signifie pour l’homme ?

 

Moutons-Gaia-H.jpg

Photo : Anne Marie Cunningham

 

D’après Heidi Stevenson, 1er mai 2013 [Extraits]

 

Les pouvoirs en place refusent de faire des études pour comparer la santé des enfants vaccinés à celle des enfants non vaccinés. Toutefois, un chercheur espagnol en pathologie animale, Luis Lujan, était préoccupé par les graves problèmes de santé qui apparaissaient après les vaccinations de masse destinées à lutter contre la fièvre catarrhale du mouton, une maladie virale transmise par les insectes. Une étude a donc été réalisée pour comparer les moutons vaccinés aux moutons non vaccinés. Les résultats de cette étude devraient concerner tout le monde. Bien que le pourcentage des moutons affectés variaient considérablement, il a pu observer que parfois jusqu’à 100% de certains troupeaux  étaient dévastés par la maladie provoquée par le vaccin et appelée  syndrome inflammatoire auto-immunitaire induit par les adjuvants (Autoimmune/inflammatory Syndrome Induced by Adjuvants (ASIA).

 

La maladie (ASIA) des moutons

 

Les chercheurs ont publié leur étude dans le journal Immunology Research. Ils décrivent un syndrome qui ne présente une phase aiguë que dans 0,5% des moutons dont la plupart  se rétablissent. Dans la suite apparaît cependant une phase chronique dévastatrice tant par la gravité de la maladie que par le nombre de moutons touchés. L’impact économique est énorme. Ils la décrivent comme suit :

 

"La phase chronique du syndrome ASIA se produit plus fréquemment dans nos conditions locales de production ovine. Elle provoque un processus neurologique et cachectique qui n’a pas d’équivalant dans la pathologie ovine. Ce problème grave reste inexpliqué pour les agriculteurs et les vétérinaires. La phase chronique ne suit pas nécessairement l’épisode aigu ; elle est, au cours des années, déclenchée par la combinaison de plusieurs vaccinations contenant de l’aluminium, ainsi que par des stimuli externes."

 

La gravité de la maladie est généralement liée au stress. Le temps froid, une mauvaise alimentation et une importante production de lait contribuent à augmenter la gravité de la maladie.

 

Mouton-cachexie.jpg

 Mouton atteint de cachexie (maigreur extrême) à la suite de la maladie ASIA

 

On trouve la maladie chez environ 50 à 70% des troupeaux et parfois jusqu’à 100% au sein d’un même troupeau. Le syndrome passe par différentes phases. La maladie commence par une période d’excitation au cours de laquelle les animaux affectés sont constamment en mouvement et présentent un comportement anormal ; ils s’agitent et ne cessent de mordre leur laine ; ils finissent par perdre une bonne partie de cette laine et des rougeurs apparaissent sur la peau, accompagnées d'un amaigrissement. Au cours de cette période, les moutons ont un appétit normal ; ils mangent même parfois trop. Cette phase se termine cependant de manière spectaculaire par une soudaine faiblesse, la tête inclinée sur le côté, des spasmes musculaires, ainsi qu’une perte de poids qui se transforme vite en cachexie (= maigreur pathologique).

 

Au cours de la phase terminale, les animaux ne répondent plus guère aux stimuli, souffrent d’ataxie et de tétraplégie. Ils tombent alors dans un état de stupeur ou de coma et meurent. On sait également qu’ils peuvent faire des avortements spontanés. Les animaux souffrent également de lésions dues à des dépôts graisseux, d’ascites, d’hydrothorax, d’hydropéricarde et d’atrophie des muscles. Les nerfs périphériques s’épaississent chez la plupart des animaux, ils peuvent souffrir de sciatiques.

 

Les nerfs de la moelle épinière se nécrosent. La plupart des animaux souffrent de méningoencéphalite. Les nerfs périphériques  s’épaississent et s’entourent de liquide et de mucus. Certains états de démyélinisation et de perte neuronale ont été enregistrés. Environ la moitié des brebis ont présenté une glomérulonéphrite extramembraneuse.

 

Le stress, comme le froid de l’hiver, peuvent déclencher la phase ASIA chronique de la maladie. […]

 

Le vaccin contre la « langue bleue »

 

La principale inquiétude des chercheurs est que le vaccin contre la fièvre catarrhale du mouton a été rendu obligatoire pour tous les moutons d’Espagne. Dès l’administration du vaccin, les effets sur les moutons se sont avérés dévastateurs. Les moutons espagnols ont été vaccinés quatre fois par an pour la maladie de la langue bleue – 2 vaccins contre les différentes variétés de la langue bleue et deux rappels par année. Chaque injection comportait de l’aluminium comme adjuvant.

 

Les agneaux ayant participé à cette étude ont fait l’objet d’un programme de vaccination plus agressif au cours de leurs premiers mois de vie. Il convient cependant de noter que le nombre total de vaccins que chaque mouton reçoit d’année en année est plus élevé que le nombre de vaccins administrés aux agneaux. Au total, ils ont reçu 14 vaccins, tandis que les moutons du troupeau ne reçoivent normalement que 4 vaccins standard par an, plus 4 vaccins pour la langue bleue, donc au total 8 vaccins par an. Passé l’âge d’un an, chaque mouton a déjà reçu plus de vaccins que les agneaux de l’étude apparemment sur-vaccinés.

 

Ces 14 vaccins ont déclenché une réaction immédiate ASIA aiguë chez les agneaux participant à l’étude et l’expérience a montré qu’il était presque certain que la maladie ASIA serait devenue chronique, si les animaux n’avaient pas été abattus pour les besoins de l’étude.

 

Comme le montrent les résultats, la charge toxique de l’adjuvant aluminium s’accumule dans le sang et le système nerveux central au cours du temps. Et ses effets sous la forme d’ASIA sont dévastateurs…

 

Jetons maintenant un coup d’œil à la fièvre catarrhale. Elle est causée par un virus transporté par des insectes. Ce virus ne peut pas infecter les humains. La protection des personnes n’est donc pas nécessaire. La maladie de la langue bleue affecte les moutons, les chèvres  et quelques bovins. Chez les ovins, la maladie peut être légère comme mortelle… La moyenne de mortalité varie de 0 à 30 %, bien que le taux de mortalité puisse être nul. Dans certains troupeaux particulièrement sensibles, la mortalité peut parfois atteindre 100%.

 

Chez les bovins, seuls environ 5% attrapent la maladie de la langue bleue et les morts sont rares.

 

Si l’on compare la maladie de la langue bleue avec les effets dévastateurs du vaccin, on réalise vite qu’il n’y a gère de sens à vacciner contre cette maladie. Si un mouton a été infecté et survit, plus aucun problème ne se posera. Par contre quand un mouton attrape la maladie ASIA , celle-ci représente une sentence de mort – la réalité est qu’il n’existe pas plus de chances que les moutons soient infectés par la maladie de la langue bleue qu’ils ne soient frappés par la maladie ASIA due à la vaccination.

 

Conséquences pour l’homme

 

La maladie ASIA n’est pas seulement une maladie du mouton. Des formes humaines de cette maladie sont de plus en plus connues et leur gravité est comparable à celle des moutons. La Myofasciite à Macrophages (MFM) est l’une d’elles. Il peut aussi s’agir du Syndrome de la Guerre du Golfe, comme d’autres maladies. L’on sait que la MFM peut être provoquée par l’adjuvant aluminium.

 

Il est certain que le fait que l’aluminium des vaccins provoque la maladie débilitante et mortelle du mouton n’est pas automatiquement transposable chez l’homme. Cependant, la combinaison des effets dévastateurs qui se produisent chez les moutons et du fait qu’il existe des preuves que  les adjuvants aluminiques provoquent des symptômes similaires à la maladie ASIA chez les humains, devrait entraîner le retrait de l’aluminium des vaccins. Il n’est en effet pas possible de trouver une raison qui soit autre que commerciale pour justifier le maintien de l’aluminium dans les vaccins.

   

Sources:

 

Autoimmune/autoinflammatory syndrome induced by adjuvants (ASIA syndrome) in commercial sheep; Immunology Research; Lluı´s Luja´n • Marta Pe´rez • Eider Salazar • Neila A ´ lvarez • Marina Gimeno • Pedro Pinczowski • Silvia Irusta • Jesu´ s Santamarı´a • Nerea Insausti • Yerzol Corte´s • Luis Figueras • Isabel Cuartielles • Miguel Vila • Enrique Fantova • Jose´ Luis Gracia Chapulle; DOI 10.1007/s12026-013-8404-0

 

Bluetongue, the Center for Food Security & Public Healthhttp://gaia-health.com/gaia-blog/2013-05-01/up-to-100-vaccinated-sheep-contract-chronic-neurological-syndrome-study/

 

 

http://gaia-health.com/gaia-blog/2013-05-01/up-to-100-vaccinated-sheep-contract-chronic-neurological-syndrome-study/

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.