Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2013 5 17 /05 /mai /2013 20:00

Historiquement, les vaccins ne présentent pratiquement aucun avantage (Etude polonaise)

 

Les preuves continuent de s’accumuler. Il n’est plus possible de nier le mal que font les vaccins. Pire, les preuves sont maintenant claires que les vaccins ont eu peu ou pas d’effet sur les maladies infectieuses, comme le montrent de récents graphiques. Le principe de précaution qui est inscrit dans une directive de l’ONU aurait dû être mis en place avant que les vaccins soient injectés de manière routinière. 

 

petite-fille.JPG

 

Par Heidi Stevenson, Gaia Health, le 13 mai 2013 

 

Complications neurologiques post-vaccinales

 

Dans leur analyse des dommages neurologiques causés par les vaccins, les auteurs de l’étude polonaise se sont principalement concentrés sur le thimérosal, le mercure que peuvent contenir certains vaccins. Ils ont pu noter que le pourcentage des personnes qui ont eu des réactions allergiques au thimérosal a été de 13% aux Pays-Bas et de 21% en Autriche. Les réactions allergiques au mercure sont souvent déclenchées par des injections de vaccins. Outre l’effet cancérogène, les auteurs notent aussi une toxicité pour le cœur, le foie, les reins et le système nerveux.

 

Les lecteurs de Gaia Health sont probablement au courant que les nombreuses recherches qui sont effectuées sur les adjuvants vaccinaux font ressortir que l’aluminium est l’objet des plus grandes préoccupations. La réduction de la quantité de mercure dans les vaccins aux Etats-Unis a contribué à réduire les cas d’autisme pour une courte période. Peu de temps après cependant, un grand nombre de vaccins contenant de l’aluminium comme adjuvant ont été ajoutés au programme. Ceci a contribué à augmenter les cas d’autisme.

 

Au cours de 20 dernières années, des troubles neurologiques comme l’autisme, les troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H), les retards mentaux et l’épilepsie ont augmenté très nettement à travers le monde.

Les auteurs écrivent :

 

« Depuis les années 1990, de nouveaux vaccins pour nourrissons contenant du thimérosal ont commencé à être utilisés aux Etats-Unis. Avec les vaccins contre l’hépatite B, DTC et Hib, les enfants reçoivent une dose de 62,5µg de mercure, ce qui représente 125 fois plus que la dose considérée comme sans danger (0,1µg/kg/jour). Ces rapports ont été la raison pour laquelle les pays scandinaves ont interdit l’utilisation du mercure depuis 1990. »

 

Un document décrit le décès de 19 nourrissons (MSN : Syndrome de la mort subite du nourrisson) peu de temps après avoir reçu deux vaccins hexavalents. Bien qu’il n’ait pas été prouvé que ce soient les vaccins qui aient provoqué les décès, les auteurs de ce document suggèrent qu’il s’agit là « d’un signal qui devrait attirer l’attention sur la nécessité de surveiller l’évolution et les complications des vaccinations. »

 

La recherche épidémiologique a établi une relation directe entre l’augmentation des doses de thimérosal et les taux d’autisme aux Etats-Unis depuis la fin des années ’80 jusqu’à la moitié des années ’90. Les chercheurs ont trouvé une corrélation entre les vaccins contre la rougeole qui contenaient du mercure et la prévalence de l’autisme durant les années ’80. Les mêmes chercheurs  ont aussi trouvé des « odds ratios » statistiquement significatifs, indiquant que l’augmentation des doses de mercure des vaccins contenant du thimérosal pouvait être mise en relation avec l’augmentation des taux d’autisme.

 

Plusieurs vaccins utilisés en Pologne contiennent du mercure :

 

Euvax: Hepatitis B, made by LG Life Sciences in Korea – 50μg/dose

-  DT: Diphtheria & Tetanus, made by Bio-med in Krakow, Poland – 50μg/dose

-  Td: made by Biomed, Krakow, Poland – 50μg/dose

-  DTP: Diphtheria, Tetanus, & Pertussis; made by Biomed, Krakow, Poland 

   50μg/dose

-  D,d: Diphtheria, made by Biomed, Krakow, Poland – 50μg/dose

-  TT:  Typhus, made by Biomed, Krakow, Poland – 50μg/dose

  

Note: Ce qui n’est pas inclus dans l’étude est le fait que le programme de la vaccination en Pologne est obligatoire. Il faut également noter que tous les vaccins cités ci-dessus, sauf un, sont fabriqués en Pologne. C’est une manière comme une autre d’assurer des profits pour l’industrie pharmaceutique locale!

 

Les auteurs se disent particulièrement préoccupés par le vaccin Diphtérie, Tétanos Coqueluche (DTC , DTwP) On sait qu’il peut entraîner l’apparition du cytomégalovirus qui peut provoquer de graves séquelles neurologiques, y compris le coma , l’hypotonie, des crises convulsives et des encéphalopathies nécrosantes. Les auteurs signalent qu’en remplaçant le DTwP par le DTaP (acellulaire); le vaccin polio oral (OPV) par le vaccin polio inactivé (IPV) , il est possible, après la première dose, de réduire le risque de fièvre de 99%, le risque de pleurs inconsolables de 87% et le risque d’hypotonie-hyporéactivité de 56%.

 

D’autres complications des vaccins trouvées sur le programme polonais de vaccinations comprennent:

 

Syndrome de Guillain-Barré après les vaccins contre la grippe, l’hépatite, la méningite C, la polio et les vaccins HPV.

 

Myélite transverse après les vaccins contre le choléra, la typhoïde et la polio.

Grippe, paralysie flasque aiguë, méningite, encéphalite, convulsions, paralysie faciale après le vaccin antipoliomyélitique oral.

 

Progression rapide de la rétinopathie chez les nourrissons prématurés après la vaccination BCG.

 

Histoire de la vaccination

 

En 1996, la Pologne a introduit un système de surveillance pour enregistrer les effets secondaires indésirables des vaccinations. Zielinski dans son étude des effets secondaires des vaccins pour la période de 1996 à 2000 écrit:

 

« On a rencontré des exemples étonnants d’ignorance de la part du personnel médical, y compris de la part des spécialistes par rapport à leur devoir de signaler les effets secondaires des vaccinations. »

 

Malheureusement il n’existe pas de test de laboratoire pour confirmer la relation de cause à effet entre un vaccin et des effets secondaires. Malgré ces difficultés, les auteurs du rapport précisent:

 

« A l’exception de ce qui est précisé ci-dessus, il n’existe dans la littérature aucun rapport d’une recherche en immunologie dans le contexte des réactions qui suivent les vaccinations. Il convient aussi de noter que dans les pays plus développés, il n’y a guère d’encouragement ou d’incitation à réaliser des suivis appropriés et des tests de laboratoire sur des personnes qui ont subi des effets indésirables graves après des vaccinations. La raison de tout cela est peut-être à chercher dans le fait que, sur un plan historique, les vaccins n’ont pas été considérés comme intrinsèquement toxiques par les organismes de réglementation. »

 

On doit donc constater qu’il existe très peu de recherches sur les effets indésirables de la vaccination.

 

Comme le signalent les auteurs de l’étude:

 

« L’absence de preuves de causalité entre les vaccinations et les effets secondaires graves a conduit à l’hypothèse que les vaccins étaient sans danger.

 

Cependant, même si les effets indésirables sont mineurs ou rares, il est malgré tout nécessaire de démontrer que les vaccins sont bénéfiques. S’ils ne le sont pas, alors aucun degré de risque n’est acceptable. »

 

C’est ici que les documents historiques concernant les cas de décès dus aux maladies infectieuses deviennent très utiles.

 

A titre d’exemple, examinons les deux graphiques ci-dessous et qui ont trait au nombre de cas de tuberculose (TB), ainsi qu’au nombre de décès par tuberculose.

 

Graphique-etude-polonaise-TB--1-.jpg

 

 

Il s’agit de rapports provenant d’Allemagne qui montrent à gauche les taux de mortalité par tuberculose de 1956 à 1988 et sur la droite le nombre de cas de tuberculose  (Rapports de 1949 à 1987). Le vaccin BCG contre la tuberculose (TB) a été introduit en 1970 (Les rectangles gris représentent le nombre de vaccinations administrées au cours des années 1970-1980. Il parait très clair que la vaccination contre la tuberculose n’a absolument rien à voir avec la réduction de la maladie ni avec le nombre de décès dus à la tuberculose.

 

Graph-pertussis-mortelitu-Germany-Gaia.JPG

 

 

Graphique concernant les taux de mortalité par coqueluche de 1946 à 1987 en Allemagne avec les époques où le vaccin original de la coqueluche et le vaccin diphtérie, tétanos, coqueluche ont été introduits. Comme on peut le voir, les taux de mortalité  par coqueluche ont approximativement suivi la même courbe descendante qu’à l’époque où le vaccin a été introduit.

 

Graphique-etude-polonaise-Pertussis--2-.jpg

 

 

Le graphique ci-dessus a trait à la mortalité par coqueluche en Suisse de 1910 à 1980.

 

La partie grise dans le coin supérieur droit indique la date d’introduction du vaccin (1944) et montre aussi comment la couverture vaccinale a régulièrement augmenté pour atteindre 100% en 1980. Cependant, il n’est pas possible de voir un changement dans la trajectoire qui représente la réduction des décès par coqueluche.

 

 Graphique-cas-de-diphterie-en-Allemagne-1920-1987.jpg

 

 

Graphique montrant le nombre de cas de décès par diphtérie en Allemagne de 1920 à 1987.

 

Il faut noter que le vaccin contre la diphtérie a été introduit en 1925 et a produit une augmentation considérable du taux de la maladie.

 

En examinant ces graphiques, comment pouvons-nous prendre au sérieux ceux qui affirment que les vaccins ont sauvé des vies ? Il n’est pas possible de voir une réduction de la mortalité ni du nombre de cas avant et après que les vaccinations aient été introduites. Dans le cas de la diphtérie, il semble bien que la vaccination n’ait fait qu’augmenter le nombre des malades.

 

Conclusion

 

Nous nous en référons à un rapport paru en 2002 dans le Lancet qui précise :

 

« Le poids des preuves suggère que, sur un plan collectif, l’hygiène personnelle et environnementale réduit la propagation de l’infection…

 

… Les résultats de cette étude montrent qu’il existe un effet positif mesurable et constant de l’hygiène personnelle et communautaire sur les infections. »

 

Les auteurs de notre étude précisent que ce même article du Lancet a également montré que la mortalité due à des maladies infectieuses avait diminué jusqu’à des « niveaux presque négligeables » bien longtemps avant l’introduction des pratiques universelles de vaccination. »

 

Les auteurs soulignent  que le nombre des vaccinations a augmenté considérablement depuis l’époque de ces études et que l’on continue à injecter antigènes sur antigènes. Ils disent aussi :

 

« Médecins et chercheurs soulignent l’aggravation de l’état de santé de la population infantile depuis les années 1960, époque qui coïncide avec l’augmentation du nombre des vaccinations. L’attention s’est alors portée vers les maladies allergiques dont l’asthme, les maladies auto-immunes, le diabète et de nombreux dysfonctionnements neurologiques, difficultés d’apprentissage, déficits de l’attention, hyperactivité, convulsions et autisme. »

 

Ainsi donc, on rend des vaccinations obligatoires alors que l’on n’observe aucun bénéfice apparent par rapport à la réduction des maladies infectieuses. On les rend obligatoires en dépit du fait que quantités de preuves montrent que les vaccins ont une responsabilité dans la hausse des taux de maladies chroniques auto-immunes et des troubles neurologiques.

 

Bien sûr, les réalités politiques existent aussi pour ces chercheurs. En dépit de leurs très intéressantes découvertes, ils ne se hasardent toujours pas à demander l’arrêt des vaccinations.

 

Ils offrent cependant plusieurs suggestions par rapport à la réduction de leur application. Ils veulent conclure en ces termes :

 

« Il nous semblerait intéressant d’appliquer le principe de précaution – le principe d’éthique (1988) qui veut que si une nouvelle technologie présente un risque probable, peu connu (d’effets secondaires), il vaut alors mieux ne pas mettre cette technologie en œuvre plutôt que de risquer d’être confronté à des conséquences incertaines mais qui pourraient être très dangereuses. »

 

Nous en revenons donc au principe de précaution qui aurait dû être appliqué depuis des décennies. Il est difficile d’imaginer l’énorme quantité de dommages que des générations d’enfants ont dû subir, génération après génération. Ceux qui ont le pouvoir entendront-ils jamais raison ? Ou continueront-ils à se faire mener par leur cupidité, abandonnant les enfants des futures générations à la souffrance ? Peut-on imaginer que la société puisse continuer à fonctionner avec de plus en plus de gens  atteints de maladies chroniques ?

 

Source: Neurologic adverse events following vaccination; Progress in Health Sciences; Sienkiewicz D., Kulak W., Okurowska-Zawada B., Paszko-Patej G.

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.