Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 10:48

Des médecins s’opposent à un vaccin meurtrier

 

Par Ranjit Devraj (Extraits)

 

Doctors-resist-deadly-vaccine.jpg

 

Un nourrisson aux soins intensifs de l’hôpital de la Sainte Famille à New Delhi. Les hôpitaux indiens préfèrent le vaccin DTC traditionnel.

 

NEW DELHI, 8 février 2014 (IPS)

 

Une série de morts subites de nourrissons après vaccination en Inde a incité les principaux pédiatres à réclamer des mécanismes de réglementation solides pour évaluer la sécurité et l’efficacité des nouveaux vaccins avant qu’ils soient acceptés pour le programme national de vaccination.

 

Selon les données obtenues du Ministère de la Santé et de la Famille de l’Union, on a enregistré, pour la seule année dernière le décès de 54 bébés peu de temps après qu’ils aient reçu le vaccin « pentavalent » récemment introduit. Ce vaccin est conçu pour prévenir des infections dues à 5 microbes pathogènes.

 

« Si les 25 millions de nouveau-nés en Inde sont vaccinés avec le vaccin pentavalent, 6.250 bébés mourront chaque année des effets secondaires de la vaccination. », a déclaré le Dr Jacob Puliyel, pédiatre.

 

Déployé progressivement dans différents états indiens depuis décembre 2012, le vaccin pentavalent est une combinaison qui vise à conférer une immunité contre l’Haemophilus Influenzae B, l’hépatite B, en plus de la protection conférée par le vaccin trivalent traditionnel contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos (DTC).

 

Selon les chiffres du Ministère, un décès s’est produit en moyenne pour 4.000 enfants vaccinés avec les vaccins pentavalents, a déclaré le Dr Jacob Puliyel, directeur du service de pédiatrie de l’hôpital St Stephen. «  Si la cohorte de 25 millions de naissances en Inde est vaccinée avec le vaccin pentavalent, 6.250 bébés mourront chaque année des effets secondaires de la vaccination » (AEFI Adverse Events Following Immunization – Effets secondaires après vaccinations)

 

L’énorme coût en vies humaines perdues à la suite d’effets secondaires de l’administration de vaccins pentavalents combinés est difficile à justifier », explique le Dr Puliyel, en ajoutant que le vaccin traditionnel DTC possédait un bien meilleur bilan en matière de sécurité.

 

Etant donné que, dans de nombreux états indiens, la déclaration des effets secondaires des vaccins n’est pas fiable, les pédiatres estiment que beaucoup plus de décès que ceux qui ont été enregistrés ont pu se produire. Ils recommandent donc l’interdiction d’utilisation des vaccins pentavalents jusqu’à ce qu’une enquête approfondie soit menée sur le changement de politique qui a permis l’entrée de ces vaccins en Inde.

 

En septembre 2013, Yogesh Jain, ancien professeur adjoint de pédiatrie à l’Institut Indien des Sciences Médicales et actuellement expert à la Commission de Planification pour le Développement de la santé en Inde, a déposé une requête d’intérêt public devant la Cour suprême de l’Inde visant à interdire le vaccin pentavalent.

 

Les avocats de Jain ont, au cours des audiences préliminaires, expliqué que le vaccin « cinq en un » était interdit au Canada, aux Etats-Unis, en Europe, en Australie, au Royaume-Uni, au Japon ainsi que dans des pays en développement comme le Pakistan, le Bhoutan, le Sri Lanka et le Vietnam à la suite de décès de nourrissons.

 

Le Dr Puliyel explique que les vaccins pentavalents on pu rentrer en Inde parce que le gouvernement avait choisi de contourner le Groupe technique consultatif national sur la vaccination (NTAGI). Ce groupe technique a été créé en 2001 pour donner un avis sur l’introduction de nouveaux vaccins. Les instructions du NTAGI concernant l’évaluation n’ont pas été données après la première année.

 

Dans la plupart des pays, les vaccins sont introduits dans le programme national après qu’un comité d’experts ait étudié la maladie, la sûreté, l’efficacité et l’accessibilité du vaccin. Si ces points sont jugés satisfaisants, le vaccin peut être introduit dans le programme général de vaccination. […]

 

http://www.ipsnews.net/2014/02/doctors-resist-deadly-vaccine/

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.