Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 14:22

______________________________________________ 

Histoire de l’agent responsable du coryza du chimpanzé (renommé Virus Respiratoire Syncytial) et maladies respiratoires aiguës chez les enfants  (Extraits), 1er mars 2012 __________________________________________________________ 

 

 

Dr Viera SCHEIBNER, PhD

Dr-Viera-Scheibner.jpg

  PhD= docteur ès sciences.

 

 

[…]   D’après Levy et al. (1997) : «  le Virus Respiratoire Syncytial (RSV) est la cause la plus commune des infections du tractus respiratoire inférieur (LRTI) chez les nourrissons et les jeunes enfants. L’infection RSV constitue un problème majeur au cours de la prime enfance. La première infection se produit le plus souvent entre 6 mois et deux ans.

 

« Environ la moitié de tous les nourrissons sont infectés par le RSV au cours de leur première année de vie. Pratiquement tous auront été infectés à la fin de leur deuxième année. »  Ces constatations soulignent fortement le fait que les vaccins pourraient être à l’origine des infections RSV.

 

Aux Etats-Unis, le premier vaccin est administré à 6 semaines. Chaque année aux Etats-Unis 100.000 enfants sont hospitalisés. Plus de la moitié des enfants qui sont hospitalisés pour bronchiolites ont de 3 mois  à 1 an d’âge. Ne s’agit-il pas ici d’éléments qui semblent sérieusement incriminer la vaccination ?

 

Prober et Sullender (1999) écrivent que le virus respiratoire syntycial a, en 1955 d’abord été isolé chez les jeunes singes atteints de coryza grave et avait, à l’époque, été dénommé : agent du coryza du chimpanzé.

 

Peu après, le virus fut isolé chez des enfants atteints de bronchiolites et de pneumonies. Il fut reconnu comme étant la cause la plus habituelle des épidémies hivernales d’infections des voies respiratoires partout dans le monde… Il fut renommé virus respiratoire syncytial en 1957.

 

Shann et al. (1999) ont écrit que les infections aiguës des voies respiratoires tuent 4 millions d’enfants chaque année dans les pays en voie de développement.

 

Simoes (1999) écrit : «  depuis qu’il fut identifié comme étant l’agent qui provoque le coryza du chimpanzé (1956), et après qu’il fut isolé chez les enfants souffrant de troubles pulmonaires, le virus respiratoire syncytial (RSV) a été décrit comme étant le virus qui provoquait le plus d’infections respiratoires aiguës chez les enfants.

 

[…]  Des études de terrain financées par l’OMS ont été effectuées en Indonésie, Ethiopie, Guinée Bissau, Mozambique, Nigeria et Afrique du Sud. Des données en provenance de 10 pays en voie de développement (Argentine-Colombie-Guatémala-Kenya-Nigeria-Pakistan-Nouvelle Guinée-Philippines-Thaïlande et Uruguay montrent que la cause la plus fréquente de l’infection  LRT était le RSV (70% de tous les cas)

 

Faut-il dire que ce sont aussi les pays où l’on a massivement vacciné contre la poliomyélite. Ce n’est apparemment un secret pour personne que la source du RSV est à chercher dans les vaccins anti-polio, tant dans les pays en  voie de développement que dans les pays développés (la vaccination anti-polio qu’elle soit orale ou injectable étant la plupart du temps, encore aujourd’hui, fabriquée à partir de cellules de reins de singes- cellules VERO)

 

[…] A propos des causes d’hospitalisation pour infection RSV en Alaska, les chercheurs ont envisagé plusieurs pistes. L’article de Viera Scheibner évoque également la surpopulation (3 à 4 enfants dormant dans le même lit), absence de toilettes et d’eau courante, fumerie, très jeune âge des enfants. Le Dr Scheibner précise qu’à son avis ces éléments ont contribué à faciliter l’infection RSV transmise par des frères ou des sœurs déjà infectés à la suite de leurs vaccinations.

 

[…]  Pareilles constatations ne sont nullement surprenantes quand on sait que la plupart des nourrissons de 6 mois reçoivent 3 doses de vaccins combinés qui dépriment considérablement et endommagent leur système immunitaire.

 

http://www.vaccinationcouncil.org/wp-content/uploads/2012/03/contamination-Chimpanzee-coryza-agent2.pdf                                                                        

 

Références 

 

Morris JA, Blount RE, and Savage RE. 1956. Recovery of cytopathogenic agent from chimpanzee with coryza. Proc Soc Exp Biol & Med; 92:544549.

Chanock RM. 1956. Association of a new type cytopathogenic myxovirus with infantile croup. J Exp Med; 104: 555576.

Chanock R, Roizman B, and Myers R. 1957. Recovery from infants with respiratory illness of virus related to chimpanzee coryza agent (CCA). I. Isolation properties and characterisation. Am J Hyg; 66: 281290.

Chanock R, and Finberg L. 1957. Recovery from infants with respiratory illness of virus related to chimpanzee coryza gent (CCA) II. Epidemiologic aspects of infection in infants and young children. Am J Hyg; 66: 291300.

Lewis FA, Rae MI, Lehmann NI, and Ferris AA. 1961. A syncytial virus associated

with epidemic disease of the lower respiratory tract ion infants and young children. Med J Australia; December 9: 932933.

Rogers DE. 1959. The changing pattern of lifethreatening microbial disease.

NEJM; 261 (14): 678683.

Levy BT, and Graber MA. 1997. Respiratory syncytial virus infection in infants and young children. J Family Practice; 45 (6): 473481.

Prober CG, and Sullender WM. 1999. Advances in prevention of respiratory syncytial virus. J Pediatr; 135: 546558.

Shann F, Woolcock A, Black R, Cripps A, Foy H, Harris M, and D’Souza R. 1999.

International Conference on acute respiratory infections. Clin Infect Diseases; 28:

189191.

Simoes EAF. 1999. Respiratory syncytial virus infection. Lancet; 354: 847852.

Bent S, Saint S, Vittinghoff E, and Grady D. 1999. Antibiotics in acute bronchiolitis: a metaanalysis. Am J Med; 107: 6267.

Nystad W, Skrondal A, and Magnus P. 1999. Day care attendance, recurrent

repiratory tract infections and asthma. Intern J Epidemiology; 28: 882887.

Waris M. 1991. Pattern of respiratory syncytial virus epidemics in Finland: twoyear

cycles with alternating prevalence of group A and B. J Infect Diseases; 163:

464469.

Singleton RJ, Petersen KM, Berner JE, Schulte E, Kit Chiu, Lilly CM et al,. 1995.

Hospitalizations for respiratory syncytial virus infection in Alaska native children.

Pediatr Infec Dis J; 14: 26130.

Hadi H, Stolzfus RJ, Moulton JH, Dibley MJ, and West KP. 1999. Respiratory

infections reduce the growth response to vitamin A supplementation in a radndomized controlled trial. Intern J Epidemiology; 28: 874881.

Shay DK, Holman RC, Rooseve;t GE, Clarke MJ, and Anderson LJ. 2001. Bronchiolitis associated mortality and estimated of respiratory syncytial virus associated deaths among US children, 19751997. J Infect Diseases; 183: 1622.

Langley JM, LeBlanc JC, Smith B, and Wang EEL. 2003. Increasing incidence of

hospitalization for brochiolitis among Canadian children, 19802000. J Infect Diseases; 188: 17641767.

Hoebee B, Rietveld E, Bont L, an Oesten M, Hodermaekers HM, et al. 2003. Association of severe respiratory syncytial virus bronchiolitis with Interlukin4 and

Interlukin4 receptor alpha polymorphisms. J Infect Diseases; 187: 211.

Kapikian AZ, Mitchell RH, Chanock RM, Shvedoff RA, and Stewart AE. 1969. An

epidemiologic study of altered clinical reactivity to respiratory syncytial (RS) virus

infection in children previously vaccinated with an inactivated RS virus vaccine. Am J Epidemiology; 80 (4): 405421.

Hyun Wha Kim, Canchola JG. Brandt CD, Pyles G, Chanock RM, Jensen K, and Parrott RH. 1969. Respiratory syncytial virus disease in infants despite prior administration of antigenic inactivated vaccine. Am J Epidemiology; 80 (4): 422

434.

Fulginiti VA, Eller JJ, Sieber OF, Joyner JW, Minamitani M, and Meijklejohn G. 1969. Respiratory virus immunizations. I. A field trial of two inactivated respiratory virus vaccines: an aqueous trivalent parainfluenza virus vaccine and an alumprecipitated respiratory syncytial virus vaccine. Am J Epidemiology; 80 (4): 435448.

Chin J, Magoffin RL, Shearer LA, Schieble JGH, and Lennette EH. 1969. Field evaluation of a respiratory syncytial virus vaccine and a trivalent parainfluenza virus vaccine in a pediatric population. Am J Epidemiology; 80 (4): 449463.

Beem M, Wright FH, Hamre D, Egerer R, and Oehme M. 1960. Association of the

chimpanzee coryza agent with acute respiratory disease in children. NEJM; 263 (11): 523530.

Kravetz HM. Knight V, Chanock RM, Morris JA. Et al. 1961. III. Production of illness and clinical observations in adult volunteers. JAMA; 176 (8): 657663.

Lewis FA, Rae ML, Lehman NI, and Ferris AA. 1961. A syncytial virus associated with epidemic disease of the lower respiratory tract in infants and young children.

Med J Australia; Dec 9: 322323.

Forbes JA, Bennett N. McK, and Gray NJ. 1961. Epidemic of bronchiolitis caused by a respiratory syncytial virus: clinical aspects. Med J Australia; Dec 9: 323325. Johnson KM, Bloom HH, Mufson MA, and Chanock RM. 1962. Natural reinfection of adults by repiratory syncytial virus. Possible relation to mild upper respiratory disease. NEJM; 267 (2): 6872.

 

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Remi 20/03/2012 09:57

Trouver une correlation entre vaccination et bronchiolite fallait oser.

Pourquoi la bronchiolite ne serait pas la cause du RSV tout simplement ?
De plus, RSV infecte aussi bien les nourissons que les adultes ou les personnes agees. Les sujets a risques sont les bebes prematures ou avec des malformations cardiaques et les personnes agees
avec un systeme immunitaire affaibli. Un adulte peut aussi etre infecte par RSV et tomber malade, c'est etudie dans le cadre du personnel hospitalier qui est en contact avec des malades en
permanence.

Aucune des publications que vous citez n'affirme qu'il y a une quelconque relation (je les ai toutes lu)entre vaccination est infection au RSV.

Si vous etes convaincu de ce fait pourquoi ne pas avoir cherche de publication qui montre un vrai rapport entre les deux ?

Tout le monde a le droit d'etre contre les vaccins, c'est la liberte de chacun de les refuser. En revanche affirmer qu'ils declanchent des bronchiolites, n'a jamais ete montre, c'est donc faux de
l'affirmer.

Expovaccins 23/03/2012 22:01



Vous avez dû mal lire alors, parce que si vous lisez attentivement le document suivant, çad la totalité du document original dont nous avons traduit des extraits (http://www.whale.to/v/contamination-Chimpanzee-coryza-agent2.pdf), vous verrez au contraire que ce virus semble
indistinguable d'un virus d'origine simienne or il semblerait que les premières identifications de ce virus remonte à la fin des années 50, comme par hasard peu après le début des campagnes
vaccinales de masse contre la polio avec des vaccins fabriqués à partir de reins de singe (origine simienne aussi donc!!).


En outre, toute vaccination affaiblit les défenses immunitaires de façon plus ou moins prolongée laissant ainsi les vaccinés plus vulnérables à quantité d'infections opportunistes et ceci en
raison du court-circuitage immunitaire vaccinal, lequel outrepasse toutes les barrières immunologiquement prévues que sont la peau et les muqueuses, ce qui malmène inévitablement le système de
défense du corps et faisait d'ailleurs aussi dire au Pr Bastin, pourtant loin d'être anti-vaccins que "toute vaccination est biologiquement et immunologiquement parlant une
OFFENSE pour l'organisme." La plupart des gens dont vous parlez et qui sont atteints de bronchiolite ont déjà été plus que vaccinés au cours de leur vie (et bien sûr le personnel
soignant en premier chef), ce qui rend leurs défenses moins performantes que s'ils ne l'avaient jamais été. Vous évoquez aussi le cas des prématurés mais vous oubliez là encore de rappeler que
leur immaturité immunitaire est encore pire ALORS QU'ON ose pourtant préconiser de les vacciner au même âge (réel et donc non corrigé) que les autres enfants, même s'il a été prouvé que la
vaccination leur provoquait encore plus d'apnées que chez les autres enfants! Pas étonnant dès lors que les pauvres prématurés vaccinés soient encore plus à risque. Si on enquêtait pour
voir la proportion d'enfants et de gens qui n'ont jamais reçu le moindre vaccin dans leur vie et qui ont déjà souffert de bronchiolite et qu'on comparait ça à ceux qui en ont déjà souffert mais
qui sont vaccinés, on verrait une spectaculaire différence mais il est bien évident que peu de médecins et un certain nombre de gens, dont vous peut-être(?) n'ont nulle envie de mener
ces investigations dérangeantes. C'est bien pour ça d'ailleurs que ni les labos ni les Etats n'ont été pressés de comparer des gens réellement non vaccinés (ZERO vaccin reçu au cours de leur vie,
zéro dose donc) avec des vaccinés! Tout ce que les officiels nous ont donc affirmé sur la sécurité des vaccins et leur nombre d'effets secondaires "comparables à ceux de la population générale"
n'a donc JAMAIS été scientifiquement prouvé car tout était ainsi biaisé dès le départ. Un peu gros dès lors de venir nous affirmer ici que rien est prouvé et qu'on ne peut pas affirmer. Nous
exposons une information, des indices accablants qui méritent d'être connus du public à qui on rabâche beaucoup (trop) de sornettes. Si vous voulez décrier ce qui n'est pas prouvé mais affirmé
pourtant haut et fort et financé avec l'argent des contribuables, commencez donc par critiquer le discours officiel mensonger sur la fausse sécurité des vaccins, jamais évaluée scientifiquement
en raison de l'énorme biais évoqué ci-dessus.



Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.