Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 15:13

AUTISME

Quand 1 cas sur 88 est en fait 1 cas sur 29

 

Par Marcella, Vax Truth, Avril 2012

 

En 2007, le CDC (Centre Américain de Contrôle des Maladies) a annoncé que l’autisme affectait 1 enfant sur 150 aux Etats-Unis. Ce que le CDC a oublié de préciser au public c’est que les chiffres qu’il mentionnait en 2007 étaient en fait les chiffres correspondant à l’année 2002. Les chiffres dataient de 5 ans ! Après cette annonce de 2007, R.Gallup et le Dr F.Yazbak ont publié l’article s’intitulant «  Quand 1 sur 150 est effectivement 1 sur 67 ». Les auteurs de cet article ont expliqué que les données rapportées en 2007 avaient trait aux enfants de 8 ans qui étaient nés en 1994.

 

La semaine dernière, le CDC a annoncé que l’autisme affectait 1 enfant sur 88 aux Etats-Unis. Mais le CDC a négligé de mentionner que les chiffres rapportés le 29 Mars 2012 étaient les chiffres récoltés en 2008. Ces chiffres dataient en fait de quatre ans. Le CDC a aussi oublié de faire connaître  que ses chiffres de 1 enfant sur 88 reflétaient en fait le calcul ayant trait aux enfants de 8 ans qui avaient été enrôlés  dans le réseau (étude) Autism and Developmental Disabilities Monitoring (ADDM) Network. Cette étude contrôle les taux d’autisme chez les enfants de 14 communautés aux Etats-Unis. La carte des Etats-Unis ci-dessous montre les états (en bleu) d’où proviennent les données de l’ ADDM. Il convient cependant de prendre en compte ce qui suit : même si les ETATS sont colorés en bleu, les données ne proviennent que de régions très spécifiques à l’intérieur de chaque état. Je pense que la chose est susceptible d’induire en erreur ; mais nous parlons du CDC et que pouvons-nous en attendre ?

 

carte des Etats-Unis

Légende: seuls les états en bleu ont été choisis par le CDC et encore, au sein de ceux-ci, certains districts limités (en jaune donc) 

 

Etats Américains d’où proviennent les données de l’ADDM pour l’année 2008- Données rapportées en 2008.

 

Quand je jette un coup d’œil à la carte ci-dessus, la première chose qui me saute aux yeux est que l’information sur laquelle on se base pour faire une estimation des cas d’autisme, provient d’états, qui ne présentent pas les taux les plus élevés d’autisme selon les données de  l’IDEA. Toujours la même chose…

Ne pensez-vous pas que si le CDC voulait véritablement connaître l’ampleur de l’épidémie d’autisme ou la rapporter le plus fidèlement possible, il étendrait ses recherches dans les secteurs où les taux d’autisme sont connus pour être les plus élevés ?

 

Le graphique ci-dessous, qui se base sur les données de l’U.S. IDEA montre les taux d’autisme pour chaque état Américain. Ce sont les données qui sont communiquées aux écoles de santé publique à travers tous les Etats-Unis. Ce graphique reflète le nombre d’enfants qui ont reçu le diagnostic d’autisme et qui bénéficient des services adéquats via le système scolaire.

 

Autisme graphique 2012

 

En comparant le graphique ci-dessus avec la carte des sites repris par l’ ADMM, nous pouvons voir que parmi les dix états qui présentent les taux les plus élevés d’autisme (selon les données de l’IDEA), un seul (La Pennsylvanie) a été repris par le CDC…

 

[…] Les vaccins contiennent de l’acide glutamique libre qui détruit le glutathion. Si on ajoute cela au fait que les pédiatres recommandent de faire prendre du Tylenol (qui lui aussi détruit le glutathion, on peut comprendre que l’enfant ne puisse plus se détoxifier. Si en plus l’enfant qui ne peut plus normalement se détoxifier vit dans une région où l’on enregistre des taux élevés de métaux lourds (et autres types de pollution), les taux d’autisme risquent de grimper considérablement…

 

[…] Si le CDC commençait à réunir les données concernant la prévalence de l’autisme dans les régions où de nombreux enfants sont empoisonnés par le mercure de l’environnement vu qu’ils ne peuvent plus se détoxifier et sont continuellement exposés à ce mercure, de plus en plus de gens pourraient se rendre compte que ce que nous appelons « autisme » n’est rien d’autre qu’un empoisonnement au mercure. Cela, le CDC ne peut le permettre. Alors, il refuse d’étudier les enfants qui tombent malades, comme il refuse d’étudier les liens entre les vaccins, les toxines environnementales et « l’autisme ».

 

Revenons-en aux chiffres

 

Quand on annonça qu’il y avait 1 cas d’autisme sur 88 enfants, je me suis mise à faire des recherches pour pouvoir obtenir une estimation plus exacte des taux d’autisme. Et voici le résultat de mes recherches :

 

Le CDC a signalé que ses nouveaux chiffres représentaient une augmentation de 78% par rapport aux chiffres précédents qui étaient de 1 sur 150. Il faut rappeler ici que les chiffres de 1 sur 150 proviennent des données ayant trait aux enfants qui avaient 8 ans en 2002.

Les chiffres de 1 sur 88  ont trait aux enfants de 8 ans ; ces chiffrent représentent la situation de 2008. Ces chiffres concernent respectivement les enfants nés en 1994 et 2000.

Ainsi, pour calculer le taux d’accroissement annuel, j’ai divisé 78% par 6 pour obtenir le chiffre d’une augmentation annuelle de 13%.

 

Selon le CDC, le taux annuel d’autisme parmi les enfants de 8 ans en 2008 était de 1 sur 88. Le calcul de l’augmentation annuelle de 13% donne les estimations de taux d’autisme suivantes pour les enfants de 8 ans :

 

1 sur 78 (2009)

1 sur 69 (2010)

1 sur 61 (2011)

 

Le nombre actuel (2012) pour les enfants de 8 ans diagnostiqués autistes est donc estimé à 1 sur 54.

 

Pour obtenir une idée de l’incidence actuelle, comprenant également les enfants plus jeunes qui ont déjà été diagnostiqués autistes, mais qui n’ont pas encore été comptabilisés par le CDC vu qu’ils n’ont pas encore atteint l’age de 8 ans, j’ai extrapolé pour 5 ans au même taux de croissance de 13%.

 

Estimation du taux d’autisme chez les enfants qui ont aujourd’hui (2012) entre 3 et 5 ans :

 

Enfants de 7 ans  - 1 sur 48

Enfants de 6 ans  - 1 sur 42

Enfants de 5 ans  - 1 sur 37

Enfants de 4 ans  - 1 sur 33

Enfants de 3 ans  - 1 sur 29

 

En extrapolant pour les dix années prochaines au même taux de croissance annuelle de 13%, on obtient un taux prédictif d’autisme parmi les enfants de 3 ans de :

 

2013           = 1 sur 26

2014           = 1 sur 23

2015           = 1 sur 20

2016           = 1 sur 18

2017           = 1 sur 16

2018           = 1 sur 14

2019           = 1 sur 12

2020           = 1 sur 11

2021           = 1 sur 10

2022           = 1 sur 9

 

Ca donne à réfléchir !

 

Et dire que le CDC nous dit qu’il n’y a pas de raisons de paniquer !

 

Le coût de l’autisme

 

En 2006 on a estimé que le coût des soins à apporter pour la vie à une personne atteinte d’autisme s’élève à environ 3,2 millions de dollars. Le coût des soins  pour l’ensemble des personnes atteintes d’autisme aux Etats-Unis a été estimé à 35 milliards de dollars par an.

 

[…] Pouvez-vous me dire quel est le sens des paroles de ceux qui affirment qu’il n’y a pas lieu de paniquer.

 

[…] Les fabricants de vaccins sont dégagés de toute responsabilité. Ce fait ne peut les motiver à produire des vaccins plus  et plus sûrs efficaces.

 

La raison pour laquelle les fabricants de vaccins continuent à être dégagés de toute      responsabilité, c’est que dans l’éventualité (lointaine) d’attaques biologiques, nous ayons  besoin de leurs vaccins… c’est une question de sécurité nationale.

 

Comme on impose ces produits défectueux aux enfants, on peut estimer qu’au cours des 20-30 prochaines années, il n’y aura plus de jeunes en Amérique susceptibles de faire leur service militaire !

 

http://vaxtruth.org/2012/04/when-1-in-88-is-really-1-in-29/

http://sanevax.org/when-is-1-in-88-really-1-in-29/

 

------------------------------------------------------------------------

  

Voir aussi cette courte vidéo (2’57) :

http://expovaccins.over-blog.com/article-32217100.html     

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

camille 16/01/2013 15:26

Bonjour,
J'adore les maths et j'ai du m'empêcher de hurler en voyant les calculs. On ne divise pas les pourcentages !!!! Une augmentation de 78% sur 6 ans n'est PAS égale à une augentation de 13% sur 1 ans.
Si on utilise votre méthode et qu'on repart des chiffres de 2002, 1/150, et qu'on fait une augmentation de 13% chaque année, on arrive à 1/69 en 2008 !!! Partant de ce principe les calculs qui
suivent tout autant erronés.
De plus, la prévalence a augmenté non pas parce que le nombre de cas d'autisme a augmentée mais parce que le spectre autistique englobe maintenant plus de personnes. La prévalence ne suit donc pas
une croissance constante.
Et annoncer qu'un enfant sur 9 sera autisme en 2022 et totalement aberrant !!!
Bonsoir

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.