Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 19:25

27 octobre 2010

 

40 enfants sont morts après une vaccination de routine comme le ROR (= rougeole-oreillons-rubéole) et 2100 enfants supplémentaires ont souffert d’une réaction post-vaccinale sévère. C’est ce que les autorités de santé britanniques ont été forcées de dévoiler cette semaine- et ce tableau ne représente que la pointe de l’iceberg.

 

Deux des enfants vaccinés se retrouvent à présent avec des dommages cérébraux irréversibles et 1500 autres souffrent d’effets neurologiques dont 11 cas d’encéphalite (inflammation du cerveau) et 13 cas d’épilepsie et de coma. Globalement, il y a eu plus de 2100 réactions secondaires consécutives à un vaccin infantile au Royaume Uni ces sept dernières années.

 

L’agence britannique de régulation des produits de santé (MHRA) a été forcée de révéler ces données suite à la requête d’un journaliste sur base de la législation sur la liberté d’information.

 

En réalité, le tableau est fort probablement bien pire. Les cas évoqués par le MHRA sont seulement ceux qui lui ont été rapportés par les médecins ; donc si le médecin ne croit pas que le vaccin puisse être en cause, il ne rapportera pas ce cas à l’agence. On suppose que seuls 10% des décès et effets secondaires graves des vaccins sont réellement rapportés et, dans ce cas, cela signifie que 400 enfants sont morts à cause d’un vaccin et 21 000 autres ont souffert d’un effet secondaire post-vaccinal, pour le seul Royaume-Uni.

 

En réalité, la situation pourrait être encore bien pire dans d’autres pays comme les Etats-Unis où la vaccination des enfants est obligatoire.

 

Le mois dernier, le gouvernement britannique a été forcé par un tribunal de payer des dommages à une maman dont le fils s’est retrouvé avec de sévères dommages cérébraux après vaccination par le ROR. Et 500 autres cas similaires sont en cours devant les tribunaux britanniques.

 

Ces données contribuent à un recul majeur dans la relation entre parents et médecins.

La plupart des parents ont accepté les assurances récurrentes des médecins et des autorités de santé selon lesquelles les vaccins sont sûrs et qu’en faisant vacciner leurs enfants, ils faisaient ce qu’il y a de mieux pour eux et pour la communauté.

Maintenant, si les choses se passent mal, les parents pourraient être moins enclins à croire les dénégations du médecin qui nierait que le vaccin puisse être en cause.

 

 

Source  What doctors don't tell you (wddty) , sur base de l'article du Sunday Times du 24 octobre 2010

 

 

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.