Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 17:19

Nous avons pris connaissance d'un texte ahurissant paru dans la Revue française d'allergologie et d'immunologie clinique.


C'est TELLEMENT GROS que nous renotons l'intégralité du contenu ICI:


Revue française d’allergologie et d’immunologie clinique 44 (2004) 432



Informations

Faire face à un refus de vaccination

G. Dutau


9, rue Maurice-Alet, 31000 Toulouse, France

Disponible sur internet le 5 mai 2004



Sous la signature du Dr. Jean Pouillard, vice-président du Cnom (Conseil national de l’ordre des médecins), nous avons lu un texte important précisant 
  « Comment faire face à un refus de vaccination ? »Le sous-titre qui est également le résumé de cette fiche pratique indique: 
«
En cas d’opposition systématique et si les efforts du praticien ne sont pas venus à bout des réticences, la signature d’une attestation de refus de soins paraît indispensable »
. Après avoir rappelé les raisons de la défiance vis-à-vis des vaccinations, l’auteur rappelle que les vaccinations recommandées ne doivent pas être considérées comme facultatives. Le médecin ne doit pas s’incliner face à un refus vaccinal systématique. En effet, ce refus constitue une mise en danger de l’enfant, une maltraitance, un refus de soins. Si l’opposition est systématique malgré tous les efforts du médecin, celui-ci doit faire signer une attestation de refus de soins en deux exemplaires (l’un est destiné au dossier du patient [*])indiquant le refus, les risques qui s’y attachent, toutes les tentatives de persuasion du médecin, les raisons des réticences de la famille. Ces mentions doivent aussi figurer sur le carnet de santé de l’enfant. L’auteur indique qu’un certificat de contre-indication ne doit pas mentionner les raisons médicales de cette contre-indication. Un certificat de complaisance est interdit par l’article 28 du code de déontologie et par les articles 441-7 et 441-8 du code pénal [1]. Nous profitons de cette information pour signaler un article récent qui montre que, au cours de leurs cinq premières années, les enfants qui ont une forte couverture vaccinale semblent même mieux protégés que les autres contre le développement des allergies [2].

 


Références


[1] Pouillard J. Comment faire face à un refus de vaccination ? Bulletin de l’ordre des médecins, 20 décembre 2003.

[2] Grüber C, Illi S, Lau S, Nickel R, Forster J, KaminW, et al. Transient suppression of atopy in early childhhod is associated with high vaccination coverage. Pediatrics 2003;111:e282-8.

  
 

Adresse e-mail :
guy.dutau@wanadoo.fr (G. Dutau).


Revue française d’allergologie et d’immunologie clinique 44 (2004) 432

www.elsevier.com/locate/revcli doi:10.1016/j.allerg.2004.03.008

 

 


Source: le site de Christian Portal, "Pour une médecine écologique", qui mentionne encore un texte dans la même veine, du vice président du Conseil National de l'Ordre des Médecins, voir ICI.

Quand on lit pareille "littérature", on ne peut s'empêcher de rappeler plusieurs évidences:

1°)
Le patient n'a rien à signer parce que la vaccination n'est pas un gage de protection et d'efficacité. Comme l'a rappelé le Pr Dubernard lors d'une table ronde qu'il présidait fin 2007 sur le sujet "Il n'existe pas de preuve scientifique de l'utilité des vaccins." Dès lors, on voit mal pourquoi il y aurait lieu de signer un refus de recourir à des produits dont l'utilité n'a pas été prouvée, c'est au contraire logique de ne pas y recourir et la marque d'un abus de pouvoir de vouloir en imposer l'usage!

2°) On parle de "tous les efforts du praticien" comme si tous les médecins et le corps médical étaient unanimes sur le sujet, ce qui est loin d'être le cas. En fait, ces mots  démontrent surtout qu'en amont, on impose un formidable lavage de cerveau aux médecins pour les maintenir dans la croyance erronnée et jamais prouvée que "les vaccins ont sauvé l'humanité".
La vérité c'est que les vaccins sont dangereux et leurs multiples effets secondaires sont attestés dans la littérature médicale indépendante depuis déjà plus d'un siècle! Mais les médecins qui, en ayant pris conscience, décident d'être fidèles au serment d'Hippocrate qu'ils ont prêté et choisissent en leur âme et conscience d'informer le public sont victimes de tracasseries et même de sanctions graves qui vont jusqu'à la radiation!

3°) Dire que les vaccinations recommandées ne doivent pas être considérées comme facultatives constitue une preuve de plus d'abus de pouvoir: c'est un déni pur et simple du libre choix thérapeutique du patient et du praticien, un choix pourtant garanti par la loi!

4°) Oser prétendre que le refus de vaccination facultative constitue une mise en danger de l'enfant, une maltraitance et un refus de soins est gravissime non seulement en tant que déni de démocratie et ignorance des lois (nul n'est censé ignorer la loi...) mais en plus comme la preuve irréfutable de la méconnaissance des données actuelles de la science, ce qui doit nous interpeller dans le chef de gens qui écrivent dans des revues scientifiques ou qui occupent des fonctions dans des instances médicales comme l'ordre des médecins.


La vaccination des enfants engendre bien des drames: des maladies chroniques, des hospitalisations, des décès.... dès lors où se trouve donc réellement la maltraitance? Dans le chef de ceux qui s'abstiennent, après mûre réflexion ou bien dans celui de ceux qui imposent le recours à des méthodes si controversées et si insuffisamment éprouvées?




 

De plus, bien des parents, comme le cas d'Alan Yurko par exemple, se sont vus accusés d'avoir maltraité leurs enfants alors qu'ils n'avaient fait que les vacciner selon les recommandations officielles avec des vaccins toujours plus combinés. Alan Yurko a ainsi perdu plusieurs années de sa vie en prison avant d'être définitivement blanchi grâce à l'appui de nombreux scientifiques intègres. La raison de ce genre de scandales est que les vaccinations sont si toxiques qu'elles sont à même de causer des dégâts identiques au cerveau -retrouvés à l'autopsie- que ceux qui seraient occasionnés si l'enfant était réellement secoué. Le Dr Viera Scheibner, qui a mené de nombreuses recherches au sujet des vaccinations a d'ailleurs écrit un fort bon article à ce sujet, paru dans Nexus, "Bébé vacciné OU bébé secoué? "

La vaccination facultative n'est pas obligatoire et ne doit donc pas être présentée comme telle. Même en ce qui concerne la vaccination dite "obligatoire", il importe de savoir qu'elle est illégale au regard du droit. Ce qui suit s'applique donc tant aux vaccinations obligatoires qu'à fortiori, aux vaccinations facultatives:



(Extrait du site
Sunsimiao):


L’obligation vaccinale est en infraction légale avec les textes français

Des abus d’autorité vaccinale sont commis à de multiples niveaux socioprofessionnels en tentant d’imposer des vaccins non obligatoires à l’embauche, ou à l’inscription de formations, ou de stages. D’après nos sources, tout un système de pression a été mis en place pour faire peur aux directions d’entreprises qui, mal informées, appliquent la technique du parapluie. Cette politique n’a pour but que d’écluser les surplus de vaccins. L’acceptation des vaccinations fait donc maintenant partie des conditions d’admission dans des domaines multiples et variés.


Voici donc une panoplie de textes permettant à chacun de se défendre contre le chantage aux vaccins.


  • Toute obligation est anticonstitutionnelle : Art. 3 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, du 10décembre 1948 : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ».
  • Toute obligation est contredite par le nouveau Code Civil qui reconnaît le « principe de respect de l’intégrité du corps humain ».
  • Toute obligation est en contradiction avec l’art. 36 du Code de Déontologie Médicale qui précise : « Tout acte médical requiert le consentement libre et éclairé des personnes ».
  • Toute obligation est contraire aux Arrêts de la Cour du 25 février et 14 octobre 1997, expliquant : Information des patients, « Les praticiens doivent être en mesure de prouver qu’ils ont fourni au patient une information loyale, claire, appropriée et exhaustive, au moins sur les risques les plus légers. Cette information a pour but de permettre au patient de refuser la vaccination proposée en estimant que les risques sont supérieurs aux bénéfices escomptés ».
  • Toute obligation est annulée d’office par la Loi du 4 mars 2002 n° 2002-303, Art. 11, chapitre 1er, modifiant l’Art. L 1111-4 du Chapitre 1er du titre 1er du Livre 1er de la première partie du Code de la Santé Publique : « Aucun acte médical ni aucun traitement ne peuvent être pratiqués sans le consentement libre et éclairé de la personne, et ce consentement peut être retiré à tout moment ».

Il appartient donc à chacun d’accepter ou refuser librement la vaccination, cet acte médical contesté depuis plus d’un demi-siècle par une multitude de professionnels de la médecine et sommités médicales.


Toute obligation de vaccination induit pour tout opposant à cet empoisonnement, la notion de résistance à l’oppression - droit reconnu par la Constitution - et celle de légitime défense face à un adversaire fanatique et sectaire.


Michel Chavanon et Jacques-Henri Daudon Académie pour la Défense des Êtres Humains


37, rue de la Pépinière - 17000 La Rochelle.


Paru dans « Santé pratique », nouvelle série N° 1 samedi 21 septembre 2002




Dans son ouvrage « Vaccination, Social Violence and Criminality- The Medical Assault on the American Brain » ( 1990 ) , Harry L. Coulter, historien de la médecine, écrit  :      

 

« Nous estimons que 1000 bébés au minimum meurent chaque année de ce vaccin (DPT), alors que 12.000 enfants deviennent des handicapés à vie.

H. Coulter ajoute : nos chiffres n’ont jamais été contestés par l’establishment médical...Ce programme se poursuit tous les jours, des centaines de bébés en parfaite santé sont ainsi transformés en êtres déficients : retardés mentaux, aveugles, sourds, épileptiques, infirmes, instables, futurs délinquants, criminels avérés. Tout ceci peut paraître terriblement exagéré ; il s’agit cependant de conclusions tout à fait sérieuses et modérées essentiellement basées sur les preuves accumulées dans les pages qui suivent…Toute vaccination est susceptible de provoquer une encéphalite légère ou grave…Si quelqu’ ennemi étranger avait infligé pareils dégâts au pays, une déclaration de guerre s’en serait immédiatement suivie… » (445 références bibliographiques )



Un petit aperçu (non exhaustif bien sûr), tiré de l'ouvrage "Nous te protégerons!" du Dr Jean Pilette, des complications de la vaccination anti-polio, pourtant crue et prétendue indispensable et "très sûre" par nombre de médecins:

 

Paralysie faciale                                (HANSEN, LENNARTZ)        

Encéphalo-myélite avec issue fatale    (DORNDORF, VAN REY, ARNDT )

Encéphalite focale avec hémiparésie   (Id. )

Polyradiculomyélite                            (Id. )

Polyradiculites, type Landry                (Id. )

Polynévrites                                       (Id. )

Crises épileptiques                              (Id.)

Aggravations de scléroses en plaques  (Id.)

Aggravation d’hydroencéphalie            (Id.)

Polynévrite aiguë                                (HINTON et COLL.)

Paralysies faciales                              (JOPPICH)

Méningite                                           (SCHALTENBRAND, HOPF )

Neuroradiculomyélites                         (Id.)

Polyradiculonévrite                             (BOJINOV)

Méningo-myélo-polyradiculonévrite     (Id. )

Radiculomyélite                                  (GERSTENBRAND, PROSENZ, REISNER )

Attaque aiguë de Ménière                   (Id. )

Œdème aigu de cerveau                      (Id. )

Méningo-encéphalite                           (POHLE, MUSETEANU, GRUTZNER )

Syndrome de tumeur cérébrale             (Id. )

Surdité                                                (SEIFERTH )

Paralysie de Landry                            (WUTZLZER et Coll.)

Syndrome de Guillain-Barré                 (KINNUNEN et Coll.)

Myélite transverse                               (WHITTLE, ROBERTON)

Hémisyndrome cérébelleux avec

vertiges nystagmus et troubles

de l’équilibre                                        (CRISTI, DALBUONO )

Diplégie atonique post-vaccinale            (RIZZUTO, CAPRA,FERRARI)

Parésie brachio-crurale avec

Convulsions                                          (VIZIOLI, ROMANIS)

Hémiparésie facio-brachio-crurale         (Id. )

Epilepsie grand mal                               (Id. )

Ataxie cérébelleuse                               (COLARIZI, MIDULLA, MARZETTI)

Hémi-atrophie faciale comme suite

d’une encéphalite post-vaccinale           (BORRI)

Syndrome de Lennox                            (VIANI, RUSSO)

Démence atrophique                             (Id.)

Troubles convulsifs ayant évolué vers

Un syndrome de West                          (MARCHESI, QUATTRINI)

Sclérose en plaques                              (PALFFY, MEREI), (DORNDORF, VAN REY,ARNDT)

                                                           (SCHALTENBRAND, HOPF ), ( MILLER et Al.)

Convulsions                                         (EHRENGUT, BALLERINI, RICCI et Col., MARCHESI,

                                                                QUATRINI )

Complications cutanées                        (DUVINA, BINI ; PILOTTI, MUSCOLINO )

Syndrome de Reye                               (BRUNBERG et BELL )

Syndrome de la mort subite

du nourrisson                                       (Dr V.SCHEIBNER )

Entérites avec dommage cérébral         (KEUTH )

Duodénite, pancréatite,

Hépatite atypique                                 (DIESFELD )

Maladie de Werding-Hoffman              (BECKMAN, MANZ, MOSER ) 





"Personne ne réchappe aux conséquences des vaccinations, à court, moyen ou long terme."
Pr Louis-Claude Vincent


"Le monde ne pourra bientôt plus se boucher les yeux et les oreilles face aux preuves médio-légales. Ceux qui ne voudront pas ouvrir les yeux pourront toujours affirmer qu'une seule personne peut recevoir 10 000 vaccins, mais je crains que ces gens ne se retrouvent en prison quand le peuple se réveillera et prendra conscience de ce qu'ils ont fait pour pervertir la science."
Dr Andrew Moulden, neuropsychiatre et docteur en neuro-sciences.


« Le système immunitaire s'avère particulièrement endommagé à la suite de vaccinations de routine... »

« ...Le capital immunologique se trouve substantiellement amoindri chez les nombreux enfants soumis aux programmes vaccinaux courants.»

Le Concours Médical   (20 janvier 1974)




Si, après avoir tenté de convaincre, avoir usé de la diplomatie autant qu’il est raisonnable et digne, les interlocuteurs sont toujours des « ennemis », deux principes demeurent, d’ailleurs légaux, reconnus par la Constitution et le Droit :
- Celui de « Résistance à l’oppression »
- et celui de « Légitime défense ».


 
































































 












Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Fichant 17/08/2014 13:23

Bonjour

je pense qu'il est nécessaire d'ajouter à cette excellente analyse le fait indéniable qu'une vaccination ne peut en aucun cas être désignée par le terme de "soin" simplement parce-que ça n'en est pas un et ne pourrait pas l'être. Il s'agit d'une mesure préventive sur un sujet sain qui n'a donc aucunement besoin d'être soigné. Aucune mesure préventive ne devrait être confondue avec un acte de soin. C'est une abération aussi bien médicale que de language.
Il nous faut donc considérer l'injonction de G. Dutau à signer un refus de soin face à un refus de vaccination comme une mesure aussi imbécile qu'illégale et par ailleurs logiquement et moralement injustifiable.

Marie-Elise Martet 28/08/2009 00:03

Merci d'avoir pris le temps de rappeler ce genre de fait : la vaccination "obligatoire" constitue une forme de terrorisme... comme il est facile d'orienter l'opinion en prétextant la sécurité.

Effectivement, il est courant d'observer un lien entre dysfonctionnement physique et comportement agressif (n'importe qui ayant un rhume finit par s'emporter pour un rien !). J'ai réagit à chaud et je remercie l'auteur du post d'apporter ces précisions concrètes. Je ne modère pas pour autant mon propos quant aux risques d'amalgame. L'on est tellement tenu par la crainte du "problème" que l'on est prêt à accepter n'importe quel palliatif à une situation qui n'existe peut-être même pas ; en oubliant que tout se régule naturellement.
Qu'il est bon de voir se développer un dialogue conscient ; éternelle lutte entre connaissance et ignorance.
Merci de nous faire participer, bonne continuation.

Expovaccins 28/08/2009 23:21



Ravis d'avoir pu échanger avec vous.
A+



Increase Penis Size 15/08/2009 05:17

More & more people know that blog are good for every one where we get lots of information any topics !!!

MARTET Marie-Elise 05/08/2009 15:59

Je vous remercie grandement de recueillir toutes ces informations et de participer à la prise de conscience globale. Toutefois, je suis choquée par la mise en relation de certains termes parmi les conséquences éventuelles de la vaccination : "délinquants" et "criminels" peuvent-ils vraiment figurer au même titre que "sourds", "infirmes" ? N'est-il pas dangereux de participer à l'amalgame qui justifierait un suivi particulièrement répressif des enfants, de leur comportement, de leur santé autant physique que mentale ? A mon sens, cela revient à appuyer les tentatives de maîtrise de la nature par la science afin d'orienter notre société vers un monde "parfait", où infirmité et criminalité, de même que guerre, passion, amour, seraient évacués. Qui peut dire qui aura mal, qui sera épargné ? Nous luttons à l'heure actuelle contre une pratique aberrante de contrôle de la population par la peur (du moins pour la partie immergée...). Attention de ne pas utiliser des arguments nous plaçant dans une position de bouc émissaire ou justifiant à l'avenir des mesures encore plus drastiques pour ferrer la société. Il serait tristement ironique que notre volonté de disposer librement de notre personne participe à bâtir un argumentaire eugéniste chez le "camp ennemi" ! Je voulais simplement exprimer ma stupéfaction à lire dans ce type de défense des arguments sortis tout droit de discours menant, en cas extrême, à condamner arbitrairement juifs, gitans, homosexuels, infirmes, voleurs... et autres oiseaux exotiques, prétextant une éventuelle anomalie génétique envers laquelle la science a forcément une cure à administrer.
Mes idées peuvent paraître disproportionnées mais nous devons nous attendre à tous types de persuasion quant à notre "protection" !
Merci d'avoir passé du temps à lire mes mots et bonne continuation à vous,
Marie-Elise

Expovaccins 22/08/2009 23:49


Merci de votre réaction. Nous n'avons pas voulu vous choquer car nous sommes conscients que des gens malades ne sont pas forcément criminels et vice versa. Mais, ceci étant, il n'en demeure pas
moins qu'un grand pourcentage de criminels souffre par exemple d'épilepsie et d'autres types de troubles pouvant physiologiquement éclairer plus avant leur comportement.
Cela ne veut pas dire que c'est une généralité mais des encéphalites et encéphalopathies peuvent médicalement expliquer des comportements anormalement agressifs selon les localisations
neuro-anatomiques des atteintes.

Dire cela ne veut pas dire que tout le monde doit être parfait, cela signifie simplement que les vaccinations qui sont un procédé sans le moindre fondement scientifique peuvent détraquer des gens à
ce point qu'elles peuvent les rendre agressifs et les changer du tout au tout, tout cela pour des "bénéfices" qui n'existent pas...

La vaccination constitue une sorte de terrorisme car on ne sait pas sur qui ça va tomber mais on sait que les dégâts seront là et conséquents. C'est une méthode qui nivelle la santé publique par le
bas en prétextant l'altruisme et le progrès, prétendant faire barrage à une sorte de "séléction naturelle" alors qu'en fait le recours à des produits standards pour des individus tous différents
immunologiquement maintient cette injustice en matière d'accidents et de dégâts/complications!


DANIELLE VADEL 05/08/2009 05:55

Absolument d'accord! A chacun de se savoir "souverain" de lui-même et nous cesserons de nous laisser manipuler.
Il circule actuellement par internet le "certificat à signer" à remettre au médecin susceptible de nous vacciner. Sûr qu'il lui sera difficile de signer! Et pourtant ce sont des précautions élémentaires et indispensables qui sont exigées sur ce "certificat".

Expovaccins 22/08/2009 23:31


En effet, nous avons autant à faire reculer l'emprise des firmes pharmaceutiques sur la santé que la crédulité publique qui est son principal terreau: sans personnes crédules, pas de
manipulation pareille possible!

Ca fait toujours du bien de lire et relire ces posts de bon sens;-)


Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.