Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 avril 2009 3 01 /04 /avril /2009 16:03

Que faire quand on n'a pas d'arguments rationnels et qu'on veut malgré tout museler les opposants et les voix discordantes qui dérangent? Quand on sait que ces voix opposantes risquent d'être écoutées et jugées plus solides et plus crédibles que les discours officiels formatés, on doit forcément faire en sorte que ces voix ne soit pas entendues soit par une censure directe soit par une censure indirecte.

La censure directe consiste à faire taire les opposants. En matière de ravages vaccinaux, on y arrive de différentes façons: soit on menace les opposants qui veulent alerter le public (qui ignore), on les menace d'internement, de sanctions administratives, on fait des redressements fiscaux injustifiés, on pratique la suspension et le radiation injustifiées au sein de l'ordre des médecins, on efface les messages de gens sur les forums, etc.


La censure indirecte consiste à faire en sorte que le public refuse d'écouter les opposants parce qu'il penserait qu'il s'agit de groupes sectaires ou de "membres de sectes". Ce type d'étiquetage, les autorités et les vaccinalistes en général en ont usé et abusé mais, dès lors que des évènements d'importance se déroulent en matière d'info libre et indépendante sur les dangers vaccinaux, il était primordial de bien remettre les choses au point!


En effet, tous les citoyens devraient être pleinement informés des objectifs réels de cette sectomanie ambiante sans quoi, les citoyens se priveront eux-mêmes d'une information qui aurait peut-être pu leur sauver la vie et la santé faute de n'avoir même pas osé l'écouter, la pensant venir de "gens bizarres" ou " gens dangereux"....

 

1°) Gare aux amalgames: ce n'est pas parce que certaines sectes sont opposées à la vaccination que tous les opposants aux vaccins sont des "membres de secte"!

 

Très important à rappeler car ce type de généralisation est souvent utilisée pour discréditer d'avance les opposants aux yeux du public. Le public est ainsi effrayé et se ferme a priori sans même plus prendre la peine de penser par lui-même. Il se range, docilement, au garde à vous, à l'avis de l'establishment qui sait mieux que personne qui a le droit d'écouter qui. Pour citer un exemple qui est arrivé entre les mains de l'équipe d'expovaccins, on pourrait citer une des phrases écrites par un pédiatre sur un document visant à s'absoudre de toute responsabilité quant aux dégâts vaccinaux: après avoir affirmé péremptoirement que le mercure n'avait jamais engendré le moindre problème et que toute vaccination était indépendante de problèmes comme sclérose en plaque par exemple, il termine son document par la formule très caractéristique suivante: "Ceci est l'opinion généralement admise en dehors de toute secte ou médecine parallèle". Une formule qui est vide de sens quand on sait à quel point nombre de produits employés en médecine classique n'ont jamais fait l'objet d'études rigoureuses et d'analyses rationnelles MAIS une formule qui vient au secours d'un médecin se sentant en mauvaise posture car sans arguments de fond et sans la rationalité pour lui....

 

2°) Les étiquettes de secte sont des étiquettes TRES relatives CAR elles dépendent du  pouvoir

 

Comme l'explique très bien le Pr Anne Morelli dans une interview, professeur de critique historique et directrice adjointe du Centre interdisciplinaire d'étude des religions et de la laïcité à l'Université Libre de Bruxelles (ULB), "Les termes ont évidemment beaucoup de poids.[...] Lorsqu'on parle de "sectes", ça fait évidemment peur et donc c'est très important de soupeser ces termes. [...]" Elle explique avoir étudié  ce qui explique le passage du statut de "religion" au statut de "secte" ou à celui d' "hérésie". Sa conclusion est que C'EST LE POUVOIR QUI DECIDE DU LABEL, de qui l'aura ou non. "D'après le mot qu'on utilise, [...], cela entraine évidemment un traitement différent aussi de ces groupes.[...] parce que si on dit "secte", ça veut dire évidemment qu'on considère qu'il y a des bonnes religions, les grandes, celles qui vont être l'objet d'une reconnaissance mais aussi d'un appui financier sous une forme ou sous une autre [...] donc ces bonnes grandes religions elles ont droit à tous les égards, on les consulte sur les questions éthiques, on leur donne des places à la télévision, à la radio, dans les médias tandis que les religions qui ne sont pas labélisées, celles-là elles sont l'objet d'une méfiance du pouvoir et le pouvoir organise contre elles une chasse aux sorcières/une persécution [...]." Anne Morelli rappelle aussi que le sujet des "sectes" est un sujet très porteur, très vendeur. Selon elle, on en arrive à des dérives très inquiétantes car si on ne trouve pas de scandales, il faut quasiment les inventer. Les dérives éventuelles, quand elles arrivent sont présentées comme des généralités. Les médias manquent d'objectivité car ils n'interrogent qu'un seul parti sans recouper les sources comme il se doit!


Ceci permet donc de mieux comprendre que, quand on parle de "sectes" ou de membres de sectes, il convient d'être prudent: les associations de lutte antisecte sont payées par les autorités et donc elles suivent la ligne des autorités. Or, il est bien évident qu'en matière de vaccination, il est bien plus confortable pour les autorités (qui ont fait œuvre d'allégeance totale envers les fabricants de vaccins) de laisser le champ libre à des associations anti-sectes que de reconnaître leur responsabilité dans la mise sur le marché de produits insuffisamment éprouvés! Il est ainsi intéressant d'illustrer cela par un texte fort éclairant, rédigé par le Dr B., généraliste bruxellois, Membre du Centre belge d’Information et d’Avis sur les Organisations Sectaires Nuisibles (CIAOSN) et Président de l’Association des Victimes des Pratiques Illégales de la Médecine (AVPIM) dans lequel on peut notamment lire ceci : "Parmi les problèmes graves que je n’ai pas eu le temps de développer, le nombre croissant d’enfants qui ne reçoivent plus les vaccins nécessaires et l’épineux cas des transfusions posé par les témoins de Jéhovah." Ces lignes montrent toute l'incohérence du Dr B. qui pose la nécessité de tels ou tels vaccins (pour ne pas dire tous) comme un dogme alors qu'elle est remise en question partout dans le monde et ne se rend même pas compte que c'est là l'attitude d'un membre de secte docile et malléable face aux gourous gouvernement & fabricants qui établissent main dans la main le sacro-saint calendrier vaccinal!


3°) Masquer l'ampleur d'un scandale sanitaire en traitant les gens qui le dénoncent de "membres de sectes": le cas éclairant du vaccin anti hépatite B

 

En France, dans les années 90', c'est le ministre Kouchner lui-même qui traitait les médecins homéopathes de "rabatteurs de sectes" dans le contexte de la folle campagne de vaccination anti-hépatite B, parce qu'il savait pertinemment bien que sa position  consistant à minimiser les risques était scientifiquement intenable; en tant que gastro-entérologue, il ne pouvait pas ignorer que les chiffres d'incidence de l'hépatite B avaient été honteusement manipulés. C'est notamment ce que rappelle Me Jean-Pierre Joseph, avocat au barreau de Grenoble dans une excellente interview qu'il a donné sur les véritables raisons de la sectomanie actuelle.

 
C'est dans ce même contexte que les parents de la jeune Nathalie de Saint Quentin, morte peu de temps après le vaccin hépatite B d'une sclérose en plaques foudroyante ont reçu la visite des renseignements généraux (donc des services secrets français) après avoir simplement osé dénoncer le scandale dans un journal local et écrit une lettre de réclamation au ministre Kouchner. On est venu les interroger pour savoir "s'ils ne faisaient pas partie d'une secte"..... Comme ça eût été "salvateur" pour les autorités de parvenir à découvrir que cette famille qui mettait le doigt sur leur incurie avait quelque chose à voir avec des "sectes"!! Les gens qui pensent que cela n'est pas possible doivent avoir le courage de vérifier par eux-mêmes le document exact reçu par les renseignements généraux dans le cadre de la campagne de vaccination anti-HB qui figure en annexe du livre de Lucienne Foucras, "Le dossier noir du vaccin contre l'hépatite B". Ce document leur a été envoyé par le ministère de l'Intérieur qui a plus que probablement été sollicité par le ministère de la santé. Lucienne Foucras également reprend la déclaration exacte de l'ancien ministre de la santé, B. Kouchner, lequel a bien dit " Je comprends l'inquiétude des parents, mais il faut savoir qu'il y a des sectes qui militent contre la vaccination et qui ont intérêt à monter cet évènement en épingle." Outre qu'il ne s'agit en réalité pas d'un "évènement" mais d'un véritable carnage, il bien évident que l'intérêt des firmes à étouffer ces drames est immensément plus grand et objectif que celui, vide de sens que pourrait tirer dieu sait quel "groupe sectaire"! Mais les firmes ont fait courir ce bruit pour continuer de vendre à tout prix, vendre un maximum et les hommes politiques, toujours aussi dociles comme à l'accoutumée ont juste suivi.


Dans l'ouvrage de L. Foucras, en annexe, on peut lire de nos yeux ce rapport reçus par les renseignements généraux, celui-ci porte les indications et mentions suivantes:


 

DEMANDE D'ENQUÊTE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR A TOUS LES BUREAUX DE RENSEIGNEMENTS GENERAUX DE FRANCE

OBJET: Les opposants à la vaccination


Régulièrement, les adversaires des vaccinations, quelle que soit leur origine (mouvements sectaires, associations diverses d'envergure nationale ou locale, personnalités isolées,..) font entendre leur point de vue, notamment lors de la dernière polémique au sujet de l'hépatite B.


Afin de rendre compte de l'ampleur et de la nature de cette contestation, chacun de vos départements enverra par fax à la section Analyse et Prospective, au plus tard le 3 juillet prochain, une note reprenant le canevas suivant:

 

I-                 Identification des opposants


- S'il s'agit d'une association: forme juridique, siège, objet, bureau, effectifs, ressources, éventuels dysfonctionnements (nature sectaire ou autre).

- S'il s'agit d'un individu: petite identité, profession, portrait des contestataires les plus virulents.


II- Principales activités


Descriptif des actions de sensibilisation menées auprès du public et de différentes autorités. Impact de ces "campagnes".


Importance des réseaux de soutien.


Avis des ordres départementaux des médecins et sanctions éventuellement prises contre certains praticiens.


Poursuites judiciaires le cas échéant


Etat des menaces formulées à l'encontre des laboratoires pharmaceutiques ou d'établissements de soins.




 



Que peut-on immédiatement comprendre à la lecture de cette note des autorités?

a) Nous croyons vivre en démocratie et nous croyons que les autorités garantissent un état de droit MAIS la vérité c'est que la liberté d'expression n'est qu'une illusion puisque les autres points de vue doivent faire l'objet d'enquête. Ceux qui  sous-tendent les lois sont les industriels qui imposent la tyrannie de l'argent roi. Ceci se vérifie parfaitement dès lors que leurs profits (vendre à tout prix et malgré toutes les protestations qui pourraient exister) sont assimilés à l'économie nationale et donc à la raison d'état. Dans les années 90' en France on a en effet pu entendre qu'attaquer Pasteur c'était attaquer la France"....


b) Les autorités et les industriels ont terriblement peur CAR ils savent pertinnement que dès que les gens auront une véritable information, ils s'éloigneront de cette pratique vaccinale, parfaitement absurde. Ils savent donc bien que tout débat met à nu leur carence argumentative récurrente, que toute comparaison entre vaccinés et non vaccinés signe l'arrêt de mort de leur marchandise, certes lucrative pour eux mais désastreuse pour la santé publique. Comme ils ont peur, ils pensent que circonscrire la volonté populaire croissante de vérité et de transparence sera la solution alors que cette volonté populaire est née des tromperies qui ont jalonné l'histoire de la vaccinologie depuis ses tous débuts! Museler telle ou telle association ou tel ou tel autre lanceur d'alerte est donc vain, que les autorités et les firmes le sachent!- car il en viendra toujours d'autres pour remplacer ceux qu'on a voulu faire taire. 

c) Que des contestataires soient "virulents" ne doit pas leurrer le public: en + de 200 ans d'une pratique non scientifique qui a fait des millions de victimes aux quatre coins du monde, il est plus qu'humain et salutaire que des gens aient voulu crier la vérité aussi fort que possible et ce afin de sauver des vies, au sens propre du terme! C'est le contraire qui serait anormal car ce qui est honteux et inadmissible doit être dénoncé sans complaisance ni faiblesse.

 
d) On voit également que les autorités (et les firmes, toujours derrière, en embuscade) savent très bien que tous les opposants aux vaccinations ne sont pas des "membres de secte" et la preuve en est apportée par la note du ministère de l'intérieur lui-même qui l'indique bien " les adversaires des vaccinations, quelque soit leur origine,..." Ils le savent mais vont distiller ce type d'amalgame scandaleux auprès du public dans le but net et précis d'éviter au public de juger et de comparer les points de vue par lui-même, afin de garantir les intérêts des multinationales qui font partie intégrante de la raison d'état.

 

L'équation pour que chacun comprenne bien, une fois pour toutes:

 

PROFITS DES MULTINATIONALES = ECONOMIE NATIONALE

= RAISON D'ETAT

 


e)  Les autorités et les firmes savent que la pratique vaccinale est non éprouvée, qu'elle est dangereuse, d'où qu'ils savent que la seule sensibilisation qui mérite ce nom est celle consistant à expliquer et exposer les risques toujours tus au public. Cependant, ils veulent minimiser l'impact de cette information citoyenne et indépendante pour prolonger la vie de la pratique vaccinale pourtant condamnée à mort de façon certaine, à terme.


f) On parle de sanctions de l'ordre des médecins, de poursuites judiciaires (le pouvoir judiciaire est-il vraiment indépendant du gouvern&ment, on peut se poser la question?), de dysfonctionnements éventuels d'associations, on invente de toute pièce en y faisant allusion des fausses menaces vis à vis des laboratoires pour mieux masquer que la menace, ce sont eux et leur tyrannie infernale. Tout cela ne peut que nous rappeler furieusement ce qu'a expliqué le Pr Anne Morelli (cfr plus haut)à savoir que le sujet des "sectes" est un sujet croustillant et que les instances chargées de générer un tel étiquetage sont souvent amenés à l'inventer de toute pièce, c'est à dire l'établir sur du vent. Pour discréditer ceux qui dérangent sans avoir à débattre, démocratiquement parlant, on va "chercher des poux"  aux opposants. Pire, on va quasiment les propulser "terroristes potentiels" vis à vis des firmes alors que ce sont elles en réalité les véritables terroristes des temps modernes, lesquelles effraient continuellement le bon peuple (sans même plus qu'il s'en aperçoit) pour mieux le manipuler et lui vendre ses "saints vaccins"!


4°) Un bon moyen de nier les limites et l'illogisme de la médecine officielle, allopathique

 

Il est fort efficace de classer tout ce qui est "alternatif" comme sectaire. Cela permet par exemple de lutter à la fois contre l'homéopathie, la naturopathie, les thérapies alternatives contre le cancer etc... et donc en gros, de maintenir les profits des firmes qui nous intoxiquent avec leurs produits ne résolvant jamais rien (qui ne mettent tout au plus qu'un emplâtre sur une jambe de bois, traitant le symptôme et non la cause de la maladie). Une fois encore, on est dans "la raison d'état". La journaliste Sylvie Simon qui a notamment écrit le livre "Exercice illégal de la guérison" nous explique très bien dans une courte interview le pourquoi de cet étiquetage fallacieux de "membre de secte"....


5°) Une tyrannie dont le public ignore jusqu'à  son existence et qui pourtant est énorme, avec des conséquences graves pour la société


Le public ne se rend pas bien compte de la gravité de la situation d'où qu'il continue à financer malgré lui, par le truchement des impôts, des  associations anti-sectes et des politiciens qui, en alliés fidèles qu'ils sont des industriels, feront toujours plus de lois et de listes liberticides. Mais, ce que le public ignore toujours avant de devenir victime à son tour c'est qu'une fois les dégâts survenus, les malades seront traités de "malades imaginaires" ou de "membres de sectes" dès lors qu'ils oseront s'interroger sur les "bienfaits" des vaccins. Le public ignore aussi qu'il peut être mis sur table d'écoute (comme l'ont été certaines familles victimes de vaccins qui ont osé témoigner). De même certaines victimes ont été menacées d'internement  si elles parlaient encore, dans la presse par exemple.  Qui sait que le parent qui refuserait en son âme et conscience la vaccination de ses enfants peut être abusivement mais légalement assimilé à un "membre de secte" en justice et se voir dès lors retirer ou réduire la garde des enfants au profit du parent, plus vaccinophile? Il importe de le savoir car ces listes  de soit disant "sectes" bien que prétendument sans valeur juridique sont quand même utilisées et connues des avocats....


Cette tyrannie va très très loin mais elle va si loin que c'est hélas l'adage "plus  c'est gros, plus ça passe" qui semble prévaloir. Saviez-vous ainsi qu'en France, il est demandé aux médecins de signaler les patients jugés déviants (refusant vaccins, chimiothérapie etc) à l'assurance maladie ET à l'ordre des médecins?

 

6°) La sectomanie infantilise  le public, elle est là pour le rendre encore plus malléable!

 

Nexus censuré: qui le savait? Quelle presse digne de ce nom et solidaire a relayé cette info cruciale au public? La revue alternative Nexus ayant osé jouer son rôle de média véritable en informant à plusieurs  reprises sur les dangers des vaccins, s'est vue sanctionnée en France. On a  en effet relevé son taux de TVA en guise de sanction  (pour obliger donc le magazine à augmenter ses prix pour une même marge bénéficiaire) en spécifiant de façon péremptoire « En ce qui concerne Nexus, il ressort des pièces versées au dossier, et notamment des numéros 37 à 43, que cette publication, en contestant dans de nombreux articles les acquis positifs de la science, mettant en doute l’innocuité des vaccins, et partant, le principe même de la vaccination ou celui des greffes d’organes, est susceptible, si elle est lue au premier degré, d’inquiéter les esprits les plus fragiles et ne présente pas, de ce fait, le caractère d’intérêt général quant à la diffusion de la pensée requis par les textes. »

Voyez comme le gouvern&ment infantilise les citoyens croyant mieux savoir qu'eux-mêmes s'ils sont d'"esprit fragile" ou pas. Les mêmes autorités qui indemnisent des victimes de vaccins veulent empêcher qu'on mette en doute l'innocuité vaccinale alors que si celle-ci existait, ils n'auraient pas dû indemniser tous ces gens (sans compter tous ceux qui ne reçoivent rien et ajoutons bien que l'argent ne remplace jamais la santé perdue volée!)


En conclusion, le concept de "secte" est à réviser tout à fait quand on parle d'opposants aux vaccinations. Tout d'abord parce que comme l'a expliqué le Pr Anne Morelli, secte et religion sont les deux faces d'une même médaille. Les vaccinalistes souhaitent avoir une influence (et dans les faits, leur prière consiste à espérer les plus grands pourcentages de couverture vaccinale) et se basent sur des dogmes. Leur attitude relève donc bien plus du religieux que celle des opposants désireux d'une plus grande objectivité et d'une analyse rationnelle plus minutieuse. Il est également bon de rappeler, à cet égard que ce n'est jamais le nombre de personnes qui soutiennent une position qui peut, en lui-même décider de la validité de cette position et dès lors postuler que l'avis majoritaire est le bon et le minoritaire comme étant "sectaire" ou marginal relève de l'absurdité la plus fracassante. En outre, les opposants aux vaccins sont majoritairement des gens qui se sont dûment informés par eux-mêmes et ceux qui contribuent à une information plurielle et contradictoire du public insistent toujours sur l'autonomie et la responsabilisation des personnes, ce qui est l'exact opposé de l'attitude d'un quelconque "gourou" (qui invite à la soumission) ou d'une personne  "soumise aux diktats d'un gourou"(qui serait "membre de secte")


Les accusations d'appartenance à une secte ne doivent donc plus leurrer personne car elles sont rationnellement peu solides et peu fiables. Les véritables délits de "manipulation mentale" ne sont donc pas toujours là où les autorités officielles vous les indiquent et le cas des vaccinations en est un exemple tristement éclatant......


NEWS: Vous pouvez encore vérifié une X° fois la véracité de ce qui a été expliqué ci-dessous en lisant la toute récente carte blanche parue dans le journal belge Le Soir , rédigée par un Professeur de médecine belge. Une fois encore les anti-vaccinalistes y sont assimilés à des "membres de secte"....

 

Interview du Dr Tal Schaller, auteur du livre "L'affaire Schaller: Mon combat contre la Rumeur": 

  


"Toute l'industrie pharmaceutique, vaccinale, a pour but que les gens obéissent aveuglément à ce qu'on leur propose et surtout qu'ils ne remettent pas en question l'ordre établi." Dr Christian Tal Schaller, auteur de l'ouvrage "Les vaccins sont des poisons."

 

Lectures conseillées  en rapport avec ce thème plus spécifique :

"Les radis de la colère", Me Jean-Pierre Joseph
"Exercice illégal de la guérison", Sylvie Simon
" Profession: charlatan- Gare au gourou qui fait gourer", Michel Larroche
"Lettre ouverte à la secte des adversaires des sectes", Anne Morelli
"Médecine, religion et peur", Olivier Clerc (lecture gratuite ici)

Partager cet article

Published by Expovaccins
commenter cet article

commentaires

Robin Hood 02/04/2009 09:12

Rien de nouveau sous le soleil !

"L'ESPRIT DE PROPAGANDE SE SUBSTITUE PARTOUT A L'ESPRIT DE VERITE." Jean Guéhenno


Cet article nous rappelle quelques remarques pertinentes du Dr Marcel FERRU dans son ouvrage: "LA FAILLITE DU BCG":

"Pour décevante et pénible que soit cette constatation, on est bien obligé de reconnaître que la critique de l'innocuité et de l'efficacité du BCG s'est toujours heurtée à une opposition dogmatique indigne de son objet...
LORSQU'ILS SONT AFFRONTES A DES OBJECTIONS PERTINENTES OU A DES RESULTATS EXPERIMENTAUX DEMONSTRATIFS, ILS SE SONT DEROBES. AU LIEU D'OPPOSER DES ARGUMENTS SCIENTIFIQUES AUX CRITIQUES FORMULEES, ILS ONT,AVEC "LE TON DU SERMON",TRANSPOSE LE PROBLEME DU BCG SUR LE PLAN MORAL, " ENGAGEANT LEUR CONSCIENCE", CHARGEANT CELLE DE L'ADVERSAIRE, ACCUSANT MEME DE "MAUVAISE FOI" LES PRETENDUS "CONTEMPTEURS IMPENITENTS" DE LA METHODE CALMETTE... ce que nous savons du BCG constitue une opinion officielle, une doctrine, qu'un grand nombre de médecins qualifiés n'osent pas critiquer, en lui opposant le témoignage souverain des faits...Calmette, en effet, s'applique moins à réfuter scientifiquement des objections pertinentes, fondées sur des faits minutieusement étudiés, qu'à disqualifier son contradicteur...Ainsi, une fois de plus, le difficile et angoissant problème de la vaccination antituberculeuse, qui est d'ordre essentiellement scientifique, est fâcheusement transposé sur le plan moral...
Le mépris de travaux rigoureusement conduits, dignes pourtant de " la plus respectueuse attention"; la disqualification morale de l'auteur, accusé de mauvaise foi; le silence dédaigneux opposé à des publications valeureuses, dont le seul tort est de contester l'orthodoxie régnante; l'interprétation déloyale, voire même perfide, de résultats expérimentaux désavouant la doctrine académique enseignée en haut lieu: tout moyen est bon pour discréditer le contradicteur, étouffer sa voix, dénaturer ses conclusions, ternir sa renommée et le condamner à l'oubli le plus injuste...
Il n'en reste pas moins que le dogmatisme est naturellement oppressif et que, comme toute tyrannie, il est entraîné à imposer sa doctrine ou sa foi...
La vérité scientifique n'est pas une révélation définitive... Par opposition au religieux ou au magique, une théorie scientifique reste toujours soumise au jugement de l'expérimentation...
GEORGES DUHAMEL, dans "Paroles de médecin, déclare: "En médecine, la réserve d'inconnu, d'insoluble et d'illogique est inépuisable." aussi conseille-t-il aux servants de cette science inexacte de "ne pas l'enchaîner à des doctrines tyranniques" et de redouter "l'ennivrement, la présomption."

Présentation

  • : Le blog d' Expovaccins
  • Le blog d' Expovaccins
  • : Les dangers des vaccins exposés au grand jour.
  • Contact

 
                                                                                                                                                   © Expovaccins 2009


"Malheur a celui qui s'est tu parce qu'il croyait parler dans le désert"  
Balzac

Recherche

Contact

expovaccins@hotmail.com

Action solidarité

 

NM Médical, distribution de matériel médicalSoutenir cette action, c'est favoriser l'accès à l'eau potable de ceux qui en ont besoin... l'eau, c'est la vie!

Offrir de l'eau, c'est nettement plus important qu'inonder le monde de vaccins et c'est sans effet secondaire.

                                         

Avertissement

La totalité des contenus et données diffusées via ce blog sont essentiellement destinées à l'information libre et indépendante du public. Les sources étant de nature diverses, ces informations ne sauraient en aucun cas refléter la position ou l'opinion de l'éditeur de ce blog et il importe que le public puisse recouper ses informations et se faire un avis en toute indépendance et en toute objectivité. En aucun cas les informations proposées sur ce site ne sauraient être assimilées à un quelconque avis ou conseil d'ordre médical. La décision de vacciner ou non est une décision complexe qui se prend après mure réflexion, après une recherche d'informations soigneuse et rigoureuse et qui doit pouvoir se débattre avec le praticien de santé à qui vous aurez finalement choisi d' accorder votre confiance.